Intervention Review

Corticosteroids as standalone or add-on treatment for sore throat

  1. Gail Hayward1,
  2. Matthew J Thompson2,*,
  3. Rafael Perera1,
  4. Paul P Glasziou3,
  5. Chris B Del Mar3,
  6. Carl J Heneghan1

Editorial Group: Cochrane Acute Respiratory Infections Group

Published Online: 17 OCT 2012

Assessed as up-to-date: 5 JUN 2012

DOI: 10.1002/14651858.CD008268.pub2


How to Cite

Hayward G, Thompson MJ, Perera R, Glasziou PP, Del Mar CB, Heneghan CJ. Corticosteroids as standalone or add-on treatment for sore throat. Cochrane Database of Systematic Reviews 2012, Issue 10. Art. No.: CD008268. DOI: 10.1002/14651858.CD008268.pub2.

Author Information

  1. 1

    University of Oxford, Nuffield Department of Primary Care Health Sciences, Oxford, Oxfordshire, UK

  2. 2

    University of Washington, Department of Family Medicine, Seattle, WA, USA

  3. 3

    Bond University, Centre for Research in Evidence-Based Practice (CREBP), Faculty of Health Sciences and Medicine, Gold Coast, Queensland, Australia

*Matthew J Thompson, Department of Family Medicine, University of Washington, Box 354696, Seattle, WA, 98195-4696, USA. matthew.thompson61@gmail.com. matthew.thompson@phc.ox.ac.uk.

Publication History

  1. Publication Status: Edited (no change to conclusions), comment added to review
  2. Published Online: 17 OCT 2012

SEARCH

 

Abstract

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié

Background

Sore throat is a common condition associated with a high rate of antibiotic prescriptions, despite limited evidence for the effectiveness of antibiotics. Corticosteroids may improve symptoms of sore throat by reducing inflammation of the upper respiratory tract.

Objectives

To assess the clinical benefit and safety of corticosteroids for symptoms of sore throat in adults and children.

Search methods

We searched The Cochrane Library, the Cochrane Central Register of Controlled Trials (CENTRAL 2012, Issue 5) which includes the Acute Respiratory Infections (ARI) Group's Specialised Register, the Database of Reviews of Effects and the NHS Health Economics Database, MEDLINE (1966 to November Week 4, 2012) and EMBASE (1974 to June 2012).

Selection criteria

We included randomised controlled trials that compared steroids to either placebo or standard care in adults and children (older than three years of age) with sore throat. We excluded studies of hospitalised participants, those with infectious mononucleosis, sore throat following tonsillectomy or intubation, or peritonsillar abscess.

Data collection and analysis

Two review authors independently reviewed and selected trials from searches, assessed and rated study quality, and extracted relevant data.

Main results

We included eight trials involving 743 participants (369 children and 374 adults). All trials gave antibiotics to both placebo and corticosteroid groups; no trials assessed corticosteroids as standalone treatment for sore throat. In addition to any effect of antibiotics and analgesia, corticosteroids increased the likelihood of complete resolution of pain at 24 hours by more than three times (risk ratio (RR) 3.2, 95% confidence interval (CI) 2.0 to 5.1, P < 0.001, I2 statistic 44%) and at 48 hours by 1.7 times. Fewer than four people need to be treated to prevent one person continuing to experience pain at 24 hours. Corticosteroids also reduced the mean time to onset of pain relief and the mean time to complete resolution of pain by 6 and 14 hours, respectively, although significant heterogeneity was present. At 24 hours, pain (assessed by visual analogue scores) was reduced by an additional 14% by corticosteroids. No difference in rates of recurrence, relapse or adverse events were reported for participants taking corticosteroids compared to placebo, although reporting of adverse events was poor.

Authors' conclusions

Oral or intramuscular corticosteroids, in addition to antibiotics, increase the likelihood of both resolution and improvement of pain in participants with sore throat. Further trials assessing corticosteroids in the absence of antibiotics and in children are warranted.

 

Plain language summary

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié

Corticosteroids as standalone or add-on treatment for sore throat

Sore throat is a common condition. Patients often receive antibiotics for sore throat, which is thought to contribute to resistance to antibiotics in individuals and the community. Sore throats are painful because of the inflammation of the lining of the throat. Corticosteroids reduce inflammation and because they act on the upper respiratory tract in other conditions, may also be beneficial in sore throat.

This systematic review combined the results of eight trials which looked at this question, including a total of 743 participants. Patients taking corticosteroids were three times more likely to experience complete resolution of their sore throat symptoms by 24 hours compared to those taking placebo. In addition, corticosteroids improved the time to onset of symptom relief and the time to complete resolution of symptoms, although the trials were not consistent for these outcomes. Adverse events, relapse rates and recurrence rates were not different for corticosteroid compared to placebo groups. Limitations of the review include the absence of any trials set in Europe and the fact that only two trials addressed the question in children. As all the included trials also gave antibiotics to all participants, we recommend that future research should examine the benefit of corticosteroids in patients who are not also taking antibiotics.

