Intervention Review

Email for the provision of information on disease prevention and health promotion

  1. Prescilla Sawmynaden1,*,
  2. Helen Atherton2,
  3. Azeem Majeed1,
  4. Josip Car3,4

Editorial Group: Cochrane Consumers and Communication Group

Published Online: 14 NOV 2012

Assessed as up-to-date: 7 JUN 2011

DOI: 10.1002/14651858.CD007982.pub2


How to Cite

Sawmynaden P, Atherton H, Majeed A, Car J. Email for the provision of information on disease prevention and health promotion. Cochrane Database of Systematic Reviews 2012, Issue 11. Art. No.: CD007982. DOI: 10.1002/14651858.CD007982.pub2.

Author Information

  1. 1

    Imperial College London, Department of Primary Care and Public Health, London, UK

  2. 2

    Oxford University, Department of Primary Care Health Sciences, Oxford, UK

  3. 3

    Imperial College London, Global eHealth Unit, Department of Primary Care and Public Health, School of Public Health, London, UK

  4. 4

    University of Ljubljana, Department of Family Medicine, Faculty of Medicine, Ljubljana, Slovenia

*Prescilla Sawmynaden, Department of Primary Care and Public Health, Imperial College London, Reynolds Building, London, W6 8RP, UK. pres1979@yahoo.co.uk.

Publication History

  1. Publication Status: New
  2. Published Online: 14 NOV 2012

SEARCH

 

Abstract

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé scientifique
  5. Résumé simplifié
  6. Laienverständliche Zusammenfassung

Background

Email is a popular and commonly used method of communication, but its use in health care is not routine. Its application in health care has included the provision of information on disease prevention and health promotion, but the effects of using email in this way are not known. This review assesses the use of email for the provision of information on disease prevention and health promotion.

Objectives

To assess the effects of email for the provision of information on disease prevention and health promotion, compared to standard mail or usual care, on outcomes for healthcare professionals, patients and caregivers, and health services, including harms.

Search methods

We searched: the Cochrane Consumers and Communication Review Group Specialised Register (January 2010), the Cochrane Central Register of Controlled Trials (CENTRAL, The Cochrane Library, Issue 1 2010), MEDLINE (1950 to January 2010), EMBASE (1980 to January 2010), CINAHL (1982 to February 2010), ERIC (1965 to January 2010) and PsycINFO (1967 to January 2010). We searched grey literature: theses/dissertation repositories, trials registers and Google Scholar (searched July 2010). We used additional search methods: examining reference lists, contacting authors.

Selection criteria

Randomised controlled trials, quasi-randomised trials, controlled before and after studies and interrupted time series studies examining interventions where email is used by healthcare professionals to provide information to patients on disease prevention and health promotion, and taking the form of 1) unsecured email 2) secure email or 3) web messaging. We considered healthcare professionals or associated administrative staff as participants originating the email communication, and patients and caregivers as participants receiving the email communication, in all settings. Email communication was one-way from healthcare professionals or associated administrative staff originating the email communication, to patients or caregivers receiving the email communication.

Data collection and analysis

Two authors independently assessed the risk of bias of included studies and extracted data. We contacted study authors for additional information. We assessed risk of bias according to the Cochrane Handbook for Systematic Reviews of Interventions. For continuous outcome measures, we report effect sizes as mean differences (MDs). For dichotomous outcome measures, we report effect sizes as odds ratios (ORs). We conducted a meta-analysis for one primary health service outcome, comparing email communication to standard mail, and report this result as an OR.

Main results

We included six randomised controlled trials involving 8372 people. All trials were judged to be at high risk of bias for at least one domain. Four trials compared email communication to standard mail and two compared email communication to usual care. For the primary health service outcome of uptake of preventive screening, there was no difference between email and standard mail (OR 0.93; 95% CI 0.69 to 1.24). For both comparisons (email versus standard mail and email versus usual care) there was no difference between the groups for patient or caregiver understanding and support. Results were inconclusive for patient or caregiver behaviours and actions. For email versus usual care only, there was no significant difference between groups for the primary outcome of patient health status and well-being. No data were reported relating to healthcare professionals or harms.

