Intervention Review

Interposition vein cuff for infragenicular prosthetic bypass graft

  1. Ahmed AM Khalil1,*,
  2. Alan Boyd2,
  3. Gareth Griffiths3

Editorial Group: Cochrane Peripheral Vascular Diseases Group

Published Online: 12 SEP 2012

Assessed as up-to-date: 24 MAY 2012

DOI: 10.1002/14651858.CD007921.pub2


How to Cite

Khalil AAM, Boyd A, Griffiths G. Interposition vein cuff for infragenicular prosthetic bypass graft. Cochrane Database of Systematic Reviews 2012, Issue 9. Art. No.: CD007921. DOI: 10.1002/14651858.CD007921.pub2.

Author Information

  1. 1

    Perth Royal Infirmary, Perth, UK

  2. 2

    NHS Tayside, Perth Royal Infirmary, Department of Surgery, Perth, UK

  3. 3

    NHS Tayside, Ninewells Hospital, Department of Vascular Surgery, Dundee, Angus, UK

*Ahmed AM Khalil, Perth Royal Infirmary, Perth, PH1 1NX, UK. a.khalil@nhs.net.

Publication History

  1. Publication Status: Edited (no change to conclusions), comment added to review
  2. Published Online: 12 SEP 2012

SEARCH

 

Abstract

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié

Background

The use of prosthetic grafts such as polytetrafluorethylene (PTFE) or Dacron to bypass occluded arteries in the lower leg is an accepted practice in the absence of suitable autologous vein. The aim is limb salvage or functional improvement in critical limb ischaemia, but patency rates for below knee prosthetic bypasses are low. Creating a vein cuff at the distal anastomosis is thought to improve outcomes. Other techniques including the use of pre-cuffed synthetic grafts, spliced segments of vein and the creation of an arterio-venous fistula (AVF) are also used to improve patency.

Objectives

To compare the beneficial effects of using vein cuffed prosthetic grafts for below knee bypass in critical limb ischaemia with other types of reconstruction.

Search methods

The Cochrane Peripheral Vascular Diseases Group Trials Search Co-ordinator searched the Specialised Register (last searched May 2012) and CENTRAL (2012, Issue 5) for publications comparing prosthetic infragenicular bypass using vein cuffs with other bypass techniques.

Selection criteria

Randomised controlled trials comparing interposition vein cuff prosthetic graft with autologous vein graft and non-cuffed prosthetic graft for infragenicular bypass in patients with critical limb ischaemia were included. Trials comparing vein cuff prosthetic grafts with or without AVF and vein cuff prosthetic grafts with pre-cuffed prosthetic grafts were also included.

Data collection and analysis

The trials were selected and assessed independently by two review authors.

Main results

Six trials with a combined total of 885 patients were included in this review. Only studies using prosthetic PTFE grafts were identified.

Two trials compared PTFE graft with or without a vein cuff. In one underpowered trial for below knee bypass the cumulative primary patency rate was statistically significantly higher in the vein cuff group (80.3% versus 65.3% at 12 months and 51.8% versus 29.1% at 24 months, P = 0.03). There was no statistically significant difference in secondary patency (82.9% versus 72.5% and 58.6% versus 34.9%, P = 0.14) and limb salvage rates (86.3% versus 71.8% and 82.6% versus 62.2%, P = 0.08) at 12 and 24 months respectively. The other trial showed no statistically significant difference between the groups at three years in the below knee femoro-popliteal bypasses (primary patency rate 26% (95% confidence interval (CI) 18 to 38) and 43% (95% CI 33 to 58), secondary patency rate 32% (95% CI 23 to 44) and 42% (95% CI 31 to 56) and limb salvage rate 64% (95% CI 54 to 75) and 61% (95% CI 50 to 74) in the collar and no collar groups respectively). In the femoro-distal bypass group, the differences in primary patency, secondary patency and limb salvage rates were also not statistically significant at three years (primary patency rate 20% (95% CI 11 to 38) and 17% (95% CI 9 to 33), secondary patency rate 22% (95% CI 12 to 39) and 20% (95% CI 11 to 35) and limb salvage rate 59% (95% CI 46 to 76) and 44% (95% CI 32 to 61) in the collar and no collar groups respectively).

