Intervention Review

Acetylcholinesterase inhibitors for schizophrenia

  1. Jasvinder Singh1,*,
  2. Kamalpreet Kour2,
  3. Mahesh B Jayaram3

Editorial Group: Cochrane Schizophrenia Group

Published Online: 18 JAN 2012

Assessed as up-to-date: 9 SEP 2011

DOI: 10.1002/14651858.CD007967.pub2

How to Cite

Singh J, Kour K, Jayaram MB. Acetylcholinesterase inhibitors for schizophrenia. Cochrane Database of Systematic Reviews 2012, Issue 1. Art. No.: CD007967. DOI: 10.1002/14651858.CD007967.pub2.

Author Information

  1. 1

    Humber NHS Foundation Trust, Department of Psychological Medicine, Hull, UK

  2. 2

    Leeds Partnership Foundation Trust, Leeds, West Yorkshire, UK

  3. 3

    Leeds Partnership Foundation NHS Trust, CMHT, Leeds, UK

*Jasvinder Singh, Department of Psychological Medicine, Humber NHS Foundation Trust, 220-236 Anlaby Road, Hull, HU3 2RT, UK. jcingh@googlemail.com.

Publication History

  1. Publication Status: Edited (no change to conclusions)
  2. Published Online: 18 JAN 2012

SEARCH

 

Abstract

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié

Background

Antipsychotic medication remains the mainstay of treatment for schizophrenia and has been in use for a long time. As evidenced by ongoing research and partial effectiveness of the antipsychotics on cognitive and negative symptoms, the search is on for drugs that may improve these domains of functioning for someone suffering from schizophrenia. Acetylcholinesterase inhibitors have long been in use for treating cognitive symptoms of dementia.

Objectives

The aim of the review was to evaluate the clinical effects, safety and cost effectiveness of acetylcholinesterase inhibitors for treating people with schizophrenia

Search methods

We searched the Cochrane Schizophrenia Group's Register (February 2009), and inspected the references of all identified studies for further trials.

Selection criteria

We included all clinical randomised trials comparing acetylcholinesterase inhibitors with antipsychotics or placebo either alone, or in combination, for schizophrenia and schizophrenia-like psychoses.

Data collection and analysis

We extracted data independently. For dichotomous data, we calculated risk ratios (RR) and their 95% confidence intervals (CI) on an intention-to-treat (ITT) basis based on a random-effects model. For continuous data, we calculated mean differences (MD), again based on a random-effects model.

Main results

The acetylcholinesterase inhibitor plus antipsychotic showed benefit over antipsychotic and placebo in the following outcomes.

1. Mental state - PANSS negative symptoms average end point score (2 RCTs, n = 31, MD -1.69 95% CI -2.80 to -0.57), PANSS General Psychopathology average end point score (2 RCTs, n = 31, MD -3.86 95% CI -5.40 to -2.32), and improvement in depressive symptoms showed at least by one short-term study as measured by CDSS scale (data skewed).

2. Cognitive domains - attention, (1 RCT, n = 73, MD 1.20 95% CI 0.14 to 2.26), visual memory (2 RCTs, n = 48 , MD 1.90 95% CI 0.52 to 3.28), verbal memory and language (3 RCTs, n = 42, MD 3.46 95% CI 0.67 to 6.26) and executive functioning (1 RCT, n = 24, MD 17.10 95% CI 0.70 to 33.50).

3. Tolerability - EPSE: AIMS, (1 RCT, n = 35, MD 1.50 95% CI 1.04 to 1.96).

No difference was noted between the two arms in other outcomes. The overall rate of participants leaving studies early was low (13.6 %) and showed no clear difference between the two groups.

Authors' conclusions

The results seem to favour the use of acetylcholinesterase inhibitors in combination with antipsychotics on a few domains of mental state and cognition, but because of the various limitations in the studies as mentioned in the main text, the evidence is weak. This review highlights the need for large, independent, well designed, conducted and reported pragmatic randomised studies.

 

Plain language summary

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié

Acetylcholinesterase inhibitors versus antipsychotics for schizophrenia either alone or in combination with antipsychotics.

This review compares the effects of acetylcholinesterase inhibitors alone, or in combination with antipsychotics, compared with antipsychotics alone, or placebo plus antipsychotics. Adding acetylcholinesterase inhibitors with antipsychotics may improve the general psychopathology/negative symptomatology/depressive symptoms in people with schizophrenia. Also, the combination may be useful in improving the attention/reaction time and memory areas of cognition. The major limitation of the results was that most of the studies found were short-term studies. Considering the chronic, severe and enduring nature of schizophrenia, one cannot get a true picture unless well designed long-term studies are done. We hope that this review will highlight the need for more studies in this area.

