Intervention Review

Psychological therapies versus antidepressant medication, alone and in combination for depression in children and adolescents

  1. Georgina R Cox1,*,
  2. Patch Callahan1,
  3. Rachel Churchill2,
  4. Vivien Hunot2,
  5. Sally N Merry3,
  6. Alexandra G Parker4,
  7. Sarah E Hetrick1,5

Editorial Group: Cochrane Depression, Anxiety and Neurosis Group

Published Online: 14 NOV 2012

Assessed as up-to-date: 28 NOV 2011

DOI: 10.1002/14651858.CD008324.pub2

How to Cite

Cox GR, Callahan P, Churchill R, Hunot V, Merry SN, Parker AG, Hetrick SE. Psychological therapies versus antidepressant medication, alone and in combination for depression in children and adolescents. Cochrane Database of Systematic Reviews 2012, Issue 11. Art. No.: CD008324. DOI: 10.1002/14651858.CD008324.pub2.

Author Information

  1. 1

    University of Melbourne, Orygen Youth Health Research Centre, Centre for Youth Mental Health, Melbourne, Victoria, Australia

  2. 2

    University of Bristol, Centre for Mental Health, Addiction and Suicide Research, School of Social and Community Medicine, Bristol, UK

  3. 3

    University of Auckland, Department of Psychological Medicine, Auckland, New Zealand

  4. 4

    University of Melbourne, Centre of Excellence in Youth Mental Health, Orygen Youth Health Research Centre, Centre for Youth Mental Health, Melbourne, VIC, Australia

  5. 5

    University of Melbourne, headspace Centre of Excellence, Centre for Youth Mental Health, Melbourne, Victoria, Australia

*Georgina R Cox, Orygen Youth Health Research Centre, Centre for Youth Mental Health, University of Melbourne, Locked Bag 10, 35 Poplar Road, Parkville, Melbourne, Victoria, 3054, Australia. gcox@unimelb.edu.au.

Publication History

  1. Publication Status: Edited (no change to conclusions)
  2. Published Online: 14 NOV 2012

SEARCH

 

Abstract

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié

Background

Depressive disorders are common in children and adolescents and, if left untreated, are likely to recur in adulthood. Depression is highly debilitating, affecting psychosocial, family and academic functioning.

Objectives

To evaluate the effectiveness of psychological therapies and antidepressant medication, alone and in combination, for the treatment of depressive disorder in children and adolescents. We have examined clinical outcomes including remission, clinician and self reported depression measures, and suicide-related outcomes.

Search methods

We searched the Cochrane Depression, Anxiety and Neurosis Review Group's Specialised Register (CCDANCTR) to 11 November 2011. This register contains reports of relevant randomised controlled trials (RCTs) from the Cochrane Central Register of Controlled Trials (CENTRAL), MEDLINE (1950 to date), EMBASE (1974 to date), and PsycINFO (1967 to date).

Selection criteria

RCTs were eligible for inclusion if they compared i) any psychological therapy with any antidepressant medication, or ii) a combination of psychological therapy and antidepressant medication with a psychological therapy alone, or an antidepressant medication alone, or iii) a combination of psychological therapy and antidepressant medication with a placebo or 'treatment as usual', or (iv) a combination of psychological therapy and antidepressant medication with a psychological therapy or antidepressant medication plus a placebo.

We included studies if they involved participants aged between 6 and 18 years, diagnosed by a clinician as having Major Depressive Disorder (MDD) based on Diagnostic and Statistical Manual (DSM) or International Classification of Diseases (ICD) criteria.

Data collection and analysis

Two review authors independently selected studies, extracted data and assessed the quality of the studies. We applied a random-effects meta-analysis, using the odds ratio (OR) to describe dichotomous outcomes, mean difference (MD) to describe continuous outcomes when the same measures were used, and standard mean difference (SMD) when outcomes were measured on different scales.

Main results

We included ten studies, involving 1235 participants in this review. Studies recruited participants with different severities of disorder and with a variety of comorbid disorders, including anxiety and substance use disorder, therefore limiting the comparability of the results. Regarding the risk of bias in studies, half the studies had adequate allocation concealment (there was insufficient information to determine allocation concealment in the remainder), outcome assessors were blind to the participants' intervention in six studies, and in general, studies reported on incomplete data analysis methods, mainly using intention-to-treat (ITT) analyses. For the majority of outcomes there were no statistically significant differences between the interventions compared. There was limited evidence (based on two studies involving 220 participants) that antidepressant medication was more effective than psychotherapy on measures of clinician defined remission immediately post-intervention (odds ratio (OR) 0.52, 95% confidence interval (CI) 0.27 to 0.98), with 67.8% of participants in the medication group and 53.7% in the psychotherapy group rated as being in remission. There was limited evidence (based on three studies involving 378 participants) that combination therapy was more effective than antidepressant medication alone in achieving higher remission from a depressive episode immediately post-intervention (OR 1.56, 95% CI 0.98 to 2.47), with 65.9% of participants treated with combination therapy and 57.8% of participants treated with medication, rated as being in remission. There was no evidence to suggest that combination therapy was more effective than psychological therapy alone, based on clinician rated remission immediately post-intervention (OR 1.82, 95% CI 0.38 to 8.68).

