Intervention Review

Sweet tasting solutions for reduction of needle-related procedural pain in children aged one to 16 years

  1. Denise Harrison1,*,
  2. Janet Yamada2,
  3. Thomasin Adams-Webber3,
  4. Arne Ohlsson4,
  5. Joseph Beyene5,
  6. Bonnie Stevens6

Editorial Group: Cochrane Pain, Palliative and Supportive Care Group

Published Online: 5 OCT 2011

Assessed as up-to-date: 4 AUG 2011

DOI: 10.1002/14651858.CD008408.pub2


How to Cite

Harrison D, Yamada J, Adams-Webber T, Ohlsson A, Beyene J, Stevens B. Sweet tasting solutions for reduction of needle-related procedural pain in children aged one to 16 years. Cochrane Database of Systematic Reviews 2011, Issue 10. Art. No.: CD008408. DOI: 10.1002/14651858.CD008408.pub2.

Author Information

  1. 1

    University of Ottawa and Children's Hospital of Eastern Ontario (CHEO) and Critical Care and Neurosciences, Murdoch Childrens Research Institute and University of Melbourne, Australia, School of Nursing, Faculty of Health Sciences, Ottawa, Ontario, Canada

  2. 2

    The Hospital for Sick Children, Nursing, Toronto, Ontario, Canada

  3. 3

    The Hospital for Sick Children, Toronto, Ontario, Canada

  4. 4

    University of Toronto, Departments of Paediatrics, Obstetrics and Gynaecology and Health Policy, Management and Evaluation, Toronto, Ontario, Canada

  5. 5

    McMaster University, Clinical Epidemiology and Biostatistics, Hamilton, Ontario, Canada

  6. 6

    The Hospital for Sick Children, Associate Chief of Nursing Research, Toronto, Ontario, Canada

*Denise Harrison, School of Nursing, Faculty of Health Sciences, University of Ottawa and Children's Hospital of Eastern Ontario (CHEO) and Critical Care and Neurosciences, Murdoch Childrens Research Institute and University of Melbourne, Australia, 401 Smyth Rd, Ottawa, Ontario, K1H 8L1, Canada. denise.harrison@uottawa.ca.

Publication History

  1. Publication Status: New
  2. Published Online: 5 OCT 2011

SEARCH

 

Abstract

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié

Background

Large numbers of studies have shown that oral sucrose or glucose, with or without non-nutritive sucking given prior to painful procedures result in a significant reduction in behavioral pain responses during or following painful procedures compared with placebo, no treatment or non-nutritive sucking alone, in newborns and infants up to 12 months of age. It is not known if these pain-reducing effects exist for older infants and children one year to 16 years of age.

Objectives

To determine the efficacy of sweet tasting solutions or substances for reducing needle-related procedural pain in children beyond one year of age.

Search methods

We searched the following databases: the Cochrane Register of Controlled Trials (CCTR), MEDLINE, EMBASE, PsycINFO, ACP Journal Club, Cochrane Database of Systematic Reviews, Database of Abstracts of Reviews of Effects (DARE), Cochrane Methodology Register, Health Technology Assessment, and the NHS Economic Evaluation Database, and on the EBSCOhost interface: CINAHL. We applied no language or document type restrictions. We used the standard methods of The Cochrane Collaboration. The last date of the search was June 30, 2011.

Selection criteria

Randomized controlled trials (RCTs) in which children from one year up to 16 years of age, received a sweet tasting solution or substance for needle-related procedural pain. Control conditions included water, non-sweet tasting substances, pacifier, distraction, no treatment, positioning/containment or breastfeeding.

Data collection and analysis

Outcome measures included composite pain scores, physiological or behavioral pain indicators, self-report of pain or parental- or healthcare professional-report of child's pain. We reported mean differences (MD) with 95% confidence intervals (CI) using fixed-effect or random-effects models as appropriate for continuous outcome measures. We planned to report risk ratio (RR) and risk difference (RD) for dichotomous outcomes. We used the Chi2 test and I2 statistic to assess between-study heterogeneity.

Main results

We included four studies (330 participants). Two studies focused on toddlers and pre-school children receiving sucrose for immunization pain compared with water or no treatment and two studies included school-aged children receiving sweet or unsweetened chewing gum before, or, before and during immunization and blood collection. Results for the toddlers/pre-school children were conflicting. Participants in the sucrose group in one study had significantly lower cry duration and behavioral pain scores, compared with the no intervention group, while crying time did not differ between the sucrose and the no intervention group in the other study. For school-aged children, chewing sweet gum either before, or during the procedure, did not significantly reduce pain scores.

Authors' conclusions

Based on these four studies, two of which were subgroups of small numbers of eligible toddlers from larger studies, there is insufficient evidence of the analgesic effects of sweet tasting solutions or substances during acute painful procedures in children over one year of age. Further well-conducted RCTs are warranted in this population.

 

Plain language summary

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié

Sweet solution taste to ease injection needle pain in children aged one to 16 years

Small amounts of sweet tasting sugar water solutions given in the mouth can effectively reduce pain in babies under one year of age during painful events such as needles and blood tests. This review was performed to see if the same pain-reducing effects occurred in children older than one year of age, and up to 16 years of age. We examined all published studies looking at sweet solutions for painful procedures. This did not include studies looking at breast milk or formula, as milk is not sweet enough to have the same pain-reducing effects. In the younger children (one to four years), there were only two studies and they reported opposite results; one study showed sugar water (sucrose) reduced pain during injections and the other study showed it was not effective. For older children, there were two studies, and neither showed that sweet taste helped to reduce pain. More high quality research involving larger sample sizes of children is needed to see if giving sucrose is effective in toddlers and pre-school children.

