Multimedia educational interventions for consumers about prescribed and over-the-counter medications

  • Review
  • Intervention

Authors


Abstract

Background

Health consumers increasingly want access to accurate, evidence-based information about their medications. Currently, education about medications (that is, information that is designed to achieve health or illness related learning) is provided predominantly via spoken communication between the health provider and consumer, sometimes supplemented with written materials. There is evidence, however, that current educational methods are not meeting consumer needs. Multimedia educational programs offer many potential advantages over traditional forms of education delivery.

Objectives

To assess the effects of multimedia patient education interventions about prescribed and over-the-counter medications in people of all ages, including children and carers.

Search methods

We searched the Cochrane Central Register of Controlled Trials (CENTRAL, The Cochrane Library 2011, Issue 6), MEDLINE (1950 to June 2011), EMBASE (1974 to June 2011), CINAHL (1982 to June 2011), PsycINFO (1967 to June 2011), ERIC (1966 to June 2011), ProQuest Dissertation & Theses Database (to June 2011) and reference lists of articles.

Selection criteria

Randomised controlled trials (RCTs) and quasi-RCTs of multimedia-based patient education about prescribed or over-the-counter medications in people of all ages, including children and carers, if the intervention had been targeted for their use.

Data collection and analysis

Two review authors independently extracted data and assessed the risk of bias of included studies. Where possible, we contacted study authors to obtain missing information.

Main results

We identified 24 studies that enrolled a total of 8112 participants. However, there was significant heterogeneity in the comparators used and the outcomes measured, which limited the ability to pool data. Many of the studies did not report sufficient information in their methods to allow judgment of their risk of bias. From the information that was reported, three of the studies had a high risk of selection bias and one was at high risk of bias due to lack of blinding of the outcome assessors. None of the included studies reported the minimum clinically important difference for the outcomes that were measured. We have therefore reported results from the studies but have been unable to interpret whether differences were of clinical importance.

The main findings of the review are as follows.

Knowledge: There is low quality evidence that multimedia education was more effective than usual care (non-standardised education provided as part of usual clinical care) or no education (standardised mean difference (SMD) 1.04, 95% confidence interval (CI) 0.49 to1.58, six studies with 817 participants). There was considerable statistical heterogeneity (I2 = 89%), however, all but one of the studies favoured the multimedia group. There is moderate quality evidence that multimedia education was not more effective at improving knowledge than control multimedia interventions (i.e. multimedia programs that do not provide information about the medication) (mean difference (MD) of knowledge scores 2.78%, 95% CI -1.48 to 7.0, two studies with 568 participants). There is moderate quality evidence that multimedia education was more effective when added to a co-intervention (written information or brief standardised instructions provided by a health professional) compared with the co-intervention alone (MD of knowledge scores 24.59%, 95% CI 22.34 to 26.83, two studies with 381 participants).

Skill acquisition: There is moderate quality evidence that multimedia education was more effective than usual care or no education (MD of inhaler technique score 18.32%, 95% CI 11.92 to 24.73, two studies with 94 participants) and written education (risk ratio (RR) of improved inhaler technique 2.14, 95% CI 1.33 to 3.44, two studies with 164 participants). There is very low quality evidence that multimedia education was equally effective as education by a health professional (MD of inhaler technique score -1.01%, 95% CI -15.75 to 13.72, three studies with 130 participants).

Compliance with medications: There is moderate quality evidence that there was no difference between multimedia education and usual care or no education (RR of complying 1.02, 95% CI 0.96 to 1.08, two studies with 4552 participants).

We could not determine the effect of multimedia education on other outcomes, including patient satisfaction, self-efficacy and health outcomes, due to an inadequate number of studies from which to draw conclusions.

Authors' conclusions

This review provides evidence that multimedia education about medications is more effective than usual care (non-standardised education provided by health professionals as part of usual clinical care) or no education, in improving both knowledge and skill acquisition. It also suggests that multimedia education is at least equivalent to other forms of education, including written education and education provided by a health professional. However, this finding is based on often low quality evidence from a small number of trials. Multimedia education about medications could therefore be considered as an adjunct to usual care but there is inadequate evidence to recommend it as a replacement for written education or education by a health professional. Multimedia education may be considered as an alternative to education provided by a health professional, particularly in settings where provision of detailed education by a health professional is not feasible. More studies evaluating multimedia educational interventions are required in order to increase confidence in the estimate of effect of the intervention.

