Get access

Social skills groups for people aged 6 to 21 with autism spectrum disorders (ASD)

  • Review
  • Intervention

Authors


Abstract

Background

Since autism was first described, major difficulties in social interaction have been a defining feature of individuals with autism spectrum disorders (ASD). Social skills groups are a common intervention for individuals with ASD. Although a frequently recommended practice, the few studies that have addressed the efficacy of social skills groups have shown mixed results.

Objectives

To determine the effectiveness of social skills groups for improving social competence, social communication, and quality of life for people with ASD who are six to 21 years of age.

Search methods

We searched the following databases in December 2011: CENTRAL (2011 Issue 4), MEDLINE (1948 to November Week 3, 2011), EMBASE (1980 to Week 50, 2011), PsycINFO (1887 to December Week 2, 2011), CINAHL (1937 to current), ERIC (1966 to current), Sociological Abstracts (1952 to current), OCLC WorldCat (12 December 2011), Social Science Citation Index (1970 to 16 December 2011), and the metaRegister of Controlled Trials (20 December 2011). We also searched the reference lists of published papers.

Selection criteria

Randomized control trials (RCTs) comparing treatment (social skills groups) with a control group who were not receiving the treatment for participants aged six to 21 years with ASD. The control group could be no intervention, wait list, or treatment as usual. Outcomes sought were standardized measures of social competence, social communication, quality of life, emotion recognition, and any other specific behaviors.

Data collection and analysis

Two review authors independently selected and appraised studies for inclusion and assessed the risk of bias in each included study. All outcome data were continuous and standardized mean difference effect sizes (ES) with small sample correction were calculated. We conducted random-effects meta-analysis where possible.

Main results

We included five RCTs evaluating the effects of social skills groups in 196 participants with ASD aged 6 to 21 years old. The results show there is some evidence that social skills groups improve overall social competence (ES = 0.47, 95% confidence interval (CI) 0.16 to 0.78, P = 0.003) and friendship quality (ES = 0.41, 95% CI 0.02 to 0.81, P = 0.04) for this population. No differences were found between treatment and control groups in relation to emotional recognition (ES = 0.34, 95% CI -0.20 to 0.88, P = 0.21) assessed in two studies or social communication as related to the understanding of idioms (ES = 0.05, 95% CI -0.63 to 0.72, P = 0.89), which was assessed in only one study. Two additional quality of life outcomes were evaluated, with results of single studies suggesting decreases in loneliness (ES = -0.66, 95% CI -1.15 to -0.17) but no effect on child or parental depression. No adverse events were reported.

Given the nature of the intervention and the selected outcome measures, the risk of performance and detection bias are high. There is limited generalizability from the studies as they were all conducted in the US; they focused mainly on children aged 7 to 12, and the participants were all of average or above average intelligence.

Authors' conclusions

There is some evidence that social skills groups can improve social competence for some children and adolescents with ASD. More research is needed to draw more robust conclusions, especially with respect to improvements in quality of life.

Résumé scientifique

Groupes d'habiletés sociales pour personnes de 6 à 21 ans atteintes de troubles du spectre autistique (TSA)

Contexte

Depuis que l'autisme a été décrit pour la première fois, les grandes difficultés dans les interactions sociales sont un trait caractéristique des personnes atteintes de troubles du spectre autistique (TSA). Les groupes d'habiletés sociales sont une intervention courante chez les personnes atteintes de TSA. Bien que cette pratique soit souvent recommandée, les quelques études qui ont examiné l'efficacité des groupes d'habiletés sociales ont abouti à des résultats mitigés.

Objectifs

Déterminer l'efficacité des groupes d'habiletés sociales pour l'amélioration de l'aptitude sociale, de la communication sociale et la qualité de vie des personnes atteintes de TSA qui sont âgées de six à 21 ans.

Stratégie de recherche documentaire

Nous avons fait des recherches, en décembre 2011, dans les bases de données suivantes : CENTRAL (2011 numéro 4), MEDLINE (de 1948 à la 3ème semaine de novembre 2011), EMBASE (de 1980 à la 50ème semaine de 2011), PsycINFO (de 1887 à la 2ème semaine de décembre 2011), CINAHL (de 1937 à aujourd'hui), ERIC (de 1966 à aujourd'hui), Sociological Abstracts (de 1952 à aujourd'hui), OCLC WorldCat (12 décembre 2011), Social Science Citation Index (de 1970 au 16 décembre 2011) et le metaRegister of Controlled Trials (20 décembre 2011). Nous avons également passé au crible les bibliographies d'articles publiés.

Critères de sélection

Des essais contrôlés randomisés (ECR) comparant le traitement (groupes d'habiletés sociales) à un groupe témoin ne recevant pas de traitement, chez des participants âgés de six à 21 ans atteints de TSA. Le groupe témoin pouvait être de différents types : absence d'intervention, liste d'attente ou traitement habituel. Les critères de résultat recherchés étaient des mesures standardisées de l'aptitude sociale, de la communication sociale, de la qualité de vie, de la reconnaissance des émotions et de tout autre comportement spécifique.

Recueil et analyse des données

Deux auteurs ont, de manière indépendante, sélectionné les études et évalué leur éligibilité à l'inclusion, et estimé le risque de biais de chaque étude incluse. Toutes les données de résultat étaient continues et nous avons calculé les différences moyennes normalisées de l'effet observé (ES) avec correction pour petit échantillon. Lorsque cela était possible, nous avons effectué une méta-analyse à effets aléatoires.

