Intervention Review

Progesterone for acute traumatic brain injury

  1. Junpeng Ma,
  2. Siqing Huang*,
  3. Shu Qin,
  4. Chao You

Editorial Group: Cochrane Injuries Group

Published Online: 17 OCT 2012

Assessed as up-to-date: 13 JUL 2012

DOI: 10.1002/14651858.CD008409.pub3


How to Cite

Ma J, Huang S, Qin S, You C. Progesterone for acute traumatic brain injury. Cochrane Database of Systematic Reviews 2012, Issue 10. Art. No.: CD008409. DOI: 10.1002/14651858.CD008409.pub3.

Author Information

  1. West China Hospital, Sichuan University, Department of Neurosurgery, Chengdu, Sichuan, China

*Siqing Huang, Department of Neurosurgery, West China Hospital, Sichuan University, No. 37, Guo Xue Xiang, Chengdu, Sichuan, 610041, China. huangsiqing028@163.com.

Publication History

  1. Publication Status: New search for studies and content updated (no change to conclusions)
  2. Published Online: 17 OCT 2012

SEARCH

 

Abstract

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié

Background

Traumatic brain injury (TBI) is a leading cause of death and disability. Progesterone is a potential neuroprotective drug to treat patients with TBI.

Objectives

To assess the effectiveness and safety of progesterone in people with acute TBI.

Search methods

We searched: the Cochrane Injuries Group's Specialised Register (13 July 2012), Cochrane Central Register of Controlled Trials (CENTRAL) (Issue 7, 2012), MEDLINE (Ovid) (1950 to August week 1, 2012), EMBASE (Ovid) (1980 to week 32 2012), LILACS (12 August 2012), Zetoc (13 July 2012), Clinicaltrials.gov (12 August 2012), Controlled-trials.com (12 August 2012).

Selection criteria

We included published and unpublished randomised controlled trials (RCTs) of progesterone versus no progesterone (or placebo) for the treatment of people with acute TBI.

Data collection and analysis

Two review authors independently screened search results to identify the full texts of potentially relevant studies for inclusion. From the results of the screened searches two review authors independently selected trials meeting the inclusion criteria, with no disagreement.

Main results

Three studies were included with a total of 315 people. Two included studies were of high methodological quality, with low risk of bias in allocation concealment, blinding and incomplete outcome data. One study did not use blinding and had unclear risk of bias in allocation concealment and incomplete outcome data. All three studies reported the effects of progesterone on mortality. The pooled risk ratio (RR) for mortality at end of follow-up was 0.61, 95% confidence interval (CI) 0.40 to 0.93. Three studies measured disability and found the RR of death or severe disability in patients treated with progesterone to be 0.77, 95% CI 0.62 to 0.96. Data from two studies showed no difference in mean intracranial pressure or the rate of adverse and serious adverse events among people in either group. One study presented blood pressure and temperature data, and there were no differences between the people in the progesterone or control groups. There was no substantial evidence for the presence of heterogeneity.

Authors' conclusions

Current clinical evidence from three small RCTs indicates progesterone may improve the neurologic outcome of patients suffering TBI. This evidence is still insufficient and further multicentre randomised controlled trials are required.

 

Plain language summary

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié

Progesterone for traumatic brain injury

Traumatic brain injury is one of the main causes of death and disability. Besides the primary brain damage, secondary brain damage caused by mechanisms such as brain oedema, free radical formation or release of inflammatory mediators may exacerbate the injury. Progesterone is a potential drug for reducing secondary damage caused by several of these mechanisms. Progesterone is present in the brains of men and women in small, roughly equal concentrations. It has been shown to reduce the consequences of the injury cascade by decreasing brain oedema; enhancing antioxidant mechanisms and reducing excitotoxicity in animals.

The authors of this review searched for all randomised controlled trials looking at the effects of progesterone in people with traumatic brain injury. They focused their search on randomised controlled trials in which, in addition to standard treatment, the experiment group received progesterone and the control group received non-active treatment (placebo) or no additional treatment. The review authors found three studies with a total of 315 people, and two ongoing studies. There was some evidence of a beneficial effect of progesterone on mortality and disability in people with traumatic brain injury. People in the progesterone group had a risk of death around 40% lower than those in the control group (statistically estimated range of 60% to 7% lower risk with progesterone). The results of this review indicate that progesterone may reduce mortality and disability compared to the control group with no additional adverse events, but the evidence is still insufficient due to the small number of people.

Progesterone is probably a beneficial drug for patients with traumatic brain injury, but more research should be done, especially multicentre studies. The findings of the ongoing multicentre studies sponsored by Emory University and BHR Pharma, LLC will enhance the evidence for this research, and the results will be incorporated into this review when released.

 

Résumé

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié

La progestérone pour lésion cérébrale traumatique aiguë

Contexte

Les lésions cérébrales traumatiques (LCT) sont une cause majeure de décès et d'invalidité. La progestérone est un médicament neuroprotecteur potentiel pour le traitement des patients atteints de LCT.

Objectifs

Évaluer l'efficacité et l'innocuité de la progestérone chez les patients souffrant de LCT aiguë.

