Intervention Review

You have free access to this content

Topiramate for neuropathic pain and fibromyalgia in adults

  1. Philip J Wiffen1,
  2. Sheena Derry1,*,
  3. Michael PT Lunn2,
  4. R Andrew Moore1

Editorial Group: Cochrane Neuromuscular Group

Published Online: 30 AUG 2013

Assessed as up-to-date: 8 MAY 2013

DOI: 10.1002/14651858.CD008314.pub3


How to Cite

Wiffen PJ, Derry S, Lunn MPT, Moore RA. Topiramate for neuropathic pain and fibromyalgia in adults. Cochrane Database of Systematic Reviews 2013, Issue 8. Art. No.: CD008314. DOI: 10.1002/14651858.CD008314.pub3.

Author Information

  1. 1

    University of Oxford, Pain Research and Nuffield Department of Clinical Neurosciences, Oxford, Oxfordshire, UK

  2. 2

    National Hospital for Neurology and Neurosurgery, Department of Neurology and MRC Centre for Neuromuscular Diseases, London, UK

*Sheena Derry, Pain Research and Nuffield Department of Clinical Neurosciences, University of Oxford, Pain Research Unit, Churchill Hospital, Oxford, Oxfordshire, OX3 7LE, UK. sheena.derry@ndcn.ox.ac.uk.

Publication History

  1. Publication Status: New
  2. Published Online: 30 AUG 2013

SEARCH

 

Abstract

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé scientifique
  5. Résumé simplifié

Background

Topiramate is an antiepileptic drug with multiple possible mechanisms of action. Antiepileptic drugs are widely used to treat chronic neuropathic pain (pain due to nerve damage) and fibromyalgia, and many guidelines recommend them.

Objectives

To assess the analgesic efficacy and associated adverse events of topiramate for chronic neuropathic pain and fibromyalgia in adults (aged 18 years and above).

Search methods

On 8 May 2013, we searched the Cochrane Neuromuscular Disease Group Specialized Register, CENTRAL, MEDLINE, and EMBASE. We reviewed the bibliographies of all randomised trials identified and review articles, and also searched two clinical trial databases, ClinicalTrials.gov and the WHO International Clinical Trials Registry Platform, to identify additional published or unpublished data.

Selection criteria

We included randomised controlled trials (RCTs) with double-blind assessment of participant outcomes following two weeks of treatment or longer (though the emphasis of the review was on studies of eight weeks or longer) that used a placebo or active comparator.

Data collection and analysis

We extracted efficacy and adverse event data, and two study authors examined issues of study quality independently. We performed analysis using two tiers of evidence. The first tier used data where studies reported the outcome of at least 50% pain reduction from baseline, lasted at least eight weeks, had a parallel group design, included 200 or more participants in the comparison, and reported an intention-to-treat analysis. First tier studies did not use last-observation-carried-forward (LOCF) or other imputation methods for dropouts. The second tier used data that failed to meet this standard; second tier results were therefore subject to potential bias.

Main results

We included four studies with 1684 participants. Three parallel-group placebo comparisons were in painful diabetic neuropathy (1643 participants), and one cross-over study with diphenhydramine as an active placebo (41 participants) was in lumbar radiculopathy. Doses of topiramate were titrated up to 200 mg/day or 400 mg/day. All studies had one or more sources of potential major bias, as they either used LOCF imputation or were of small size.

No study provided first tier evidence for an efficacy outcome. There was no convincing evidence for efficacy of topiramate at 200 to 400 mg/day over placebo.

Eighty-two per cent of participants taking topiramate 200 to 400 mg/day experienced at least one adverse event, as did 71% with placebo, and the number needed to treat for an additional harmful effect (NNTH) was 8.6 (95% confidence interval (CI) 4.9 to 35). There was no difference in serious adverse events recorded (6.6% versus 7.5%). Adverse event withdrawals with 400 mg daily were much more common with topiramate (27%) than with placebo (8%), with an NNTH of 5.4 (95% CI 4.3 to 7.1). Lack of efficacy withdrawal was less frequent with topiramate (12%) than placebo (18%). Weight loss was a common event in most studies. No deaths attributable to treatment were reported.

Authors' conclusions

Topiramate is without evidence of efficacy in diabetic neuropathic pain, the only neuropathic condition in which it has been adequately tested. The data we have includes the likelihood of major bias due to LOCF imputation, where adverse event withdrawals are much higher with active treatment than placebo control. Despite the strong potential for bias, no difference in efficacy between topiramate and placebo was apparent.

