Intervention Review

Intra-amniotic surfactant for women at risk of preterm birth for preventing respiratory distress in newborns

  1. Mohamed E Abdel-Latif1,
  2. David A Osborn2,*,
  3. Daniel Challis3

Editorial Group: Cochrane Pregnancy and Childbirth Group

Published Online: 20 JAN 2010

Assessed as up-to-date: 21 SEP 2009

DOI: 10.1002/14651858.CD007916.pub2


How to Cite

Abdel-Latif ME, Osborn DA, Challis D. Intra-amniotic surfactant for women at risk of preterm birth for preventing respiratory distress in newborns. Cochrane Database of Systematic Reviews 2010, Issue 1. Art. No.: CD007916. DOI: 10.1002/14651858.CD007916.pub2.

Author Information

  1. 1

    Australian National University Medical School, Department of Neonatology, Woden, ACT, Australia

  2. 2

    University of Sydney, Central Clinical School, Discipline of Obstetrics, Gynaecology and Neonatology, Sydney, NSW, Australia

  3. 3

    Royal Hospital for Women, Department of Maternal-Fetal Medicine, Randwick, Australia

*David A Osborn, Central Clinical School, Discipline of Obstetrics, Gynaecology and Neonatology, University of Sydney, Sydney, NSW, 2050, Australia. david.osborn@email.cs.nsw.gov.au.

Publication History

  1. Publication Status: Edited (no change to conclusions)
  2. Published Online: 20 JAN 2010

SEARCH

 

Abstract

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié

Background

Early surfactant reduces mortality and pulmonary complications in preterm infants with respiratory distress syndrome. However, current surfactant administration strategies require endotracheal intubation with or without continued mechanical ventilation. Bronchopulmonary dysplasia and chronic lung disease (CLD) are associated with mechanical ventilation and potentially life-long effects. Non-invasive methods of surfactant administration including intra-amniotic surfactant may avoid endotracheal intubation and mechanical ventilation, potentially preventing development of CLD.

Objectives

To determine if intra-amniotic instillation of surfactant for women at risk of preterm birth, compared to placebo or no treatment or post-delivery tracheal surfactant instillation, reduces morbidity or mortality, or both, in preterm infants. If intra-amniotic instillation is effective, in subgroup analysis to determine the effect of 1) gestational age; 2) type of surfactant; 3) dose; 4) timing; 5) indication; and 6) multiple pregnancy.

Search methods

We searched the Cochrane Pregnancy and Childbirth Group's Trials Register (August 2009), MEDLINE (1950-August 2009), handsearched the Proceedings of Pediatric Academic Societies (American Pediatric Society, Society for Pediatric Research and European Society for Pediatric Research) from 1990-2009 in Pediatric Research Journal and Abstracts online and the Proceedings of Perinatal Society of Australia and New Zealand (PSANZ) (1996-2009). We also searched the Science Citation Index (Web of Science) (August 2009) and checked reference lists of identified studies. We contacted Abbott Laboratories, Inc for unpublished studies.

Selection criteria

Published, unpublished and ongoing randomised controlled, cluster-randomised or quasi-randomised trials of intra-amniotic instillation of surfactant for women at risk of preterm birth, compared to placebo or no treatment or post-delivery tracheal surfactant instillation.

Data collection and analysis

Three review authors independently assessed study eligibility and quality.

Main results

We found no trials were found met the inclusion criteria for this review.

Authors' conclusions

We identified no randomised trials that evaluated the effect of intra-amniotic instillation of surfactant for women at risk of preterm birth. Evidence from animal and observational human studies suggest that intra-amniotic surfactant administration is potentially safe, feasible and effective. Well designed trials of intra-amniotic instillation of surfactant for women at risk of preterm birth are needed.

 

Plain language summary

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié

Intra-amniotic surfactant for women at risk of preterm birth for preventing respiratory distress in newborns

There is no current evidence from randomised controlled trials to guide the use of intra-amniotic instillation of surfactant for women at risk of preterm birth.

Respiratory distress syndrome caused by a deficiency of natural lung detergent (surfactant) occurs mainly in infants born before term (37 weeks' gestation). The usual treatment includes instilling artificial surfactant directly into the newborn infant's airway followed by mechanical ventilation. However, this process can lead to lung injury, which can affect the infant's long-term health. A potential alternative strategy is to inject surfactant into the amniotic fluid around the fetus close to the infant's mouth and nostrils before birth. Preliminary animal and human study suggests that surfactant enters the fetal lungs through fetal breathing efforts. This has the potential to reduce the need to support the infant's breathing after birth, as well as lung damage caused by mechanical ventilation. This review found no randomised controlled trials of intra-amniotic instillation of surfactant for women at risk of preterm birth. In view of the encouraging results from animal studies and preliminary human study, high-quality studies of intra-amniotic instillation of surfactant for women at risk of preterm birth are needed.

