Intervention Review

You have free access to this content

Perianal injectable bulking agents as treatment for faecal incontinence in adults

  1. Yasuko Maeda1,*,
  2. Søren Laurberg2,
  3. Christine Norton3

Editorial Group: Cochrane Incontinence Group

Published Online: 28 FEB 2013

Assessed as up-to-date: 25 MAY 2012

DOI: 10.1002/14651858.CD007959.pub3

How to Cite

Maeda Y, Laurberg S, Norton C. Perianal injectable bulking agents as treatment for faecal incontinence in adults. Cochrane Database of Systematic Reviews 2013, Issue 2. Art. No.: CD007959. DOI: 10.1002/14651858.CD007959.pub3.

Author Information

  1. 1

    St Mark's Hospital, Sir Alan Park's Physiology Unit, Harrow, UK

  2. 2

    Aarhus University Hospital, Department of Surgery, Aarhus, Denmark

  3. 3

    King's College London & Imperial College Healthcare NHS Trust, London, UK

*Yasuko Maeda, Sir Alan Park's Physiology Unit, St Mark's Hospital, Northwick Park, Watford Road, Harrow, UK. yazmaeda@gmail.com.

Publication History

  1. Publication Status: New search for studies and content updated (conclusions changed)
  2. Published Online: 28 FEB 2013

SEARCH

 

Abstract

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié

Background

Faecal incontinence is a complex and distressing condition with significant medical and social implications. Injection of perianal bulking agents has been used to treat the symptoms of passive faecal incontinence. However, various agents have been used without a standardised technique and the supposed benefit of the treatment is largely anecdotal with a limited clinical research base.

Objectives

To determine the effectiveness of perianal injection of bulking agents for the treatment of faecal incontinence in adults.

Search methods

We searched the Cochrane Incontinence Group Specialised Register of trials (25 May 2012), ZETOC (3 May 2012), clinical trials registries (3 May 2012) and the reference lists of relevant articles.

Selection criteria

All randomised or quasi-randomised controlled trials comparing the use of injectable bulking agents for faecal incontinence with any alternative treatments or placebo were reviewed to evaluate the therapeutic effects. Case-control and cohort studies were also reviewed to assess risks and complications associated with the treatments.

Data collection and analysis

Two review authors (YM and CN) assessed the methodological quality of eligible trials and independently extracted data from the included trials using a range of pre-specified outcome measures.

Main results

Five eligible randomised trials with a total of 382 patients were identified. Four of the trials were at an uncertain or high risk of bias.

Most trials reported a short term benefit from injections regardless of the material used, including placebo saline injection. One study demonstrated dextranomer in stabilised hyaluronic acid (NASHA Dx) to be more effective than sham injection but with more adverse effects. Dextranomer in stabilised hyaluronic acid (NASHA Dx) was better than sham injections at six months (65/136, 48% versus 48/70, 69% participants not improved, defined as less than 50% reduction in incontinence episodes, RR 0.70, 95% CI 0.55 to 0.88; with more incontinence free days (3.1 days compared with 1.7 in the sham treatment group, MD 1.40 days, 95% CI 0.33 to 2.47). Another study comparing silicone material (PTQ™) to saline injections was too small to demonstrate a clinical benefit compared to the control injection of normal saline.

A silicone biomaterial (PTQ™) was shown to provide some advantages and was safer in treating faecal incontinence than carbon-coated beads (Durasphere®) in the short term.

Similarly, there were short term benefits from injections delivered under ultrasound guidance compared with digital guidance.

No long term evidence on outcomes was available and further conclusions were not warranted from the available data. None of the studies reported patient evaluation of outcomes and thus it is difficult to gauge whether the improvement in incontinence scores matched practical symptom improvements that mattered to the patients.

Authors' conclusions

One large randomised controlled trial has shown that this form of treatment using dextranomer in stabilised hyaluronic acid (NASHA Dx) improves continence for a little over half of patients in the short term. However, the number of identified trials was limited and most had methodological weaknesses.

 

Plain language summary

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié

Injection of bulking material around the anus (back passage) for the treatment of faecal incontinence in adults

Loss of bowel control, also known as faecal incontinence, can be a devastating problem. It affects men and women of all ages in up to 15% of the adult population. Faecal incontinence can radically affect everyday life as many people become almost house bound, being unable to undertake simple tasks, such as shopping, because they are worried about faecal leakage.

Faecal incontinence may be due to a problem with the two muscles around the anus (back passage). These muscles can be damaged or become weak due to injury during child birth or operations to treat anal conditions such as haemorrhoids (piles) and fistulas (abnormal channels between the skin and back passage). The anal muscles then become unable to hold back the stools until the person reaches the toilet. The inner ring or internal anal sphincter muscle normally keeps the anus closed at all times except when opening the bowel, preventing passive leakage of stool. A treatment has been developed to treat faecal incontinence, which involves injecting a substance into or near this muscle to make it bulkier so that the anus closes better. It has been advocated as a simple and safe option.

In this review, one large trial demonstrated that injection of dextranomer stabilised in hyaluronic acid improves the symptoms of incontinence in the short term in little over half of those who received the treatment. The other four trials reviewed were of limited value because they were generally poor in methodological quality and small in size. There are no reported long term results for this treatment.

 

Résumé

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié

Injection périanale d'agents gonflants comme traitement de l'incontinence fécale chez l'adulte

Contexte

L'incontinence fécale est une maladie complexe et pénible aux implications médicales et sociales importantes. L'injection périanale d'agents gonflants est utilisée pour traiter les symptômes de l'incontinence fécale passive. Toutefois, différents agents ont été utilisés sans qu'il y ait une technique standardisée ; le bénéfice supposé du traitement est essentiellement de l'ordre du ouï dire et la base de recherche clinique est limitée.

