Intervention Review

Repetitive transcranial magnetic stimulation for tinnitus

  1. Zhaoli Meng1,
  2. Shixi Liu1,*,
  3. Yun Zheng1,
  4. John S Phillips2

Editorial Group: Cochrane Ear, Nose and Throat Disorders Group

Published Online: 5 OCT 2011

Assessed as up-to-date: 23 MAY 2011

DOI: 10.1002/14651858.CD007946.pub2


How to Cite

Meng Z, Liu S, Zheng Y, Phillips JS. Repetitive transcranial magnetic stimulation for tinnitus. Cochrane Database of Systematic Reviews 2011, Issue 10. Art. No.: CD007946. DOI: 10.1002/14651858.CD007946.pub2.

Author Information

  1. 1

    West China Hospital, Sichuan University, Department of ENT, Chengdu, Sichuan, China

  2. 2

    Norfolk and Norwich University Hospital NHS Trust, Department of Otolaryngology, Norwich, UK

*Shixi Liu, Department of ENT, West China Hospital, Sichuan University, No. 37, Guo Xue Xiang, Chengdu, Sichuan, 610041, China. liusx999@163.com.

Publication History

  1. Publication Status: New
  2. Published Online: 5 OCT 2011

SEARCH

 

Abstract

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé scientifique
  5. Résumé simplifié

Background

Tinnitus is the perception of sound, in the ear or in the head, in the absence of any external acoustic stimulation. Repetitive transcranial magnetic stimulation (rTMS) is a non-invasive means of inducing electrical currents in the brain, and has received increasing attention in recent years for the treatment of many neuropsychiatric disorders, including tinnitus.

Objectives

To assess the effectiveness and safety of rTMS versus placebo in patients with tinnitus.

Search methods

We searched the Cochrane Ear, Nose and Throat Disorders Group Trials Register; the Cochrane Central Register of Controlled Trials (CENTRAL); PubMed; EMBASE; CINAHL; Web of Science; BIOSIS Previews; Cambridge Scientific Abstracts; ICTRP and additional sources for published and unpublished trials. The date of the most recent search was 24 May 2011.

Selection criteria

Randomised controlled trials of rTMS versus sham rTMS.

Data collection and analysis

Two review authors reviewed the titles, abstracts and keywords of all records retrieved. Three review authors independently collected and extracted data, and assessed the risk of bias of the trials.

Main results

Five trials comprising of 233 participants met our inclusion criteria. Each study described the use of a different rTMS device that delivered different waveforms at different frequencies. All five trials were relatively small studies but generally they demonstrated a low risk of bias.

When considering the impact of tinnitus on patients' quality of life, the results of only one study demonstrated a statistically significant improvement in Tinnitus Handicap Inventory (THI) scores at four months follow-up (defined as a 'partial improvement' by the study authors (THI reduction of 21% to 80%)) when low-frequency rTMS was compared with a sham control treatment. However, no statistically significant improvement was demonstrated by another two studies that considered rTMS at the same frequency. Furthermore, this single positive finding should be taken in the context of the many different variables which were recorded at many different points in time by the study authors.

In accordance with our pre-specified subgroup analysis we extracted the data from one study to consider the differential effectiveness between 'lower' low-frequency rTMS (1 Hz) and 'higher' low-frequency rTMS (10 Hz, 25 Hz). In doing this we were able to demonstrate a statistically significant difference between rTMS employing a frequency of 1 Hz and the sham group when considering tinnitus severity and disability after four months follow-up ('partial' improvement). However, no statistically significant difference was demonstrated between 10 Hz and 25 Hz rTMS, and the sham control group, when considering the severity and disability of tinnitus at four months follow-up.

When considering tinnitus loudness in patients undergoing rTMS we were able to demonstrate a statistically significant reduction in tinnitus loudness when the results of two studies were pooled (risk ratio 4.17, 95% confidence interval 1.30 to 13.40). However, this finding was based on two small trials and consequently the confidence interval was particularly wide.

No serious adverse effects were reported in any of the trials.

Authors' conclusions

There is very limited support for the use of low-frequency rTMS for the treatment of patients with tinnitus. When considering the impact of tinnitus on patients' quality of life, support is from a single study with a low risk of bias based on a single outcome measure at a single point in time. When considering the impact on tinnitus loudness, this is based on the analysis of pooled data with a large confidence interval.

Studies suggest that rTMS is a safe treatment for tinnitus in the short-term, however there were insufficient data to provide any support for the safety of this treatment in the long-term.