Authors' conclusions

The evidence on the use of email for the provision of information on disease prevention and health promotion was weak, and therefore inadequate to inform clinical practice. The available trials mostly provide inconclusive, or no evidence for the outcomes of interest in this review. Future research needs to use high-quality study designs that take advantage of the most recent developments in information technology, with consideration of the complexity of email as an intervention.

 

Plain language summary

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé scientifique
  5. Résumé simplifié
  6. Laienverständliche Zusammenfassung

Email used by health professionals to send patients/caregivers information on promoting health and preventing disease

Email is widely used in many sectors and lots of people use it in their day to day lives. The use of email in health care is not yet common. One use for it is for health professionals to send patients/caregivers information on how to be healthy and avoid disease. This review examines how patients, healthcare professionals and health services may be affected by using email in this way.

We found that there was not much evidence on the effects of using email to give people information on disease prevention and health promotion. We found only six trials with 8372 participants in total. All of the trials had elements of bias. Four studies compared email to standard mail as a method of communication, and found that using email instead of mail did not make any difference to patient or caregiver understanding, or the uptake of preventive screening. Two studies compared email with usual care, and found that using email instead of usual methods of information delivery did make any difference to patient or caregiver understanding and support, or patient health status and well-being. We were unable to properly assess email's impact on patient or caregiver behaviours/actions as the results were mixed.

As there is a lack of good quality evidence for whether email can be used by healthcare professionals to provide information to patients or caregivers on how to stay healthy and avoid disease, we need to think about how to get good measurable information on this. Future studies should follow advice on good ways of carrying out and presenting research. It would be useful if they could look at the costs of using email and take into account ongoing changes in technology.

 

Résumé scientifique

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé scientifique
  5. Résumé simplifié
  6. Laienverständliche Zusammenfassung

Le courrier électronique pour la fourniture d'informations sur la prévention des maladies et la promotion de la santé

Contexte

Le courrier électronique est un moyen de communication populaire et couramment utilisé, mais il ne s'est pas encore imposé dans la routine médicale. Son application dans le domaine médical inclut la fourniture d'informations sur la prévention des maladies et la promotion de la santé, mais les effets d'une telle utilisation du courrier électronique ne sont pas connus. Cette revue vise à évaluer l'utilisation du courrier électronique pour la fourniture d'informations sur la prévention des maladies et la promotion de la santé.

Objectifs

Évaluer les effets de l'utilisation du courrier électronique pour la fourniture d'informations sur la prévention des maladies et la promotion de la santé, en comparaison avec le courrier postal ou les soins habituels, sur les critères de résultat relatifs aux professionnels de santé, aux patients et soignants et aux services de santé, préjudices compris.

Stratégie de recherche documentaire

Nous avons effectué des recherches dans : le registre spécialisé du groupe thématique Cochrane sur les usagers de soins et la communication (janvier 2010), le registre Cochrane des essais contrôlés (CENTRAL, The Cochrane Library, numéro 1 2010), MEDLINE (de 1950 à janvier 2010), EMBASE (de 1980 à janvier 2010), CINAHL (de 1982 à février 2010), ERIC (de 1965 à janvier 2010) et PsycINFO (de 1967 à janvier 2010). Nous avons cherché dans la littérature grise : dépôts de thèses/mémoires, registres d'essais et Google Scholar (recherche effectuée en juillet 2010). Nous avons utilisé des méthodes de recherche supplémentaires : passage au crible de références bibliographiques, prise de contact avec des auteurs.

Critères de sélection

Des essais contrôlés randomisés, des essais quasi-randomisés, des études contrôlées avant-après et des études de séries temporelles interrompues portant sur des interventions utilisant le courrier électronique pour permettre aux professionnels de la santé de fournir aux patients des informations sur la prévention des maladies et la promotion de la santé, sous la forme de 1) courrier électronique non sécurisé, 2) courrier électronique sécurisé ou 3) messagerie internet. Dans tous les contextes, nous avons considéré les professionnels de la santé ou le personnel administratif associé comme des participants initiant la communication par courrier électronique, et les patients et soignants comme des participants recevant cette communication. La communication par courrier électronique était à sens unique, depuis les professionnels de la santé ou le personnel administratif associé initiant cette communication, vers les patients ou les soignants la recevant.

