Intervention Review

Polyunsaturated fatty acids (PUFA) for attention deficit hyperactivity disorder (ADHD) in children and adolescents

  1. Donna Gillies1,*,
  2. John KH Sinn2,
  3. Sagar S Lad3,
  4. Matthew J Leach4,
  5. Melissa J Ross5

Editorial Group: Cochrane Developmental, Psychosocial and Learning Problems Group

Published Online: 11 JUL 2012

Assessed as up-to-date: 1 FEB 2012

DOI: 10.1002/14651858.CD007986.pub2


How to Cite

Gillies D, Sinn JKH, Lad SS, Leach MJ, Ross MJ. Polyunsaturated fatty acids (PUFA) for attention deficit hyperactivity disorder (ADHD) in children and adolescents. Cochrane Database of Systematic Reviews 2012, Issue 7. Art. No.: CD007986. DOI: 10.1002/14651858.CD007986.pub2.

Author Information

  1. 1

    Western Sydney and Nepean Blue Mountains Local Health Districts - Mental Health, Parramatta, NSW, Australia

  2. 2

    Royal North Shore Hospital, The University of Sydney, Department of Neonatology, Sydney, New South Wales, Australia

  3. 3

    Jehangir Apollo Hospital, Pune, Maharashtra, India

  4. 4

    University of South Australia, School of Nursing & Midwifery, Adelaide, South Australia, Australia

  5. 5

    Westmead Hospital, Centre for Newborn Care, Westmead, New South Wales, Australia

*Donna Gillies, Western Sydney and Nepean Blue Mountains Local Health Districts - Mental Health, Cumberland Hospital, Locked Bag 7118, Parramatta, NSW, 2150, Australia. Donna_Gillies@wsahs.nsw.gov.au.

Publication History

  1. Publication Status: Edited (no change to conclusions)
  2. Published Online: 11 JUL 2012

SEARCH

 

Abstract

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié

Background

Attention deficit hyperactivity disorder (ADHD) is a major problem in children and adolescents, characterised by age-inappropriate levels of inattention, hyperactivity and impulsivity, and is associated with long-term social, academic and mental health problems. The stimulant medications methylphenidate and amphetamine are the most frequently used treatments for ADHD, but these are not always effective and can be associated with side effects. Clinical and biochemical evidence suggests that deficiencies of polyunsaturated fatty acids (PUFA) could be related to ADHD. Children and adolescents with ADHD have been shown to have significantly lower plasma and blood concentrations of PUFA and, in particular, lower levels of omega-3 PUFA. These findings suggest that PUFA supplementation may reduce the attention and behaviour problems associated with ADHD.

Objectives

To compare the efficacy of PUFA to other forms of treatment or placebo in treating the symptoms of ADHD in children and adolescents.

Search methods

We searched the following databases in August 2011: CENTRAL (The Cochrane Library 2011, Issue 2), MEDLINE (1948 to July Week 3, 2011), EMBASE (1980 to 2011 Week 29), PsycINFO (1806 to current), CINAHL (1937 to current), BIOSIS (1969 to 30 July 2011), Science Citation Index (1970 to 30 July 2011), Social Science Citation Index (1970 to 30 July 2011), Conference Proceedings Citation Index - Science (1990 to 30 July 2011), Conference Proceedings Citation Index - Social Science and Humanities (1990 to 30 July 2011), Cochrane Database of Systematic Reviews (2011, Issue 7), DARE (2011 Issue 2), Dissertation Abstracts (via Dissertation Express) and the metaRegister of Controlled Trials (mRCT). In addition, we searched the following repositories for theses on 2 August 2011: DART, NTLTD and TROVE. We also checked reference lists of relevant studies and reviews for additional references.

Selection criteria

Two review authors independently assessed the results of the database searches. We resolved any disagreements regarding the selection of studies through consensus or, if necessary, by consultation with a third member of the review team.

