Intervention Review

Rheum officinale (a traditional Chinese medicine) for chronic kidney disease

  1. Han Wang1,2,
  2. Hongxian Song2,
  3. Jirong Yue1,
  4. Jun Li1,
  5. Yan Bin Hou3,
  6. Jue Lin Deng1,*

Editorial Group: Cochrane Renal Group

Published Online: 11 JUL 2012

Assessed as up-to-date: 13 NOV 2011

DOI: 10.1002/14651858.CD008000.pub2

How to Cite

Wang H, Song H, Yue J, Li J, Hou YB, Deng JL. Rheum officinale (a traditional Chinese medicine) for chronic kidney disease. Cochrane Database of Systematic Reviews 2012, Issue 7. Art. No.: CD008000. DOI: 10.1002/14651858.CD008000.pub2.

Author Information

  1. 1

    West China Hospital, Sichuan University, Department of Geriatrics, Chengdu, Sichuan, China

  2. 2

    People's Hospital of Hubei University of Medicine, Department of Internal Medicine, Shiyan, China

  3. 3

    Kangning Hospital, Department of Geriatrics, Ningbo, Zhejiang, China

*Jue Lin Deng, Department of Geriatrics, West China Hospital, Sichuan University, No. 37, Guo Xue Xiang, Chengdu, Sichuan, 610041, China. juelind2005@yahoo.com.cn.

Publication History

  1. Publication Status: New
  2. Published Online: 11 JUL 2012

SEARCH

 

Abstract

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié

Background

Chronic kidney disease (CKD) is a major public health issue worldwide. Standard therapies to delay CKD progression include dietary protein restriction and administration of angiotensin-converting enzyme inhibitors (ACEi) and angiotensin receptor blockers (ARB) to help control blood pressure and confer additional renoprotective effects. Despite such interventions, CKD incidence and mortality rates continue to increase. Rheum officinale (Da Huang) a medicinal herb used widely in China to treat CKD has been reported to offer a range of pharmacological properties that may delay disease progression.

Objectives

To assess the benefits and harms of Rheum officinale for preventing the progression of CKD.

Search methods

We searched the Cochrane Renal Group's Specialised Register and CENTRAL (Issue 4, 2011), MEDLINE, EMBASE, the Chinese Biomedicine Database (CBM), China National Knowledge Infrastructure (CNKI), VIP (Chongqing VIP Chinese Science and Technology Periodical Database), and Wanfang Data. We also handsearched reference lists of articles. We applied no restrictions on language of publication.

Selection criteria

We included randomised controlled trials (RCTs) and quasi-RCTs that assessed the benefits and harms of Rheum officinale for preventing the progression of CKD regardless of dosage, type, maturity, mode of administration, duration of treatment, or storage time before use.

Data collection and analysis

Two authors independently screened titles and abstracts for eligibility, assessed study quality, and extracted data. We expressed results for dichotomous outcomes (need for renal replacement therapy, all-cause mortality, quality of life) as risk ratios (RR) with 95% confidence intervals (CI). Continuous outcomes (glomerular filtration rate (GFR), serum creatinine (SCr), creatinine clearance (CrCl), blood urea nitrogen (BUN)) were expressed as mean differences (MD) with 95% CIs.

Main results

We identified nine studies that enrolled 682 participants. None of the studies reported blinding or group allocation methods. Seven studies were judged to be at low risk of incomplete outcome reporting; three studies were judged to be a low risk of selective reporting (protocols were available and/or all outcomes relevant to the this review were reported); and two studies were judged free of other potential biases.

Seven studies compared Rheum officinale with no treatment and two made comparisons with captopril, an angiotensin-converting enzyme inhibitor (ACEi). Compared with no treatment, Rheum officinale had a positive effect on SCr (MD -87.49 µmol/L, 95% CI -139.25 to -35.72) and BUN (MD -10.61 mmol/L, 95% CI -19.45 to -2.21). Compared with captopril, a statistically significant difference was not demonstrated in relation to Rheum officinale for any outcome (BUN, CrCl, or patients' capacity to undertake work). No data were available on all-cause mortality or cost of treatment. Only minor adverse events were reported in association with Rheum officinale.