Recueil et analyse des données

Deux auteurs ont, de façon indépendante, évalué les risques de biais des études incluses et extrait les données. Nous avons contacté les auteurs d'études afin d'obtenir des informations complémentaires. Nous avons évalué les risques de biais en nous conformant au Manuel Cochrane pour les revues systématiques d'interventions. Pour les mesures de critères continus, nous avons rendu compte de l'ampleur de l'effet sous la forme des différences moyennes (DM). Pour les mesures de résultat dichotomiques, nous avons rendu compte de l'ampleur de l'effet sous la forme des rapports de cotes (RC). Nous avons effectué une méta-analyse pour un critère de résultat essentiel relatif aux services de santé, comparant la communication par courrier électronique au courrier postal, et nous avons rapporté ce résultat sous forme de RC.

Résultats principaux

Nous avons inclus six essais contrôlés randomisés portant sur 8 372 personnes. Tous les essais ont été jugés à risque élevé de biais dans au moins un domaine. Quatre essais avaient comparé la communication par courrier électronique au courrier postal et deux avaient comparé la communication par courrier électronique aux soins habituels. Pour le critère de résultat essentiel relatif aux services de santé portant sur la participation à du dépistage préventif, il n'y avait pas de différence entre courrier électronique et courrier postal (RC 0,93 ; IC à 95% 0,69 à 1,24). Pour les deux comparaisons (courrier électronique versus courrier postal et courrier électronique versus soins habituels) il n'y avait pas de différence entre les groupes au niveau de la compréhension et de l'adhésion du patient ou du soignant. Les résultats n'étaient pas concluants concernant les comportements et les actions des patients ou des soignants. Pour ce qui concerne la comparaison du courrier électronique aux seuls soins habituels, il n'y avait pas de différence significative entre les groupes pour le critère de jugement essentiel que constitue l'état de santé et le bien-être du patient. Il n'avait été rendu compte d'aucunes données concernant les professionnels de la santé et les préjudices.

Conclusions des auteurs

Les données relatives à l'utilisation du courrier électronique pour la fourniture d'informations sur la prévention des maladies et la promotion de la santé étaient faibles et ne permettent donc pas d'orienter la pratique clinique. Les données fournies par les essais disponibles étaient pour la plupart non concluantes ou inexistantes pour les critères auxquels s'intéressait cette revue. Les recherches futures devront utiliser des plans d'étude de bonne qualité qui tirent parti des développements les plus récents en technologie de l'information, en tenant compte de la complexité de l'intervention par courrier électronique.

 

Résumé simplifié

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé scientifique
  5. Résumé simplifié
  6. Laienverständliche Zusammenfassung

L'utilisation du courrier électronique par les professionnels de santé pour adresser aux patients/soignants des informations sur la promotion de la santé et la prévention des maladies

Le courrier électronique est couramment utilisé dans de nombreux secteurs et beaucoup de gens l'utilisent dans leur vie quotidienne. L'utilisation du courrier électronique dans les soins de santé n'est pas encore très courante. Une utilisation en est l'envoi aux patients/soignants par les professionnels de la santé d'informations sur la façon d'être en bonne santé et d'éviter les maladies. Cette revue examine la façon dont les patients, les professionnels de la santé et les services de santé peuvent être affectés par une telle utilisation du courrier électronique.

Nous avons constaté qu'il n'y avait pas beaucoup de données sur les effets de l'utilisation du courrier électronique pour diffuser des informations sur la prévention des maladies et la promotion de la santé. Nous n'avons trouvé que six essais totalisant 8372 participants. Tous les essais étaient entachés de biais. Quatre études avaient comparé le courrier électronique au courrier standard comme moyen de communication, et avaient constaté que l'utilisation du courrier électronique ne faisait aucune différence au niveau de la compréhension du patient ou du soignant ou de la participation à du dépistage préventif. Deux études avaient comparé le courrier électronique aux soins habituels et avaient constaté que l'utilisation du courrier électronique à la place des méthodes habituelles de diffusion de l'information n'avait aucun impact sur la compréhension et l'adhésion du patient ou du soignant, ni sur l'état de santé et le bien-être du patient. Nous n'avons pas été en mesure d'évaluer correctement l'impact du courrier électronique sur le comportement et les actions des patients ou des soignants, car les résultats étaient variés.