One trial compared pre-cuffed PTFE grafts with vein cuffed grafts. There was no statistically significant difference in primary patency rate (62% pre-cuffed PTFE versus 52% vein cuff PTFE and 49% versus 44%, P = 0.53), secondary patency rate (66% pre-cuffed PTFE versus 53% vein cuff PTFE and 55% versus 50%, P = 0.30) or limb salvage rate (75% pre-cuffed PTFE versus 72% vein cuff PTFE and 62% versus 65%, P = 0.88) at 12 and 24 months respectively.

One trial compared spliced vein grafts with vein cuffed PTFE grafts. At 24 months, the secondary patency rate was statistically significantly higher in the spliced vein group (86% in the spliced vein and 52% in the vein cuff group, P < 0.05). There was no statistical significant difference in primary patency rate (44% versus 50%, P > 0.05) and limb salvage rate (94% versus 85%, P > 0.05).

Two trials compared vein cuff PTFE grafts with and without AVF. There was no statistical significant difference at 24 months in primary patency rate (29% versus 36%, P = 0.77; 32% versus 28%, P = 0.2), secondary patency rate (40% versus 40%, P = 0.89; 28% versus 24%, P = 0.2) and limb salvage rate (65% versus 70%, P = 0.97; 62% versus 71%, P = 0.3).

Authors' conclusions

There is some evidence that a vein cuff at the distal anastomosis site improves primary graft patency rates for below knee PTFE graft, but this does not reduce the risk of limb loss. Evidence for this beneficial effect of vein cuffed PTFE grafts is weak and based on an underpowered trial. Pre-cuffed PTFE grafts have comparable patency and limb salvage rates to vein cuff PTFE grafts. The use of spliced veins improved secondary patency but this did not translate into improved limb salvage. The use of an AVF alone showed no added benefits. A large study with a specific focus on below knee vein cuff prosthetic grafts, including PTFE, is required.

 

Plain language summary

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié

Do additional surgical techniques at the lower end of bypasses in the leg improve the chance of the bypass working and saving the leg from amputation?

If the artery to the lower leg is blocked, replacement of the blocked segment with a bypass graft can save the leg from amputation and reduce the pain resulting from inadequate blood supply to the leg. The best material to use for a bypass graft is the patient's own vein (autologous vein). If a suitable vein is not available, then an artificial tube (synthetic graft) is used. The outcome from these synthetic grafts is less favourable than with autologous veins if the graft extends to below the knee. This review looked at six trials, with a combined total of 885 patients, which compared different methods of making these grafts. Results from two trials which looked at the effect of inserting a cuff of vein at the lower end of the synthetic graft before attaching it to the artery below the knee are conflicting. With one study showing that the bypass graft remains functional for a longer period of time and in the other study no benefit was seen. If a synthetic graft is made in a fashion imitating the shape of a vein cuff, then the same benefit can be achieved. The results also show that when short lengths of vein are joined together to form a sufficiently long graft, the bypass works for longer, although this does not result in fewer amputations. Finally, there is no added benefit for graft patency or amputation rate if a connection is made between the artery and the vein (fistula) when constructing a vein cuff with the synthetic graft but the operation takes longer.

 

Résumé

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié

Manchon d'interposition veineux pour greffon de pontage prothétique infragéniculé

Contexte

L'utilisation de greffons prothétiques tels que ceux en polytétrafluoroéthylène (PTFE) ou en Dacron pour contourner les artères obstruées dans la jambe est une pratique acceptée en l'absence de veine autologue adaptée. L'objectif est de sauvetage ou l'amélioration fonctionnelle dans l'ischémie critique des membres inférieurs, mais les taux de perméabilité pour les pontages prothétiques en-dessous du genou sont faibles. Créer un manchon veineux au niveau de l'anastomose distale est supposé améliorer les résultats. D'autres techniques, notamment l'utilisation de greffons synthétiques à manchon intégré, de segments de veine épissés, et la création d'une fistule artério-veineuse (FAV) sont également utilisés pour améliorer la perméabilité.

