Get access

Sweet-tasting solutions for needle-related procedural pain in infants one month to one year of age

  • Comment
  • Review
  • Intervention

Authors

  • Manal Kassab,

    Corresponding author
    1. Jordan University of Science and Technology (JUST), Department of Maternal and Child Health / Faculty of Nursing, Irbid, Jordan
    • Manal Kassab, Department of Maternal and Child Health / Faculty of Nursing, Jordan University of Science and Technology (JUST), PO Box 3030, Irbid, 22110, Jordan. manal_Kassab@yahoo.com.

    Search for more papers by this author
  • Jann P Foster,

    1. University of Western Sydney/University of Sydney, School of Nursing & Midwifery/Sydney Medical School & Sydney Nursing School, Sydney, NSW, Australia
    Search for more papers by this author
  • Maralyn Foureur,

    1. University of Technology Sydney, Centre for Midwifery, Child and Family Health, Broadway, NSW, Australia
    Search for more papers by this author
  • Cathrine Fowler

    1. University of Technology Sydney, Centre for Midwifery, Child and Family Health, Broadway, NSW, Australia
    Search for more papers by this author

Abstract

Background

Administration of oral sucrose or glucose with and without non-nutritive sucking is frequently used as a non-pharmacological intervention for needle-related procedural pain relief in infants.

Objectives

To determine the effectiveness of sweet-tasting solutions for needle-related procedural pain in infants one month to one year of age compared with no treatment, placebo, other sweet-tasting solutions, or pharmacological or other non-pharmacological pain-relieving methods.

Search methods

We searched the Cochrane Central Register of Controlled Trials (CENTRAL) (The Cochrane Library 2012); MEDLINE via Ovid (1966 to 2012); CINAHL via OVID (1982 to 2012). The World Health Organization International Clinical Trials Registry Platform was also searched for any ongoing trials. Clinical trial registries, conference proceedings and references for randomised controlled trials (RCTs) were also searched. An updated search was run to capture any new publications before finalising the review in April 2012 and no new included studies were identified. Two review authors (MK & JF) independently abstracted data and assessed quality using a standard form. Authors have been contacted for missing data.

Selection criteria

Randomised-controlled trials using a sweet-tasting solution to treat pain in healthy term infants (gestational age 37 weeks and over), between one month and 12 months of age who required needle-related procedures. These procedures included but were not limited to: subcutaneous or intramuscular injections, venepuncture, and heel lance. Studies in which the painful procedure was circumcision, lumbar puncture or supra-pubic bladder aspiration were not included as they are more severe and painful than needle-related procedures. Control conditions included no treatment or placebo (water) or any other identical intervention (same appearance and consistency) without active ingredient, another sweet-tasting solution, a pharmacological pain-relieving method (e.g. paracetamol, topical anaesthetic cream), non-pharmacological pain-relieving method (e.g. distraction method, non-nutritive sucking).

Data collection and analysis

Assessment of trial quality, data extraction and synthesis of data were performed using standard methods of the Cochrane Pain, Palliative and Supportive Care Group. We report mean differences (MD) with 95% confidence intervals (CI) using fixed-effect models as appropriate for continuous outcome measures. We planned to report risk ratio (RR) and risk difference (RD) for dichotomous outcomes. The Chi2 test and I2 statistic were used to assess between-study heterogeneity.

Main results

Sixty-five (65) studies were identified for possible inclusion in this review. Fourteen published RCTs with a total of 1551 participants met the inclusion criteria. Duration of cry was significantly reduced in infants who were administered a sweet-tasting solution [MD -13.47 (95% CI -16.80 to -10.15)], P < 0.00001 compared with water. However, there was considerable heterogeneity between the studies (I2 = 94%) that we were unable to explain. Meta-analysis was not able to be undertaken for any of the other outcome measures, except for cry duration, because of differences in study design. However, most of the individual studies that measured pain found sucrose to significantly reduce pain compared with the control group. One study compared sucrose and Lidocaine-prilocaine cream and no significant difference was found between the two treatments for the outcomes pain and cry duration. Due to the differences between the studies, we were unable to identify the optimal concentration, volume or method of administration of sweet-tasting solutions in infants aged one to 12 months. Further large RCTs are needed.

Authors' conclusions

There is insufficient evidence to confidently judge the effectiveness of sweet-tasting solutions in reducing needle-related pain in infants (one month to 12 months of age). The treatments do, however, appear promising. Data from a series of individual trials are promising, as are the results from a subset meta-analysis of studies measuring duration of crying. Further well controlled RCTs are warranted in this population to determine the optimal concentration, volume, method of administration, and possible adverse effects.