 

Résumé

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié

Les inhibiteurs de l'acétylcholinestérase dans la schizophrénie

Contexte

La médication antipsychotique demeure la pierre angulaire du traitement de la schizophrénie ; elle est en usage depuis longtemps. Comme en témoignent les recherches en cours et l'efficacité partielle des antipsychotiques sur les symptômes cognitifs et négatifs, la recherche porte sur des médicaments pouvant améliorer ces aspects du fonctionnement chez les personnes souffrant de schizophrénie. Les inhibiteurs de l'acétylcholinestérase ont longtemps été utilisés pour traiter les symptômes cognitifs de la démence.

Objectifs

Le but de la revue était d'évaluer les effets cliniques, l'innocuité et la rentabilité des inhibiteurs de l'acétylcholinestérase dans le traitement des personnes atteintes de schizophrénie.

Stratégie de recherche documentaire

Nous avons effectué une recherche dans le registre du groupe Cochrane sur la schizophrénie (février 2009) et nous avons examiné les bibliographies de toutes les études identifiées afin de trouver d'autres essais.

Critères de sélection

Nous avons inclus tous les essais cliniques randomisés comparant des inhibiteurs de l'acétylcholinestérase avec des antipsychotiques ou un placebo, soit seuls soit en combinaison, dans le traitement de la schizophrénie ou de la psychose de type schizophrénique.

Recueil et analyse des données

Nous avons extrait les données de manière indépendante. Pour les variables dichotomiques, nous avons calculé le risque relatif (RR) et l'intervalle de confiance (IC) à 95 % sur une base d'intention de traiter (IT) au moyen d'un modèle à effets aléatoires. Pour les variables continues, nous avons calculé la différence moyenne (DM), là aussi à base d'un modèle à effets aléatoires.

Résultats Principaux

L'inhibiteur de l'acétylcholinestérase associé à un antipsychotique s'est avéré préférable à l'antipsychotique et au placebo pour les critères de jugement suivants.

1. État mental - score final moyen PANSS des symptômes négatifs (2 ECR, n = 31 ; DM -1,69 ; IC à 95 % -2,80 à -0,57), score final moyen PANSS de psychopathologie générale (2 ECR, n = 31 ; DM -3,86 ; IC à 95 % -5,40 à -2,32) et amélioration des symptômes dépressifs démontrée par au moins une étude à court terme et mesurée par l'échelle CDSS (données biaisées).

2. Domaines cognitifs - attention (1 ECR, n = 73 ; DM 1,20 ; IC à 95 % 0,14 à 2,26), mémoire visuelle (2 ECR, n = 48 ; DM 1,90 ; IC à 95 % 0,52 à 3,28), mémoire verbale et langage (3 ECR, n = 42 ; DM 3,46 ; IC à 95 % 0,67 à 6,26) et fonctionnement exécutif (1 ECR, n = 24 ; DM 17,10 ; IC à 95 % 0,70 à 33,50).

3. Tolérabilité - EPSE : AIMS, (1 ECR, n = 35 ; DM 1,50 ; IC à 95 % 1,04 à 1,96).

Aucune différence n'a été notée entre les deux groupes pour les autres critères de d'évaluation. Le taux global de participants ayant quitté les études de manière anticipée était faible (13,6 %) et ne montrait aucune différence claire entre les deux groupes.

Conclusions des auteurs

Les résultats semblent donner l'avantage à l'utilisation des inhibiteurs de l'acétylcholinestérase en combinaison avec des antipsychotiques pour quelques aspects de l'état mental et de la cognition, mais en raison des différentes limitations dans les études, comme indiqué dans le texte principal, ces preuves sont faibles. Cette revue met en évidence le besoin de larges études pragmatiques randomisées, indépendantes et bien conçues, réalisées et décrites.

 

Résumé simplifié

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié

Les inhibiteurs de l'acétylcholinestérase dans la schizophrénie

Inhibiteurs de l'acétylcholinestérase versus antipsychotiques dans la schizophrénie, seuls ou en association avec des antipsychotiques.

Cette revue compare les effets des inhibiteurs de l'acétylcholinestérase, seuls ou en combinaison avec des antipsychotiques, avec ceux des antipsychotiques seuls ou du placebo combiné à des antipsychotiques. L'ajout d'inhibiteurs de l'acétylcholinestérase aux antipsychotiques pourrait améliorer la psychopathologie générale, la symptomatologie négative ou les symptômes dépressifs chez les personnes atteintes de schizophrénie. En outre, la combinaison pourrait améliorer la durée d'attention / de réaction et les zones de mémoire cognitive. La limitation majeure des résultats tenait au fait que la plupart des études trouvées étaient des études à court terme. Compte tenu de la nature chronique, grave et persistante de la schizophrénie, on n'aura pas de vision claire des choses tant que des études à long terme et bien conçues n'auront pas été menées. Nous espérons que cette étude mettra en lumière le besoin d'études supplémentaires dans ce domaine.

Notes de traduction

Traduit par: French Cochrane Centre 22nd October, 2012
Traduction financée par: Ministère du Travail, de l'Emploi et de la Santé Français