Résultats principaux

Nous avons inclus cinq ECR évaluant les effets des groupes d'habiletés sociales chez 196 participants âgés de 6 à 21 ans atteints de TSA. Les résultats fournissent certaines preuves que les groupes d'habiletés sociales améliorent l'aptitude sociale globale (ES = 0,47 ; intervalle de confiance (IC) à 95 % 0,16 à 0,78 ; P = 0,003) et la qualité des relations d'amitié (ES = 0,41 ; IC à 95 % 0,02 à 0,81 ; P = 0,04) chez ces personnes. Aucune différence n'a été trouvée entre les groupes de traitement et de contrôle en matière de reconnaissance émotionnelle (ES = 0,34 ; IC à 95 % -0,20 à 0,88 ; P = 0,21 ; deux études) ou de communication sociale en rapport avec la compréhension des expressions idiomatiques (ES = 0,05 ; IC à 95 % -0,63 à 0,72 ; P = 0,89 ; une seule étude). Deux critères supplémentaires de qualité de vie ont été évalués, les résultats d'études uniques laissant entrevoir une diminution de la solitude (ES = -0,66 ; IC à 95 % -1,15 à -0,17) mais aucun effet sur la dépression de l'enfant ou des parents. Aucun événement indésirable n'avait été signalé.

Vus la nature de l'intervention et les critères de résultat choisis, les risques de biais de performance et de détection sont élevés. La généralisabilité des études est limitée car elles ont toutes été menées aux États-Unis, elles portaient principalement sur ​​des enfants âgés de 7 à 12 ans et les participants étaient tous d'une intelligence moyenne ou supérieure à la moyenne.

Conclusions des auteurs

Il y a quelques preuves que les groupes d'habiletés sociales peuvent améliorer l'aptitude sociale de certains enfants et adolescents atteints de TSA. Des recherches supplémentaires sont nécessaires pour tirer des conclusions plus solides, en particulier en ce qui concerne l'amélioration de la qualité de vie.

Plain language summary

Social skills groups for people aged 6 to 21 years with autism spectrum disorders (ASD)

Social deficits remain one of the most difficult areas for individuals with autism spectrum disorders, especially for those with average or above average cognitive skills. An intervention often used to treat social deficits for these individuals is social skills groups. This review synthesized the results of five randomized controlled trials of social skills groups including 196 individuals with autism spectrum disorders (aged 6 to 21 years). We found individuals receiving treatment showed some indications of improved social competence and better friendships when compared with those not receiving treatment. Participants receiving treatment also showed indications of less loneliness. The ability to recognize different emotions was measured in two studies and there was no evidence that it was improved by taking part in a social skills group. Social communication as it relates to idiomatic expressions was only reported in one study and no significant differences between treatment and control group were found. Nor was there evidence of a beneficial effect of social skills groups on parental or child depression. No adverse effects were reported in the studies. Limitations of this review include a small number of studies and participants, and a high risk of bias due to parents knowing whether their child was in the intervention group or not. The studies focused mainly on children with ASD aged 7 to 12 with average or above average intelligence, and they were all carried out in the US.

Résumé simplifié

Groupes d'habiletés sociales pour les personnes âgées de 6 à 21 ans atteintes de troubles du spectre autistique (TSA)

Les déficits sociaux demeurent un des domaines les plus problématiques pour les personnes atteintes de troubles du spectre autistique, en particulier pour celles ayant des capacités cognitives moyennes ou supérieures à la moyenne. Les groupes d'habiletés sociales sont une intervention souvent utilisée pour traiter les déficits sociaux chez ces personnes. Cette revue a fait la synthèse des résultats de cinq essais contrôlés randomisés sur les groupes d'habiletés sociales, incluant au total 196 personnes atteintes de troubles du spectre autistique (âgées de 6 à 21 ans). Nous avons constaté que les personnes recevant un traitement manifestaient quelques signes d'amélioration de leurs aptitudes sociales et de leurs relations d'amitié, en comparaison avec celles ne recevant pas de traitement. Les participants recevant un traitement donnaient également des signes d'une moindre solitude. La capacité de reconnaître différentes émotions avait été mesurée dans deux études et il n'y avait aucune preuve d'amélioration suite à la participation à un groupe d'habiletés sociales. La communication sociale, pour ce qui concerne les expressions idiomatiques, n'avait été rapportée que dans une étude et aucune différence significative n'avait été trouvée entre les groupes de traitement et de contrôle. Il n'y avait pas non plus de preuve d'un effet bénéfique des groupes d'habiletés sociales sur la dépression des parents ou de l'enfant. Aucun effet indésirable n'avait été signalé dans les études. Les limites de cette revue tiennent notamment au petit nombre d'études et de participants, ainsi qu'au risque élevé de biais dû au fait que les parents savaient si leur enfant était ou non dans le groupe d'intervention. Les études portaient principalement sur ​​des enfants de 7 à 12 ans atteints de TSA et ayant une intelligence moyenne ou supérieure à la moyenne, et elles avaient toutes été réalisées aux États-Unis.

Notes de traduction

Traduit par: French Cochrane Centre 12th September, 2013
Traduction financée par: Ministère du Travail, de l'Emploi et de la Santé Français

Get access to the full text of this article

Ancillary