More prospective, randomised, placebo-controlled, double-blind studies with large sample sizes are needed to confirm the effectiveness of rTMS for tinnitus patients. Uniform, validated, tinnitus-specific questionnaires and measurement scales should be used in future studies.

 

Plain language summary

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé scientifique
  5. Résumé simplifié

Transcranial magnetic stimulation for tinnitus

Tinnitus can be described as the experience of sound in the ear or in the head. Subjective tinnitus is not heard by anyone else. The exact cause of tinnitus remains unknown. At present no particular treatment has been found effective in all patients. Recently, researchers have been able to image the brain using specialised techniques (such as functional magnetic resonance imaging (fMRI) and positron emission tomography (PET)). This has led us to believe that high spontaneous neuronal activity in the central auditory system and associated areas may responsible for the perception of tinnitus. Repetitive transcranial magnetic stimulation (rTMS) is a non-invasive means of inducing electrical currents in the brain and can decrease this neuronal activity. The purpose of this Cochrane Review was to assess the effectiveness and safety of rTMS for the treatment of tinnitus.

Our search for studies retrieved 283 articles. Of these, five trials comprising 233 tinnitus patients met our inclusion criteria and were included in the review.

The first study considered the use of 'complex waveform rTMS', the second looked at the use of high-frequency rTMS, and the other three studies considered the use of low-frequency rTMS. We found that the use of low-frequency rTMS resulted in 'partial improvement' in tinnitus severity and disability in one study, however these results were not replicated in two other studies that considered rTMS at the same frequency. Furthermore, this single positive finding should be taken in the context of the many different variables which were recorded at many different points in time by the study authors. We were able to demonstrate an improvement in tinnitus loudness in patients undergoing rTMS when we combined the results of two other studies.

rTMS is a safe treatment for patients with tinnitus in the short-term, however no data were available to verify safety in the long-term.

 

Résumé scientifique

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé scientifique
  5. Résumé simplifié

Repetitive transcranial magnetic stimulation for tinnitus

Contexte

L'acouphène est la perception d'un son, dans l'oreille ou dans la tête, en l'absence de toute stimulation acoustique extérieure. La stimulation magnétique transcrânienne répétitive (SMTr) est un moyen non invasif d'induire des courants électriques dans le cerveau qui suscite un intérêt croissant ces dernières années pour le traitement de nombreux troubles neuropsychiatriques, dont les acouphènes.

Objectifs

Évaluer l'efficacité et la sécurité de la SMTr par rapport au placebo chez les patients souffrant d'acouphènes.

Stratégie de recherche documentaire

Nous avons effectué des recherches dans le registre des essais du groupe Cochrane sur les troubles oto-rhino-laryngologiques ; le registre Cochrane des essais contrôlés (CENTRAL) ; PubMed ; EMBASE ; CINAHL ; Web of Science ; BIOSIS Previews ; Cambridge Scientific Abstracts ; ICTRP et auprès de sources supplémentaires sur les essais publiés et non publiés. La recherche la plus récente a été effectuée le 24 mai 2011.

Critères de sélection

Essais contrôlés randomisés comparant la SMTr versus SMTr fantôme (« sham »).

Recueil et analyse des données

Deux auteurs de la revue ont examiné les titres, les résumés et les mots-clés de tous les articles trouvés. Trois auteurs de la revue ont indépendamment recueilli et extrait les données et évalué le risque de biais des essais..

Résultats principaux

Cinq essais, portant sur 233 participants, répondaient à nos critères d'inclusion. Chaque étude décrivait l'utilisation d'un dispositif différent de SMTr produisant différentes formes d'onde à diverses fréquences. Les cinq essais étaient tous des études relativement petites mais qui présentaient en général un faible risque de biais.

Du point de vue de l'impact des acouphènes sur la qualité de vie des patients, les résultats d'une seule étude ont montré une amélioration statistiquement significative des scores du questionnaire d’évaluation de l’acouphène (Tinnitus Handicap Inventory (THI)) après quatre mois de suivi (définie comme 'amélioration partielle' par les auteurs de l'étude (réduction de THI de 21% à 80%)) lorsque la SMTr à basse fréquence était comparée à un dispositif témoin fantôme. Cependant, aucune amélioration statistiquement significative n'a été démontrée par deux autres études portant sur la SMTr à la même fréquence. En outre, cet unique résultat positif doit être considéré dans un contexte où de nombreuses variables différentes ont été enregistrées à différents moments dans le temps par les auteurs de l'étude.

