Intervention Review

Physical health care monitoring for people with serious mental illness

  1. Graeme Tosh1,
  2. Andrew V Clifton2,
  3. Jun Xia3,*,
  4. Margueritte M White4

Editorial Group: Cochrane Schizophrenia Group

Published Online: 17 JAN 2014

Assessed as up-to-date: 1 DEC 2012

DOI: 10.1002/14651858.CD008298.pub3


How to Cite

Tosh G, Clifton AV, Xia J, White MM. Physical health care monitoring for people with serious mental illness. Cochrane Database of Systematic Reviews 2014, Issue 1. Art. No.: CD008298. DOI: 10.1002/14651858.CD008298.pub3.

Author Information

  1. 1

    Rotherham, Doncaster and South Humber NHS Foundation Trust (RDASH), Early Intervention in Psychosis and Community Therapies, Swallownest, UK

  2. 2

    University of Huddersfield, School of Human and Health Sciences, Huddersfield, South West Yorkshire, UK

  3. 3

    The University of Nottingham, Cochrane Schizophrenia Group, Nottingham, UK

  4. 4

    Global Community Writer, Valley Center, California, USA

*Jun Xia, Cochrane Schizophrenia Group, The University of Nottingham, Institute of Mental Health, University of Nottingham Innovation Park, Triumph Road,, Nottingham, NG7 2TU, UK. Jun.Xia@nottingham.ac.uk.

Publication History

  1. Publication Status: New search for studies and content updated (no change to conclusions)
  2. Published Online: 17 JAN 2014

SEARCH

 

Abstract

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié

Background

Current guidance suggests that we should monitor the physical health of people with serious mental illness, and there has been a significant financial investment over recent years to provide this.

Objectives

To assess the effectiveness of physical health monitoring, compared with standard care for people with serious mental illness.

Search methods

We searched the Cochrane Schizophrenia Group Trials Register (October 2009, update in October 2012), which is based on regular searches of CINAHL, EMBASE, MEDLINE and PsycINFO.

Selection criteria

All randomised clinical trials focusing on physical health monitoring versus standard care, or comparing i) self monitoring versus monitoring by a healthcare professional; ii) simple versus complex monitoring; iii) specific versus non-specific checks; iv) once only versus regular checks; or v) different guidance materials.

Data collection and analysis

Initially, review authors (GT, AC, SM) independently screened the search results and identified three studies as possibly fulfilling the review's criteria. On examination, however, all three were subsequently excluded. Forty-two additional citations were identified in October 2012 and screened by two review authors (JX and MW), 11 of which underwent full screening.

Main results

No relevant randomised trials which assess the effectiveness of physical health monitoring in people with serious mental illness have been completed. We identified one ongoing study.

Authors' conclusions

There is still no evidence from randomised trials to support or refute current guidance and practice. Guidance and practice are based on expert consensus, clinical experience and good intentions rather than high quality evidence.

 

Plain language summary

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié

Physical health care monitoring for people with serious mental illness

People with mental health problems often have complex and long-term difficulties with their physical health such as weight gain, smoking and heart problems. They sometimes do not take care of themselves, have inactive lifestyles and may not be able to cope with daily life or work. People with mental health problems have higher rates of diabetes, lung disease, cancer, heart problems, HIV/Aids and other infectious diseases.

Physical health care monitoring can take a variety of forms from simple checks carried out by the person themselves to complex specific health checks carried out by health professionals. Monitoring helps identify current health problems and also anticipate future health problems.

In August 2006 the United Kingdom’s Department of Health issued guidance on how to provide better care for the physical health needs of people with serious mental illness. Spearhead Trusts, the Royal College of Psychiatrists, the National Institute for Clinical Excellence and other organisations all promoted the use of physical health care monitoring for people with mental health problems.

This review intended to find evidence to support this guidance. The authors’ conclude that current guidance and practice on physical health monitoring lacks a firm basis in research and there is little evidence to support this growing trend. They based their conclusions on results from a search carried out for trials in 2012 which found no relevant randomised studies. Current monitoring is mainly based on the agreement of experts, medical experience and good intentions. This does not mean that physical health monitoring is invalid, wrong or not of benefit to the physical health of people with severe mental illness, only that there is as yet no definite proof. Physical health care monitoring has the potential and promise to improve quality of life and help people with mental health problems live longer, but at this stage the information is uncertain and the research evidence unclear.

This summary has been written by a consumer, Benjamin Gray, from Rethink Mental Illness. Email: ben.gray@rethink.org

 

Résumé

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié

Suivi des soins de santé physique des patients atteints de troubles mentaux graves

Contexte

Les directives actuelles suggèrent qu'il faut surveiller la santé physique des personnes atteintes de troubles mentaux graves, et des investissements financiers significatifs ont été faits au cours des dernières années pour y pourvoir.

