Intervention Review

Paliperidone palmitate for schizophrenia

  1. Abraham M Nussbaum1,*,
  2. T S Stroup2

Editorial Group: Cochrane Schizophrenia Group

Published Online: 13 JUN 2012

Assessed as up-to-date: 12 JUL 2011

DOI: 10.1002/14651858.CD008296.pub2


How to Cite

Nussbaum AM, Stroup TS. Paliperidone palmitate for schizophrenia. Cochrane Database of Systematic Reviews 2012, Issue 6. Art. No.: CD008296. DOI: 10.1002/14651858.CD008296.pub2.

Author Information

  1. 1

    Denver Health, Behavioural Health Service, Denver, CO, USA

  2. 2

    Columbia University, Psychiatry, New York, New York, USA

*Abraham M Nussbaum, Behavioural Health Service, Denver Health, MC 0490, 777 Bannock Street, Denver, CO, 80204, USA. abraham.nussbaum@dhha.org.

Publication History

  1. Publication Status: Edited (no change to conclusions)
  2. Published Online: 13 JUN 2012

SEARCH

 

Abstract

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié

Background

Paliperidone palmitate, a long-acting, intramuscular formulation of paliperidone, is now available for clinical use. Paliperidone is an active metabolite of risperidone and it is also available in an oral formulation for daily use.

Objectives

To compare the effects of paliperidone palmitate with any other treatment for people with schizophrenia and schizophrenia-like illnesses.

Search methods

We searched the Cochrane Schizophrenia Group's Register (November 2009) and inspected references of identified studies for further trials. We contacted the manufacturers of paliperidone palmitate, the Food and Drug Administration, and authors of relevant trials for additional material.

Selection criteria

We included randomised controlled trials (RCTs).

Data collection and analysis

We independently selected and critically appraised studies, extracted data and analysed on an intention-to-treat basis. Where possible and appropriate, we calculated risk ratios (RR) and their 95% confidence intervals (CI) with the number needed to benefit/harm statistic (NNB/H). We calculated mean differences (MD) for continuous data.

Main results

Five studies with 2215 participants compared paliperidone palmitate with placebo. Fewer people left studies early if they were randomised to paliperidone palmitate (n = 2183, 5 RCTs, RR 0.76 CI 0.70 to 0.84, NNTB 9 CI 7 to 14) and those receiving any dose of paliperidone palmitate were significantly less likely to show no improvement in global state (n = 1696, 4 RCTs, RR 0.79 CI 0.74 to 0.85, NNTB 7 CI 5 to 9). People randomised to paliperidone palmitate were less likely to experience a recurrence of psychosis (n = 312, 1 RCT, RR 0.28 CI 0.17 to 0.48, NNTB 5 CI 4 to 6) than those allocated to placebo in a single trial specifically designed to study recurrence. In the other studies where recurrence was recorded only as an adverse event, we found that people who received paliperidone palmitate were also less likely to experience a recurrence of psychotic symptoms (n = 1837, 4 RCTs, RR 0.55 CI 0.44 to 0.68, NNTB 10 CI 8 to 14).  Paliperidone palmitate was associated with fewer reports of agitation or aggression (n = 2180, 5 RCTs, RR 0.65 CI 0.46 to 0.91, NNTB 39 CI 25 to 150) and of using anxiolytic medications (n = 2170, 5 RCTs, RR 0.89 CI 0.83 to 0.96, NNTB 16 CI 11 to 44). A consistent, significant elevation in serum prolactin (ng/mL) was found for both men and women receiving paliperidone palmitate, but the data were too heterogenous to sum. We found no evidence of sexual dysfunction in these short-term trials. People receiving paliperidone palmitate had a significantly greater increase in weight (n = 2052, 5 RCTs, MD 1.34 CI 0.97 to 1.70) in comparison with people who received placebo.

Two studies with 1969 participants compared flexibly-dosed paliperidone palmitate with flexibly-dosed risperidone long-acting injection. The mean doses of paliperidone palmitate in these trials were 73.3 and 104.6 mg every four weeks compared with risperidone long-acting injection at mean doses, respectively, of 35.3 and 31.7 mg every two weeks. We found no differences between paliperidone palmitate and risperidone long-acting injection for leaving these studies early for any reason (n = 1969, 2 RCTs, RR 1.12 CI 1.00 to 1.25). Those receiving paliperidone palmitate were statistically no more likely to have a recurrence of psychotic symptoms than those receiving risperidone long-acting injection (n = 1961, 2 RCTs, RR 1.23 CI 0.98 to 1.53). While we found no significant difference in the occurrences of deaths in the pooled trials (n = 1967, 2 RCTs, RR 3.62 CI 0.60 to 21.89), we note that a total of six deaths occurred in these two trials, with five deaths among people who received paliperidone palmitate and one death among people who received risperidone long-acting injection. Although death is the most serious of adverse events, the small number of these events in these trials makes it unclear if this finding is meaningful. We found that participants randomised to paliperidone palmitate were significantly less likely to use anticholinergic medications in these trials (n = 1587, 2 RCTs, RR 0.67 CI 0.55 to 0.82, NNTB 13 CI 10 to 24).