Résumé scientifique

Solutions au goût sucré contre les douleurs liées à une procédure de piqûre chez les nourrissons d'un mois à un an

Contexte

L'administration de saccharose ou de glucose par voie orale avec et sans succion non nutritive est souvent utilisée comme intervention non pharmacologique pour le soulagement des douleurs liées à une procédure de piqûre chez les nourrissons.

Objectifs

Déterminer l'efficacité des solutions au goût sucré contre les douleurs liées à une procédure de piqûre chez les nourrissons d'un mois à un an comparé à l'absence de traitement, à un placebo, à d'autres solutions au goût sucré ou à des méthodes de soulagement de la douleur pharmacologiques ou non pharmacologiques.

Stratégie de recherche documentaire

Nous avons effectué des recherches dans le registre Cochrane des essais contrôlés (CENTRAL) (The Cochrane Library 2012) ; MEDLINE via Ovid (de 1966 à 2012) ; CINAHL via OVID (de 1982 à 2012). Nous avons également recherché des essais en cours dans le système d'enregistrement international des essais cliniques de l'Organisation Mondiale de la Santé. Nous avons aussi recherché des essais contrôlés randomisés (ECR) dans des registres d'essais cliniques, des actes de conférences et des bibliographies. Une mise à jour des recherches a été effectuée pour trouver de nouvelles publications avant de finaliser la revue en avril 2012 et aucune nouvelle étude incluse n'a été identifiée. Deux auteurs de la revue (MK & JF) ont indépendamment extrait des données et évalué la qualité au moyen d'un formulaire standard. Les auteurs ont été contactés pour obtenir les données manquantes.

Critères de sélection

Les essais contrôlés randomisés utilisant une solution au goût sucré pour traiter les douleurs chez des nourrissons sains nés à terme (37 semaines d'âge gestationnel et plus), d'un mois à 12 mois, qui nécessitaient des procédures de piqûre. Ces procédures incluaient, de manière non exhaustive : les injections sous-cutanées ou intramusculaires, la ponction veineuse et la ponction au talon. Les études dans lesquelles la procédure douloureuse était la circoncision, la ponction lombaire ou le drainage de la vessie par voie sus-pubienne n'ont pas été incluses, car ces procédures sont plus graves et plus douloureuses que les procédures de piqûre. Les conditions de contrôle comprenaient l'absence de traitement ou un placebo (eau), ou encore toute autre intervention identique (même aspect et même consistance) sans principe actif, une autre solution au goût sucré, une méthode de soulagement de la douleur pharmacologique (par ex. du paracétamol, une crème anesthésiante locale), une méthode de soulagement de la douleur non pharmacologique (par ex. une méthode de distraction, une succion non nutritive).

Recueil et analyse des données

Une évaluation de la qualité des essais, une extraction des données et une synthèse des données ont été effectuées à l'aide des méthodes standards du groupe Cochrane sur la douleur et les soins palliatifs. Nous rapportons les différences moyennes (DM) avec des intervalles de confiance (IC) à 95 % à l'aide d'un modèle à effets fixes lorsque cela est approprié pour les mesures de critères continus. Nous avions prévu de rendre compte du risque relatif (RR) et de la différence de risque (DR) pour les résultats dichotomiques. Le test du Chi2 et la statistique I2 ont été utilisés pour évaluer l'hétérogénéité entre les études.

Résultats principaux

Soixante-cinq (65) études pouvant être incluses dans cette revue ont été identifiées. Quatorze ECR publiés, totalisant 1 551 participants, répondaient aux critères d'inclusion. La durée des pleurs a été significativement réduite chez les nourrissons auxquels on administrait une solution au goût sucré [DM -13,47 (IC à 95 % -16,80 à -10,15)], P < 0,00001 comparé à l'eau. Cependant, il y avait entre les études une hétérogénéité importante (I2 = 94%) que nous n'avons pas été en mesure d'expliquer. Il n'a pas été possible de réaliser de méta-analyse pour aucun des autres critères de jugement, à l'exception de la durée des pleurs, en raison de différences concernant le plan d'étude. Toutefois, la plupart des études individuelles qui mesuraient la douleur ont découvert que le saccharose réduisait significativement la douleur comparé au groupe témoin. Une étude comparait le saccharose et la crème de lidocaïne-prilocaïne et aucune différence significative n'a été découverte entre les deux traitements pour les critères de jugement de douleur et de durée des pleurs. En raison des différences entre les études, nous n'avons pas pu déterminer la concentration, la méthode d'administration ou le volume optimaux des solutions au goût sucré pour les nourrissons d'un à 12 mois. D'autres ECR à grande échelle sont nécessaires.