Data collection and analysis

Two members of the review team independently extracted details of participants and setting, interventions, methodology and outcome data. If differences were identified, we resolved them by consensus or referral to a third member of the team. We made all reasonable attempts to contact the authors where further clarification or missing data were needed.

Main results

We included 13 trials with 1011 participants in the review. After screening 366 references, we considered 23 relevant and obtained the full text for consideration. We excluded five papers and included 18 papers describing the 13 trials. 

Eight of the included trials had a parallel design: five compared an omega-3 PUFA supplement to placebo; two compared a combined omega-3 and omega-6 supplement to placebo, and one compared an omega-3 PUFA to a dietary supplement. Five of the included trials had a cross-over design: two compared combined omega-3/6 PUFA to placebo; two compared omega-6 PUFA with placebo; one compared omega-3 to omega-6 PUFA, and one compared omega-6 PUFA to dexamphetamine. Supplements were given for a period of between four and 16 weeks.

There was a significantly higher likelihood of improvement in the group receiving omega-3/6 PUFA compared to placebo (two trials, 97 participants; risk ratio (RR) 2.19, 95% confidence interval (CI) 1.04 to 4.62). However, there were no statistically significant differences in parent-rated ADHD symptoms (five trials, 413 participants; standardised mean difference (SMD) -0.17, 95% CI -0.38 to 0.03); inattention (six trials, 469 participants; SMD -0.04, 95% CI -0.29 to 0.21) or hyperactivity/impulsivity (five trials, 416 participants; SMD -0.04, 95% CI -0.25 to 0.16) when all participants receiving PUFA supplements were compared to those receiving placebo.

There were no statistically significant differences in teacher ratings of overall ADHD symptoms (four trials, 324 participants; SMD 0.05, 95% CI -0.18 to 0.27); inattention (three trials, 260 participants; SMD 0.26, 95% CI -0.22 to 0.74) or hyperactivity/impulsivity (three trials, 259 participants; SMD 0.10, 95% CI -0.16 to 0.35).

There were also no differences between groups in behaviour, side effects or loss to follow-up.

Overall, there were no other differences between groups for any other comparison.

Authors' conclusions

Overall, there is little evidence that PUFA supplementation provides any benefit for the symptoms of ADHD in children and adolescents. The majority of data showed no benefit of PUFA supplementation, although there were some limited data that did show an improvement with combined omega-3 and omega-6 supplementation.

It is important that future research addresses current weaknesses in this area, which include small sample sizes, variability of selection criteria, variability of the type and dosage of supplementation, short follow-up times and other methodological weaknesses.

 

Plain language summary

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié

Polyunsaturated fatty acids (PUFA) supplements for attention deficit hyperactivity disorder (ADHD) in children and adolescents

Attention deficit hyperactivity disorder (ADHD) is a major problem in children and adolescents and can result in long-term social, academic and mental health problems. Stimulant medications, such as methylphenidate and amphetamine, are the most frequently used treatments for ADHD but are not always effective and can be associated with side effects. There is evidence that ADHD could be related to deficiencies of polyunsaturated fatty acids (PUFA) and, in particular, omega-3 PUFA; therefore, PUFA supplementation may improve ADHD symptoms and associated problems. The aim of this review was to evaluate whether PUFA supplements are an effective treatment for children and adolescents with ADHD. Although there were some limited data that did indicate there may be some improvement, overall there was little evidence that PUFA supplementation is beneficial. Further high-quality research needs to be done.

 

Résumé

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié

Acides gras polyinsaturés (AGPI) pour le trouble déficitaire de l’attention avec hyperactivité (TDAH) chez les enfants et les adolescents