Conformément à notre analyse en sous-groupe pré-spécifiée, nous avons extrait les données d'une étude afin d'examiner les différences d'efficacité entre des SMTr à faibles basses fréquences (1Hz) et basses fréquences plus élevées (10Hz, 25Hz). En faisant cela, nous avons pu mettre en évidence une différence statistiquement significative entre la SMTr utilisant la fréquence 1 Hz et le groupe fantôme, au niveau de la gravité des acouphènes et de l'invalidité après quatre mois de suivi (amélioration 'partielle'). Cependant, aucune différence statistiquement significative n'a été constatée entre la SMTr à 10 Hz et 25 Hz, et le groupe témoin fantôme au niveau de l’intensité des acouphènes et de l'invalidité après quatre mois de suivi.

Pour ce qui concerne l'intensité des acouphènes chez les patients subissant une SMTr, nous avons pu constater une réduction statistiquement significative de l'intensité des acouphènes lorsque les résultats des deux études étaient combinés (risque relatif 4,17, intervalle de confiance à 95% : 1,30 à 13,40). Cependant, cette constatation était basée sur deux petits essais et l'intervalle de confiance était donc particulièrement large.

Aucun effet indésirable grave n'a été signalé dans aucun des essais.

Conclusions des auteurs

Les données ne permettent d'appuyer que de manière très limitée l'utilisation de la SMTr à basse fréquence pour le traitement des patients atteints d'acouphènes. Du point de vue de l'impact des acouphènes sur la qualité de vie des patients, cette conclusion provient d'une seule étude à faible risque de biais et elle est basée sur la mesure d'un seul critère évalué à un seul point dans le temps. Du point de vue de l'impact sur l'intensité des acouphènes, ceci est basé sur l'analyse de données combinées avec un intervalle de confiance large.

Des études suggèrent que la SMTr est un traitement pour les acouphènes qui est sûr à court terme, mais il n'y avait cependant pas suffisamment de données pour garantir la sécurité de ce traitement sur le long terme. D’autres études prospectives, randomisées, en double aveugle, contre placebo et portant sur de plus grands échantillons sont nécessaires pour confirmer l'efficacité de la SMTr chez les patients souffrant d'acouphènes

Les futures études devront utiliser des questionnaires et des échelles de mesure uniformes, validés et adaptés aux acouphènes.

 

Résumé simplifié

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé scientifique
  5. Résumé simplifié

La stimulation magnétique transcrânienne pour les acouphènes

L'acouphène peut être décrit comme la perception d'un son dans l'oreille ou dans la tête. L'acouphène subjectif n'est entendu par personne d'autre. La cause exacte de l'acouphène reste inconnue. Jusqu'à présent, aucun traitement particulier ne s'est avéré efficace chez tous les patients. Récemment, des chercheurs ont réussi à recueillir des images du cerveau au moyen de techniques spécialisées (comme l’imagerie par résonance magnétique fonctionnelle (IRMf) et la tomographie par émission de positons (TEP)). Cela nous a amenés à penser qu'une activité spontanée élevée des neurones dans le système auditif central et des zones associées pourrait être responsable de la perception de l'acouphène. La stimulation magnétique transcrânienne répétitive (SMTr) est un moyen non invasif d'induire des courants électriques dans le cerveau et peut diminuer cette activité neuronale. Le but de cette revue Cochrane était d'évaluer l'efficacité et la sécurité de la SMTr dans le traitement des acouphènes.

Notre recherche a fait remonter 283 articles. Parmi ceux-ci, cinq essais portant sur 233 patients souffrant d’acouphènes répondaient à nos critères d'inclusion et ont été inclus dans la revue.

La première étude examinait l'utilisation de 'SMTr à forme d'onde complexe', la seconde portait sur l'utilisation de la SMTr à haute fréquence et les trois autres études s'intéressaient à l'utilisation de la SMTr à basse fréquence. Nous avons constaté que, dans une étude, l'utilisation de la SMTr à basse fréquence produisait une 'amélioration partielle' de la gravité des acouphènes et de l'invalidité, cependant ces résultats n’étaient pas reproduits dans les deux autres études portant sur la SMTr à la même fréquence. En outre, cet unique résultat positif doit être considéré dans un contexte où de nombreuses variables différentes ont été enregistrées à différents moments dans le temps par les auteurs de l'étude. En combinant les résultats de deux autres études, nous avons pu mettre en évidence une amélioration de l'intensité des acouphènes chez les patients subissant une SMTr.

À court terme, la SMTr est un traitement sûr pour les patients souffrant d'acouphènes, mais aucune donnée n'était disponible pour vérifier la sécurité à long terme.

Notes de traduction

Traduit par: French Cochrane Centre 1st November, 2011
Traduction financée par: Ministère du Travail, de l'Emploi et de la Santé Français