Suicide-related Serious Adverse Events (SAEs) were reported in various ways across studies and could not be combined in meta-analyses. However suicidal ideation specifically was generally measured and reported using standardised assessment tools suitable for meta-analysis. In one study involving 188 participants, rates of suicidal ideation were significantly higher in the antidepressant medication group (18.6%) compared with the psychological therapy group (5.4%) (OR 0.26, 95% CI 0.09 to 0.72) and this effect appeared to remain at six to nine months (OR 0.26, 95% CI 0.07 to 0.98), with 13.6% of participants in the medication group and 3.9% of participants in the psychological therapy group reporting suicidal ideation. It was unclear what the effect of combination therapy was compared with either antidepressant medication alone or psychological therapy alone on rates of suicidal ideation. The impact of any of the assigned treatment packages on drop out was also mostly unclear across the various comparisons in the review.

Limited data and conflicting results based on other outcome measures make it difficult to draw conclusions regarding the effectiveness of any specific intervention based on these outcomes.

Authors' conclusions

There is very limited evidence upon which to base conclusions about the relative effectiveness of psychological interventions, antidepressant medication and a combination of these interventions. On the basis of the available evidence, the effectiveness of these interventions for treating depressive disorders in children and adolescents cannot be established. Further appropriately powered RCTs are required.

 

Plain language summary

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié

Psychological therapies versus antidepressant medication, alone and in combination for depression in children and adolescents

Depressive disorders are common in children and adolescents, with suggested overall prevalence rates for adolescents (13 to 18 years) being 5.7% and for children (under 13 years) 2.8%. Common symptoms of depression in children and adolescents include low mood, a loss of interest in once enjoyed activities, difficulties with concentration and motivation, changes in appetite and sleep, irritability, physical symptoms such as headaches or stomach aches and in some cases thoughts of suicide. If left untreated, depressive disorders in the younger years are likely to continue into adulthood, and can be increasingly difficult to treat as time goes on. Both psychological therapies and antidepressant medication can be used to treat depression in children and adolescents. Psychological therapies, sometimes called 'talking therapies', involve working with a qualified therapist to treat the depression. Psychological therapies in common use are cognitive behavioural therapy (CBT), interpersonal psychotherapy (IPT) and psychodynamic therapy. There are many different types of antidepressant medication, all of which have been developed specifically to work on chemicals in the brain that are believed to be linked to depression. Research has been undertaken on psychological therapies and antidepressant medication, alone and in combination, to asses the effects of these interventions on depression in children and adolescents.

In order to asses whether either intervention or a combination of both is most effective, we included studies that compared: (1) any psychological therapy with any antidepressant medication; (2) any combination of these therapies (a psychological therapy plus antidepressant medication) with either psychotherapy alone or antidepressant medication alone; (3) any combination of these therapies (a psychological therapy plus antidepressant medication) with a placebo or 'treatment as usual'; (4) any combination of these therapies (a psychological therapy plus antidepressant medication) with either therapy plus a placebo.

We included 10 randomised controlled trials (RCTs) involving 1235 participants in this review. These trials made a variety of different comparisons and only a small number of trials contributed information about each of the comparisons made in the review. Although most analyses included more than one trial, the results of these trials sometimes differed considerably or were even contradictory. In terms of adverse effects of treatment, in one trial, rates of suicidal thoughts were higher in those taking antidepressant medication, compared with those delivered psychological therapy. Overall, it was not possible to draw robust conclusions from the meta-analyses, nor to establish which intervention strategy was most effective.

In summary, on the basis of the available evidence, we do not know whether psychological therapy, antidepressant medication or a combination of the two is most effective to treat depressive disorders in children and adolescents.

 

Résumé

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié

Psychothérapies versus antidépresseurs, séparément et en combinaison, pour la dépression chez l'enfant et l'adolescent

Contexte

Les troubles dépressifs sont fréquents chez les enfants et les adolescents et, si on ne les traite pas, ils sont susceptibles de se reproduire à l'âge adulte. La dépression est très invalidante, car elle affecte le fonctionnement psychosocial, familial et scolaire.