We found no data regarding paliperidone palmitate relating to services use, quality of life, behaviour, patient satisfaction, cognitive functioning or cost.

Authors' conclusions

In short-term studies, paliperidone palmitate is an antipsychotic drug that is more efficacious than placebo. We found its adverse effects to be similar to those of its related compounds, paliperidone and risperidone, with extrapyramidal movement disorders, weight gain, and tachycardia all more common with paliperidone palmitate than placebo. While no difference was found in the incidence of reported adverse sexual outcomes, paliperidone palmitate is associated with substantial increases in serum prolactin. When flexibly dosed with a mean doses of approximately 70 to 110 mg every four weeks, paliperidone palmitate appears comparable in efficacy and tolerability to risperidone long-acting injection flexibly dosed with mean doses of approximately 35 mg every two weeks.  

 

Plain language summary

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié

Paliperidone palmitate for schizophrenia

Paliperidone palmitate is a long-acting intramuscular formulation of paliperidone, an active metabolite of risperidone that was previously available only in an oral formulation. We evaluated the efficacy, adverse effects, and safety of paliperidone palmitate in the treatment of people with schizophrenia and schizophrenia-like illnesses. In short-term studies, paliperidone palmitate is a more effective antipsychotic than placebo. The adverse effects of paliperidone palmitate are similar to those of oral paliperidone, oral risperidone, and risperidone long-acting injection. In two short-term studies, flexibly-dosed paliperidone palmitate is roughly equivalent in efficacy and tolerability to flexibly-dosed risperidone long-acting injection.

 

Résumé

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié

La palipéridone palmitate pour le traitement de la schizophrénie

Contexte

La palipéridone palmitate, une formulation intramusculaire à action prolongée de la palipéridone, est maintenant disponible pour utilisation clinique. La palipéridone est un métabolite actif de la rispéridone et elle est également disponible en formulation orale pour un usage quotidien.

Objectifs

Comparer les effets de la palipéridone palmitate avec tout autre traitement pour les personnes souffrant de schizophrénie et de maladies de type schizophrénique.

Stratégie de recherche documentaire

Nous avons effectué une recherche dans le registre du groupe Cochrane sur la schizophrénie (novembre 2009) et passé au crible les bibliographies des études identifiées afin de trouver d'autres essais cliniques. Nous avons contacté les fabricants de la palipéridone palmitate, la Food and Drug Administration américaine et les auteurs de certains essais afin d'obtenir des données supplémentaires.

Critères de sélection

Nous avons inclus des essais contrôlés randomisés (ECR).

Recueil et analyse des données

Nous avons, de manière indépendante, sélectionné et évalué de façon critique les études, extrait les données et analysé en intention de traiter. Lorsque cela était possible et approprié, nous avons calculé le risque relatif (RR) et son intervalle de confiance (IC) à 95 % avec la statistique du nombre de sujets à traiter pour observer un bénéfice (NST) ou pour nuire (NNN). Pour les variables continues nous avons calculé la différence moyenne (DM).

Résultats Principaux

Cinq études comptant 2 215 participants avaient comparé la palipéridone palmitate à un placebo. Les personnes randomisées à la palipéridone palmitate avaient moins quitté prématurément les études (n = 2 183 , 5 ECR ; RR 0,76 , IC 0,70 à 0,84 ; NST 9 , IC 7 à 14) et celles ayant reçu une dose quelconque de palipéridone palmitate étaient significativement moins susceptibles de ne montrer aucune amélioration de leur état global (n = 1 696 , 4 ECR ; RR 0,79 , IC 0,74 à 0,85 ; NST 7 , IC 5 à 9). Dans un essai unique spécifiquement conçu pour étudier la récidive, les personnes randomisées à la palipéridone palmitate étaient moins susceptibles de connaître une récidive de la psychose (n = 312 , 1 ECR ; RR 0,28 ; IC 0,17 à 0,48 ; NST 5 , IC 4 à 6) que celles assignées au placebo. Dans les autres études, où la récidive n'était enregistrée que comme événement indésirable, nous avons constaté que les gens ayant reçu de la palipéridone palmitate étaient également moins susceptibles de connaître une récurrence des symptômes psychotiques (n = 1 837 , 4 ECR ; RR 0,55 , IC 0,44 à 0,68 ; NST 10 , IC 8 à 14). La palipéridone palmitate était associée à moins de compte-rendus d'agitation ou d'agressivité (n = 2 180 , 5 ECR ; RR 0,65 , IC 0,46 à 0,91 ; NST 39 , IC 25 à 150) et d'utilisation d'anxiolytiques (n = 2 170 , 5 ECR ; RR 0,89 , IC 0,83 à 0,96 ; NST 16 , IC 11 à 44). Une élévation systématique et significative de la prolactine sérique (ng / mL) avait été observée tant chez les hommes que chez les femmes recevant de la palipéridone palmitate, mais les données étaient trop hétérogènes pour être regroupées. Nous n'avons trouvé aucunes données de dysfonctionnement sexuel dans ces essais à court terme. Les personnes recevant de la palipéridone palmitate avaient pris significativement plus de poids (n = 2 052 , 5 ECR ; DM 1,34 , IC 0,97 à 1,70) que celles ayant reçu un placebo.