Conclusions regarding the effect of multimedia education were limited by the lack of information provided by study authors about the educational interventions, and variability in their content and quality. Studies testing educational interventions should provide detailed information about the interventions and comparators. Research is required to establish a framework that is specific for the evaluation of the quality of multimedia educational programs. Conclusions were also limited by the heterogeneity in the outcomes reported and the instruments used to measure them. Research is required to identify a core set of outcomes which should be measured when evaluating patient educational interventions. Future research should use consistent, reliable and validated outcome measures so that comparisons can be made between studies.

Résumé scientifique

Interventions éducatives multimédia pour les consommateurs sur les médicaments sur ordonnance et les médicaments sans ordonnance

Contexte

Les consommateurs de services de santé veulent de plus en plus accéder à des informations fondées sur les preuves et précises sur leurs médicaments. Actuellement, l'éducation sur les médicaments (à savoir les informations qui sont élaborées en vue de permettre l'apprentissage lié à la maladie ou à la santé) est dispensée principalement par le biais de la communication orale entre le prestataire de soins et le consommateur, parfois complétée de documents de support écrits. Il existe des preuves, toutefois, indiquant que les méthodes éducatives actuelles ne répondent pas aux besoins des consommateurs. Les programmes éducatifs multimédia offrent de nombreux avantages potentiels par rapport aux formes traditionnelles de diffusion de l'éducation.

Objectifs

Évaluer les effets des interventions multimédia d'éducation des patients sur les médicaments sur ordonnance et les médicaments sans ordonnance chez les personnes de tous âges, y compris les enfants et les soignants.

Stratégie de recherche documentaire

Nous avons effectué des recherches dans le registre Cochrane des essais contrôlés (CENTRAL, The Cochrane Library 2011, numéro 6), MEDLINE (de 1950 à juin 2011), EMBASE (de 1974 à juin 2011), CINAHL (de 1982 à juin 2011), PsycINFO (de 1967 à juin 2011), ERIC (de 1966 à juin 2011), ProQuest Dissertation & Theses Database (jusqu'à juin 2011) et les références bibliographiques des articles.

Critères de sélection

Les essais contrôlés randomisés (ECR) et quasi-randomisés (quasi-ECR) portant sur des programmes éducatifs multimédia destinés aux patients sur les médicaments sur ordonnance et les médicaments sans ordonnance chez les personnes de tous âges, y compris les enfants et les soignants, si l'intervention avait été ciblée pour leur utilisation.

Recueil et analyse des données

Deux auteurs de cette revue ont indépendamment extrait les données et évalué les risques de biais des études incluses. Lorsque cela était possible, nous avons contacté les auteurs des études afin d’obtenir les informations manquantes.

Résultats principaux

Nous avons identifié 24 études totalisant 8112 participants. Toutefois, il existait une hétérogénéité significative parmi les comparateurs utilisés et les résultats mesurés, ce qui a limité la possibilité de regrouper les données. Un grand nombre d'études n'ont pas rapporté suffisamment d'informations dans leurs méthodes pour permettre le jugement de leur risque de biais. D'après les données qui ont été rapportées, trois des études ont présenté un risque élevé de biais de sélection et une a présenté un risque élevé de biais en raison de l'absence de mise en aveugle des évaluateurs de résultats. Aucune des études incluses n'a rapporté la différence cliniquement importante minime pour les résultats qui ont été mesurés. Nous avons par conséquent rapporté les résultats des études mais nous n'avons pas été en mesure d'évaluer si les différences présentaient une importance clinique.

Les principaux résultats de la revue sont les suivants.

Connaissances : Il existe des preuves de faible qualité indiquant que les programmes éducatifs multimédia ont été plus efficaces que les soins habituels (éducation non-standardisée dispensée dans le cadre de soins médicaux habituels) ou l'absence de programmes éducatifs (différence moyenne standardisée (DMS) 1,04, intervalle de confiance (IC) à 95 % 0,49 à 1,58, six études totalisant 817 participants). Il existait une hétérogénéité statistique considérable (I2 = 89 %), toutefois, toutes les études sauf une étaient en faveur du groupe avec programmes éducatifs multimédia. Il existe des preuves de qualité modérée indiquant que les programmes éducatifs multimédia n'ont pas été plus efficaces pour améliorer les connaissances que les interventions multimédia témoins (à savoir des programmes multimédia qui n'apportent pas d'informations sur le médicament) (différence moyenne (DM) des scores de connaissances 2,78 %, IC à 95 % -1,48 à 7,0, deux études totalisant 568 participants). Il existe des preuves de qualité modérée indiquant que les programmes éducatifs multimédia ont été plus efficaces quand ils étaient ajoutés à une co-intervention (informations écrites ou instructions succinctes standardisées fournies par un professionnel de santé) comparés à la co-intervention seule (DM des scores de connaissances 24,59 %, IC à 95 % 22,34 à 26,83, deux études totalisant 381 participants).