Conclusions des auteurs

Les preuves sont insuffisantes pour évaluer avec certitude l'efficacité des solutions au goût sucré pour réduire les douleurs liées aux piqûres chez les nourrissons (d'un mois à 12 mois). Les traitements semblent toutefois prometteurs. Les données issues d'une série d'essais individuels sont prometteuses, de même que les résultats d'une méta-analyse en sous-groupe d'études mesurant la durée des pleurs. De nouveaux ECR bien contrôlés sont nécessaires dans cette population pour déterminer la concentration, la méthode d'administration et le volume optimaux, ainsi que les effets indésirables potentiels.

Plain language summary

Sweet-tasting solutions for needle-related pain in infants up to one year of age

The use of needles that break the skin and cause pain is a common practice around the world with babies aged between one month and 12 months (Appendix 4). In this review we were interested in whether giving babies sugar-based solutions to taste when the needle breaks the skin will help reduce their pain.  We found 14 separate studies that had asked this question. However, the differences between the studies were often too great to let us combine their findings.  Overall, the studies show that different types of sugar-based solutions were effective but we were not able to confidently assert that there is strong evidence for this treatment in reducing pain.  We did find some evidence that babies may not cry for as long if given sugar-based solutions. This review is broadly in agreement with two other reviews, one asking this question in younger children, and one in older children. There is a need for better studies in this field.

Résumé simplifié

Solutions au goût sucré contre les douleurs liées aux piqûres chez les nourrissons âgés d'un an ou moins

L'utilisation d'aiguilles qui percent la peau et provoquent des douleurs est une pratique courante dans le monde avec les bébés d'un mois à 12 mois (Annexe 4). Dans cette revue, nous nous avons voulu déterminer si l'administration aux bébés de solutions à base de sucre lorsque l'aiguille perce la peau aiderait à réduire leur douleur.  Nous avons trouvé 14 études distinctes qui avaient posé cette question. Cependant, les différences entre les études ont souvent été trop importantes pour nous permettre de combiner leurs résultats.  Globalement, les études montrent que différents types de solutions à base de sucre ont été efficaces, mais nous n'avons pas pu établir avec certitude qu'il existait des preuves solides indiquant que ce traitement réduisait la douleur.  Nous avons effectivement trouvé des preuves indiquant que les bébés pouvaient ne pas pleurer aussi longtemps si on leur administrait des solutions à base de sucre. Cette revue est globalement en accord avec deux autres revues, l'une posant cette question chez les jeunes enfants et l'autre chez des enfants plus âgés. De meilleures études doivent être réalisées dans ce domaine.

Notes de traduction

Traduit par: French Cochrane Centre 6th February, 2013
Traduction financée par: Minist�re Fran�ais des Affaires sociales et de la Sant�

Laički sažetak

Otopine slatkog okusa za smanjenje boli tijekom medicinskih postupaka u kojima se koriste igle u djece u dobi od jednog mjeseca do jedne godine

Kod djece u dobi od jednog mjeseca do jedne godine se širom svijeta često primjenjuju različiti medicinski postupci u kojima se koriste igle, koje probijaju kožu i uzrokuju bol (Dodatak 4). U ovom Cochrane sustavnom pregledu ispitano je da li davanje slatkih otopina djeci prilikom uboda igle ublažava njihovu bol.  Pronađeno je 14 studija u kojima je istraženo to pitanje. Međutim, razlike među studijama su bile prevelike da bi se njihovi rezultati mogli zajedno analizirati.  Sveukupno, studije pokazuju da različite slatke otopine mogu ublažtii bol djece, ali nije se moglo pouzdano procijeniti ima li jakih dokaza za takvu terapiju boli.  Pronađeni su određeni dokazi da bi djeca mogla kraće plakati ako dobiju slatku otopinu. Rezultati ovog sustavnog pregleda imaju općenito slične zaključke kao rezultati druga dva Cochrane pregleda koji su provedeni u mlađe i starije djece. Potrebno je provesti bolje studije u ovom području.

Bilješke prijevoda

Hrvatski Cochrane
Prevela: Livia Puljak
Ovaj sažetak preveden je u okviru volonterskog projekta prevođenja Cochrane sažetaka. Uključite se u projekt i pomozite nam u prevođenju brojnih preostalih Cochrane sažetaka koji su još uvijek dostupni samo na engleskom jeziku. Kontakt: cochrane_croatia@mefst.hr

Get access to the full text of this article