Objectifs

Comparer les effets bénéfiques de l'utilisation de greffons prothétiques à manchons veineux pour pontage en-dessous du genou pour l'ischémie critique des membres inférieurs avec d'autres types de reconstruction.

Stratégie de recherche documentaire

Le groupe Cochrane sur les maladies vasculaires périphériques a cherché dans le registre spécialisé (dernière recherche en mai 2012) et CENTRAL (2012, numéro 5) des publications comparant les pontages prothétiques infragéniculés utilisant des manchons veineux avec d'autres techniques de pontage.

Critères de sélection

Ont été inclus les essais contrôlés randomisés comparant les greffons d'interposition prothétiques à manchons veineux avec des greffons veineux autologues et des greffons prothétiques sans manchon pour le pontage infragéniculé chez les patients atteints d'ischémie critique des membres inférieurs. Les essais comparant les greffons prothétiques à manchons veineux, avec ou sans FAV et les greffons prothétiques à manchons veineux, avec des greffons prothétiques à manchon intégré ont également été inclus.

Recueil et analyse des données

Les essais ont été sélectionnés et évalués de façon indépendante par deux auteurs de la revue.

Résultats Principaux

Six essais portant sur un total combiné de 885 patients ont été inclus dans cette revue. Seules des études utilisant des greffons prothétiques en PTFE ont été identifiées.

Deux essais ont comparé les greffons en PTFE avec ou sans manchon veineux. Dans un essai de puissance insuffisante pour le pontage en-dessous du genou, le taux cumulé de perméabilité primaire était statistiquement significativement plus élevé dans le groupe à manchon veineux (80,3 % versus 65,3 % à 12 mois et 51,8 % versus 29,1 % à 24 mois, P =0,03). Il n'y avait aucune différence statistiquement significative dans la perméabilité secondaire (82,9 % versus 72,5 % et 58,6 % versus 34,9%, P =0,14) et les taux de sauvetage de jambe (86,3 % versus 71,8 % et 82,6 % versus 62,2%, P =0,08) à 12 et 24 mois respectivement. L'autre essai n'a montré aucune différence statistiquement significative entre les groupes au bout de trois ans dans les pontages fémoro-poplité en-dessous du genou (taux de perméabilité primaire de 26 % (intervalle de confiance (IC) à 95%, entre 18 et 38) et 43 % (IC à 95%, entre 33 et 58), taux de perméabilité secondaire 32 % (IC à 95%, entre 23 à 44) et 42 % (IC à 95%, entre 31 et 56) et le taux de sauvetage de 64 % (IC à 95%, entre 54 à 75 ans) et 61 % (IC à 95 % de 50 à 74) dans la collerette et l'absence de collerette groupes, respectivement). Dans le groupe de pontage femoro-distal, les différences dans la perméabilité primaire, la perméabilité secondaire et les taux de sauvetage de jambe ont également été statistiquement non significatifs au bout de trois ans (taux de perméabilité primaire 20 % (IC à 95%, entre 11 et 38) et 17 % (IC à 95 % 9 à 33), taux de perméabilité secondaire 22 % (IC à 95 % 12 à 39) et 20 % (IC à 95 % de 11 à 35) et le taux de sauvetage de 59 % (IC à 95%, entre 46 et 76) et 44 % (IC à 95%, entre 32 à 61) respectivement dans le groupe avec et sans collerette).

Un essai a comparé les greffons en PTFE à manchon intégré avec les greffons à manchon veineux. Il n'y avait aucune différence statistiquement significative en termes de taux de perméabilité primaire (62 % en PTFE à manchon intégré vs 52 % en PTFE à manchon veineux et 49 % versus 44 % P =0,53), taux de perméabilité secondaire (66 % en PTFE à manchon intégré vs 53 % en PTFE à manchon veineux et 55 % versus 50%, P =0,30) ou le taux de sauvetage de jambe (75 % en PTFE à manchon intégré vs 72 % en PTFE à manchon veineux et 62 % versus 65%, P =0,88) à 12 et 24 mois respectivement.

