Intervention Review

You have free access to this content

Interventions for the prevention of postoperative ear discharge after insertion of ventilation tubes (grommets) in children

  1. Mohammed Iqbal Syed1,
  2. Sharon Suller2,
  3. George G Browning2,
  4. Michael A Akeroyd2,*

Editorial Group: Cochrane Ear, Nose and Throat Disorders Group

Published Online: 30 APR 2013

Assessed as up-to-date: 3 JUL 2012

DOI: 10.1002/14651858.CD008512.pub2


How to Cite

Syed MI, Suller S, Browning GG, Akeroyd MA. Interventions for the prevention of postoperative ear discharge after insertion of ventilation tubes (grommets) in children. Cochrane Database of Systematic Reviews 2013, Issue 4. Art. No.: CD008512. DOI: 10.1002/14651858.CD008512.pub2.

Author Information

  1. 1

    St John's Hospital at Howden, Livingston, UK

  2. 2

    Glasgow Royal Infirmary, MRC Institute of Hearing Research (Scottish Section), Glasgow, UK

*Michael A Akeroyd, MRC Institute of Hearing Research (Scottish Section), Glasgow Royal Infirmary, Queen Elizabeth Building, 16 Alexandra Parade, Glasgow, G31 2ER, UK. maa@ihr.gla.ac.uk.

Publication History

  1. Publication Status: New
  2. Published Online: 30 APR 2013

SEARCH

 

Abstract

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié

Background

Grommets are frequently inserted in children's ears for acute otitis media and otitis media with effusion. A common complication is postoperative ear discharge (otorrhoea). A wide range of treatments are used to prevent the discharge, but there is no consensus on whether or not intervention is necessary nor which is the most effective intervention.

Objectives

To assess the effectiveness of prophylactic interventions, both topical and systemic, in reducing the incidence of otorrhoea following the surgical insertion of grommets in children.

Search methods

We searched the Cochrane Ear, Nose and Throat Disorders Group Trials Register; the Cochrane Central Register of Controlled Trials (CENTRAL); PubMed; EMBASE; CINAHL; Web of Science; BIOSIS Previews; Cambridge Scientific Abstracts; ICTRP and additional sources for published and unpublished trials. The date of the search was 3 July 2012.

Selection criteria

We included randomised controlled trials (RCTs) that compared the efficacy of prophylactic interventions against placebo/control and/or with other prophylactic interventions for postoperative otorrhoea in children.

Data collection and analysis

Two review authors independently assessed study eligibility and risk of bias, and extracted data. The outcome data were dichotomous for all the included trials. We calculated individual and pooled risk ratios (RR) using the Mantel-Haenszel fixed-effect method. We also calculated the numbers needed to treat to benefit (NNTB).

Main results

We found 15 eligible RCTs (2476 children, aged from four months to 17 years). We graded seven RCTs as being at a low risk of bias (n = 926 children) and for an eighth RCT we also graded two of the arms as being at a low risk of bias. We graded the other seven trials as being at a high risk of bias.

For a single application at surgery, there was evidence from two low risk of bias trials that at two weeks postoperatively the risk of otorrhoea was reduced by multiple saline washouts (from 30% to 16%; RR 0.52, 95% confidence interval (CI) 0.27 to 1.00; NNTB 7; one RCT; 140 children) and antibiotic/steroid ear drops (from 9% to 1%; RR 0.13, 95% CI 0.03 to 0.57; NNTB 13; one RCT; 322 ears). A meta-analysis of two low risk of bias trials (222 ears) failed to find an effect of a single application of antibiotic/steroid ear drops at four to six weeks postoperatively.

For a prolonged application of an intervention, there was evidence from four low risk of bias trials that the risk of otorrhoea was reduced two weeks postoperatively by antibiotic ear drops (from 15% to 8%; RR 0.54, 95% CI 0.30 to 0.97; NNTB 15; one RCT; 372 children), antibiotic/steroid ear drops (from 39% to 5%; RR 0.13, 95% CI 0.05 to 0.31; NNTB 3; one RCT; 200 children), aminoglycoside/steroid ear drops (from 15% to 5%; RR 0.37, 95% CI 0.18 to 0.74; NNTB 11; one RCT; 356 children) or oral antibacterial agents/steroids (from 39% to 5%; RR 0.13, 95% CI 0.03 to 0.51; NNTB 3; one RCT; 77 children).

Only one trial assessed the secondary outcome of ototoxicity, but no effect was found. There were no trials that assessed quality of life.

