Intervention Review

Endoscopic release for carpal tunnel syndrome

  1. Haris S Vasiliadis1,2,*,
  2. Petros Georgoulas3,
  3. Ian Shrier4,
  4. Georgia Salanti5,
  5. Rob JPM Scholten6

Editorial Group: Cochrane Neuromuscular Disease Group

Published Online: 31 JAN 2014

Assessed as up-to-date: 5 NOV 2012

DOI: 10.1002/14651858.CD008265.pub2

How to Cite

Vasiliadis HS, Georgoulas P, Shrier I, Salanti G, Scholten RJPM. Endoscopic release for carpal tunnel syndrome. Cochrane Database of Systematic Reviews 2014, Issue 1. Art. No.: CD008265. DOI: 10.1002/14651858.CD008265.pub2.

Author Information

  1. 1

    University of Ioannina, Department of Orthopaedics, Ioannina, Greece

  2. 2

    Sahlgrenska University Hospital, Gothenburg University, Molecular Cell Biology and Regenerative Medicine, Gothenburg, Sweden

  3. 3

    University of Ioannina, Ioannina, Greece

  4. 4

    Jewish General Hospital, Lady Davis Institute for Medical Research, McGill University, Centre for Clinical Epidemiology, Montreal, Quebec, Canada

  5. 5

    University of Ioannina School of Medicine, Department of Hygiene and Epidemiology, Ioannina, Greece

  6. 6

    University Medical Center Utrecht, Julius Center for Health Sciences and Primary Care, Utrecht, Netherlands

*Haris S Vasiliadis, vasiliadismd@gmail.com. hvasil@cc.uoi.gr.

Publication History

  1. Publication Status: New
  2. Published Online: 31 JAN 2014

SEARCH

 

Abstract

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié

Background

Carpal tunnel syndrome (CTS) is the most common compressive neuropathy of the upper extremity. It is caused by increased pressure on the median nerve between the transverse carpal ligament and the carpal bones. Surgical treatment consists of the release of the nerve by cutting the transverse carpal ligament. This can be done either with an open approach or endoscopically.

Objectives

To assess the effectiveness and safety of the endoscopic techniques of carpal tunnel release compared to any other surgical intervention for the treatment of CTS. More specifically, to evaluate the relative impact of endoscopic techniques in relieving symptoms, producing functional recovery (return to work and return to daily activities) and reducing complication rates.

Search methods

This review fully incorporates the results of searches conducted up to 5 November 2012, when we searched the Cochrane Neuromuscular Disease Group Specialized Register, CENTRAL, MEDLINE and EMBASE. There were no language restrictions. We reviewed the reference lists of relevant articles and contacted trial authors. We also searched trial registers for ongoing trials. We performed a preliminary screen of searches to November 2013 to identify any additional recent publications.

Selection criteria

We included any randomised controlled trials (RCTs) and quasi-RCTs comparing endoscopic carpal tunnel release (ECTR) with any other surgical intervention for the treatment of CTS.

Data collection and analysis

We used standard methodological procedures expected by the Cochrane Collaboration.

Main results

Twenty-eight studies (2586 hands) were included. Twenty-three studies compared ECTR to standard open carpal tunnel release (OCTR), five studies compared ECTR with OCTR using a modified incision, and two studies used a three-arm design to compare ECTR, standard OCTR and modified OCTR.

At short-term follow-up (three months or less), only one study provided data for overall improvement. We found no differences on the Symptom Severity Scale (SSS) (scale zero to five) (five studies, standardised mean difference (SMD) -0.13, 95% CI -0.47 to 0.21) or on the Functional Status Scale (FSS) (scale zero to five) (five studies, SMD -0.23, 95% CI -0.60 to 0.14) within three months postoperatively between ECTR and OCTR. Pain scores favoured ECTR over conventional OCTR (two studies, SMD -0.41, 95% CI -0.65 to -0.18). No difference was found between ECTR and OCTR (standard and modified) when pain was assessed on non-continuous dichotomous scales (five studies, RR 0.69, 95% CI 0.33 to 1.45). Also, no difference was found in numbness (five studies, RR 1.14; 95% CI 0.76 to 1.71). Grip strength was increased after ECTR when compared with OCTR (six studies, SMD 0.36, 95% CI 0.09 to 0.63). This corresponds to a mean difference (MD) of 4 kg (95% CI 1 to 6.9 kg) when compared with OCTR, which is probably not clinically significant.

