Planned home versus hospital care for preterm prelabour rupture of the membranes (PPROM) prior to 37 weeks' gestation

  • Review
  • Intervention

Authors

  • Ghada Abou El Senoun,

    1. Queen's Medical Centre, Nottingham University Hospital, Department of Obstetrics and Gynaecology, Nottingham, Nottinghamshire, UK
    Search for more papers by this author
  • Therese Dowswell,

    1. The University of Liverpool, Cochrane Pregnancy and Childbirth Group, Department of Women's and Children's Health, Liverpool, UK
    Search for more papers by this author
  • Hatem A Mousa

    Corresponding author
    1. Leicester Royal Infirmary, University Department of Obstetrics and Gynaecology, Fetal and Maternal Medicine Unit, Leicester, UK
    • Hatem A Mousa, University Department of Obstetrics and Gynaecology, Fetal and Maternal Medicine Unit, Leicester Royal Infirmary, Infirmary Square, Leicester, LE1 5WW, UK. mousa339@hotmail.com.

    Search for more papers by this author

Abstract

Background

Preterm prelabour rupture of membranes (PPROM) is associated with increased risk of maternal and neonatal morbidity and mortality. Women with PPROM have been predominantly managed in hospital. It is possible that selected women could be managed at home after a period of observation. The safety, cost and women's views about home management have not been established.

Objectives

To assess the safety, cost and women's views about planned home versus hospital care for women with PPROM.

Search methods

We searched the Cochrane Pregnancy and Childbirth Group's Trials Register (31 July 2013) and the reference lists of all the identified articles.

Selection criteria

Randomised and quasi-randomised trials comparing planned home versus hospital management for women with PPROM before 37 weeks' gestation.

Data collection and analysis

Two review authors independently assessed clinical trials for eligibility for inclusion, risk of bias, and carried out data extraction.

Main results

We included two trials (116 women) comparing planned home versus hospital management for PPROM. Overall, the number of included women in each trial was too small to allow adequate assessment of pre-specified outcomes. Investigators used strict inclusion criteria and in both studies relatively few of the women presenting with PPROM were eligible for inclusion. Women were monitored for 48 to 72 hours before randomisation. Perinatal mortality was reported in one trial and there was insufficient evidence to determine whether it differed between the two groups (risk ratio (RR) 1.93, 95% confidence interval (CI) 0.19 to 20.05).  There was no evidence of differences between groups for serious neonatal morbidity, chorioamnionitis, gestational age at delivery, birthweight and admission to neonatal intensive care.

There was no information on serious maternal morbidity or mortality. There was some evidence that women managed in hospital were more likely to be delivered by caesarean section (RR (random-effects) 0.28, 95% CI 0.07 to 1.15). However, results should be interpreted cautiously as there is moderate heterogeneity for this outcome (I² = 35%). Mothers randomised to care at home spent approximately 10 fewer days as inpatients (mean difference -9.60, 95% CI -14.59 to -4.61) and were more satisfied with their care. Furthermore, home care was associated with reduced costs.

Authors' conclusions

The review included two relatively small studies that did not have sufficient statistical power to detect meaningful differences between groups. Future large and adequately powered randomised controlled trials are required to measure differences between groups for relevant pre-specified outcomes. Special attention should be given to the assessment of maternal satisfaction with care and cost analysis as they will have social and economic implications in both developed and developing countries.

Résumé scientifique

Soins planifiés à domicile versus à l'hôpital contre la rupture prématurée des membranes avant le travail (RPMAT) avant 37 semaines de gestation

Contexte

La rupture prématurée des membranes avant terme (RPMAT) est associée à un risque accru de morbidité et de mortalité maternelles et néonatales. Les femmes présentant une RPMAT ont principalement été gérées à l'hôpital. Il est possible que certaines femmes puissent être gérées à domicile après une période d'observation. La sécurité, le coût et l'opinion des femmes sur la gestion à domicile n'ont pas été établis.

Objectifs

Évaluer la sécurité, le coût et l'opinion des femmes sur les soins planifiés à domicile versus à l'hôpital chez les femmes présentant une RPMAT.

Stratégie de recherche documentaire

Nous avons effectué des recherches dans le registre d'essais cliniques du groupe Cochrane sur la grossesse et la naissance (31 juillet 2013) et les listes bibliographiques de tous les articles identifiés.

Critères de sélection

Essais randomisés et quasi-randomisés comparant la gestion planifiée à domicile versus à l'hôpital chez les femmes présentant une RPMAT avant 37 semaines de gestation.

Recueil et analyse des données

Deux auteurs de la revue ont évalué indépendamment l'éligibilité des essais cliniques candidats à l'inclusion, évalué le risque de biais, et extrait les données.

Résultats principaux

Nous avons inclus deux essais (116 femmes) comparant la gestion planifiée à domicile versus à l'hôpital contre la RPMAT. Globalement, le nombre de femmes incluses dans chaque essai était trop faible pour permettre une évaluation adéquate des résultats spécifiés ci-dessus. Les investigateurs ont utilisé des critères d'inclusion stricts et, dans les deux études, un nombre relativement faible des femmes présentant une RPMAT étaient éligibles pour l'inclusion. Les femmes étaient surveillées pendant 48 à 72 heures avant la randomisation. La mortalité périnatale était rapportée dans un essai et les preuves étaient insuffisantes pour déterminer si elle différait entre les deux groupes (risque relatif (RR) 1,93, intervalle de confiance (IC) à 95 % 0,19 à 20,05). Il n’y avait aucune preuve de différences entre les groupes en termes de morbidité néonatale grave, de chorioamniotite, d'âge gestationnel au moment de l'accouchement, de poids à la naissance et d'admission en unités néonatales de soins intensifs.