 

Résumé

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié

Surfactant intra-amniotique pour les femmes présentant un risque d'accouchement prématuré pour prévenir la détresse respiratoire chez les nouveau-nés

Contexte

L'administration précoce de Surfactant permet de réduire la mortalité et les complications pulmonaires chez les nourrissons prématurés présentant un syndrome de détresse respiratoire. Cependant, les stratégies actuelles d'administration de Surfactant nécessitent une intubation endotrachéale avec ou sans poursuite de la ventilation mécanique. La dysplasie broncho-pulmonaire et les maladies pulmonaires chroniques (MPC) sont associées à la ventilation mécanique et à des effets pouvant durer toute la vie. Les méthodes non invasives d'administration de Surfactant, notamment en intra-amniotique, peuvent éviter d'avoir à recourir à l'intubation endotrachéale et à la ventilation mécanique, en pouvant ainsi prévenir le développement de MPC.

Objectifs

Déterminer si l'instillation intra-amniotique de Surfactant chez les femmes présentant un risque d'accouchement prématuré, par comparaison au placebo ou à l'absence de traitement ou à l'instillation trachéale de Surfactant post-accouchement, réduit la morbidité ou la mortalité, ou les deux, chez les nourrissons prématurés. Si l'instillation intra-amniotique est efficace, analyse en sous-groupe pour déterminer l'effet 1) de l'âge gestationnel ; 2) du type de Surfactant; 3) de la dose ; 4) du moment de l'administration ; 5) de l'indication ; et 6) d'une grossesse multiple.

Stratégie de recherche documentaire

Nous avons effectué une recherche dans le registre des essais du groupe Cochrane sur la grossesse et la naissance (août 2009), MEDLINE (de 1950 à août 2009), nous avons effectué une recherche manuelle dans les Proceedings of Pediatric Academic Societies (American Pediatric Society, Society for Pediatric Research et European Society for Pediatric Research) de 1990 à 2009, dans Pediatric Research Journal and Abstracts en ligne et les Proceedings of Perinatal Society of Australia and New Zealand (PSANZ) (de 1996 à 2009). Nous avons également cherché dans Science Citation Index (Web of Science) (août 2009) et passé en revue les listes bibliographiques des études identifiées. Nous avons contacté Abbott Laboratories, Inc afin d'obtenir des études non publiées.

Critères de sélection

Essais contrôlés randomisés, randomisés en grappes ou quasi-randomisés, publiés, non publiés et en cours, portant sur l'instillation intra-amniotique de Surfactant chez les femmes présentant un risque d'accouchement prématuré, par comparaison au placebo ou à l'absence de traitement ou à l'instillation trachéale de tensioactif post-accouchement.

Recueil et analyse des données

Trois auteurs de la revue ont indépendamment évalué l'éligibilité et la qualité des études.

Résultats Principaux

Nous n'avons trouvé aucun essai répondant aux critères d'inclusion de cette revue.

Conclusions des auteurs

Nous n'avons trouvé aucun essai randomisé évaluant l'effet de l'instillation intra-amniotique de Surfactant chez les femmes présentant un risque d'accouchement prématuré. Les données provenant d'études sur les animaux et d'études observationnelles sur les humains semblent indiquer que l'administration intra-amniotique de Surfactant pourrait s'avérer sûre, réalisable et efficace. Des essais bien conçus portant sur l'instillation intra-amniotique de Surfactant chez les femmes présentant un risque d'accouchement prématuré sont nécessaires.

 

Résumé simplifié

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié

Surfactant intra-amniotique pour les femmes présentant un risque d'accouchement prématuré pour prévenir la détresse respiratoire chez les nouveau-nés

Surfactant intra-amniotique pour les femmes présentant un risque d'accouchement prématuré pour prévenir la détresse respiratoire chez les nouveau-nés

Actuellement, les essais contrôlés randomisés ne comportent aucune donnée permettant d'orienter l'utilisation de l'instillation intra-amniotique de Surfactant chez les femmes présentant un risque d'accouchement prématuré.

Le syndrome de détresse respiratoire causé par une déficience en détergent pulmonaire naturel (Surfactant) affecte principalement les nourrissons nés avant terme (gestation de 37 semaines). Le traitement habituel comprend l'instillation d'un Surfactant artificiel directement dans les voies respiratoires du nouveau-né, suivie d'une ventilation mécanique. Cependant, ce procédé peut entraîner des lésions pulmonaires qui peuvent affecter la santé du nourrisson à long terme. Une stratégie alternative possible consiste à injecter le Surfactant dans le liquide amniotique dans lequel baigne le fœtus avant sa naissance, à proximité de sa bouche et de ses narines. Une étude préliminaire menée sur des animaux et des humains semble indiquer que le Surfactant pénètre dans les poumons du fœtus grâce à ses mouvements de respiration. Cela peut se révéler efficace pour réduire la nécessité d'assister la respiration du nourrisson après sa naissance, ainsi que les lésions pulmonaires provoquées par la ventilation mécanique. Cette revue n'a trouvé aucun essai contrôlé randomisé portant sur l'instillation intra-amniotique de Surfactant chez les femmes présentant un risque d'accouchement prématuré. Au vu des résultats encourageants provenant d'études sur les animaux et d'une étude préliminaire sur les humains, il est nécessaire de réaliser des études de haute qualité portant sur l'instillation intra-amniotique de Surfactant chez les femmes présentant un risque d'accouchement prématuré.

Notes de traduction

Traduit par: French Cochrane Centre 12th November, 2012
Traduction financée par: Ministère du Travail, de l'Emploi et de la Santé Français