Authors' conclusions

Currently available evidence concerning the efficacy of Rheum officinale to improve SCr and BUN levels in patients with CKD is both scant and low quality. Although Rheum officinale does not appear to be associated with serious adverse events among patients with CKD, there is no current evidence to support any recommendation for its use.

 

Plain language summary

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié

Rheum officinale (a traditional Chinese medicine) for the treatment of chronic kidney disease

Chronic kidney disease (CKD) is a long-term, life threatening illness that is becoming more common. People who have CKD are monitored closely and treated with therapies that are determined according to the stage of their illness and whether they have other health problems. Treatment for CKD often involves drugs to control blood pressure and aid kidney function - often angiotensin-converting enzyme inhibitors (ACEi) and angiotensin receptor blockers (ARBs) - along with restricting the amount of protein consumed. Practitioners of traditional Chinese medicine often use Rheum officinale (Da Huang, a type of rhubarb) to treat people with CKD.

We analysed evidence from nine studies conducted in China that compared Rheum officinale with no treatment or treatment with captopril, an ACEi. We looked at reported changes in two important blood markers - serum creatinine and blood urea nitrogen - that indicate progression of CKD.

We found no high quality evidence to indicate that treatment with Rheum officinale can improve CKD or delay its progression. Rheum officinale was not found to cause any serious health problems in patients with CKD. Well-designed randomised controlled studies are needed to provide robust, high quality evidence to assess if there are benefits from Rheum officinale for people with CKD.

 

Résumé

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié

Rheum officinale (un médicament traditionnel chinois) pour la néphropathie chronique

Contexte

La néphropathie chronique (NPC) est un important problème de santé publique dans le monde. Les traitements standard pour retarder la progression de la NPC comprennent la restriction des protéines alimentaires et l'administration d'inhibiteurs de l'enzyme de conversion de l'angiotensine (IECA) et de bloqueurs des récepteurs de l'angiotensine (BRA) pour faciliter le contrôle de la pression artérielle et conférer des effets néphroprotecteurs supplémentaires. Malgré de telles interventions, l'incidence et les taux de mortalité des NPC continuent d'augmenter. Il a été rapporté que le Rheum officinale (Da Huang), une plante médicinale largement utilisée en Chine pour traiter les NPC, offre tout un éventail de propriétés pharmacologiques susceptibles de retarder la progression de la maladie.

Objectifs

Évaluer les bénéfices et les risques du Rheum officinale pour prévenir la progression de la NPC.

Stratégie de recherche documentaire

Nous avons effectué des recherches dans le registre spécialisé du groupe Cochrane sur les reins et CENTRAL (numéro 4, 2011), MEDLINE, EMBASE, Chinese Biomedicine Database (CBM), China National Knowledge Infrastructure (CNKI), VIP (Chongqing VIP Chinese Science and Technology Periodical Database), et Wanfang Data. Nous avons également effectué des recherches manuelles dans les listes bibliographiques des articles. Nous n'avons appliqué aucune restriction à la langue de publication.

Critères de sélection

Nous avons inclus des essais contrôlés randomisés (ECR) et quasi-randomisés ayant évalué les bénéfices et les risques du Rheum officinale pour prévenir la progression de la NPC sans tenir compte de la dose, du type, du niveau de maturation, du mode d'administration, de la durée du traitement, ou du temps de stockage avant utilisation.

Recueil et analyse des données

Deux auteurs ont examiné les titres et les résumés pour l'inclusion des essais, évalué la qualité méthodologique des études et extrait les données de manière indépendante. Nous avons exprimé les résultats pour les critères de jugement dichotomiques (besoin d'une thérapie de remplacement rénal, mortalité toutes causes, qualité de vie) sous la forme de risques relatifs (RR) avec des intervalles de confiance (IC) à 95 %. Les critères de jugement continus (taux de filtration glomérulaire (TFG), créatinine sérique (CrS), clairance de la créatinine (ClCr), azote uréique sanguin (BUN)) ont été exprimés sous la forme de différences moyennes (DM) avec des IC à 95 %.