In the long term (more than three months postoperatively) there was no significant difference in overall improvement between ECTR and OCTR (four studies, RR 1.04, 95% CI 0.95 to 1.14). SSS and FSS were also similar in both treatment groups (two studies, MD 0.02, 95% CI -0.18 to 0.22 for SSS and MD 0.01, 95% CI -0.14 to 0.16 for FSS). ECTR and OCTR did not differ in the long term in pain (six studies, RR 0.88, 95% CI 0.57 to 1.38) or in numbness (four studies, RR 0.64, 95% CI 0.31 to 1.35). Results from grip strength testing favoured ECTR (two studies, SMD 1.13, 95% CI 0.56 to 1.71), corresponding to an MD of 11 kg (95% CI 6.2 to 18.81). Participants treated with ECTR returned to work or daily activities eight days earlier than participants treated with OCTR (four studies, MD -8.10 days, 95% CI -14.28 to -1.92 days).

Both treatments were equally safe with only a few reports of major complications (mainly with complex regional pain syndrome) (15 studies, RR 1.00, 95% CI 0.38 to 2.64).

ECTR resulted in a significantly lower rate of minor complications (18 studies, RR 0.55, 95% CI 0.38 to 0.81), corresponding to a 45% relative drop in the probability of complications (95% CI 62% to 19%). ECTR more frequently resulted in transient nerve problems (ie, neurapraxia, numbness, and paraesthesiae), while OCTR had more wound problems (ie, infection, hypertrophic scarring, and scar tenderness). ECTR was safer than OCTR when the total number of complications were assessed (20 studies, RR 0.60, 95% CI 0.40 to 90) representing a relative drop in the probability by 40% (95% CI 60% to 10%).

Rates of recurrence of symptoms and the need for repeated surgery were comparable between ECTR and OCTR groups.

The overall risk of bias in studies that contribute data to these results is rather high; fewer than 25% of the included studies had adequate allocation concealment, generation of allocation sequence or blinding of the outcome assessor.

The quality of evidence in this review may be considered as generally low. Five of the studies were presented only as abstracts, with insufficient information to judge their risk of bias. In selection bias, attrition bias or other bias (baseline differences and financial conflict of interest) we could not reach a safe judgement regarding a high or low risk of bias. Blinding of participants is impossible due to the nature of interventions.

We identified three further potentially eligible studies upon updating searches just prior to publication. These compared ECTR with OCTR (two studies) or mini-open carpal tunnel release (one study) and will be fully assessed when we update the review.

Authors' conclusions

In this review, with support from low quality evidence only, OCTR and ECTR for carpal tunnel release are about as effective as each other in relieving symptoms and improving functional status, although there may be a functionally significant benefit of ECTR over OCTR in improvement in grip strength. ECTR appears to be associated with fewer minor complications compared to OCTR, but we found no difference in the rates of major complications. Return to work is faster after endoscopic release, by eight days on average. Conclusions from this review are limited by the high risk of bias, statistical imprecision and inconsistency in the included studies.

 

Plain language summary

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié

Endoscopic release for carpal tunnel syndrome

Review question

We reviewed the evidence about how safe and effective endoscopic carpal tunnel release (ECTR) is, compared to any other type of surgery for carpal tunnel syndrome (CTS).

