Intervention Review

Interventions for atrophic rhinitis

  1. Anupam Mishra1,*,
  2. Rahul Kawatra2,
  3. Manoj Gola3

Editorial Group: Cochrane Ear, Nose and Throat Disorders Group

Published Online: 15 FEB 2012

Assessed as up-to-date: 28 MAR 2011

DOI: 10.1002/14651858.CD008280.pub2


How to Cite

Mishra A, Kawatra R, Gola M. Interventions for atrophic rhinitis. Cochrane Database of Systematic Reviews 2012, Issue 2. Art. No.: CD008280. DOI: 10.1002/14651858.CD008280.pub2.

Author Information

  1. 1

    King George Medical University, Department of Otolaryngology, Lucknow, (UP), India

  2. 2

    Eras Medical College, Lucknow, India

  3. 3

    Fatima Hospital, Lucknow, India

*Anupam Mishra, Department of Otolaryngology, King George Medical University, Lucknow, (UP), India. anupampenn@yahoo.com.

Publication History

  1. Publication Status: New
  2. Published Online: 15 FEB 2012

SEARCH

 

Abstract

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié

Background

Atrophic rhinitis is a chronic nasal pathology characterised by the formation of thick dry crusts in a roomy nasal cavity, which has resulted from progressive atrophy of the nasal mucosa and underlying bone. The common symptoms may include foetor, ozaena, crusting/nasal obstruction, epistaxis, anosmia/cacosmia and secondary infection with maggot infestation. Its prevalence varies in different regions of the world and it is common in tropical countries. The condition is predominantly seen in young and middle-aged adults, especially females, with a racial preference amongst Asians, Hispanics and African-Americans. A wide variety of treatment modalities have been described in the literature, however the mainstay of treatment is conservative (for example, nasal irrigation and douches; nose drops (e.g. glucose-glycerine, liquid paraffin); antibiotics and antimicrobials; vasodilators and prostheses). Surgical treatment aims to decrease the size of the nasal cavities, promote regeneration of normal mucosa, increase lubrication of dry nasal mucosa and improve the vascularity of the nasal cavities.

Objectives

To assess the effectiveness of interventions for atrophic rhinitis.

Search methods

We searched the Cochrane Ear, Nose and Throat Disorders Group Trials Register; the Cochrane Central Register of Controlled Trials (CENTRAL); PubMed; EMBASE; CINAHL; Web of Science; BIOSIS Previews; Cambridge Scientific Abstracts; ICTRP and additional sources for published and unpublished trials. The date of the search was 28 March 2011.

Selection criteria

Randomised controlled trials (RCTs) studying any treatment or combination of treatments in patients with atrophic rhinitis. We excluded studies with follow-up of less than five months following treatment/intervention.

Data collection and analysis

Three review authors abstracted and assessed studies. We tabulated and then compared the responses of the review authors separately for the individual studies.

Main results

No studies met the inclusion criteria for the review. We identified one RCT comparing oral rifampicin plus nasal wash versus nasal submucosal placentrex injection plus nasal wash versus a control group (nasal wash) but had to exclude this study due to inadequate length of follow-up. A further RCT comparing Young’s operation with nasal lubrication for primary atropic rhinitis is underway.

Authors' conclusions

There is no evidence from randomised controlled trials concerning the long-term benefits or risks of different treatment modalities for atrophic rhinitis. Further high-quality research into this chronic disease, with a longer follow-up period, is therefore required to establish this conclusively. 

 

Plain language summary

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié

Interventions for atrophic rhinitis

Atrophic rhinitis is a chronic nasal condition with unknown cause. It is characterised by the formation of thick dry crusts in a roomy nasal cavity, which has resulted from progressive wasting away or decrease in size (atrophy) of the mucous nasal lining (mucosa) and underlying bone. The various symptoms include foetor (strong offensive smell), crusting/nasal obstruction, nosebleeds, anosmia (loss of smell) or cacosmia (hallucination of disagreeable odour), secondary infection, maggot infestation, nasal deformity, pharyngitis, otitis media and even, rarely, extension into the brain and its membranes. Atrophic rhinitis can be classed as primary or, where it is a consequence of another condition or event, secondary. Its prevalence varies in different regions of the world but it is common in tropical countries. A wide variety of treatments have been described in the literature, however treatment is usually conservative (for example, nasal irrigation and douches; nose drops (e.g. glucose-glycerine, liquid paraffin); antibiotics and antimicrobials; vasodilators (drugs that cause dilation of blood vessels) and prostheses). Surgical treatment aims to decrease the size of the nasal cavities, promote regeneration of normal mucosa, increase lubrication of dry nasal mucosa and improve the vascularity (blood flow) of the nasal cavities.

We searched systematically for randomised controlled trials (RCTs) studying any treatment or combination of treatments for atrophic rhinitis in patients with atrophic rhinitis. Despite a comprehensive search we found no RCTs which met our inclusion criteria, although a RCT comparing surgery (Young’s operation) with nasal lubrication for primary atropic rhinitis is underway. Further high-quality research into this chronic disease, with a longer follow-up period, is therefore required to conclusively establish the long-term benefits or risks of different treatment modalities for atrophic rhinitis. 