Vu que l'on manque de données de bonne qualité sur la question de savoir si le courrier électronique peut être utilisé par les professionnels de la santé pour fournir des informations aux patients ou aux soignants sur la façon de rester en bonne santé et d'éviter les maladies, nous devons réfléchir à la façon d'obtenir à ce sujet de bonnes informations mesurables. Les études futures devraient suivre les conseils sur la bonne façon de mener et de présenter une recherche. Il serait bon qu'elles examinent les coûts d'utilisation du courrier électronique et tiennent compte de la constante évolution des technologies.

Notes de traduction

Traduit par: French Cochrane Centre 11th October, 2013
Traduction financée par: Minist�re des Affaires sociales et de la Sant�

 

Laienverständliche Zusammenfassung

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé scientifique
  5. Résumé simplifié
  6. Laienverständliche Zusammenfassung

E-Mails von Gesundheitsfachleuten zur Information von Patienten und Betreuungspersonen über Gesundheitsförderung und Krankheitsvorbeugung

Aus vielen Lebensbereichen sind E-Mails nicht mehr wegzudenken und zahlreiche Menschen nutzen diesen Kommunikationsweg täglich. Der Einsatz von E-Mails im Gesundheitswesen hat sich jedoch noch nicht durchgesetzt. Fachpersonen können dieses Mittel beispielsweise dazu nutzen, Patienten und Betreuungspersonen darüber zu informieren, wie sie gesund bleiben und Krankheiten vermeiden können. Dieser Review untersucht, wie ein solcher Einsatz von E-Mails sich auf Patienten, Fachpersonal und Gesundheitsdienste auswirken könnte.

Wir stellten fest, dass es nicht viel Evidenz zur Wirkung von E-Mails gibt, die der Verbreitung von Informationen zur Krankheitsvermeidung und Gesundheitsförderung dienen. Wir fanden nur sechs Studien mit insgesamt 8372 Teilnehmern. Alle Studien zeigten einen gewissen Bias. Vier Studien verglichen die E-Mail mit der normalen Briefpost als Kommunikationsmittel und kamen zu dem Ergebnis, dass der Gebrauch von E-Mails anstelle von Briefen sich weder auf das Verständnis von Patienten oder Betreuungspersonen noch auf die Teilnahme an Vorsorgeuntersuchungen auswirkte. In zwei Studien wurde die E-Mail mit der üblichen Betreuung verglichen. Hier kamen die Autoren ebenfalls zu dem Ergebnis, dass der Einsatz von E-Mails anstelle üblicher Aufklärungsmethoden sich weder auf Verständnis und Unterstützung von Patienten oder Betreuungspersonen noch auf Gesundheitszustand und Wohlbefinden des Patienten auswirkte. Wir konnten jedoch den Einfluss der E-Mail auf Verhalten und Tätigkeiten von Patienten oder Betreuungspersonen nicht präzise bewerten, da die Ergebnisse gemischt waren.

Da es an solider Evidenz dafür mangelt, ob E-Mails von Gesundheitsfachpersonen genutzt werden können, um Patienten und Betreuer darüber zu informieren, wie sie gesund bleiben und Krankheiten vermeiden können, muss darüber nachgedacht werden, wie gute, messbare Daten zu diesem Thema erhoben werden können. Zukünftige Studien sollten Empfehlungen zur sinnvollen Durchführung und Präsentation von Forschungsarbeiten befolgen. Es wäre nützlich, wenn sie sich mit den Kosten von E-Mails beschäftigen und fortlaufende Veränderungen in der Technologie berücksichtigen würden.

Anmerkungen zur Übersetzung

S. Schmidt-Wussow, Koordination durch Cochrane Schweiz.