Intervention Review

You have free access to this content

Thromboprophylaxis for trauma patients

  1. Luis M Barrera1,*,
  2. Pablo Perel2,
  3. Katharine Ker2,
  4. Roberto Cirocchi3,
  5. Eriberto Farinella4,
  6. Carlos Hernando Morales Uribe1

Editorial Group: Cochrane Injuries Group

Published Online: 28 MAR 2013

Assessed as up-to-date: 30 APR 2009

DOI: 10.1002/14651858.CD008303.pub2


How to Cite

Barrera LM, Perel P, Ker K, Cirocchi R, Farinella E, Morales Uribe CH. Thromboprophylaxis for trauma patients. Cochrane Database of Systematic Reviews 2013, Issue 3. Art. No.: CD008303. DOI: 10.1002/14651858.CD008303.pub2.

Author Information

  1. 1

    Universidad de Antioquia, Department of General Surgery, Medellin, Colombia

  2. 2

    London School of Hygiene & Tropical Medicine, Cochrane Injuries Group, London, UK

  3. 3

    University of Perugia, Department of General Surgery, Terni, Italy

  4. 4

    Lister Hospital - East and North Herts NHS Trust, General and Colorectal Surgery, Stevenage, Hertfordshire, UK

*Luis M Barrera, Department of General Surgery, Universidad de Antioquia, Street 67 N 53-108, Medellin, Colombia. luismbarrera@cable.net.co. bluis73@hotmail.com.

Publication History

  1. Publication Status: New
  2. Published Online: 28 MAR 2013

SEARCH

 

Abstract

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié

Background

Trauma is a leading causes of death and disability in young people. Venous thromboembolism (VTE) is a principal cause of death. Trauma patients are at high risk of deep vein thrombosis (DVT). The incidence varies according to the method used to measure the DVT and the location of the thrombosis. Due to prolonged rest and coagulation abnormalities, trauma patients are at increased risk of thrombus formation. Thromboprohylaxis, either mechanical or pharmacological, may decrease mortality and morbidity in trauma patients who survive beyond the first day in hospital, by decreasing the risk of VTE in this population.

A previous systematic review did not find evidence of effectiveness for either pharmacological or mechanical interventions. However, this systematic review was conducted 10 years ago and most of the included studies were of poor quality. Since then new trials have been conducted. Although current guidelines recommend the use of thromboprophylaxis in trauma patients, there has not been a comprehensive and updated systematic review since the one published.

Objectives

To assess the effects of thromboprophylaxis in trauma patients on mortality and incidence of deep vein thrombosis and pulmonary embolism. To compare the effects of different thromboprophylaxis interventions and their effects according to the type of trauma.

Search methods

We searched The Cochrane Injuries Group Specialised Register (searched April 30 2009), Cochrane Central Register of Controlled Trials 2009, issue 2 (The Cochrane Library), MEDLINE (Ovid) 1950 to April (week 3) 2009, EMBASE (Ovid) 1980 to (week 17) April 2009, PubMed (searched 29 April 2009), ISI Web of Science: Science Citation Index Expanded (SCI-EXPANDED) (1970 to April 2009), ISI Web of Science: Conference Proceedings Citation Index-Science (CPCI-S) (1990 to April 2009).

Selection criteria

Randomized controlled clinical trials involving people of any age with major trauma defined by one or more of the following criteria: physiological: penetrating or blunt trauma with more than two organs and unstable vital signs, anatomical: people with an Injury Severity Score (ISS) higher than 9, mechanism: people who are involved in a 'high energy' event with a risk for severe injury despite stable or normal vital signs. We excluded trials that only recruited outpatients, trials that recruited people with hip fractures only, or people with acute spinal injuries.  

Data collection and analysis

Four authors, in pairs (LB and CM, EF and RC), independently examined the titles and the abstracts, extracted data, assessed the risk of bias of the trials and analysed the data. PP resolved any disagreement between the authors.