Background

CTS is the most common cause of nerve compression in the arm. The carpal tunnel is the space between a ligament that stretches across the wrist and the bones below. In CTS there is increased pressure on a nerve (the median nerve) as it passes over the wrist towards the palm of the hand through the carpal tunnel. To release the pressure on the nerve in the carpal tunnel, surgeons cut the ligament. This operation can be done as traditional ‘open’ surgery (OCTR), or through an endoscope (ECTR), using a small camera with one or two small cuts in the skin.

We searched widely for trials that compared ECTR with other types of surgery.

Study characteristics

We found 28 studies, involving 2586 people, that were suitable for the review. We considered results at less than three months and more than three months after surgery.

Key results and quality of the evidence

With support from low quality evidence only, OCTR and ECTR are about as effective as each other in relieving symptoms and improving hand function in CTS. ECTR probably has lower rates of minor complications (such as scar pain and infections) than OCTR but similar rates of major complications. ECTR also allows a faster return to work or daily activities. However, limitations in the studies in this review limit the quality of this evidence.

Only one study declared a conflict of interest and nine studies clearly reported no conflict of interest. Four studies were funded from an academic source. Evaluation following the GRADE assessment reveals a low to moderate quality of evidence for the outcomes provided.

The evidence in the review is current to November 2012. We re-ran the search shortly before publication and we will fully assess three further studies from this search when the review is updated.

 

Résumé

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié

Libération endoscopique pour le syndrome du canal carpien

Contexte

Le syndrome du canal carpien (SCC) est la neuropathie compressive des extrémités supérieures la plus courante. Elle est causée par une augmentation de la pression sur le nerf médian entre le ligament carpien transverse et l'os carpien. Le traitement chirurgical consiste à libérer le nerf en pratiquant une incision du ligament carpien transverse. Cela peut être effectué par une approche ouverte ou par voie endoscopique.

Objectifs

Évaluer l'efficacité et l'innocuité des techniques de libération endoscopique du canal carpien par rapport à n'importe quelle autre intervention chirurgicale pour le traitement du SCC. Plus spécifiquement, pour évaluer l'impact relatif des techniques endoscopiques dans le soulagement des symptômes, la récupération fonctionnelle (le retour au travail et la reprise des activités quotidiennes) et la réduction des taux de complication.

Stratégie de recherche documentaire

Cette revue intègre de manière exhaustive les résultats des recherches menées jusqu'au 5 novembre 2012, suite à nos investigations dans le registre spécialisé du groupe Cochrane sur les affections neuromusculaires, CENTRAL, MEDLINE et EMBASE. Aucune restriction concernant la langue n'a été appliquée. Nous avons examiné les références bibliographiques des articles pertinents et contacté les auteurs des essais. Nous avons également effectué des recherches dans les registres des essais en cours. Nous avons effectué un dépistage préliminaire des recherches jusqu'à novembre 2013 afin d'identifier d'autres publications récentes.

Critères de sélection

Nous avons inclus tous les essais contrôlés randomisés (ECR) et quasi-ECR comparant une libération endoscopique du canal carpien (LECC) avec une autre intervention chirurgicale pour le traitement du SCC.

Recueil et analyse des données

Nous avons utilisé des procédures méthodologiques standards prévues par la Collaboration Cochrane.

Résultats Principaux

Vingt-huit études (2 586 mains) ont été incluses. Vingt -trois études comparaient la LECC à la libération traditionnelle du canal carpien (COT), cinq études comparaient la LECC avec la COT pratiquant une incision modifiée et deux études utilisaient un plan d'étude à trois groupes pour comparer la LECC, la COT traditionnelle et la COT modifiée.