Authors' conclusions

Our review found that each of the following were effective at reducing the rate of otorrhoea up to two weeks following surgery: (1) multiple saline washouts at surgery, (2) a single application of topical antibiotic/steroid drops at surgery, (3) a prolonged application of topical drops (namely antibiotic ear drops, antibiotic/steroid eardrops or aminoglycoside/steroid ear drops) and (4) a prolonged application of oral antibacterial agents/steroids. However, the rate of otorrhoea between RCTs varied greatly and the higher the rates of otorrhoea within a RCT, the smaller the NNTB for therapy.

We conclude that if a surgeon has a high rate of postoperative otorrhoea in children then either saline irrigation or antibiotic ear drops at the time of surgery would significantly reduce that rate. If topical drops are chosen, it is suggested that to reduce the cost and potential for ototoxic damage this be a single application at the time of surgery and not prolonged thereafter.

 

Plain language summary

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié

Interventions for the prevention of postoperative ear discharge after insertion of ventilation tubes (grommets) in children

The insertion of a grommet is a common surgical procedure performed in children. Ear discharge (otorrhoea) is often complained of after the procedure. A wide range of treatments are used to prevent the discharge, but the evidence for their effectiveness is inconclusive: indeed, it is not known whether treatment is even necessary.

This review found 15 randomised controlled trials which assessed the effectiveness of the interventions used to prevent ear discharge after surgery. The findings in seven low risk of bias trials (and part of an eighth) showed a reduction in the rate of ear discharge up to two weeks after the operation using either saline washouts or a single application of antibiotics at the time of the operation. A prolonged application of antibiotics was also effective. The effects were largest in studies with a high rate of ear discharge.

We conclude that the use of an intervention to prevent postoperative ear discharge should be restricted to those at a high risk of this discharge, but the choice of which treatment may be left to the surgeon.

 

Résumé

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié

Interventions pour la prévention de l'écoulement par l'oreille postopératoire après l'insertion de tubes de ventilation (diabolos) chez l'enfant

Contexte

Les diabolos sont très souvent insérés dans les oreilles de l'enfant lors d'une otite moyenne aiguë et d'une otite moyenne avec effusion. Une complication courante est l'écoulement par l'oreille postopératoire (otorrhée). Un large éventail de traitements sont utilisés pour prévenir l'écoulement, mais les avis divergent quant à savoir si une intervention est nécessaire, ou laquelle est l'intervention la plus efficace.

Objectifs

Évaluer l'efficacité des interventions prophylactiques, à la fois topiques et systémiques, pour réduire l'incidence de l'otorrhée suite à l'insertion par voie chirurgicale de diabolos chez l'enfant.

Stratégie de recherche documentaire

Nous avons effectué des recherches dans le registre des essais du groupe Cochrane sur l'otorhinolaryngologie, dans le registre Cochrane des essais contrôlés (CENTRAL), ainsi que dans PubMed, EMBASE, CINAHL, Web of Science, BIOSIS Previews, Cambridge Scientific Abstracts, ICTRP et d'autres sources afin de trouver des essais publiés et non publiés. Ces recherches ont été effectuées le 03.07.12.

Critères de sélection

Nous avons inclus des essais contrôlés randomisés (ECR) ayant comparé l'efficacité des interventions prophylactiques par rapport à un placebo/témoin et/ou à d'autres interventions prophylactiques pour traiter l'otorrhée postopératoire chez l'enfant.

Recueil et analyse des données

Deux auteurs de la revue ont indépendamment évalué l'éligibilité et les risques de biais des essais, et ont aussi extrait des données. Les données étaient des résultats dichotomiques pour tous les essais inclus. Nous avons calculé les risques relatifs individuels et les risques relatifs (RR) combinés, au moyen du modèle à effets fixes de Mantel-Haenszel. Nous avons aussi calculé le nombre de sujets à traiter pour observer un bénéfice (NSTb).

Résultats Principaux

Nous avons trouvé 15 ECR éligibles (2476 enfants, âgés de quatre mois à 17 ans). Nous avons classé sept ECR comme présentant un faible risque de biais (n = 926 enfants) et pour un huitième ECR nous avons aussi classé deux des groupes comme présentant un faible risque de biais. Nous avons classé les sept autres essais comme présentant un risque élevé de biais.

Pour une application unique lors de la chirurgie, il existait des preuves dans deux essais présentant un faible risque de biais indiquant que le risque d'otorrhée a été réduit deux semaines après l'opération par de multiples lavages de sérum physiologique (de 30 % à 16 % ; RR 0,52, intervalle de confiance (IC) à 95 % 0,27 à 1,00 ; NSTb 7 ; un ECR ; 140 enfants) et des gouttes auriculaires d'antibiotiques/de corticoïdes (de 9 % à 1 % ; RR 0,13, IC à 95 % 0,03 à 0,57 ; NSTb 13 ; un ECR ; 322 oreilles). Une méta-analyse de deux essais présentant un faible risque de biais (222 oreilles) n'a pas permis de trouver un effet de l'application unique de gouttes auriculaires d'antibiotiques/de corticoïdes quatre à six semaines après l'opération.