Main results

Sixteen studies were included (n=3005). Four trials compared the effect of any type (mechanical and/or pharmacological) of prophylaxis versus no prophylaxis. Prophylaxis reduced the risk of DVT in people with trauma (RR 0.52; 95% CI 0.32 to 0.84). Mechanical prophylaxis reduced the risk of DVT (RR = 0.43; 95% CI 0.25 to 0.73). Pharmacological prophylaxis was more effective than mechanical methods at reducing the risk of DVT (RR 0.48; 95% CI 0.25 to 0.95). LMWH appeared to reduce the risk of DVT compared to UH (RR 0.68; 95% CI 0.50 to 0.94). People who received both mechanical and pharmacological prophylaxis had a lower risk of DVT (RR 0.34; 95% CI 0.19 to 0.60)

Authors' conclusions

We did not find evidence that thromboprophylaxis reduces mortality or PE in any of the comparisons assessed. However, we found some evidence that thromboprophylaxis prevents DVT. Although the strength of the evidence was not high, taking into account existing information from other related conditions such as surgery, we recommend the use of any DVT prophylactic method for people with severe trauma.

 

Plain language summary

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié

Preventing death from blood clots, the formation of blood clots and blood clots in the lungs in people who have had physical trauma

Thromboembolism (unwanted clotting of the blood) is a frequent complication in people who have experienced physical trauma and is also an important cause of death. The type of trauma, association with vascular injuries, and prolonged hospital bed rest are known risk factors for the development of deep vein thrombus (clot in veins of lower extremities) that can travel (embolize) to the lungs and cause death. Because of this it is usually recommended that people who have had major trauma are given mechanical or pharmacological treatments to prevent their blood forming unwanted blood clots. Mechanical interventions can include compression stockings, an air-filled plastic tube that presses around the leg, a metal blood clot filter placed inside a vein; pharmaceutical drugs include unfractionated heparin, low weight molecular heparin, anticoagulants (e.g. warfarin), antiplatelet drugs (e.g. aspirin) and others. Sixteen studies involving 3,005 people are included in this review. We did not find strong evidence that either mechanical or pharmacological interventions reduce death or clots travelling to the lungs, but we found some evidence that they can prevent clots from forming in the legs.

 

Résumé

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié

La thromboprophylaxie pour les patients présentant un traumatisme

Contexte

Les traumatismes sont une des principales causes de décès et d'invalidité chez les jeunes. La thromboembolie veineuse (TEV) est une cause majeure de décès. Les personnes présentant un traumatisme ont un risque élevé de thrombose veineuse profonde (TVP). L'incidence varie en fonction de la méthode utilisée pour mesurer la TVP et de l'emplacement de la thrombose. Le repos prolongé et les anomalies de la coagulation exposent les patients présentant un traumatisme à un risque accru de formation de thrombus. En réduisant le risque de TEV, la thromboprophylaxie, qu'elle soit mécanique ou pharmacologique, est susceptible d'abaisser la mortalité et la morbidité chez les patients présentant un traumatisme qui survivent au-delà de la première journée d'hospitalisation.

Une revue systématique précédente n'avait pas trouvé de preuves de l'efficacité des interventions pharmacologiques ou mécaniques. Toutefois, cette revue systématique avait été menée il y a 10 ans et la plupart des études incluses étaient de mauvaise qualité. Depuis lors, de nouveaux essais ont été menés. Bien que les directives actuelles recommandent l'utilisation de la thromboprophylaxie chez les patients présentant un traumatisme, il n'y a pas eu de revue systématique exhaustive et actualisée depuis celle publiée.

Objectifs

Évaluer les effets de la thromboprophylaxie chez les patients présentant un traumatisme, pour ce qui concerne la mortalité et l'incidence de la thrombose veineuse profonde et de l'embolie pulmonaire. Comparer les effets de différentes interventions thromboprophylactiques ainsi que leurs effets en fonction du type de traumatisme.

Stratégie de recherche documentaire

Nous avons effectué des recherches dans le registre spécialisé du groupe Cochrane sur les blessures (1er décembre 2009), le registre Cochrane des essais contrôlés 2009, numéro 2 (The Cochrane Library), MEDLINE (Ovid) (de 1950 à la 3ème semaine de novembre 2009), EMBASE (Ovid) (de 1980 à fin avril 2009), PubMed (29 avril 2009), ISI Web of Science: Science Citation Index Expanded (SCI-EXPANDED) (de 1970 à avril 2009), ISI Web of Science : Conference Proceedings Citation Index-Science (CPCI-S) (de 1990 à avril 2009).

