Intervention Review

Preoperative alcohol cessation prior to elective surgery

  1. Kristian Oppedal1,*,
  2. Ann Merete Møller2,
  3. Bolette Pedersen3,4,
  4. Hanne Tønnesen4,5

Editorial Group: Cochrane Anaesthesia Group

Published Online: 11 JUL 2012

Assessed as up-to-date: 22 SEP 2011

DOI: 10.1002/14651858.CD008343.pub2


How to Cite

Oppedal K, Møller AM, Pedersen B, Tønnesen H. Preoperative alcohol cessation prior to elective surgery. Cochrane Database of Systematic Reviews 2012, Issue 7. Art. No.: CD008343. DOI: 10.1002/14651858.CD008343.pub2.

Author Information

  1. 1

    Stavanger University Hospital, Alcohol and Drug Research Western Norway (KoRFor), Stavanger, Norway

  2. 2

    Herlev University Hospital, The Cochrane Anaesthesia Review Group, Rigshospitalet & Department of Anaesthesiology, Herlev, Denmark

  3. 3

    Bispebjerg University Hospital, Clinical Health Promotion Centre, Frederiksberg, Denmark

  4. 4

    Lund University, Department of Health Sciences, Lund, Sweden

  5. 5

    Bispebjerg University Hospital, WHO-CC, Clinical Health Promotion Centre, Copenhagen NV, Denmark

*Kristian Oppedal, Alcohol and Drug Research Western Norway (KoRFor), Stavanger University Hospital, Postboks 8100, Stavanger, 4068, Norway. kristian.oppedal@sus.no.

Publication History

  1. Publication Status: Edited (no change to conclusions)
  2. Published Online: 11 JUL 2012

SEARCH

 

Abstract

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié

Background

Hazardous drinking has been associated with an increased postoperative complication rate after surgery. Common complications include postoperative infections, cardiopulmonary complications, and bleeding episodes. Preoperative abstinence may to some degree reverse alcohol-induced pathophysiological processes and thus prevent postoperative complications.

Objectives

To assess the effect of preoperative alcohol cessation interventions on the rate of postoperative complications including mortality in hazardous drinkers. To assess the effect of preoperative alcohol cessation interventions for hazardous drinkers on alcohol use in the postoperative period and in the long term.

Search methods

We searched the Cochrane Central Register of Controlled Trials (CENTRAL) (The Cochrane Library 2011, Issue 9); Ovid MEDLINE (1966 to September 2011); Ovid EMBASE (1966 to September 2011); CINAHL via EBSCOhost (1982 to September 2011). We combined the MEDLINE search strategy with the Cochrane highly sensitive search strategy, as contained in the Cochrane Handbook for Systematic Reviews of Interventions, to identify randomized controlled trials (RCTs).

Selection criteria

We included all randomized controlled trials (RCTs) that evaluated the effects of a preoperative alcohol cessation intervention on postoperative complications or postoperative alcohol consumption, or both, in the short and long term in hazardous drinkers . We excluded intraoperative and postoperative alcohol interventions.

Data collection and analysis

Three authors independently assessed studies to determine eligibility and extracted data using a tool based on guidance in the Cochrane Handbook for Systematic Reviews of Interventions. Where required, we obtained additional information through collaboration with the original author. We presented the main outcomes as dichotomous variables. Where data were available, we planned to conduct subgroup analyses as well as a sensitivity analysis to explore risk of bias.

Main results

We included two studies which involved 69 patients. Both studies were RCTs evaluating the effect of intensive alcohol cessation interventions including pharmacological strategies for alcohol withdrawal and relapse prophylaxis.

Our primary outcome measure was postoperative complications and in-hospital and 30-day mortality. Meta-analysis showed an effect on the overall complication rates (odds ratio (OR) 0.22; 95% confidence interval (CI) 0.08 to 0.61; P = 0.004). There was no significant reduction of in-hospital and 30-day mortality (OR 0.39; 95% CI 0.06 to 2.83; P = 0.35).

Secondary outcomes included length of stay and postoperative alcohol use. No significant reduction was found.

Authors' conclusions

Based on the finding of two studies, it appears that intensive preoperative alcohol cessation interventions, including pharmacological strategies for relapse prophylaxis and withdrawal symptoms, may significantly reduce postoperative complication rates. No effect was found on mortality rates and length of stay.

The effect of preoperative alcohol cessation intervention should be further explored in an effort to reduce the adverse effect of alcohol use on surgical outcomes. The number needed to screen to identify eligible patients for alcohol intervention studies in surgical settings seems to be extremely high. This may indicate that these studies are difficult to perform. Nevertheless, timing, duration and intensity of alcohol cessation interventions need to be subject to further investigation.