Un essai avait comparé les greffons veineux épissés aux greffons en PTFE à manchon veineux. À 24 mois, le taux de perméabilité secondaire était plus élevé de manière statistiquement significative dans le groupe à veine épissée (86 % dans le groupe à veine épissée et 52 % dans le groupe à manchon veineux, P < 0,05). Il n'y avait pas de différence statistiquement significative pour le taux de perméabilité primaire (44 % versus 50 %, P > 0,05) et le taux de sauvetage de jambe (94 % versus 85 %, P > 0,05).

Deux essais avaient comparé les greffons en PTFE à manchon veineux avec et sans FAV. Il n'y avait pas de différence statistiquement significative à 24 mois pour le taux de perméabilité primaire (29 % versus 36 %, P = 0,77 ; 32 % versus 28 %, P = 0,2), le taux de perméabilité secondaire (40 % versus 40 %, P = 0,89 ; 28 % versus 24 %, P = 0,2) et le taux de sauvetage de jambe (65 % versus 70 %, P = 0,97 ; 62 % versus 71 %, P = 0,3).

Conclusions des auteurs

Des preuves montrent qu'un manchon veineux au site de l'anastomose distale améliore les taux de perméabilité primaire pour les greffons en PTFE en-dessous du genou, mais cela ne réduit pas le risque de perte de la jambe. Les greffons en PTFE à manchon intégré ont une perméabilité et des taux de sauvetage de jambe comparables aux greffons en PTFE à manchon veineux. L'utilisation de veines épissées avait amélioré la perméabilité secondaire mais cela ne se traduisait pas par un meilleur sauvetage de jambe. La seule utilisation d'une FAV n'avait montré aucun bénéfice supplémentaire. Les preuves d'un effet bénéfique des greffons en PTFE à manchon veineux sont faibles et basées sur des essais de puissance insuffisante. Une vaste étude spécifiquement axée sur les pontages prothétiques (PTFE compris) à manchon veineux sous le genou, est nécessaire.

 

Résumé simplifié

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié

Manchon d'interposition veineux pour greffon de pontage prothétique infragéniculé

Les techniques chirurgicales additionnelles à l'extrémité inférieure des pontages de la jambe accroissent-elles la probabilité que le pontage réussisse et sauve la jambe de l'amputation ?

Si l'artère de jambe est bouchée, le remplacement du segment bouché au moyen d'un greffon de pontage peut sauver la jambe de l'amputation et réduire la douleur résultant d'un apport sanguin insuffisant vers la jambe. Le meilleur matériau à utiliser pour un greffon de pontage est la propre veine du patient (veine autologue). Si une veine appropriée nest pas disponible, un tuyau artificiel (greffon synthétique) est utilisé. Les résultats de ces greffons synthétiques sont moins bonne qu'avec des veines autologues si le greffon descend jusqu'en-dessous du genou. Cette revue a examiné six essais, avec un total combiné de 885 patients, qui avaient comparé différentes méthodes de confectionner ces greffons. Les résultats de deux essais qui avaient examiné l'effet de l'insertion d'un manchon de veine à l'extrémité inférieure du greffon synthétique avant de fixer celui -ci à l'artère en-dessous du genou sont contradictoires: une étude montrant que le greffon de pontage reste fonctionnel pendant une période de temps plus longue et dans l'autre, aucun bénéfice observé. Si un greffon synthétique est fabriqué d'une façon qui imite la forme d'un manchon veineux, le même bénéfice peut être obtenu. Les résultats montrent également que lorsque de petites longueurs de veine sont assemblées pour former un greffon suffisamment long, le pontage fonctionne plus longtemps, bien que cela ne va pas entraîner une diminution du nombre d'amputations. Au final, il n'existe pas de bénéfice supplémentaire pour la perméabilité du greffon ou le taux d'amputation si une connexion est établie entre l'artère et la veine (fistule) lors de la construction d'un manchon veineux avec le greffon synthétique mais l'opération prend plus longtemps.

Notes de traduction

Traduit par: French Cochrane Centre 14th January, 2014
Traduction financée par: Ministère du Travail, de l'Emploi et de la Santé Français