Objectifs

Déterminer l'efficacité de l'injection périanale d'agents gonflants pour le traitement de l'incontinence fécale chez l'adulte.

Stratégie de recherche documentaire

Nous avons effectué des recherches dans le registre spécialisé d'essais cliniques du groupe Cochrane sur l’incontinence (25 mai 2012), ainsi que dans des registres d'essais cliniques et dans les références bibliographiques d'articles pertinents.

Critères de sélection

Tous les essais randomisés ou quasi-randomisés ayant comparé l'utilisation d'agents gonflants injectables pour l'incontinence fécale à d'autres traitements ou à un placebo ont été examinés afin d'évaluer les effets thérapeutiques. Des études cas-témoin et de cohorte ont également été examinées pour évaluer les risques et les complications associés aux traitements.

Recueil et analyse des données

Deux auteurs de la revue (YM et CN) ont évalué la qualité méthodologique des essais éligibles et ont extrait indépendamment les données des essais inclus en utilisant une série de mesures de résultat prédéfinies.

Résultats Principaux

Cinq essais randomisés éligibles ont été identifiés, totalisant 382 patients. Quatre de ces essais étaient à risque incertain ou élevé de biais.

La plupart des essais avaient rendu compte d'un bénéfice à court terme des injections quel que soit le matériau utilisé, y compris l'injection de placebo salin. Une étude avait démontré que le dextranomère dans de l'acide hyaluronique stabilisé (NASHA Dx) était plus efficace que l'injection simulée, mais avec plus d'effets indésirables. Le dextranomère dans de l'acide hyaluronique stabilisé (NASHA Dx) était supérieur aux injections simulées après six mois (pour 65/136, 48% versus 48/70, 69 % des participants il n'y avait pas eu d'amélioration, c.-à-d. que la réduction des épisodes d'incontinence était de moins de 50%, RR 0,70 , IC à 95% 0,55 à 0,88), avec plus de jours sans incontinence (3,1 jours versus 1,7 dans le groupe à traitement simulé, DM 1,40 jours, IC à 95% 0,33 à 2,47). Une autre étude ayant comparé un matériau de silicone (PTQ™) aux injections de solution saline était de trop petite taille pour mettre en évidence un bénéfice clinique.

Un biomatériau de silicone (PTQ™) s'est avéré présenter certains avantages et était plus sûr à court terme pour le traitement de l'incontinence fécale que les billes revêtues de carbone (Durasphere®).

Il y avait de même des bénéfices à court terme de l'injection sous contrôle échographique par rapport au guidage digital.

Il n'y avait aucun élément probant sur des résultats à long terme, et les données disponibles ne permettent pas d'autres conclusions. Aucune des études n'avait rendu compte d'une évaluation des résultats par les patients et il est donc difficile d'apprécier si l'amélioration des scores d'incontinence correspond à une amélioration des symptômes pratiques qui sont importants pour les patients.

Conclusions des auteurs

Un grand essai contrôlé randomisé a montré que ce type de traitement au moyen de dextranomère dans de l'acide hyaluronique stabilisé (NASHA Dx) améliore à court terme la continence chez un peu plus de la moitié des patients. Le nombre d'essais identifiés était toutefois limité et la plupart présentaient des faiblesses méthodologiques.

 

Résumé simplifié

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié

Injection périanale d'agents gonflants comme traitement de l'incontinence fécale chez l'adulte

Injection d'un matériau gonflant autour de l'anus pour le traitement de l'incontinence fécale chez l'adulte

La perte de contrôle de la défécation, appelée aussi incontinence fécale, peut être un problème terrible. Elle affecte des hommes et des femmes de tous âges jusqu'à représenter 15% de la population adulte. L'incontinence fécale peut affecter radicalement la vie quotidienne, car beaucoup de personnes ne peuvent quasiment plus quitter la maison et deviennent incapables d'exécuter des tâches simples, telles que faire des courses, par crainte de fuites fécales.

L'incontinence fécale peut être due à un problème au niveau des deux muscles entourant l'anus. Ces muscles peuvent être endommagés ou s'affaiblir en raison d'une blessure à l'accouchement ou d'opérations pour le traitement d'affections anales telles que les hémorroïdes et les fistules (communications anormales entre la peau et l'anus). Les muscles de l'anus deviennent alors incapables de retenir les selles jusqu'à ce que la personne atteigne les toilettes. La bague interne ou muscle du sphincter anal interne maintient normalement l'anus fermé en permanence sauf lors de la défécation, empêchant ainsi la fuite passive de selles. Un traitement a été développé pour l'incontinence fécale, qui consiste à injecter une substance dans ou à proximité de ce muscle pour le rendre plus volumineux afin que l'anus soit mieux fermé. Il a été préconisé en tant qu'option simple et sûre.

Dans cette revue, un essai à grande échelle avait montré que l'injection de dextranomère stabilisé dans de l'acide hyaluronique améliore les symptômes de l'incontinence à court terme chez un peu plus de la moitié de ceux ayant reçu le traitement. Les quatre autres essais examinés étaient d'une utilité limitée parce qu'ils étaient généralement de qualité méthodologique médiocre et de petite taille. Aucun résultat à long terme de ce traitement n'avait été rapporté.

Notes de traduction

Traduit par: French Cochrane Centre 1st March, 2013
Traduction financée par: Pour la France : Ministère de la Santé. Pour le Canada : Instituts de recherche en santé du Canada, ministère de la Santé du Québec, Fonds de recherche de Québec-Santé et Institut national d'excellence en santé et en services sociaux.