 

Plain language summary

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé scientifique
  5. Résumé simplifié

Topiramate for treating neuropathic pain or fibromyalgia

Neuropathic pain is pain coming from damaged nerves. It is different from pain messages carried along healthy nerves from damaged tissue (for example from a fall, a cut, or arthritic knee). Neuropathic pain is treated by different medicines than pain from damaged tissue. Medicines like paracetamol or ibuprofen are not effective in treating neuropathic pain, while medicines that are sometimes used to treat depression or epilepsy can be very effective in some people with neuropathic pain. Our knowledge about fibromyalgia is even less advanced, but fibromyalgia can respond to the same medicines as neuropathic pain.

Topiramate is a medicine used to treat epilepsy, and so it might be a useful medicine for neuropathic pain or fibromyalgia.

On 8 May 2013, we performed searches to look for clinical trials on the use of topiramate to treat neuropathic pain or fibromyalgia. We found four studies of reasonable quality that tested topiramate against placebo for a number of weeks. Almost all of the 1684 people in the studies had painful limbs because of damaged nerves caused by diabetes.

Topiramate did not help the pain and was no different from placebo except in causing more side-effects, which made many more people withdraw from the studies early. About 3 people in 10 withdrew because of side-effects with topiramate compared with 1 in 10 with placebo.

Topiramate has not been shown to work as a pain medicine in diabetic neuropathy.

 

Résumé scientifique

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé scientifique
  5. Résumé simplifié

Topiramate contre la douleur neuropathique et la fibromyalgie chez l'adulte

Contexte

Le topiramate est un antiépileptique doté de multiples mécanismes d'action possibles. Les antiépileptiques sont couramment utilisés pour traiter la douleur neuropathique chronique (douleur due à une lésion nerveuse) et la fibromyalgie, et bon nombre de directives les recommandent.

Objectifs

Évaluer l'efficacité analgésique et les événements indésirables associés du topiramate dans le traitement de la douleur neuropathique chronique et de la fibromyalgie chez les adultes (âgés de 18 ans et plus).

Stratégie de recherche documentaire

Le 8 mai 2013, nous avons effectué une recherche dans le registre spécialisé du groupe Cochrane sur les affections neuro-musculaires, CENTRAL, MEDLINE et EMBASE. Nous avons passé en revue les bibliographies de tous les essais randomisés identifiés et examiné des articles ; nous avons également effectué une recherche dans deux bases de données d'essais cliniques, ClinicalTrials.gov et le système d'enregistrement international des essais cliniques de l'OMS (WHO-ICTRP), afin d'identifier des données supplémentaires publiées ou non publiées.

Critères de sélection

Nous avons inclus les essais contrôlés randomisés (ECR) comprenant une évaluation en double aveugle des critères de jugement chez les participants à la suite de deux semaines de traitement ou plus longtemps (même si la revue a privilégié les études de huit semaines ou plus longtemps) qui ont utilisé un placebo ou un comparateur actif.

Recueil et analyse des données

Nous avons extrait les données d'efficacité et d'événements indésirables, et deux auteurs ont examiné indépendamment les questions de qualité d'étude. Nous avons procédé à une analyse en utilisant deux niveaux de preuves. Le premier niveau utilisait des données dans lesquelles les études avaient rapporté le critère de jugement de la réduction de la douleur d'au moins 50 % par rapport aux valeurs initiales, durait au moins huit semaines, était fondé sur un schéma d'étude en groupes parallèles, incluait 200 participants ou davantage dans la comparaison, et rapportait une analyse en intention de traiter. Les études de premier niveau n'ont pas utilisé la méthode LOCF (last-observation-carried-forward) ou d'autres méthodes d'imputation des sorties d'étude. Le second niveau utilisait des données qui ne répondaient pas à ces critères et étaient donc sujettes à un biais potentiel.

Résultats principaux

Nous avons inclus quatre études, soit 1 684 participants. Trois comparaisons avec un placebo en groupes parallèles concernaient la neuropathie diabétique douloureuse (1 643 participants), et une étude croisée avec la diphénhydramine à titre de placebo actif (41 participants) concernait la radiculopathie lombaire. Les doses de topiramate ont été titrées jusqu'à 200 mg/jour ou 400 mg/jour. Toutes les études comportaient une ou plusieurs sources de biais majeur potentiel, soit parce qu'elles ont utilisé la méthode d'imputation LOCF soit parce qu'elles étaient de petite taille.