Deux études totalisant 1 969 participants avaient comparé la palipéridone palmitate dosée avec souplesse à la rispéridone injectable à action prolongée dosée avec souplesse. Les doses moyennes de palipéridone palmitate dans ces essais étaient de 73,3 et 104,6 mg toutes les quatre semaines, comparées à la rispéridone injectable à action prolongée à des doses moyennes, respectivement, de 35,3 et 31,7 mg toutes les deux semaines. Nous n'avons trouvé aucune différence entre la palipéridone palmitate et la rispéridone injectable à action prolongée pour ce qui est de l'abandon prématuré de ces études pour une raison quelconque (n = 1 969 , 2 ECR ; RR 1,12 , IC 1,00 à 1,25). Ceux recevant de la palipéridone palmitate étaient statistiquement plus susceptibles de subir une récurrence des symptômes psychotiques que ceux recevant de la rispéridone injectable à action prolongée (n = 1 961 , 2 ECR ; RR 1,23 , IC 0,98 à 1,53). Bien que nous n'ayons trouvé aucune différence significative de mortalité dans les essais regroupées (n = 1 967 , 2 ECR ; RR 3,62 , IC 0,60 à 21,89), nous notons que six décès au total sont survenus dans ces deux essais, cinq décès chez les personnes ayant reçu la palipéridone palmitate et un décès chez celles ayant reçu la rispéridone injectable à action prolongée. Bien que le décès soit le plus grave des événements indésirables, le petit nombre de ces événements dans ces essais fait qu'il est difficile de savoir si cette observation est significative. Nous avons constaté que les participants randomisés dans ces essais à la palipéridone palmitate étaient significativement moins susceptibles d'utiliser des médicaments anticholinergiques (n = 1 587 , 2 ECR ; RR 0,67 , IC 0,55 à 0,82 ; NST 13 , IC 10 à 24).

Nous n'avons pas trouvé de données sur la palipéridone palmitate relatives à l'utilisation de services, à la qualité de vie, au comportement, à la satisfaction des patients, au fonctionnement cognitif ou au coût.

Conclusions des auteurs

Dans les études à court terme, la palipéridone palmitate est un antipsychotique plus efficace que le placebo. Nous avons constaté que ses effets indésirables étaient semblables à ceux des composés qui lui sont apparentés, la palipéridone et la rispéridone ; les troubles extrapyramidaux, le gain de poids et la tachycardie étaient tous plus fréquents avec la palipéridone palmitate qu'avec un placebo. Bien qu'aucune différence n'ait été observée dans l'incidence des conséquences sexuelles indésirables rapportées, la palipéridone palmitate est associée à des augmentations substantielles de la prolactine sérique. Lorsque dosée avec souplesse, avec des doses moyennes d'environ 70 à 110 mg toutes les quatre semaines, la palipéridone palmitate semble comparable, pour ce qui est de l'efficacité et de la tolérance, à la rispéridone injectable à action prolongée dosée avec souplesse, avec des doses moyennes d'environ 35 mg toutes les deux semaines.  

 

Résumé simplifié

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié

La palipéridone palmitate pour le traitement de la schizophrénie

La palipéridone palmitate pour le traitement de la schizophrénie

La palipéridone palmitate est une formulation intramusculaire à action prolongée de la palipéridone, un métabolite actif de la rispéridone qui n'était précédemment disponible qu'en formulation orale. Nous avons évalué l'efficacité, les effets indésirables et l'innocuité de la palipéridone palmitate dans le traitement des personnes atteintes de schizophrénie ou de maladies de type schizophrénique. Dans les études à court terme, la palipéridone palmitate est un antipsychotique plus efficace que le placebo. Les effets indésirables de la palipéridone palmitate sont semblables à ceux de la palipéridone orale, de la rispéridone orale et de la rispéridone injectable à action prolongée. Dans deux études à court terme, la palipéridone palmitate dosée avec souplesse est à peu près équivalente, pour ce qui concerne l'efficacité et la tolérance, à la rispéridone injectable à action prolongée dosée avec souplesse.

Notes de traduction

Aucune.

Traduit par: French Cochrane Centre 19th November, 2012
Traduction financée par: Ministère du Travail, de l'Emploi et de la Santé Français