Lors du suivi à court terme (trois mois ou moins), une seule étude fournissait des données pour l'amélioration générale. Nous n'avons trouvé aucune différence sur l'échelle évaluant la gravité des symptômes (SSS) (échelle de zéro à cinq) (cinq études, différence moyenne standardisée (DMS) -0,13, IC à 95 % -0,47 à 0,21) ou sur l'échelle évaluant les capacités fonctionnelles (FSS) (échelle de zéro à cinq) (cinq études, DMS de -0,23, IC à 95 % -0,60 à 0,14) dans les trois mois après l'opération entre la LECC et la COT. Les scores de douleur étaient favorables à la LECC par rapport à la COT conventionnelle (deux études, DMS de -0,41, IC à 95 % -0,65 à -0,18). Aucune différence n'a été trouvée entre la LECC et la COT (traditionnelle et modifiée) lorsque la douleur était évaluée sur les échelles dichotomiques non-continues (cinq études, RR de 0,69, IC à 95 % 0,33 à 1,45). De plus, aucune différence n'était observée concernant l'engourdissement (cinq études, RR 1,14 ; IC à 95 % 0,76 à 1,71). La force de préhension augmentait après la LECC par rapport à la COT (six études, DMS de 0,36, IC à 95 % 0,09 à 0,63). Cela correspond à une différence moyenne (DM) de 4 kg (IC à 95 % 1 à 6,9 kg) par rapport à la COT, ce qui n'est probablement pas cliniquement significatif.

À long terme (plus de trois mois après l'opération), il n'y avait aucune différence significative dans l'amélioration globale entre la LECC et la COT (quatre études, RR 1,04, IC à 95 % 0,95 à 1,14). SSS et FSS étaient également similaires dans les deux groupes de traitement (deux études, DM de 0,02, IC à 95 % -0,18 à 0,22 pour SSS et DM 0,01, IC à 95 % -0,14 à 0,16 pour FSS. Pour la douleur, la LECC et la COT ne différaient pas dans le long terme (six études, RR de 0,88, IC à 95 % 0,57 à 1,38), ni pour l'engourdissement (quatre études, RR 0,64, IC à 95 % 0,31 à 1,35). Les résultats d'examens pour la force de préhension favorisaient la LECC (deux études, DMS de 1,13, IC à 95 % 0,56 à 1,71), ce qui correspond à une DM de 11 kg (IC à 95 % 6,2 à 18,81). Les participants traités avec la LECC reprenaient le travail ou leurs activités quotidiennes huit jours plus tôt que les participants traités avec la COT (quatre études, DM -8,10 jours, IC à 95 % -14,28 à -1,92 jours).

Les deux traitements étaient pareillement sûrs, avec seulement quelques rapports de complications majeures (principalement atteints de syndrome douloureux régional complexe) (15 études, RR 1,00, IC à 95 % 0,38 à 2,64).

La LECC a entraîné un taux significativement plus faible de complications mineures (18 études, RR 0,55, IC à 95 % 0,38 à 0,81), ce qui correspond à une baisse relative de 45 % de la probabilité de complications (IC à 95 % de 62 % à 19 %). Plus fréquemment, La LECC entraînait des problèmes nerveux transitoires (c'est-à-dire, une neuropraxie, un engourdissement et une paresthésie), tandis que la COT impliquait davantage de complications au niveau de la plaie (c'est-à-dire, une infection, une cicatrice hypertrophique et une sensibilité de la cicatrice). La LECC était plus sûre que la COT lorsque le nombre total de complications était évalué (20 études, RR 0,60, IC à 95 % 0,40 à 90), ce qui représente une baisse relative de la probabilité de 40 % (IC à 95 % de 60 % à 10 %).

Les taux de récidive des symptômes et la nécessité d'une intervention chirurgicale répétée étaient comparables entre les groupes de la LECC et de la COT.

Le risque de biais global dans les études qui fournissaient des données pour ces résultats est relativement élevé; moins de 25 % des études incluses présentaient une assignation secrète adéquate, une génération de séquence d'assignation ou une mise en aveugle de l'évaluateur de résultats.

La qualité des preuves dans cette revue peut être considérée comme généralement faible. Cinq de ces études ont été présentées uniquement sous forme de résumés, avec des informations insuffisantes pour juger leur risque de biais. En ce qui concerne les biais de sélection et d'attrition ou d'autres biais (différences de base et conflits d'intérêts financiers), nous ne sommes pas parvenus à un jugement sûr concernant un risque élevé ou faible. La mise en aveugle des participants n'était pas possible en raison de la nature des interventions.