Objectifs

Évaluer l'efficacité des psychothérapies et des médicaments antidépresseurs, seuls ou en combinaison, pour le traitement des troubles dépressifs chez l'enfant et l'adolescent. Nous avons examiné des résultats cliniques, notamment la rémission, les mesures de la dépression effectuées par le patient et par le clinicien, et des critères relatifs au suicide.

Stratégie de recherche documentaire

Nous avons effectué le 11 novembre 2011 une recherche dans le registre spécialisé du Groupe thématique Cochrane sur la dépression, l'anxiété et la névrose (CCDANCTR). Ce registre contient des rapports d'essais contrôlés randomisés (ECR) pertinents du registre Cochrane des essais contrôlés (CENTRAL), de MEDLINE (de 1950 à aujourd'hui), d'EMBASE (de 1974 à aujourd'hui)et de PsycINFO (de 1967 à aujourd'hui).

Critères de sélection

Les ECR étaient éligibles à l'inclusion s'ils avaient comparé i) une psychothérapie à un médicament antidépresseur, ou ii) une combinaison de psychothérapie et de médicament antidépresseur à la seule psychothérapie ou au seul médicament antidépresseur, or iii) une combinaison de psychothérapie et de médicament antidépresseur à un placebo ou au traitement habituel, ou (iv) une combinaison de psychothérapie et de médicament antidépresseur à une psychothérapie ou à un médicament antidépresseur plus un placebo.

Nous avons inclus des études si leurs participants avaient entre 6 et 18 ans et avaient été diagnostiqués par un médecin comme souffrant d'un trouble dépressif majeur (TDM) sur la base des critères du Manuel diagnostique et statistique (DSM) ou de la Classification internationale des maladies (ICD).

Recueil et analyse des données

Deux auteurs de la revue ont, de manière indépendante, sélectionné les études, extrait les données et évalué la qualité des études. Nous avons appliqué une méta-analyse à effets aléatoires, en utilisant le rapport de cotes (RC) pour décrire les critères de résultat dichotomiques, la différence moyenne (DM) pour décrire les critères de résultat continus lorsque les mêmes mesures étaient utilisées, et la différence moyenne standard (DMS) lorsque les résultats avaient été mesurés sur des échelles différentes.

Résultats Principaux

Nous avons inclus dans cette revue dix études totalisant 1235 participants. Les études avaient recruté des participants souffrant de troubles de niveaux de gravité différents et avec divers troubles morbides, notamment l'anxiété et l toxicomanie, limitant ainsi la comparabilité des résultats. En ce qui concerne le risque de biais dans les études, l'assignation secrète était satisfaisante dans la moitié des études (pour les autres il n'y avait pas suffisamment d'informations pour établir l'assignation secrète), les évaluateurs de résultats étaient masqués à l'intervention des participants dans six études et, en général, les études avaient rendu compte incomplètement des méthodes d'analyse des données, utilisant principalement des analyses en intention de traiter. Pour la majorité des critères de résultat il n'y avait pas de différences statistiquement significatives entre les interventions comparées. Il y avait des preuves limitées (sur la base de deux études totalisant 220 participants) qu'immédiatement après l'intervention les médicaments antidépresseurs étaient plus efficaces que la psychothérapie pour les mesures de la rémission définie par le clinicien (rapport de cotes (RC) 0,52 ; intervalle de confiance (IC) à 95% 0,27 à 0,98), avec 67,8 % des participants dans le groupe à médicaments et de 53,7 % dans le groupe à psychothérapie considérés comme étant en rémission. Il y avait des preuves limitées (sur la base de trois études totalisant 378 participants) que le traitement combiné était plus efficace qu'un médicament antidépresseur seul pour obtenir une plus grande rémission d'un épisode dépressif immédiatement après l'intervention (RC 1,56 ; IC à 95% 0,98 à 2,47), avec 65,9 % des participants ayant reçu le traitement combiné et 57,8 % de ceux traités avec des médicaments, considérés comme étant en rémission. Sur la base de l'évaluation de la rémission effectuée par le clinicien immédiatement après l'intervention, rien ne suggérait que le traitement combiné avait été plus efficace que la psychothérapie seule (RC 1,82 ; IC à 95% 0,38 à 8,68).

Les événements indésirables graves liés au suicide étaient rapportés de diverses manières dans les différentes études et n'ont pas pu être combinés dans des méta-analyses. Toutefois, les pensées suicidaires, spécifiquement, étaient généralement mesurées et rapportées à l'aide d'outils d'évaluation standardisés permettant une méta-analyse. Dans une étude portant sur 188 participants, les taux de pensées suicidaires étaient significativement plus élevés dans le groupe à médicaments antidépresseurs (18,6 %) que dans le groupe à psychothérapie (5,4 %) (RC 0,26 ; IC à 95% 0,09 à 0,72) et cet effet semblait perdurer après six à neuf mois (RC 0,26 ; IC à 95% 0,07 à 0,98), avec 13,6 % des participants du groupe à médicaments et 3,9 % des participants du groupe à psychothérapie faisant état de pensées suicidaires. L'effet du traitement combiné sur les taux de pensées suicidaires, en comparaison avec un antidépresseur seul ou une psychothérapie seule, n'était pas clair. L'impact des schémas de traitement sur les sorties d'étude manquait aussi le plus souvent de clarté pour les différentes comparaisons de la revue.