Acquisition des compétences : Il existe des preuves de qualité modérée indiquant que les programmes éducatifs multimédia ont été plus efficaces que les soins habituels ou l'absence de programmes éducatifs (DM du score de technique d'inhalation 18,32 %, IC à 95 % 11,92 à 24,73, deux études totalisant 94 participants) et les programmes éducatifs utilisant des supports écrits (risque relatif (RR) de la technique d'inhalation améliorée 2,14, IC à 95 % 1,33 à 3,44, deux études totalisant 164 participants). Il existe des preuves de faible qualité indiquant que les programmes éducatifs multimédia ont été aussi efficaces que l'éducation dispensée par un professionnel de santé (DM du score de la technique d'inhalation -1,01 %, IC à 95 % -15,75 à 13,72, trois études totalisant 130 participants).

Respect des traitements : Il existe des preuves de qualité modérée indiquant qu'il n'y avait aucune différence entre les programmes éducatifs multimédia et les soins habituels ou l'absence de programmes éducatifs (RR de respect des traitements 1,02, IC à 95 % 0,96 à 1,08, deux études totalisant 4552 participants).

Nous n'avons pas pu déterminer l'effet des programmes éducatifs multimédia sur d'autres résultats, notamment la satisfaction des patients, l'auto-efficacité et les résultats sur la santé, en raison d'un nombre limité d'études qui ne permettait pas de tirer des conclusions.

Conclusions des auteurs

Cette revue apporte des preuves indiquant que les programmes éducatifs multimédia sur les médicaments sont plus efficaces que les soins habituels (éducation non-standardisée dispensée par les professionnels de santé dans le cadre de soins médicaux habituels) ou l'absence de programmes éducatifs, pour améliorer à la fois les connaissances et l'acquisition des compétences. Elle suggère aussi que les programmes éducatifs multimédia sont au moins équivalents à d'autres formes d'éducation, y compris les programmes éducatifs utilisant des supports écrits et l'éducation dispensée par les professionnels de santé. Toutefois, cette observation est fondée sur des preuves qui sont souvent de faible qualité et issues d'un petit nombre d'essais. Les programmes éducatifs multimédia sur les médicaments peuvent par conséquent être considérés comme un complément aux soins habituels mais il n'y a pas suffisamment de preuves pour les recommander en remplacement des programmes éducatifs utilisant des supports écrits ou d'une éducation dispensée par les professionnels de santé. Les programmes éducatifs multimédia peuvent être considérés comme une approche alternative à l'éducation dispensée par les professionnels de santé, notamment dans des contextes où la diffusion d'une éducation détaillée par les professionnels de santé n'est pas possible. D'autres études évaluant les interventions éducatives multimédia sont nécessaires pour augmenter le niveau de confiance dans l'estimation de l'effet de l'intervention.

Les conclusions concernant l'effet des programmes éducatifs multimédia ont été limitées par le manque d'informations fournies par les auteurs des études sur les interventions éducatives, et la variabilité de leur contenu et de leur qualité. Les études évaluant les interventions éducatives devraient fournir des informations détaillées sur les interventions et les comparateurs. Il est nécessaire d'effectuer des recherches pour établir un cadre qui est spécifique à l'évaluation de la qualité des programmes éducatifs multimédia. Les conclusions ont aussi été limitées par l'hétérogénéité parmi les résultats rapportés et les instruments utilisés pour les mesurer. Il est nécessaire d'effectuer des recherches pour identifier un pool de résultats qui devraient être mesurés lors de l'évaluation des interventions éducatives destinées aux patients. Les recherches futures devraient utiliser des mesures de résultats cohérentes, fiables et validées pour que des comparaisons puissent être établies entre les études.

Plain language summary

Multimedia programs for educating patients about medications

Consumers need detailed information about their medications to enable them to use their medications safely and effectively. For information to be useful it needs to be presented in a format that can be easily understood by consumers. There is evidence that methods such as spoken communication between the health provider and consumer and written materials are not meeting consumers’ needs. Multimedia education programs use more than one format to provide information. This could include using written words, diagrams and pictures with the use of audio, animation or video. They can be provided using different technologies, such as DVD and CD-ROM, or can be accessed over the Internet.

This review presents the evidence from 24 studies, involving 8112 participants, of multimedia education programs about medications.