Pour une application prolongée dans le cadre d'une intervention, il existait des preuves dans quatre essais présentant un faible risque de biais indiquant que le risque d'otorrhée a été réduit deux semaines après l'opération par des gouttes auriculaires d'antibiotiques (de 15 % à 8 % ; RR 0,54, IC à 95 % 0,30 à 0,97 ; NSTb 15 ; un ECR ; 372 enfants), des gouttes auriculaires d'antibiotiques/de corticoïdes (de 39 % à 5 % ; RR 0,13, IC à 95 % 0,05 à 0,31 ; NSTb 3 ; un ECR ; 200 enfants), des gouttes auriculaires d'aminoglycosides/de corticoïdes (de 15 % à 5 % ; RR 0,37, IC à 95 % 0,18 à 0,74 ; NSTb 11; un ECR ; 356 enfants) ou des agents antibactériens/corticoïdes oraux (de 39 % à 5 % ; RR 0,13, IC à 95 % 0,03 à 0,51 ; NSTb 3 ; un ECR ; 77 enfants).

Un seul essai a évalué le critère de jugement secondaire de l'ototoxicité, mais aucun effet n'a été observé. Aucun essai n'a évalué la qualité de vie.

Conclusions des auteurs

Notre revue a estimé que chacune des options suivantes a été efficace pour réduire la fréquence de l'otorrhée jusqu'à deux semaines après l'intervention chirurgicale : (1) de multiples lavages de sérum physiologique lors de la chirurgie, (2) une application unique de gouttes topiques d'antibiotiques/de corticoïdes lors de la chirurgie, (3) une application prolongée de gouttes topiques (notamment des gouttes auriculaires d'antibiotiques, des gouttes auriculaires d'antibiotiques/de corticoïdes ou des gouttes auriculaires d'aminoglycosides/de corticoïdes) et (4) une application prolongée d'agents antibactériens/de corticoïdes oraux. Toutefois, la fréquence d'otorrhée entre les ECR variait considérablement et plus les fréquences d'otorrhée étaient importantes dans un ECR, plus petit était le NSTb pour le traitement.

Nous en concluons que si un chirurgien est face à une fréquence élevée d'otorrhée postopératoire chez les enfants, soit l'irrigation saline soit les gouttes auriculaires d'antibiotiques administrées au moment d'une intervention chirurgicale devraient significativement réduire cette fréquence. Si les gouttes topiques sont choisies, il est suggéré pour réduire le coût et le risque potentiel de lésion ototoxique, que cette application soit unique au moment d'une intervention chirurgicale et ne soit pas prolongée par la suite.

 

Résumé simplifié

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié

Interventions pour la prévention de l'écoulement par l'oreille postopératoire après l'insertion de tubes de ventilation (diabolos) chez l'enfant

Interventions pour la prévention de l'écoulement par l'oreille postopératoire après l'insertion de tubes de ventilation (diabolos) chez l'enfant

L'insertion d'un diabolo est une procédure chirurgicale couramment pratiquée chez les enfants. L'écoulement par l'oreille (otorrhée) est une plainte fréquente postérieurement à la procédure. Un large éventail de traitements sont utilisés pour prévenir l'écoulement, mais les preuves de leur efficacité ne sont pas concluantes : en effet, on ne sait pas si le traitement lui-même est nécessaire.

Cette revue a trouvé 15 essais contrôlés randomisés ayant évalué l'efficacité des interventions utilisées pour prévenir l'écoulement par l'oreille après la chirurgie. Les résultats de sept essais présentant un faible risque de biais (et en partie ceux d'un huitième essai) ont montré une réduction de la fréquence de l'écoulement par l'oreille jusqu'à deux semaines après l'opération en utilisant soit des lavages de sérum physiologique soit une application unique d'antibiotiques au moment de l'opération. Une application prolongée d'antibiotiques a aussi été efficace. Les effets ont été les plus importants dans les études décrivant une fréquence élevée d'écoulement par l'oreille.

Nous en concluons que l'utilisation d'une intervention visant à prévenir l'écoulement par l'oreille postopératoire devrait être limitée aux enfants présentant un risque élevé de subir cet écoulement, mais que le choix du traitement à administrer peut être laissé à la discrétion du chirurgien.

Notes de traduction

Traduit par: French Cochrane Centre 17th May, 2013
Traduction financée par: Pour la France : Minist�re de la Sant�. Pour le Canada : Instituts de recherche en sant� du Canada, minist�re de la Sant� du Qu�bec, Fonds de recherche de Qu�bec-Sant� et Institut national d'excellence en sant� et en services sociaux.