 

Plain language summary

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié

The effect of alcohol cessation on complications following surgery

Hazardous drinking affects human health in several ways, even in patients without an alcohol-related disease. These include an increased risk of surgical complications. In addition to the well known alcohol-induced disorders of the liver, pancreas, and nervous system; heavy drinking affects cardiac function, immune capacity (the body's ability to defend itself against infections), haemostasis (blood clot formation), and surgical stress responses. Cardiac insufficiency and arrhythmias (a disorder of the heart rate) are common among hazardous drinkers. Both are important risk factors for the development of postoperative complications, such as postoperative infections, cardiopulmonary complications (heart and lung complications), and bleeding episodes. Reduced immune capacity is found in most patients drinking three or more alcohol units (AU) per day.

The objective of this review was to assess the effect of alcohol interventions on complications following surgery. Interventions included all alcohol interventions aimed at helping patients to either quit drinking or to reduce their alcohol consumption before surgery. We identified two relevant studies involving 69 patients. Both studies involved intensive alcohol interventions aimed at complete alcohol cessation before surgery. The interventions included pharmacological (drug) strategies for alcohol withdrawal and relapse prophylaxis (relapse prevention) and were four to eight weeks in length (these interventions are comparable to the gold standard smoking cessation interventions).

The results showed that intensive interventions aimed at complete alcohol cessation reduced the number of complications. No effect was found on mortality rates (number of deaths) and length of stay.

Due to the small number of included studies, as well as the small size of the included studies, one should be careful about drawing firm conclusions based upon these results. More research is needed to clarify the most beneficial intervention programme. This includes research on the effect of reduced alcohol consumption and the most beneficial period of alcohol intervention programmes. However, as recruitment of patients to this field of research seems challenging, these studies may be difficult to perform.

 

Résumé

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié

L'abstinence d'alcool avant une intervention chirurgicale programmée

Contexte

Il a été montré que la consommation abusive d'alcool est associée à un taux accru de complications postopératoires. Les complications les plus communes sont notamment les infections post-opératoires, les complications cardio-pulmonaires et des épisodes de saignements. L'abstinence pré-opératoire peut dans une certaine mesure inverser les processus physiopathologiques induits par l'alcool et prévenir ainsi des complications post-opératoires.

Objectifs

Évaluer l'effet des interventions préopératoires de sevrage alcoolique sur le taux de complications postopératoires, notamment la mortalité, chez les grands consommateurs d'alcool. Évaluer l'effet des interventions préopératoires de sevrage alcoolique chez les grands consommateurs d'alcool sur la consommation d'alcool dans la période post-opératoire et à long terme.

Stratégie de recherche documentaire

Nous avons effectué une recherche dans le registre Cochrane des essais contrôlés (CENTRAL) (The Cochrane Library 2011, numéro 9), Ovid MEDLINE (de 1966 à septembre 2011), Ovid EMBASE (de 1966 à septembre 2011) et CINAHL via EBSCOhost (de 1982 à septembre 2011). Nous avons combiné la stratégie de recherche de MEDLINE avec la stratégie de recherche très sensible de Cochrane telle qu'elle figure dans le Cochrane Handbook for Systematic Reviews of Interventions, afin d'identifier des essais contrôlés randomisés (ECR).

Critères de sélection

Nous avons inclus tout essai contrôlé randomisé (ECR) ayant évalué les effets d'une intervention préopératoire de sevrage alcoolique sur les complications post-opératoires ou sur la consommation d'alcool post-opératoire, ou les deux, à court et à long terme chez les grands consommateurs d'alcool. Nous avons exclu les interventions anti-alcool peropératoires et postopératoires.

Recueil et analyse des données

Trois auteurs ont, de manière indépendante, évalué l'éligibilité des études et extrait les données au moyen d'un outil basé sur les directives du Cochrane Handbook for Systematic Reviews of Interventions. Lorsque c'était nécessaire, nous avons obtenu des informations supplémentaires avec l'aide de l'auteur original. Nous avons présenté les principaux critères de résultat sous forme de variables dichotomiques. Pour les cas dont les données seraient disponibles, nous avions prévu d'effectuer des analyses en sous-groupe ainsi qu'une analyse de sensibilité pour explorer le risque de biais.

Résultats Principaux

Nous avons inclus deux études impliquant 69 patients. Les deux études étaient des ECR évaluant l'effet d'interventions intensives de sevrage alcoolique, notamment des stratégies pharmacologiques pour l'abstinence d'alcool et la prophylaxie des récidives.