We found that multimedia education programs about medications are superior to no education or education provided as part of usual clinical care in improving patient knowledge. There was wide variability in the results from the six studies that compared multimedia education to usual care or no education. However, all but one of the six studies favoured multimedia education. We also found that multimedia education is superior to usual care or no education in improving skill levels. The review also suggested that multimedia was at least as effective as other forms of education, including written education or brief education from a health provider. However, these findings were based on a small number of studies, many of which were of low quality. Multimedia education did not improve compliance with medications (i.e. the degree to which a patient correctly follows advice about his or her medication) compared with usual care or no education. We could not determine the effect of multimedia education on other outcomes, such as patient satisfaction, self-efficacy (confidence in their ability to perform health-related tasks) and health outcomes.

The review findings therefore suggests that multimedia education programs about medications could be used alongside usual care provided by health providers. There is not enough evidence to recommend it as a replacement for written education or education by a health professional. Multimedia education could be used instead of detailed education given by a health provider when it is not possible or practical for health professionals to provide this service.

This review found that there were differences between the types of education provided to the control groups and what results were measured. This limited the ability to summarise results across studies, so most of the conclusions of this review were based on results from a small number of studies. More studies of multimedia educational programs are needed to make the results of this review more reliable.

Résumé simplifié

Programmes multimédia d'éducation des patients sur les médicaments

Les consommateurs ont besoin d'informations détaillées sur leurs médicaments afin de leur permettre de les utiliser en toute sécurité et de façon efficace. Pour que l'information soit utile elle doit être présentée dans un format qui peut facilement être compris par les consommateurs. Il existe des preuves indiquant que les méthodes telles que la communication orale entre le prestataire de soins et le consommateur et les documents de support écrits ne répondent pas aux besoins des consommateurs. Les programmes éducatifs multimédia utilisent plusieurs formats pour diffuser l'information. Cela peut comprendre l'utilisation de termes écrits, diagrammes et images et le recours à des techniques d'audio, d'animation ou de vidéo. Ils peuvent être dispensés en utilisant des technologies différentes, telles que DVD et CD-ROM, ou bien ils sont accessibles sur Internet.

Cette revue présente les preuves issues de 24 études, impliquant 8112 participants, portant sur des programmes éducatifs multimédia sur les médicaments.

Nous avons estimé que les programmes éducatifs multimédia sur les médicaments ont une efficacité supérieure à l'absence de programmes éducatifs ou à des programmes éducatifs dispensés dans le cadre de soins cliniques habituels pour améliorer les connaissances des patients. Il y avait une grande variabilité parmi les résultats des six études ayant comparé les programmes éducatifs multimédia à des soins habituels ou à l'absence de programmes éducatifs. Toutefois, les six études sauf une étaient en faveur des programmes éducatifs multimédia. Nous avons aussi estimé que les programmes éducatifs multimédia ont une efficacité supérieure aux soins habituels ou à l'absence de programmes éducatifs pour améliorer les niveaux de compétence. La revue a aussi laissé entendre que le format multimédia était au moins aussi efficace que d'autres formes de programmes éducatifs, y compris les programmes éducatifs utilisant des supports écrits ou une éducation succincte dispensée par le prestataire de soins. Toutefois, ces observations étaient fondées sur un petit nombre d'études, parmi lesquelles beaucoup avaient une qualité méthodologique médiocre. Les programmes éducatifs multimédia n'ont pas amélioré le respect des traitements (c'est-à-dire le degré auquel un patient respecte correctement les conseils sur son médicament) comparés aux soins habituels ou à l'absence de programmes éducatifs. Nous n'avons pas pu déterminer l'effet des programmes éducatifs multimédia sur d'autres critères de jugement, tels que la satisfaction des patients, l'auto-efficacité (confiance en leur aptitude à effectuer des tâches liées à la santé) et les résultats sur la santé.

Les observations de la revue suggèrent par conséquent que les programmes éducatifs multimédia sur les médicaments pourraient être utilisés en complément aux soins habituels dispensés par les prestataires de soins. Il n'y a pas suffisamment de preuves pour les recommander en remplacement des programmes éducatifs utilisant des supports écrits ou d'une éducation dispensée par le professionnel de santé. Les programmes éducatifs multimédia pourraient être utilisés à la place d'une éducation détaillée dispensée par un prestataire de soins quand il n'est pas possible ou pratique pour les professionnels de santé de proposer ce service.

Cette revue a estimé qu'il y avait des différences entre les types de programmes éducatifs dispensés dans les groupes témoins et les résultats qui y étaient mesurés. Cela a limité la possibilité de résumer les résultats des différentes études, aussi la plupart des conclusions de cette revue sont fondées sur les résultats tirés d'un petit nombre d'études. D'autres études portant sur les programmes éducatifs multimédia sont nécessaires pour consolider les résultats de cette revue.