 

Résumé

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié

Sweet tasting solutions for reduction of needle-related procedural pain in children aged one to 16 years

Contexte

Un grand nombre d'études ont montré que le saccharose ou le glucose par voie orale, avec ou sans succion non nutritive, donné avant une procédure douloureuse réduit significativement la réponse à la douleur comportementale pendant ou après la procédure par rapport au placebo, à l'absence de traitement ou à la succion non-nutritive seule, chez les nouveau-nés et les nourrissons jusqu'à l'âge de 12 mois. On ne sait pas si ces effets antalgiques existent pour les nourrissons et les enfants plus âgés entre un an et 16 ans.

Objectifs

Déterminer l'efficacité des solutions et des substances au goût sucré dans la réduction de la douleur liée aux piqures d’aiguille chez les enfants âgés de plus d'un an.

Stratégie de recherche documentaire

Nous avons cherché dans les bases de données suivantes : le registre Cochrane des essais contrôlés (CENTRAL), MEDLINE, EMBASE, PsycINFO, ACP Journal Club, la base des résumés des revues systématiques hors Cochrane (DARE), le registre méthodologique Cochrane (CMR), la base d’évaluation économique du NHS (NHS EED), et sur l'interface d'EBSCOhost : CINAHL. Nous n’avons appliqué aucune restriction sur la langue ou le type de document. Nous avons utilisé les méthodes standards de la Cochrane Collaboration. La dernière date de la recherche était le 30 juin 2011.

Critères de sélection

Essais contrôlés randomisés (ECR) dans lesquels des enfants entre 1 et 16 ans ont reçu une solution ou une substance au goût sucré contre les douleurs liées à une piqure d’aiguille. Les moyens de contrôle incluaient l'eau, les substances à gout non sucré, la sucette, la distraction, l'absence de traitement, le positionnement/confinement ou l'allaitement.

Recueil et analyse des données

Les mesures de résultats comprenaient des scores composites de la douleur, des indicateurs physiologiques ou comportementaux de la douleur et des auto-évaluations de la douleur par l’enfant ou évaluation par un parent ou un professionnel de santé. Nous avons indiqué les différences moyennes (DM) avec les intervalles de confiance (IC) à 95% en utilisant des modèles à effets fixes ou aléatoires de façon appropriée pour les critères de mesure continus. Nous avons prévu de reporter le risque relatif (RR) et la différence de risque (DR) pour les résultats dichotomiques. Nous avons utilisé le test du Chi2 et la statistique I2 pour évaluer l’hétérogénéité inter-études.

Résultats Principaux

Nous avons inclus quatre études (330 participants). Deux études portaient sur des jeunes enfants et des enfants d'âge préscolaire (maternelle) et comparaient ceux qui avaient reçu du saccharose contre la douleur de la vaccination à ceux qui avaient reçu de l'eau ou rien du tout. Deux études concernaient des enfants d'âge scolaire ayant reçu un chewing-gum sucré ou non sucré avant, ou bien avant et pendant la vaccination et la prise de sang. Les résultats pour les jeunes enfants et les enfants d'âge préscolaire étaient contradictoires. Dans une étude, les participants du groupe avec saccharose avaient une durée des pleurs et des scores d’évaluation comportementale de la douleur significativement plus faibles que ceux du groupe sans intervention, alors que dans l'autre étude, la durée des pleurs ne différait pas entre le groupe avec saccharose et le groupe sans intervention. Chez les enfants d'âge scolaire, mâcher un chewing-gum sucré avant ou pendant la procédure, ne réduisait pas significativement les scores de douleur.

Conclusions des auteurs

Sur la base de ces quatre études, dont deux étaient des sous-groupes d’un petit nombre de tout-petits provenant des études de plus grande envergure, il n'y a pas suffisamment de preuves de l'effet analgésique des solutions ou des substances à goût sucré lors d’actes provoquant une douleur aigüe chez les enfants âgés de plus d'un an. Des ECRs supplémentaires bien conduits sont nécessaires dans cette population.

 

Résumé simplifié

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié

Sweet tasting solutions for reduction of needle-related procedural pain in children aged one to 16 years

Solution à goût sucré pour soulager la douleur provoquée par les piqures d'aiguille chez les enfants âgés de 1 à 16 ans

Une petite quantité de solution sucrée administrée par la bouche peut efficacement réduire la douleur chez le bébé de moins d'un an lors de procédures douloureuses telles que les piqures et les prises de sang. Cette revue a été effectuée pour voir si ce même effet antidouleur s'observait aussi chez les enfants âgés de plus d'un an, et jusqu'à 16 ans. Nous avons examiné toutes les études publiées s'intéressant aux solutions sucrées pour les procédures douloureuses. N’étaient pas incluses les études portant sur le lait maternel ou maternisé, car le lait n'est pas assez sucré pour avoir les mêmes effets antalgiques. Pour les plus jeunes enfants (de un à quatre ans) il n'y avait que deux études et celles-ci faisaient état de résultats contradictoires ; une étude montrait que l'eau sucrée (saccharose) réduisait la douleur lors d'injections alors que l'autre étude montrait que ce n'était pas efficace. Pour les enfants plus âgés, il y avait deux études, et aucune ne montrait que le goût sucré aidait à réduire la douleur. De nouvelles recherches de haute qualité portant sur de plus grandes populations d'enfants sont nécessaires pour voir si l’administration de saccharose est efficace chez les jeunes enfants et chez les enfants d'âge préscolaire.

Notes de traduction

Traduit par: French Cochrane Centre 1st November, 2011
Traduction financée par: Ministère du Travail, de l'Emploi et de la Santé Français