Get access

Colony-stimulating factors for prevention and treatment of infectious complications in patients with acute myelogenous leukemia

  • Conclusions changed
  • Comment
  • Review
  • Intervention

Authors


Abstract

Background

Acute myelogenous leukemia (AML) is a fatal bone marrow cancer. Colony-stimulating factors (CSFs) are frequently administered during and after chemotherapy to reduce complications. However, their safety with regard to disease-related outcomes and survival in AML is unclear. Therefore, we performed a systematic review and meta-analysis to evaluate the impact of CSFs on patient outcomes, including survival.

Objectives

To assess the safety/efficacy of CSFs with regard to disease-related outcomes and survival in patients with AML.

Search methods

We conducted a comprehensive search strategy. We identified relevant randomized clinical trials by searching the Cochrane Central Register of Controlled Trials (The Cochrane Library 2010, Issue 7), MEDLINE (January 1966 to July 2010), LILACS (up to December 2009), databases of ongoing trials and relevant conference proceedings.

Selection criteria

Randomized controlled trials that compared the addition of CSFs during and following chemotherapy to chemotherapy alone in patients with AML. We excluded trials evaluating the role of CSFs administered for the purpose of stem cell collection and/or priming (e.g. before and/or only for the duration of chemotherapy).

Data collection and analysis

Two review authors appraised the quality of trials and extracted data. For each trial, we expressed results as relative risk (RR) with 95% confidence intervals (CI) for dichotomous data. We analyzed time-to-event outcomes as hazard ratios (HRs).

Main results

The search yielded 19 trials including 5256 patients. The addition of CSFs to chemotherapy yielded no difference in all-cause mortality at 30 days and at the end of follow up (RR 0.97; 95% CI 0.80 to 1.18 and RR 1.01; 95% CI 0.98 to 1.05, respectively) or in overall survival (HR 1.00; 95% 0.93 to 1.08). There was no difference in complete remission rates (RR 1.03; 95% CI 0.99 to 1.07), relapse rates (RR 0.97; 95% CI 0.89 to 1.05) and disease-free survival (HR 1.00; 95% CI 0.90 to 1.13). CSFs did not decrease the occurrence of bacteremias (RR 0.96; 95% CI 0.82 to 1.12), nor the occurrence of invasive fungal infections (RR 1.40; 95% CI 0.90 to 2.19). CSFs marginally increased adverse events requiring discontinuation of CSFs as compared to the control arm (RR 1.33; 95% CI 1.00 to 1.56).

Authors' conclusions

In summary, colony-stimulating factors should not be given routinely to acute myelogenous leukemia patients post-chemotherapy since they do not affect overall survival or infectious parameters including the rate of bacteremias and invasive fungal infections.

Résumé scientifique

Les facteurs de stimulation de colonies pour la prévention et le traitement des complications infectieuses chez les patients atteints de leucémie myéloïde aiguë

Contexte

La leucémie myéloïde aiguë (LMA) est un cancer mortel de la moelle osseuse. Des facteurs de stimulation de colonies (CSF) sont fréquemment administrés pendant et après la chimiothérapie afin de réduire les complications. Cependant, en cas de LMA, leur sécurité au niveau des critères de résultat en rapport avec la maladie et de la survie n'est pas claire. C'est pourquoi nous avons effectué une revue systématique et une méta-analyse pour évaluer l'impact des CSF sur les résultats pour les patients, notamment la survie.

Objectifs

Évaluer l'innocuité et l'efficacité des CSF au niveau des critères de résultat en rapport avec la maladie et de la survie chez les patients atteints de LMA.

Stratégie de recherche documentaire

Nous avons mis en œuvre une stratégie de recherche documentaire exhaustive. Nous avons identifié des essais cliniques randomisés appropriés en cherchant dans le registre central Cochrane des essais contrôlés (The Cochrane Library 2010, numéro 7), MEDLINE (de janvier 1966 à juillet 2010), LILACS (jusqu'à décembre 2009), des bases de données d'essais en cours et des actes de conférences pertinentes.

Critères de sélection

Des essais contrôlés randomisés ayant comparé l'ajout de CSF pendant et après la chimiothérapie à la chimiothérapie seule chez des patients atteints de LMA. Nous avons exclu les essais évaluant le rôle des CSF administrés dans un but de collecte de cellules souches et/ou d'amorçage (par ex. avant et/ou seulement pour la durée de la chimiothérapie).

Recueil et analyse des données

Deux auteurs ont, de manière indépendante, évalué la qualité des essais et extrait les données. Pour chaque essai, nous avons exprimé les résultats de type dichotomique sous la forme du risque relatif (RR) avec intervalle de confiance (IC) à 95 %. Nous avons analysé les résultats de type « délai avant événement » au moyen du hazard ratio (HR).