Aucune étude n'a apporté de preuves du premier niveau pour un résultat d'efficacité. Il n'existait aucune preuve convaincante en faveur de l'efficacité du topiramate à la dose de 200 à 400 mg/jour par rapport au placebo.

Quatre-vingt-deux pour cent de participants sous topiramate 200 à 400 mg/jour ont subi au moins un événement indésirable, tout comme 71 % des participants sous placebo, et le nombre de sujets à traiter pour observer un effet indésirable supplémentaire du traitement (NSTb) était de 8,6 (intervalle de confiance (IC) à 95 % 4,9 à 35). Il n'y avait aucune différence dans les événements indésirables graves déclarés (6,6 % contre 7,5 %). Les abandons en raison d'événements indésirables avec 400 mg/jour ont été bien plus courants avec le topiramate (27 %) comparé au placebo (8 %), le NSTb étant de 5,4 (IC à 95 % 4,3 à 7,1). Les abandons en raison du manque d'efficacité ont été moins fréquents avec le topiramate (12 %) par rapport au placebo (18 %). La perte de poids était un événement courant dans la plupart des études. Aucun décès attribuable au traitement n'a été déclaré.

Conclusions des auteurs

Il n'existe aucune preuve de l'efficacité du topiramate dans la douleur neuropathique diabétique, la seule maladie neuropathique avec laquelle il a été convenablement testé. Les données dont nous disposons tiennent compte de la probabilité de biais majeur dû à la méthode d'imputation LOCF, où les abandons en raison d'événements indésirables sont bien plus nombreux avec un traitement actif comparé à un placebo témoin. Malgré le fort potentiel de biais, aucune différence en termes d'efficacité entre le topiramate et le placebo n'a été perçue.

 

Résumé simplifié

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé scientifique
  5. Résumé simplifié

Le topiramate pour traiter la douleur neuropathique ou la fibromyalgie

La douleur neuropathique est une douleur qui a pour origine des lésions nerveuses. Elle est différente des messages de douleur acheminés par les nerfs sains depuis une lésion tissulaire (par exemple due à une chute, une coupure ou l'arthrite au genou). La douleur neuropathique est traitée par des médicaments différents de ceux prescrits contre la douleur ayant pour origine une lésion tissulaire. Les médicaments comme le paracétamol ou l'ibuprofène ne sont pas efficaces dans le traitement de la douleur neuropathique, tandis que les médicaments qui sont parfois utilisés pour traiter la dépression ou l'épilepsie peuvent être très efficaces chez certaines personnes souffrant de douleur neuropathique. Nos connaissances sur la fibromyalgie sont encore moins avancées, mais la fibromyalgie peut répondre aux mêmes médicaments que la douleur neuropathique.

Le topiramate est un médicament utilisé pour traiter l'épilepsie, par conséquent il pourrait être un médicament utile contre la douleur neuropathique ou la fibromyalgie.

Le 8 mai 2013, nous avons effectué une recherche pour trouver des essais cliniques sur l'utilisation du topiramate pour traiter la douleur neuropathique ou la fibromyalgie. Nous avons identifié quatre études de qualité raisonnable qui ont testé le topiramate par rapport à un placebo pendant un certain nombre de semaines. Presque la totalité des 1 684 participants aux études avaient des douleurs aux membres consécutives à des lésions nerveuses causées par le diabète.

Le topiramate n'a pas soulagé la douleur et n'a pas été différent du placebo sauf pour provoquer davantage d'effets secondaires, ce qui a poussé de nombreuses personnes à arrêter prématurément leur participation à l'étude. Environ 3 participants sur 10 se sont prématurément retirés de l'étude en raison des effets secondaires liés au topiramate comparativement à 1 sur 10 avec le placebo.

Il s'avère que le topiramate n'agit pas comme un analgésique dans la neuropathie diabétique.

Notes de traduction

Traduit par: French Cochrane Centre 16th October, 2013
Traduction financée par: Pour la France : Minist�re de la Sant�. Pour le Canada : Instituts de recherche en sant� du Canada, minist�re de la Sant� du Qu�bec, Fonds de recherche de Qu�bec-Sant� et Institut national d'excellence en sant� et en services sociaux.