Contexte

Le trouble déficitaire de l’attention avec hyperactivité (TDAH) est un problème majeur chez les enfants et les adolescents, caractérisé par des niveaux inappropriés à l'âge d’inattention, d’hyperactivité et d’impulsivité, et est associé à des problèmes de santé sociale, scolaire et mentale à long terme. Les médicaments stimulants, le méthylphénidate et les amphétamines, sont les traitements les plus fréquemment utilisés pour le TDAH, mais ils ne sont pas toujours efficaces et peuvent être associés à des effets secondaires. Les preuves cliniques et biochimiques suggèrent que les carences en acides gras polyinsaturés (AGPI) pourraient être liées au TDAH. Les enfants et les adolescents présentant un TDAH se sont révélés avoir des concentrations plasmatiques et sanguines d'AGPI significativement plus faibles et, en particulier, des taux plus faibles d'AGPI oméga-3. Ces constatations suggèrent que la supplémentation en AGPI peut réduire les problèmes d'attention et de comportement associés au TDAH.

Objectifs

Comparer l'efficacité des AGPI à d'autres formes de traitement ou un placebo pour traiter les symptômes du TDAH chez les enfants et les adolescents.

Stratégie de recherche documentaire

Nous avons effectué des recherches dans les bases de données suivantes en août 2011 : CENTRAL (The Cochrane Library 2011, numéro 2), MEDLINE (de 1948 à la 3ème semaine de juillet 2011), EMBASE (de 1980 à la 29ème semaine de l'année 2011), PsycINFO (de 1806 à aujourd'hui), CINAHL (de 1937 à aujourd'hui), BIOSIS (de 1969 au 30 juillet 2011), Science Citation Index (de 1970 au 30 juillet 2011), Social Science Citation Index (de 1970 au 30 juillet 2011), Conference Proceedings Citation Index - Science (de 1990 au 30 juillet 2011), Conference Proceedings Citation Index - Social Science and Humanities (de 1990 au 30 juillet 2011), la base des revues systématiques Cochrane (Cochrane Database of Systematic Reviews, numéro 7, 2011), DARE (numéro 2, 2011), Dissertation Abstracts (via Dissertation Express) et le métaregistre des essais contrôlés (mRCT). De plus, nous avons effectué des recherches dans les référentiels de dépôt suivants pour les thèses le 2 août 2011 : DART, NTLTD et TROVE. Nous avons aussi vérifié les listes bibliographiques des études et des revues pertinentes pour des références supplémentaires.

Critères de sélection

Deux auteurs de la revue ont indépendamment évalué les résultats des recherches documentaires. Nous avons résolu les désaccords concernant la sélection des études par des consensus ou, si nécessaire, par la consultation d'un troisième auteur de l'équipe de la revue.

Recueil et analyse des données

Deux auteurs de l'équipe de la revue ont indépendamment extrait les informations détaillées sur les participants et les données sur l’établissement, les interventions, la méthodologie et les critères de jugement. Quand des différences ont été identifiées, nous les avons résolues par des consensus ou par le renvoi à un troisième auteur de l'équipe. Nous avons tenté, le cas échéant, de contacter les auteurs lorsque des clarifications supplémentaires ou des données manquantes étaient nécessaires.

Résultats Principaux

Nous avons inclus 13 essais totalisant 1 011 participants dans cette revue. Après passage au crible de 366 références bibliographiques, nous en avons pris en compte 23 pertinentes qui répondaient aux critères d'inclusion de cette revue et avons obtenu leur texte complet. Nous avons exclu cinq articles et inclus 18 articles décrivant les 13 essais. 

Huit des essais inclus avaient une conception parallèle : cinq avaient comparé une supplémentation en AGPI oméga-3 à un placebo ; deux avaient comparé une supplémentation combinée en oméga-3 et oméga-6 à un placebo, et un essai avait comparé un AGPI oméga-3 à un supplément diététique. Cinq des essais inclus avaient une conception croisée : deux avaient comparé une combinaison d'AGPI oméga-3/6 à un placebo ; deux avaient comparé des AGPI oméga-6 à un placebo ; un essai avait comparé des AGPI oméga-3 à des AGPI oméga-6, et un essai avait comparé des AGPI oméga-6 à la dexamphétamine. Les suppléments ont été fournis pendant une période comprise entre 4 et 16 semaines.