Résultats principaux

La recherche documentaire a abouti à 19 essais totalisant 5 256 patients. L'ajout de CSF à la chimiothérapie n'entrainait aucune différence pour la mortalité toutes causes à 30 jours et en fin de suivi (RR = 0,97 ; IC à 95 % 0,80 à 1,18 et RR 1,01 ; IC à 95 % 0,98 à 1,05 respectivement) ou pour la survie globale (HR 1,00 ; IC à 95 % 0,93 à 1,08). Il n'y avait pas de différence pour les taux de rémission complète (RR 1,03 ; IC à 95 % 0,99 à 1,07), les taux de rechute (RR 0,97 ; IC à 95 % 0,89 à 1,05) et la survie sans maladie (HR 1,00 ; IC à 95 % 0,90 à 1,13). Les CSF n'avaient pas diminué la fréquence des bactériémies (RR 0,96 ; IC à 95 % 0,82 à 1,12) ni le nombre des infections fongiques invasives (RR 1,40 ; IC à 95 % 0,90 à 2,19). En comparaison avec le groupe de contrôle, les CSF avaient légèrement accru les événements indésirables imposant d'arrêter les CSF (RR 1,33 ; IC à 95 % 1,00 à 1,56).

Conclusions des auteurs

En résumé, les facteurs de stimulation de colonies ne doivent pas être systématiquement donnés post-chimiothérapie aux patients atteints de leucémie myéloïde aiguë car ils n'affectent ni la survie globale ni les paramètres d'infection, notamment les taux de bactériémies et d'infections fongiques invasives.

Plain language summary

The use of colony-stimulating factors in the supportive care of patients with acute myelogenous leukemia (AML)

Acute myelogenous leukemia (AML) is an aggressive, rare type of blood cancer manifested by infections, bleeding and a high rate of mortality. It requires immediate treatment with intensive chemotherapy and sometimes also with bone marrow transplantation. Infections are a major cause of mortality in AML patients since intensive chemotherapy lowers the white blood cell (WBC) count and disrupts the immune system. Colony-stimulating factors (CSFs) are agents administered in order to increase the WBC count, in the hope that this will decrease the rate of infections. However, it has not been established whether their administration might adversely affect other outcomes related to the disease, such as the achievement of remission or the relapse rate. Most importantly, it is unknown whether their administration affects the survival of AML patients. Therefore, we conducted a systematic review assessing the influence of CSFs on disease and infection-related outcomes. Our review showed that the addition of CSFs to chemotherapy in AML patients affected neither overall survival, nor the achievement of disease remission or the rate of relapse. Importantly, they did not affect the rate of infections in this population. We concluded that CSFs post-chemotherapy should not be given routinely in AML patients. However, their administration could be considered on an individual basis.

Résumé simplifié

L'utilisation de facteurs de stimulation de colonies dans le traitement de soutien des patients atteints de leucémie myéloïde aiguë (LMA)

La leucémie myéloïde aiguë (LMA ) est un type rare et agressif de cancer du sang qui se manifeste par des infections, des saignements et un taux élevé de mortalité. Elle nécessite un traitement immédiat par chimiothérapie intensive et parfois aussi au moyen d'une transplantation de moelle osseuse. Les infections sont une cause majeure de mortalité chez les patients atteints de LMA étant donné que la chimiothérapie intensive réduit le nombre de globules blancs (WBC) et perturbe le système immunitaire. Les facteurs de stimulation de colonies (CSF) sont des agents administrés afin d'accroître le nombre de leucocytes, dans l'espoir de diminuer le taux d'infections. Il n'a toutefois pas été établi si leur administration risquait d'affecter négativement d'autres critères de résultat en rapport avec la maladie, tels que l'obtention d'une rémission ou le taux de rechute. Plus important encore, on ne sait pas si leur administration influence la survie des patients atteints de LMA. C'est pourquoi, nous avons effectué une revue systématique évaluant l'impact des CSF sur la maladie et au niveau des infections. Notre revue a montré que l'ajout de CSF à la chimiothérapie chez les patients atteints de LMA n'affectait ni la survie globale, ni l'obtention d'une rémission ou le taux de rechute. Et surtout, ils n'ont pas d'incidence sur le taux d'infections dans cette population. Nous avons conclu qu'il ne faut pas donner systématiquement des CSF post-chimiothérapie aux patients atteints de LMA. Leur administration pourrait toutefois être envisagée sur une base individuelle.

Notes de traduction

Traduit par: French Cochrane Centre 25th June, 2012
Traduction financée par: Ministère du Travail, de l'Emploi et de la Santé Français

Get access to the full text of this article