Des données limitées et des résultats contradictoires basés sur d'autres mesures des résultats rendent difficile de tirer des conclusions quant à l'efficacité d'une intervention spécifique sur la base de ces résultats.

Conclusions des auteurs

Les données sur lesquelles baser des conclusions sur l'efficacité relative des interventions psychologiques, des antidépresseurs et de la combinaison de ces interventions, sont très limitées. Les données disponibles ne permettent pas de déterminer l'efficacité de ces interventions pour le traitement des troubles dépressifs chez l'enfant et l'adolescent. D'autres ECR de puissance suffisante seront nécessaires.

 

Résumé simplifié

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié

Psychothérapies versus antidépresseurs, séparément et en combinaison, pour la dépression chez l'enfant et l'adolescent

Psychothérapies versus antidépresseurs, séparément et en combinaison, pour la dépression chez l'enfant et l'adolescent

Les troubles dépressifs sont courants chez les enfants et les adolescents, avec des taux de prévalence globaux estimés à 5,7 % pour les adolescents (de 13 à 18 ans) et à 2,8 % pour les enfants (de moins de 13 ans). Les symptômes habituels de la dépression chez l'enfant et l'adolescent sont notamment l'humeur maussade, la perte d'intérêt pour des activités précédemment appréciées, la difficulté à être concentré et motivé, les changements au niveau de l'appétit et du sommeil, l'irritabilité, des symptômes physiques tels que les maux de tête ou d'estomac et, dans certains cas, des pensées suicidaires. S'ils ne sont pas traités, les troubles dépressifs dans les jeunes années sont susceptibles de perdurer à l'âge adulte et risquent de devenir de plus en plus difficiles à traiter au fur et à mesure que le temps passe. La dépression chez l'enfant et l'adolescent peut-être traitée tant par psychothérapie qu'au moyen d'antidépresseurs. Les psychothérapies, parfois appelées « thérapies par la parole », impliquent de travailler avec un thérapeute qualifié pour traiter la dépression. Les psychothérapies d'usage courant sont la thérapie cognitivo-comportementale (TCC), la psychothérapie interpersonnelle (PTI) et la thérapie psychodynamique. Il existe de nombreux types différents de médicaments antidépresseurs qui ont tous été développés spécifiquement pour interférer dans le cerveau avec des substances chimiques que l'on croit liées à la dépression. Des recherches ont été menées sur des psychothérapies et des médicaments antidépresseurs, séparément ou en combinaison, pour évaluer les effets de ces interventions sur la dépression chez l'enfant et l'adolescent.

Afin d'évaluer si une des interventions ou une combinaison des deux est plus efficace, nous avons inclus des études ayant comparé : (1) une psychothérapie à un médicament antidépresseur ; (2) une combinaison de ces thérapies (psychothérapie plus médicament antidépresseur) à la seule psychothérapie ou au seul médicament antidépresseur ; (3) une combinaison de ces thérapies (psychothérapie plus médicament antidépresseur) à un placebo ou au traitement habituel ; (4) une combinaison de ces thérapies (psychothérapie plus médicament antidépresseur) à l'une d'entre elles plus un placebo.

Nous avons inclus dans cette revue 10 essais contrôlés randomisés (ECR) impliquant 1235 participants. Ces essais avaient réalisé toute une variété de comparaisons et, pour chaque comparaison effectuée dans la revue, seul un petit nombre d'essais ont fourni des informations. Bien que la plupart des analyses incluaient plus d'un essai, les résultats de ces essais différaient parfois grandement ou étaient même contradictoires. En termes d'effets indésirables du traitement, dans un essai, les taux de pensées suicidaires étaient plus élevés chez ceux qui prenaient des antidépresseurs que chez ceux bénéficiant d'une psychothérapie. Dans l'ensemble, il n'a pas été possible de tirer de conclusions solides des méta-analyses, ni d'établir quelle stratégie d'intervention était la plus efficace.

En résumé, sur la base des données disponibles, nous ne savons pas si la psychothérapie, les médicaments antidépresseurs ou une combinaison des deux est plus efficace pour traiter les troubles dépressifs chez l'enfant et l'adolescent.

Notes de traduction

Traduit par: French Cochrane Centre 7th March, 2013
Traduction financée par: Minist�re des Affaires sociales et de la Sant