Stratégie de recherche documentaire

Nous avons effectué des recherches dans : le registre spécialisé du groupe Cochrane sur les blessures (13 juillet 2012), le registre Cochrane des essais contrôlés (CENTRAL) (numéro 7, 2012), MEDLINE (Ovid) (de 1950 à la 1ère semaine d'août 2012), EMBASE (Ovid) (de 1980 à la 32ème semaine de 2012), LILACS (le 12 août 2012), Zetoc (le 13 juillet 2012), Clinicaltrials.gov (le 12 août 2012), Controlled-trials.com (le 12 août 2012).

Critères de sélection

Nous avons inclus des essais contrôlés randomisés (ECR) publiés et non publiés sur la progestérone versus l'absence de progestérone (ou placebo) pour le traitement des personnes souffrant de LCT aiguë.

Recueil et analyse des données

Deux auteurs ont indépendamment passé au crible les résultats de la recherche afin d'identifier les textes intégraux d'études potentiellement pertinentes pour inclusion. D'entre ces résultats de recherche filtrés, deux auteurs de la revue ont sélectionné indépendamment les essais répondant aux critères d'inclusion, sans le moindre désaccord.

Résultats Principaux

Nous avons inclus trois études totalisant 315 participants. Deux études incluses étaient de bonne qualité méthodologique, avec un faible risque de biais pour l'assignation secrète, le masquage et les données de résultat incomplètes. Une étude n'avait pas utilisé de masquage et avait un risque incertain de biais pour l'assignation secrète et les données de résultat incomplètes. Les trois études avaient rendu compte des effets de la progestérone sur la mortalité. Le risque relatif (RR) combiné de mortalité en fin de suivi était de 0,61 , intervalle de confiance (IC) à 95 % 0,40 à 0,93. Trois études avaient mesuré l'invalidité et constaté que le RR de décès ou d'invalidité grave chez les patients traités avec de la progestérone était de 0,77 , IC à 95% 0,62 à 0,96. Les données de deux études ne montraient aucune différence pour la pression intracrânienne moyenne ou le taux d'événements indésirables et indésirables graves entre les personnes des deux groupes. Une étude avait présenté des données de tension artérielle et de température, et il n'y avait pas de différences entre le groupe à progestérone et le groupe de contrôle. Il n'y avait pas de preuve convaincante d'une quelconque hétérogénéité.

Conclusions des auteurs

Les données cliniques actuelles issues de trois petits ECR indiquent que la progestérone est susceptible d'améliorer l'état neurologique des patients souffrant de LCT. Ces données sont encore insuffisantes et de nouveaux essais contrôlés randomisés multicentriques sont nécessaires.

 

Résumé simplifié

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié

La progestérone pour lésion cérébrale traumatique aiguë

La progestérone pour le traitement des lésions cérébrales traumatiques

Les lésions cérébrales traumatiques sont une des principales causes de décès et d'invalidité. En plus de la lésion cérébrale primaire, des lésions cérébrales secondaires causées par des mécanismes tels que l'œdème cérébral, la formation de radicaux libres ou la libération de médiateurs inflammatoires risquent d'aggraver le préjudice. La progestérone est un médicament potentiellement capable de réduire les lésions secondaires causées par plusieurs de ces mécanismes. La progestérone est présente dans le cerveau des hommes et des femmes dans de petites concentrations à peu près égales. Il a été montré qu'elle réduisait les conséquences de la cascade de lésions en diminuant l'œdème cérébral, en améliorant les mécanismes antioxydants et en réduisant l'excitotoxicité chez les animaux.

Les auteurs de cette revue ont recherché tous les essais contrôlés randomisés portant sur les effets de la progestérone chez les personnes souffrant d'une lésion cérébrale traumatique. Ils ont axé leur recherche sur des essais contrôlés randomisés dans lesquels, en plus du traitement standard, le groupe expérimental avait reçu de la progestérone et le groupe de contrôle avait reçu un traitement non actif (placebo) ou aucun traitement supplémentaire. Les auteurs de la revue ont trouvé trois études totalisant 315 personnes, ainsi que deux études en cours. Il y avait certaines preuves d'un effet bénéfique de la progestérone sur la mortalité et l'invalidité chez les personnes souffrant d'une lésion cérébrale traumatique. Les personnes du groupe à progestérone avaient un risque de décès inférieur d'environ 40 % à celles du groupe de contrôle (diminution du risque avec la progestérone estimée statistiquement dans une plage de 60 % ​​à 7 %). Les résultats de cette revue indiquent que la progestérone est susceptible de réduire la mortalité et l'invalidité par rapport au groupe de contrôle sans effets indésirables supplémentaires, mais les preuves sont encore insuffisantes en raison des effectifs restreints.

La progestérone est probablement un médicament bénéfique pour les patients souffrant de lésions cérébrales traumatiques, mais de nouvelles recherches devront être menées, en particulier des études multicentriques. Les résultats des études multicentriques en cours parrainées par l'Université Emory et BHR Pharma, LLC enrichiront les données disponibles pour cette recherche, et seront intégrés dans cette revue lorsqu'ils seront publiés.

Notes de traduction

Traduit par: French Cochrane Centre 2nd November, 2012
Traduction financée par: Minist�re des Affaires sociales et de la Sant