Aucune information n'était disponible sur la mortalité ou la morbidité maternelle grave. Certains éléments indiquaient que les femmes gérées à l'hôpital présentaient plus de risque d'accoucher par césarienne (RR (effets aléatoires) 0,28, IC à 95 % 0,07 à 1,15). Cependant, les résultats doivent être interprétés avec précaution car ce résultat présente une hétérogénéité modéré (I²= 35 %). Les mères randomisées pour recevoir des soins à domicile passaient environ 10 jours de moins à l’hôpital que les patientes hospitalisées (différence moyenne -9,60, IC à 95 % -14,59 à -4,61) et étaient plus satisfaites de leurs soins. De plus, les soins à domicile étaient associés à une réduction des coûts.

Conclusions des auteurs

La revue portait sur deux études relativement réduites dont la puissance statistique était insuffisante pour détecter des différences significatives entre les groupes. De futurs essais contrôlés randomisés à grande échelle et de puissance adéquate sont nécessaires pour mesurer les différences entre les groupes pour les résultats pertinents spécifiés ci-dessus. Une attention particulière devra être accordée à l'évaluation de la satisfaction maternelle quant aux soins et à l'analyse des coûts en raison de leurs implications sociales et économiques tant dans les pays développés que dans les pays en développement.

Plain language summary

Planned home versus hospital care for rupture of the membranes before 37 weeks' gestation

Premature rupture of membranes before 37 weeks’ gestation (and where there is at least an hour between membrane rupture and the onset of contractions and labour) can have consequences for both the mother and the baby. It is estimated that after premature rupture of the membranes one-half of women go into labour within a week, and three-quarters within a fortnight. This means that the baby may be born prematurely and both mother and baby are at risk of infection. Where available, the majority of clinicians advise hospital care for the women to allow monitoring and early detection of any problems. It is however possible for some women to go home after a period of observation in hospital. The safety, cost and women's views about home management have not been established.

We included two randomised controlled studies with 116 women in the review. These studies compared planned home versus hospital management for women with preterm, prelabour rupture of the membranes (PPROM). In both studies there were strict criteria for deciding whether women could be included; for example, women had to live within a certain distance of emergency facilities, and there had to be no signs that mothers and babies had infection or other problems. There was a period of monitoring in hospital for women in both groups.

Results suggested that there were few differences in mothers' and babies' health for women cared for at home or in hospital including infant death, serious illness, or admission to intensive care baby units.

There was some evidence that women managed in hospital were more likely to be delivered by caesarean section. Women cared for at home were likely to spend less time in hospital (spending approximately 10 fewer days as inpatients) and were more satisfied with their care. In addition, home care was associated with reduced costs. Overall, the number of women included in the two studies was too small to allow adequate assessment of outcomes.

Résumé simplifié

Soins planifiés à domicile versus à l'hôpital contre la rupture des membranes avant 37 semaines de gestation

La rupture prématurée des membranes avant 37 semaines de gestation (et lorsqu'il se passe au moins une heure entre la rupture des membranes et le début des contractions et du travail) peut avoir des conséquences aussi bien pour la mère que pour le bébé. On estime qu'après une rupture prématurée des membranes, la moitié des femmes entrent en travail la semaine qui suit, et trois-quarts dans la quinzaine qui suit. Cela signifie que le bébé peut naître prématurément et que la mère et le bébé présentent tous deux un risque d'infection. Lorsque c'est possible, la majorité des cliniciens conseillent aux femmes de recevoir des soins à l'hôpital afin de les placer sous surveillance et de détecter les problèmes éventuels dès leur apparition. Cependant, pour certaines femmes, il est possible de rentrer chez soi après une période d'observation à l'hôpital. La sécurité, le coût et l'opinion des femmes sur la gestion à domicile n'ont pas été établis.

Dans cette revue, nous avons inclus deux études contrôlées randomisées portant sur 116 femmes. Ces revues comparaient la gestion planifiée à domicile versus à l'hôpital chez les femmes présentant une rupture prématurée des membranes avant le travail (RPMAT). Dans les deux études, les critères utilisés pour décider si les femmes pouvaient être incluses étaient stricts. Par exemple, les femmes devaient vivre à une certaine distance des services d'urgence, et les mères et les bébés ne devaient présenter aucun signe d'infection ou autres problèmes. Dans les deux groupes, on respectait une période de surveillance des femmes à l'hôpital.

Les résultats semblent indiquer qu'il existe peu de différences en termes de santé de la mère et de l'enfant chez les femmes recevant des soins à domicile et à l'hôpital, notamment pour ce qui est de la mortalité infantile, des maladies infantiles graves ou de l'admission en unité de soins intensifs néonatals.

Certains éléments indiquaient que les femmes gérées à l'hôpital présentaient plus de risque d'accoucher par césarienne. Les femmes recevant des soins à domicile étaient plus susceptibles de passer moins de temps à l'hôpital (séjour environ 10 jours plus court que les patientes hospitalisées) et étaient plus satisfaites de leurs soins. De plus, les soins à domicile étaient associés à une réduction des coûts. Globalement, le nombre de femmes incluses dans les deux études était trop faible pour permettre une évaluation adéquate des résultats.

Notes de traduction

Traduit par: French Cochrane Centre 12th November, 2012
Traduction financée par: Ministère du Travail, de l'Emploi et de la Santé Français