 

Résumé

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié

Les corticostéroïdes comme traitement exclusif ou adjonctif du mal de gorge

Contexte

Le mal de gorge est une affection fréquente associée à un taux élevé de prescriptions d'antibiotiques, en dépit des preuves limitées de l'efficacité des antibiotiques. Les corticostéroïdes peuvent alléger les symptômes du mal de gorge en réduisant l'inflammation des voies respiratoires supérieures.

Objectifs

Évaluer le bénéfice clinique et l'innocuité des corticostéroïdes pour les symptômes de mal de gorge chez l'adulte et l'enfant.

Stratégie de recherche documentaire

Nous avons effectué une recherche dans The Cochrane Library, le registre Cochrane des essais contrôlés (CENTRAL 2012, numéro 5) qui inclut le registre spécialisé du groupe Cochrane sur les infections respiratoires aiguës, la Database of Reviews of Effects (DARE) et la NHS Health Economics Database, MEDLINE (de 1966 à la quatrième semaine de novembre 2012) et EMBASE (de 1974 à juin 2012).

Critères de sélection

Nous avons inclus des essais contrôlés randomisés ayant comparé des stéroïdes à un placebo ou au traitement standard chez les adultes et les enfants (âgés de plus de trois ans) souffrant de maux de gorge. Nous avons exclu les études portant sur des participants hospitalisés, sur des personnes atteintes de mononucléose infectieuse, sur des maux de gorge consécutifs à une amygdalectomie ou une intubation, ou sur des abcès péritonsillaires.

Recueil et analyse des données

Deux auteurs de la revue ont, de manière indépendante, examiné et sélectionné des essais à partir de recherches, évalué et noté la qualité des études et extrait les données pertinentes.

Résultats Principaux

Nous avons inclus huit essais impliquant 743 participants (369 enfants et 374 adultes). Dans tous les essais, des antibiotiques avaient été donnés tant aux groupes à placebo qu'à corticostéroïdes ; aucun essai n'avait évalué les corticostéroïdes comme traitement exclusif du mal de gorge. En plus d'un effet des antibiotiques et des analgésiques, les corticostéroïdes augmentent d'un facteur supérieur à trois la probabilité de totale disparition de la douleur après 24 heures (risque relatif (RR ) 3,2;; intervalle de confiance (IC) à 95% 2,0 à 5,1 ; P <0,001, statistique I2 de 44 %) et d'un facteur 1,7 fois après 48 heures. Moins de quatre personnes doivent être traitées pour éviter qu'une personne continue à ressentir des douleurs après 24 heures. Les corticostéroïdes avaient également réduit le temps moyen avant l'apparition de la douleur et le temps moyen avant complète disparition de la douleur, de 6 et 14 heures respectivement, malgré une hétérogénéité significative. Après 24 heures, la douleur (évaluée sur une échelle visuelle analogique) avait été réduite de 14% de plus par les corticostéroïdes. Aucune différence dans les taux de récidive, de rechute ou d'événements indésirables n'avait été rapportée entre les participants ayant pris des corticostéroïdes ou un placebo, bien que le compte-rendu des événements indésirables ait été mauvais.

Conclusions des auteurs

Les corticostéroïdes par voie orale ou intramusculaire, en supplément à des antibiotiques, augmentent la probabilité tant de disparition que d'amélioration de la douleur chez les participants souffrant de mal de gorge. Il y a besoin de nouveaux essais évaluant les corticostéroïdes en l'absence d'antibiotiques ainsi que chez les enfants.

 

Résumé simplifié

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié

Les corticostéroïdes comme traitement exclusif ou adjonctif du mal de gorge

Les corticostéroïdes comme traitement unique ou adjonctif du mal de gorge

Le mal de gorge est une affection fréquente. Souvent, les patients reçoivent des antibiotiques pour le mal de gorge et l'on pense que cela contribue à la résistance aux antibiotiques au niveau de la personne et de la collectivité. Les maux de gorge sont douloureux en raison de l'inflammation de la muqueuse de la gorge. Les corticostéroïdes réduisent l'inflammation et puisqu'ils agissent sur ​​les voies respiratoires supérieures dans d'autres affections, ils pourraient également être bénéfiques pour le mal de gorge.

Cette revue systématique a combiné les résultats de huit essais qui avaient examiné cette question, totalisant 743 participants. Les patients qui prenaient des corticostéroïdes étaient trois fois plus susceptibles de voir totalement disparaitre en 24 heures leurs symptômes de mal de gorge, en comparaison avec ceux recevant un placebo. En outre, les corticostéroïdes avaient amélioré les temps nécessaires pour un début de soulagement des symptômes et pour la complète disparition des symptômes, bien que les essais n'étaient pas cohérents pour ces critères de résultat. Les événements indésirables, les taux de rechute et les taux de récidive ne différaient pas entre les groupes à corticostéroïdes et à placebo. Parmi les limitations de la revue on notera l'absence d'essais réalisés en Europe et le fait que seuls deux essais aient abordé la question chez les enfants. Comme des antibiotiques avaient également été donnés à tous les participants dans tous les essais inclus, nous recommandons que les recherches futures examinent le bénéfice des corticostéroïdes chez les patients qui ne prennent pas en parallèle des antibiotiques.

Notes de traduction

Traduit par: French Cochrane Centre 2nd June, 2014
Traduction financée par: Minist�re des Affaires sociales et de la Sant