Résultats Principaux

Nous avons identifié neuf études impliquant au total 682 participants. Aucune des études ne rendait compte des méthodes de masquage ou d'assignation dans les groupes. Sept études ont été considérées comme présentant un faible risque de notification incomplète de résultats ; trois études ont été considérées comme présentant un faible risque de notification sélective (les protocoles étaient disponibles et/ou tous les résultats pertinents pour cette revue ont été rapportés) ; et deux études ont été considérées comme étant exemptes d'autres biais potentiels.

Sept études ont comparé le Rheum officinale à l'absence de traitement et deux ont effectué des comparaisons avec le captopril, un inhibiteur de l'enzyme de conversion de l'angiotensine (IECA). Comparé à l'absence de traitement, le Rheum officinale avait un effet positif sur la CrS (DM -87,49 µmol/l, IC à 95 % -139,25 à -35,72) et l'azote uréique sanguin (BUN) (DM -10,61 mmol/l, IC à 95 % -19,45 à -2,21). Comparé au captopril, aucune différence statistiquement significative n'a été démontrée en rapport avec le Rheum officinale pour aucun des résultats (BUN, ClCr, ou capacité de travail du patient). Aucune donnée n'était disponible sur la mortalité toutes causes ou le coût du traitement. Seuls les évènements indésirables mineurs associés au Rheum officinale ont été rapportés.

Conclusions des auteurs

Les preuves actuellement disponibles concernant l'efficacité du Rheum officinale pour améliorer les taux de CrS et de BUN chez les patients présentant une NPC sont à la fois maigres et de faible qualité. Bien que le Rheum officinale ne semble pas être associé à des évènements indésirables graves parmi les patients présentant une NPC, il n'existe aucune preuve actuelle pour soutenir la moindre recommandation concernant son utilisation.

 

Résumé simplifié

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié

Rheum officinale (un médicament traditionnel chinois) pour la néphropathie chronique

Rheum officinale (un médicament traditionnel chinois) pour le traitement de la néphropathie chronique

Une néphropathie chronique (NPC) est une affection mortelle de longue durée qui devient aujourd'hui plus courante. Les personnes présentant une NPC sont surveillées de près et traitées par des thérapies qui sont déterminées en fonction du stade de leur affection et selon qu'elles présentent ou non d'autres problèmes de santé. Le traitement pour les NPC implique souvent des médicaments pour contrôler la pression artérielle et soutenir la fonction rénale - souvent des inhibiteurs de l'enzyme de conversion de l'angiotensine (IECA) et des bloqueurs des récepteurs de l'angiotensine (BRA) - associés à une restriction de la quantité de protéine consommée. Les praticiens de la médecine traditionnelle chinoise utilisent souvent le Rheum officinale (Da Huang, un type de rhubarbe) pour traiter les personnes présentant une NPC.

Nous avons analysé les preuves issues de neuf études menées en Chine qui comparaient le Rheum officinale à l'absence de traitement ou à un traitement au captopril, un IECA. Nous avons examiné les changements rapportés pour deux marqueurs sanguins importants - créatinine sérique et azote uréique sanguin - qui indiquent la progression de la NPC.

Nous n'avons pas trouvé de preuves de grande qualité indiquant que le traitement par le Rheum officinale peut améliorer la NPC ou retarder sa progression. Il n'a pas été déterminé que le Rheum officinale provoquait de graves problèmes de santé chez les patients présentant une NPC. Des études contrôlées randomisées bien conçues sont nécessaires pour fournir des preuves de grande qualité solides afin d'évaluer si le Rheum officinale confère des bénéfices aux personnes présentant une NPC.

Notes de traduction

Traduit par: French Cochrane Centre 11th September, 2012
Traduction financée par: Ministère du Travail, de l'Emploi et de la Santé Français