Il y avait une probabilité d'amélioration significativement plus forte dans le groupe recevant des AGPI oméga-3/6 comparé au groupe sous placebo (deux essais, 97 participants ; risque relatif (RR) 2,19, intervalle de confiance (IC) à 95 % 1,04 à 4,62). Toutefois, Il n'y avait aucune différence significative sur le plan statistique dans les symptômes du TDAH évalués par les parents (cinq essais, 413 participants ; différence moyenne standardisée (DMS) -0,17, IC à 95 % -0,38 à 0,03) ; l'inattention (six essais, 469 participants ; DMS -0,04, IC à 95 % -0,29 à 0,21) ou l'hyperactivité/l'impulsivité (cinq essais, 416 participants ; DMS -0,04, IC à 95 % -0,25 à 0,16) quand tous les participants recevant les suppléments d'AGPI ont été comparés à ceux sous placebo.

Il n'y avait aucune différence significative sur le plan statistique dans les estimations des enseignants de l'ensemble des symptômes du TDAH (quatre essais, 324 participants ; DMS 0,05, IC à 95 % -0,18 à 0,27) ; l'inattention (trois essais, 260 participants ; DMS 0,26, IC à 95 % -0,22 à 0,74) ou l'hyperactivité/l'impulsivité (trois essais, 259 participants ; DMS 0,10, IC à 95 % -0,16 à 0,35).

Il n'y avait pas non plus de différences entre les groupes dans le comportement, les effets secondaires ou la perte de suivi.

Dans l'ensemble, il n'y avait aucune autre différence entre les groupes pour aucune autre comparaison.

Conclusions des auteurs

Dans l'ensemble, il existe très peu de preuves que la supplémentation en AGPI procure un quelconque bénéfice en ce qui concerne les symptômes du TDAH chez les enfants et les adolescents. La majorité des données n'indiquaient aucun bénéfice de la supplémentation en AGPI, bien qu'il y ait eu certaines données limitées qui indiquaient effectivement une amélioration avec la supplémentation combinée en oméga-3 et oméga-6.

Il est important que les futures recherches abordent les faiblesses actuelles dans ce domaine, qui comprennent des tailles d'échantillons réduites, une variabilité des critères de sélection, une variabilité du type et de la dose de la supplémentation, des périodes de suivi courtes et d'autres faiblesses méthodologiques.

 

Résumé simplifié

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié

Acides gras polyinsaturés (AGPI) pour le trouble déficitaire de l’attention avec hyperactivité (TDAH) chez les enfants et les adolescents

Suppléments d'acides gras polyinsaturés (AGPI) pour le trouble déficitaire de l’attention avec hyperactivité (TDAH) chez les enfants et les adolescents

Le trouble déficitaire de l’attention avec hyperactivité (TDAH) est un problème majeur chez les enfants et les adolescents et peut donner lieu à des problèmes de santé sociale, scolaire et mentale à long terme. Les médicaments stimulants, tels que le méthylphénidate et les amphétamines, sont les traitements les plus fréquemment utilisés pour le TDAH mais ils ne sont pas toujours efficaces et peuvent être associés à des effets secondaires. Il existe des preuves que le TDAH pourrait être lié aux carences en acides gras polyinsaturés (AGPI) et, en particulier, en AGPI oméga-3 ; par conséquent, la supplémentation en AGPI peut améliorer les symptômes du TDAH et des problèmes associés. L'objectif de la présente revue était d'évaluer si la supplémentation en AGPI est un traitement efficace chez les enfants et les adolescents présentant un TDAH. Bien qu'il y ait eu certaines données limitées qui indiquaient effectivement qu'il peut y avoir une certaine amélioration, dans l'ensemble il y avait très peu de preuves que la supplémentation en AGPI est bénéfique. D'autres recherches de grande qualité devront être menées.

Notes de traduction

This translation refers to an older version of the review that has been updated or amended.

Traduit par: French Cochrane Centre 11th September, 2012
Traduction financée par: Ministère du Travail, de l'Emploi et de la Santé Français