Critères de sélection

Des essais cliniques contrôlés randomisés impliquant des personnes de tout âge présentant un traumatisme majeur défini par un ou plusieurs des critères suivants : physiologique : traumatisme pénétrant ou contondant avec plus de deux organes touchés et signes vitaux instables, anatomique : personnes ayant un score de gravité de blessure (ISS) supérieur à 9, mécanisme : personnes impliquées dans un événement de 'haute énergie' avec un risque de blessure grave malgré des signes vitaux stables ou normaux. Nous avons exclu les essais qui n'avaient recruté que des patients ambulatoires, les essais qui n'avaient recruté que des personnes atteintes de fractures de la hanche ou des personnes souffrant de lésions médullaires aiguës.

Recueil et analyse des données

Quatre auteurs ont, indépendamment deux à deux (LB et CM, EF et RC), examiné les titres et les résumés, extrait les données, évalué le risque de biais des essais et analysé les données. PP a résolu tout désaccord entre les auteurs.

Résultats Principaux

Seize études ont été incluses (n=3005). Quatre essais avaient comparé l'effet de n'importe quel type (mécanique et/ou pharmacologique) de prophylaxie par rapport à l'absence de prophylaxie. La prophylaxie avait réduit le risque de TVP chez les personnes présentant un traumatisme (RR 0,52 ; IC à 95% 0,32 à 0,84). La prophylaxie mécanique avait réduit le risque de TVP (RR 0,43 ; IC à 95% 0,25 à 0,73). La prophylaxie pharmacologique avait été plus efficace que les méthodes mécaniques pour réduire le risque de TVP (RR 0,48 ; IC à 95% 0,25 à 0,95). L'HBPM s'est avérée réduire le risque de TVP en comparaison avec l'héparine non fractionnée (RR 0,68 ; IC à 95% 0,50 à 0,94). Les personnes ayant bénéficié d'une prophylaxie à la fois mécanique et pharmacologique avaient un plus faible risque de TVP (RR 0,34 ; IC à 95% 0,19 à 0,60)

Conclusions des auteurs

Dans aucune des comparaisons évaluées nous n'avons trouvé de preuve que la thromboprophylaxie réduise la mortalité ou l'EP. Nous avons cependant trouvé des preuves que la thromboprophylaxie prévient la TVP. Malgré la solidité limitée des preuves, la prise en compte d'informations provenant de situations connexes, telle que la chirurgie, nous amène à recommander l'utilisation d'une méthode quelconque de prophylaxie de la TVP chez les personnes présentant un traumatisme grave.

 

Résumé simplifié

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié

La thromboprophylaxie pour les patients présentant un traumatisme

Prévention de la mort causée par un caillot de sang, de la formation de caillots de sang et des caillots de sang dans les poumons chez les personnes ayant subi un traumatisme physique

La thromboembolie (coagulation indésirable du sang) est une complication fréquente chez les personnes ayant subi un traumatisme physique et elle est également une importante cause de décès. Le type de traumatisme, l'association avec des lésions vasculaires et le repos prolongé sur un lit d'hôpital sont des facteurs connus de risque pour le développement de thrombus dans les veines profondes (caillots dans les veines des membres inférieurs) qui peuvent se déplacer (emboliser) dans les poumons et causer la mort. Pour cette raison, il est généralement recommandé que les personnes ayant subi un traumatisme majeur reçoivent un traitement mécanique ou pharmacologique visant à prévenir la formation de caillots dans leur sang. Les interventions mécaniques pourront être des bas de contention, un tube en matière plastique rempli d'air qui appuie autour de la jambe ou un filtre de caillots de sang en métal placé à l'intérieur d'une veine ; les médicaments sont notamment l'héparine non fractionnée, l'héparine de bas poids moléculaire, les anticoagulants (p.ex. warfarine), les antiagrégants plaquettaires (p.ex. l'aspirine) et d'autres. Seize études totalisant 3 005 personnes sont incluses dans cette revue. Nous n'avons pas trouvé de preuves solides que les interventions mécaniques ou pharmacologiques réduisent la mortalité ou les caillots se déplaçant dans les poumons, mais nous disposons de preuves qu'elles peuvent prévenir la formation de caillots dans les jambes.

Notes de traduction

Traduit par: French Cochrane Centre 22nd March, 2013
Traduction financée par: Instituts de Recherche en Sant� du Canada, Minist�re de la Sant� et des Services Sociaux du Qu�bec, Fonds de recherche du Qu�bec-Sant� et Institut National d'Excellence en Sant� et en Services Sociaux pour la France: Minist�re en charge de la Sant