 

Résumé

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié

Les interventions dans la rhinite atrophique

Contexte

La rhinite atrophique est une pathologie nasale chronique caractérisée par la formation d'épaisses croûtes sèches dans une cavité nasale évasée résultant de l'atrophie progressive de la muqueuse nasale et de l'os sous-jacent. Les symptômes les plus courants peuvent inclure fétidité, ozène, encroûtement / obstruction nasale, épistaxis, anosmie / cacosmie et infection secondaire avec infestation par un ver parasitaire. Sa prévalence varie dans les différentes régions du monde et elle est fréquente dans les pays tropicaux. Cette affection est principalement observée chez les adultes jeunes et d'âge moyen, plus particulièrement chez les femmes, avec une préférence raciale pour les asiatiques, les hispaniques et les afro-américains. Une grande variété de modes de traitement a été décrite dans la littérature, mais la base du traitement est conservatrice (par exemple, irrigation et douches nasales, gouttes nasales (glucose-glycérine, huile de paraffine...), antibiotiques et antimicrobiens, vasodilatateurs et prothèses). Le traitement chirurgical vise à diminuer la taille des cavités nasales, à favoriser la régénération de la muqueuse normale, à augmenter la lubrification de la muqueuse nasale sèche et à améliorer la vascularisation des cavités nasales.

Objectifs

Évaluer l'efficacité des interventions pour la rhinite atrophique.

Stratégie de recherche documentaire

Nous avons effectué des recherches dans le registre des essais du groupe Cochrane sur l'otorhinolaryngologie, dans le registre Cochrane des essais contrôlés (CENTRAL), ainsi que dans PubMed, EMBASE, CINAHL, Web of Science, BIOSIS Previews, Cambridge Scientific Abstracts, ICTRP et autres sources afin de trouver des essais publiés et non publiés. La recherche a été effectuée le 28 mars 2011.

Critères de sélection

Des essais contrôlés randomisés (ECR) portant sur un traitement ou une combinaison de traitements pour les patients atteints de rhinite atrophique. Nous avons exclu les études dont le suivi était inférieur à cinq mois après le traitement / l'intervention.

Recueil et analyse des données

Trois auteurs ont extrait et évalué les études. Nous avons rangé dans un tableau puis avons comparé les réponses des auteurs de la revue, séparément pour chacune des études.

Résultats Principaux

Aucune étude ne remplissait les critères d’inclusion de la revue. Nous avons identifié un ECR comparant la combinaison de rifampicine orale et de lavage nasal à la combinaison d'injection nasale sub-mucosale de placentrex et de lavage nasal ainsi qu'à un groupe témoin (lavage nasal), mais nous avons dû exclure cette étude en raison d'un suivi insuffisant. Un autre ECR comparant l'opération de Young à la lubrification nasale pour la rhinite atrophique primaire est en cours.

Conclusions des auteurs

Les essais contrôlés randomisés dont nous disposons ne fournissent aucune preuve concernant les bénéfices et les risques à long terme des différentes modalités de traitement de la rhinite atrophique. Il faudra donc de nouvelles recherches de qualité sur cette maladie chronique, avec des suivis plus longs, pour répondre à ces questions de façon concluante.

 

Résumé simplifié

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié

Les interventions dans la rhinite atrophique

Les interventions dans la rhinite atrophique

La rhinite atrophique est une affection nasale chronique de cause inconnue. Elle est caractérisée par la formation d'épaisses croûtes sèches dans une cavité nasale évasée résultant du dépérissement progressif, ou atrophie, de la muqueuse nasale et de l'os sous-jacent. Parmi les divers symptômes, on compte la fétidité (forte odeur désagréable), la formation de croûtes / obstruction nasale, les saignements de nez, l'anosmie (perte de l'odorat) ou la cacosmie (hallucination olfactive désagréable), les infections secondaires, l'infection par un ver parasitaire, la difformité nasale, la pharyngite, l'otite moyenne et même, rarement, l'extension au cerveau et à ses membranes. La rhinite atrophique peut être définie comme primaire ou, si elle est la conséquence d'une autre affection ou d'un autre évènement, comme secondaire. Sa prévalence varie dans les différentes régions du monde, mais elle est fréquente dans les pays tropicaux. Une grande variété de traitements ont été décrits dans la littérature, mais le traitement est habituellement conservateur (par exemple, irrigation et douches nasales, gouttes nasales (glucose-glycérine, huile de paraffine...), antibiotiques et antimicrobiens, vasodilatateurs (médicaments causant la dilatation des vaisseaux sanguins) et prothèses). Le traitement chirurgical vise à diminuer la taille des cavités nasales, à favoriser la régénération de la muqueuse normale, à augmenter la lubrification de la muqueuse nasale sèche et à améliorer la vascularisation (irrigation sanguine) des cavités nasales.

Nous avons recherché systématiquement des essais contrôlés randomisés (ECR) portant sur un traitement ou une combinaison de traitements pour les patients atteints de rhinite atrophique. Malgré une recherche exhaustive, nous n'avons trouvé aucun ECR répondant à nos critères d'inclusion. Toutefois, un ECR comparant la chirurgie (opération de Young) à la lubrification nasale pour la rhinite atrophique primaire est en cours. De nouvelles recherches de qualité sur cette maladie chronique, avec des suivis plus longs, sont donc nécessaires pour établir de façon concluante les avantages et les risques à long terme des différentes modalités de traitement de la rhinite atrophique.

Notes de traduction

Traduit par: French Cochrane Centre 18th May, 2012
Traduction financée par: Ministère du Travail, de l'Emploi et de la Santé Français