Notes de traduction

Traduit par: French Cochrane Centre 17th May, 2013
Traduction financée par: Pour la France : Minist�re de la Sant�. Pour le Canada : Instituts de recherche en sant� du Canada, minist�re de la Sant� du Qu�bec, Fonds de recherche de Qu�bec-Sant� et Institut national d'excellence en sant� et en services sociaux.

Laienverständliche Zusammenfassung

Multimediale Programme zur Schulung von Patienten im Umgang mit Medikamenten.

Konsumenten benötigen detaillierte Informationen zu den Medikamenten, die sie nehmen, um sie sicher und wirksam anwenden zu können. Damit diese Informationen hilfreich sind, müssen sie so präsentiert werden, dass Konsumenten sie leicht verstehen können. Es gibt Evidenz dafür, dass das Arzt-Patienten-Gespräch, sowie schriftlich ausgehändigte Informationen den Ansprüchen der betroffenen Konsumenten nicht gerecht werden. Multimediale Schulungsprogramme hingegen verwenden mehr als ein Informationsformat. Die verwendeten Formate beinhalten Text, Diagramme oder Bilder, die jeweils mit Tonaufnahmen, Animationen oder Videos verknüpft sein können. Konsumenten können über verschiedene Medien Zugang zu den Schulungsmaterialien erhalten, zum Beispiel über DVDs und CDs oder über das Internet.

Dieser Review gibt einen Überblick über 24 wissenschaftliche Studien mit 8112 Teilnehmern, die sich mit Multimedia Schulungen für Anwender von Medikamenten befassen.

Im Ergebnis waren multimediale Schulungsprogramme zum Gebrauch von Medikamenten besser geeignet, das Wissen von Patienten zu verbessern, als keine Schulung, oder Informationen, die im Rahmen der Regelversorgung gegeben wurden. Die Ergebnisse der sechs Studien, die multimediale Patientenschulungen entweder mit der Regelversorgung oder keiner speziellen Schulung verglichen, unterschieden sich deutlich voneinander. Dennoch sprachen sich alle sechs Studien für die Wirksamkeit der Multimedia-Schulung aus. Wir konnten auch feststellen, dass multimediale Schulungen der Regelversorgung oder keiner Schulung überlegen sind, wenn es darum geht, das Kompetenzniveau der Patienten zu erhöhen. Der Review legt darüber hinaus den Schluss nah, dass Multimedia-Schulungen mindestens genauso effektiv sind wie andere Arten der Patientenschulung, zum Beispiel schriftliche Information oder eine kurze Erklärung seitens einer medizinischen Fachkraft. Jedoch beruhen diese Ergebnisse auf nur wenigen Studien, die großteils nur eine geringe methodische Qualität aufwiesen. Die Compliance (ob Patienten ihre Medikament so einnehmen, wie sie sollten) verbesserten multimediale Schulungsprogramme, im Vergleich zur Regelversorgung oder wenn Patienten keine zusätzlich Schulung erhielten, aber nicht. Wir waren nicht in er Lage, den Einfluss multimedialer Schulungsprogramme auf andere Endpunkte, wie zum Beispiel die Patientenzufriedenheit, das Selbstvertrauen der Patienten im Umgang mit der eigenen Gesundheitsversorgung, oder der Entwicklung ihres Gesundheitszustandes zu beurteilen.

Die Ergebnisse des Reviews weisen darauf hin, dass multimediale Schulungsprogramme über Medikamente und ihre Anwendung von medizinischen Fachkräften neben der Regelversorgung angeboten werden könnten. Es gibt aber nicht ausreichend Evidenz um zu empfehlen, dass solche Programme schriftliche Informationsmaterialien oder die mündliche Aufklärung durch eine medizinische Fachkraft ersetzen sollen. Multimedia-Schulungen könnten allerdings ein Ersatz für ausführliche Erklärungen durch eine medizinische Fachkraft sein, wenn es es anders nicht möglich oder praktikabel ist.

Der Review stellte fest, dass die jeweiligen Kontrollgruppen unterschiedliche Arten von Schulungen erhielten. Gleichzeitig wurden in den einzelnen Studien unterschiedliche Ergebnisse gemessen. Es war deshalb nur begrenzt möglich, die Ergebnisse über alle Studien hinweg zusammen zu fassen. Daher mussten wir den Großteil der Schlüsse in diesem Review aus den Ergebnissen einer kleinen Untergruppe der untersuchten Studien ziehen. Um unsere Ergebnisse zuverlässiger zu machen, sind mehr Studien über multimediale Schulungsprogramme wünschenswert.

Anmerkungen zur Übersetzung

C. Wildhagen, Koordination durch Cochrane Schweiz