Nos principaux critères de résultat étaient les complications postopératoires et la mortalité à l'hôpital dans les 30 jours. La méta-analyse a montré un effet sur ​​les taux globaux de complications (rapport des cotes (RC) 0,22 ; intervalle de confiance (IC) à 95 % 0,08 à 0,61 ; P = 0,004). Il n'y avait pas de réduction significative de la mortalité à l'hôpital et dans les 30 jours (RC 0,39 ; IC à 95 % 0,06 à 2,83 ; P = 0,35).

Les critères secondaires de résultat étaient notamment la durée d'hospitalisation et la consommation d'alcool postopératoire. Aucune réduction significative n'a été constatée.

Conclusions des auteurs

Sur la base des résultats de deux études, il apparaît que les interventions préopératoires intensives de sevrage alcoolique, notamment les stratégies pharmacologiques pour l'abstinence et la prophylaxie des récidives, pourraient réduire de manière significative les taux de complications post-opératoires. Aucun effet n'a été constaté sur les taux de mortalité ou sur la durée d'hospitalisation.

L'effet de l'intervention préopératoire de sevrage alcoolique devra encore être étudié dans le but de réduire l'effet négatif de la consommation d'alcool sur les résultats chirurgicaux. Il semble qu'il faille passer au crible un très grand nombre de personnes pour identifier les patients éligibles pour les études sur les interventions anti-alcool dans des contextes chirurgicaux. Cela pourrait signifier que ces études sont difficiles à réaliser. Néanmoins, le calendrier, la durée et l'intensité des interventions de sevrage alcoolique devront faire l'objet d'études complémentaires.

 

Résumé simplifié

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié

L'abstinence d'alcool avant une intervention chirurgicale programmée

L'effet de l'abstinence d'alcool sur les complications post-chirurgicales

La consommation abusive d'alcool affecte la santé humaine de plusieurs manières, même chez les patients ne souffrant pas d'une maladie liée à l'alcool. Il y a notamment un risque accru de complications chirurgicales. En plus des troubles bien connus qui sont induits par l'alcool sur le foie, le pancréas et le système nerveux, la consommation abusive d'alcool affecte la fonction cardiaque, la capacité immunitaire (l'aptitude du corps à se défendre contre les infections), l'hémostase (la formation de caillots sanguins) et les réactions au stress chirurgical. L'insuffisance cardiaque et les arythmies (un trouble du rythme cardiaque) sont fréquentes chez les grands consommateurs d'alcool. Il s'agit là de deux importants facteurs de risque pour le développement de complications post-opératoires, telles que les infections post-opératoires, les complications cardio-pulmonaires (complications dans le cœur et les poumons) et les saignements. On constate une réduction de la capacité immunitaire chez la plupart des patients buvant quotidiennement au moins trois unités d'alcool (UA).

L'objectif de cette revue était d'évaluer l'effet des interventions anti-alcool sur les complications post-chirurgicales. Nous avons pris en considération toute intervention visant à aider les patients à arrêter de boire ou à réduire leur consommation d'alcool avant une opération. Nous avons identifié deux études pertinentes impliquant 69 patients. Les deux études portaient sur des interventions intensives visant à une totale abstinence alcoolique pré-opératoire. Les interventions consistaient notamment en stratégies pharmacologiques (médicaments) pour le sevrage alcoolique et la prophylaxie (prévention) de la récidive sur des périodes de quatre à huit semaines (ces interventions sont comparables aux interventions standard de sevrage tabagique).

Les résultats montraient que les interventions intensives visant à une totale abstinence alcoolique réduisaient le nombre de complications. Aucun effet n'a été constaté sur les taux de mortalité (nombre de décès) ou la durée d'hospitalisation.

Vus le petit nombre des études incluses et la petite taille de celles-ci, il conviendra de ne tirer des conclusions fermes de ces résultats qu'avec prudence. Des recherches supplémentaires sont nécessaires pour mettre en évidence le programme d'intervention le plus bénéfique. Cela devra comprendre des recherches sur l'effet de la réduction de la consommation d'alcool et sur la durée optimale des programmes d'intervention anti-alcool. Cependant, le recrutement de patients dans ce domaine de recherche semblant malaisé, de telles études pourraient être difficiles à réaliser.

Notes de traduction

Traduit par: French Cochrane Centre 5th April, 2013
Traduction financée par: Ministère du Travail, de l'Emploi et de la Santé Français