Objectifs

Évaluer l'efficacité du suivi en santé physique, par rapport à des soins standard, chez des patients atteints de troubles mentaux graves.

Stratégie de recherche documentaire

Nous avons effectué des recherches dans le registre des essais du groupe Cochrane sur la schizophrénie (octobre 2009, mise à jour en octobre 2012), qui est basé sur des recherches régulières dans CINAHL, EMBASE, MEDLINE et PsycINFO.

Critères de sélection

Tous les essais cliniques randomisés portant sur le suivi en santé physique versus soins standard, ou comparant i) auto-surveillance versus suivi par un professionnel de santé ; ii) suivi simple versus complexe ; iii) bilans spécifiques versus non spécifiques ; iv) bilan unique versus bilans réguliers ; ou v) différents documents d'orientation.

Recueil et analyse des données

Initialement, des auteurs de la revue (GT, AC, SM) ont indépendamment passé au crible les résultats de recherche et identifié trois études remplissant potentiellement les critères de cette revue. Après examen, cependant, toutes les trois ont été exclues. Quarante-deux références supplémentaires ont été identifiées en octobre 2012 et examinées par deux auteurs de la revue (JX et MW), dont 11 en intégralité.

Résultats Principaux

Aucun essai randomisé pertinent évaluant l'efficacité du suivi en santé physique chez les personnes souffrant de troubles mentaux graves n'a été réalisé. Nous avons identifié une étude en cours.

Conclusions des auteurs

Il n'existe toujours pas de preuves issues d'essais randomisés pour soutenir ou réfuter les directives et les pratiques actuelles. Celles-ci sont fondées sur le consensus des experts, l'expérience clinique et les bonnes intentions plutôt que des preuves de haute qualité.

 

Résumé simplifié

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié

Suivi des soins de santé physique des patients atteints de troubles mentaux graves

Le suivi des soins de santé physique pour les personnes atteintes de troubles mentaux graves

Les personnes souffrant de problèmes de santé mentale ont souvent des difficultés complexes à long terme avec leur santé physique comme la prise de poids, le tabagisme et des problèmes cardiaques. Elles ne prennent pas toujours soin d'elles-mêmes, ont un style de vie inactif et peuvent ne pas être capables de faire face à la vie quotidienne ou au travail. Les personnes souffrant de problèmes de santé mentale ont des taux plus élevés de diabète, de maladies pulmonaires, de cancer, de problèmes cardiaques, de VIH/Sida et d'autres maladies infectieuses.

Le suivi des soins de santé physique peut prendre plusieurs formes, de simples bilans réalisés par la personne elle-même aux bilans de santé spécifiques et complexes effectués par les professionnels de santé. Le suivi aide à identifier les problèmes de santé existants et à anticiper les soucis à venir.

En août 2006, le ministère de la santé britannique a émis des recommandations sur la manière de fournir de meilleurs soins de santé physique pour les besoins des patients atteints de troubles mentaux graves. Des organismes comme les Spearhead Trusts, le Royal College of Psychiatrists ou le National Institute for Clinical Excellence encouragent tous l'utilisation du suivi des soins de santé physique pour les personnes souffrant de problèmes de santé mentale.

Cette revue visait à trouver de preuves pour soutenir ces recommandations. Les auteurs concluent que les directives et les pratiques actuelles sur le suivi en santé physique manquent d'ancrage ferme dans la recherche et il existe peu de preuves pour soutenir cette tendance en pleine croissance. Ces conclusions sont fondées sur les résultats d'une recherche d'essais effectuée en 2012 n'ayant trouvé aucune étude randomisée pertinente. Le suivi actuellement pratiqué est principalement basé sur l'accord des experts, l'expérience médicale et les bonnes intentions. Cela ne signifie pas que le suivi en santé physique est mauvais ou n'est pas valable ou bénéfique à la santé physique des personnes atteintes de troubles mentaux sévères, seulement qu'il n'existe encore aucune preuve définitive. Le suivi des soins de santé physique est prometteur et a le potentiel d'améliorer la qualité de vie et d'aider les personnes souffrant de problèmes de santé mentale à vivre plus longtemps, mais à ce stade, les informations sont incertaines et les données de recherche imprécises.

Ce résumé a été rédigé par un consommateur, Benjamin Gray, de Rethink Mental Illness. Courrier électronique : ben.gray@rethink.org

Notes de traduction

Traduit par: French Cochrane Centre 26th June, 2014
Traduction financée par: Financeurs pour le Canada : Instituts de Recherche en Santé du Canada, Ministère de la Santé et des Services Sociaux du Québec, Fonds de recherche du Québec-Santé et Institut National d'Excellence en Santé et en Services Sociaux; pour la France : Ministère en charge de la Santé