Nous avons identifié trois autres études potentiellement éligibles lors de la mise à jour des recherches, juste avant la publication. Ces essais comparaient une LECC avec une COT (deux études) ou mini libération ouverte du canal carpien (une étude) et devront être pleinement évalués lorsque nous mettrons la revue à jour.

Conclusions des auteurs

Dans cette revue, avec uniquement l'appui de preuves de faible qualité, la LECC et la COT pour libérer le canal carpien sont aussi efficaces l'une que l'autre dans le soulagement des symptômes et l'amélioration du statut fonctionnel. Bien que la LECC puisse être significativement plus bénéfique que la COT du point de vue fonctionnel pour l'amélioration de la force de préhension. La LECC semble être associée à moins de complications mineures par rapport à la COT, mais nous n'avons trouvé aucune différence dans les taux de complications majeures. Le retour au travail est plus rapide après une libération endoscopique, d'en moyenne huit jours. Les conclusions de cette revue sont limitées par le risque de biais élevé, une imprécision statistique et un manque de cohérence dans les études incluses.

 

Résumé simplifié

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié

Libération endoscopique pour le syndrome du canal carpien

Libération endoscopique pour le syndrome du canal carpien

Question de la revue

Nous avons examiné les preuves relatives à la sûreté et à l'efficacité de la libération endoscopique du canal carpien (LECC) par rapport à n'importe quel autre type de chirurgie pour le syndrome du canal carpien (SCC).

Contexte

Le SCC est la cause la plus courante de compression du nerf dans le bras. Le canal carpien est l'espace entre un ligament qui s'étend dans le poignet et dans les os situés au-dessous. Lors de SCC, la pression sur un nerf augmente (le nerf médian) en passant du poignet vers la paume de la main à travers le canal carpien. Afin de libérer la pression sur le nerf dans le canal carpien, les chirurgiens coupent le ligament. Cette opération peut être réalisée en tant que chirurgie «ouverte» traditionnelle (COT), ou au moyen d'un endoscope (LECC), à l'aide d'une petite caméra avec une ou deux petites entailles dans la peau.

Nous avons effectué des recherches dans beaucoup d'essais qui comparaient la LECC avec d'autres types de chirurgie.

Les caractéristiques de l'étude

Nous avons trouvé 28 études, portant sur 2 586 personnes pouvant être incluses dans la revue. Nous avons pris en compte les résultats à moins de trois mois et plus de trois mois après la chirurgie.

Résultats principaux et qualité des preuves

Avec uniquement l'appui de preuves de faible qualité, la COT est aussi efficace que la LECC pour soulager les symptômes et améliorer la fonction de la main lors de SCC. La LECC engendre probablement des taux de complications mineures plus faibles (telles que la douleur de la cicatrice et les infections) comparé à la COT, mais elle démontre des taux similaires de complications majeures. La LECC permet également un retour plus rapide au travail ou aux activités quotidiennes. Cependant, les restrictions dans les études de cette revue limitent la qualité de cette preuve.

Une seule étude a déclaré un conflit d'intérêt et neuf études n'ont rapporté aucun conflit d'intérêt. Quatre études ont été financées par une source académique. D'après l'estimation GRADE, l'évaluation révèle une qualité des preuves faible à modérée pour les résultats fournis.

Les preuves dans la revue sont à jour en novembre 2012. Nous avons relancé les recherches peu de temps avant la publication et nous évaluerons intégralement trois autres études à partir de cette recherche une fois la revue mise à jour.

Notes de traduction

Traduit par: French Cochrane Centre 15th June, 2014
Traduction financée par: Financeurs pour le Canada : Instituts de Recherche en Santé du Canada, Ministère de la Santé et des Services Sociaux du Québec, Fonds de recherche du Québec-Santé et Institut National d'Excellence en Santé et en Services Sociaux; pour la France : Ministère en charge de la Santé