Primary closure versus delayed closure for non bite traumatic wounds within 24 hours post injury

  • Review
  • Intervention

Authors


Abstract

Background

Acute traumatic wounds are one of the common reasons why people present to the emergency department. Primary closure has traditionally been reserved for traumatic wounds presenting within six hours of injury and considered 'clean' by the attending surgeon, with the rest undergoing delayed primary closure as a means of controlling wound infection. Primary closure has the potential benefit of rapid wound healing but poses the potential threat of increased wound infection. There is currently no evidence to guide clinical decision-making on the best timing for closure of traumatic wounds.

Objectives

To determine the effect on time to healing of primary closure versus delayed closure for non bite traumatic wounds presenting within 24 hours post injury. To explore the adverse effects of primary closure compared with delayed closure for non bite traumatic wounds presenting within 24 hours post injury.

Search methods

In May 2013, for this first update we searched the Cochrane Wounds Group Specialised Register; the Cochrane Central Register of Controlled Trials (CENTRAL) (The Cochrane Library); Ovid MEDLINE; Ovid MEDLINE (In-Process & Other Non-Indexed Citations); Ovid EMBASE; and EBSCO CINAHL. There were no restrictions with respect to language, date of publication or study setting.

Selection criteria

Randomised controlled trials comparing primary closure with delayed closure of non bite traumatic wounds.

Data collection and analysis

Two review authors independently evaluated the results of the searches against the inclusion criteria. No studies met the inclusion criteria for this review.

Main results

Since no studies met the inclusion criteria, neither a meta-analysis nor a narrative description of studies was possible.

Authors' conclusions

There is currently no systematic evidence to guide clinical decision-making regarding the timing for closure of traumatic wounds. There is a need for robust research to investigate the effect of primary closure compared with delayed closure for non bite traumatic wounds presenting within 24 hours of injury.

Résumé scientifique

Fermeture primaire versus fermeture retardée pour les plaies traumatiques autres que les morsures dans les 24 heures qui suivent la blessure

Contexte

Les plaies traumatiques aigües sont l'une des raisons les plus courantes qui amènent les patients à se présenter au service des urgences. La fermeture primaire est traditionnellement réservée aux plaies traumatiques présentées dans les six heures qui suivent la blessure et considérées comme 'propres' par le chirurgien de garde, les autres sont soumises à une fermeture primaire retardée afin de contrôler l'infection de la plaie. La fermeture primaire a l'avantage potentiel de cicatriser rapidement la plaie, mais elle peut entraîner une menace potentielle d'infection accrue de la plaie. Il n'existe actuellement aucune donnée permettant de guider la prise de décision clinique sur le meilleur moment pour fermer les plaies traumatiques.

Objectifs

Déterminer l'effet sur le temps de cicatrisation de la fermeture primaire par rapport à la fermeture retardée en cas de plaies traumatiques autres que les morsures présentées dans les 24 heures après la blessure. Explorer les effets indésirables liés à la fermeture primaire par rapport à la fermeture retardée en cas de plaies traumatiques autres que les morsures présentées dans les 24 heures après la blessure.

Stratégie de recherche documentaire

Pour cette première mise à jour de mai 2013, nous avons effectué des recherches dans le registre spécialisé du groupe Cochrane sur les plaies et contusions ; le registre Cochrane des essais contrôlés (CENTRAL) (The Cochrane Library ) ; Ovid MEDLINE ; Ovid MEDLINE (In-Process & Other Non-Indexed Citations) ; Ovid EMBASE  et EBSCO CINAHL. Il n'y avait aucune restriction concernant la langue, la date de publication ou le contexte de l'étude.

Critères de sélection

Les essais contrôlés randomisés comparant la fermeture primaire à la fermeture retardée des plaies traumatiques autres que les morsures.

Recueil et analyse des données

Deux auteurs ont évalué de manière indépendante les résultats des recherches par rapport aux critères d'inclusion. Aucune étude ne répondait aux critères d'inclusion de cette revue.

Résultats principaux

Etant donné qu'aucune étude ne répondait aux critères d'inclusion, il n'a pas été possible de réaliser une méta-analyse ou une description narrative des études.

Conclusions des auteurs

Il n'existe actuellement aucune donnée systématique permettant de guider la prise de décision clinique sur le meilleur moment pour refermer les plaies traumatiques. Il est indispensable d'effectuer des recherches approfondies pour étudier l'effet de la fermeture primaire par rapport à la fermeture retardée en cas de plaies traumatiques autres que les morsures présentées dans les 24 heures qui suivent la blessure.

Plain language summary

Immediate closure or delayed closure for treating traumatic wounds in the first 24 hours following injury

Acute traumatic wounds, for example tears, cuts, and scrapes, are a common reason why people go to the emergency department. Primary closure (which is bringing the edges of the wound together with stitches, adhesive tape, staples or glue) is usually used on wounds which are treated quickly (within 6 hours of injury) and which are clean of debris. Wounds can be contaminated by dirt and debris and in these cases may not be closed until later, meaning a delayed closure. If this happens, the wound is cleaned, left for two to three days, checked to see if it is still clean and then closed. This is thought to reduce the chances of becoming infected. Primary closure has the potential benefit of rapid wound healing but may lead to an increased chance of infection.

We wanted to determine the effects on healing, and any adverse effects, of immediate closure compared with delayed closure. We searched the medical literature for randomised controlled trials but found no studies which answered the question. There is currently no evidence to suggest the best timing for closing acute traumatic wounds to promote the best healing.

Résumé simplifié

Fermeture immédiate ou fermeture retardée pour traiter les plaies traumatiques dans les premières 24 heures qui suivent la blessure

Les plaies traumatiques aigües, par exemple les déchirures, les coupures et les écorchures sont une raison courante justifiant un passage au service des urgences. La fermeture primaire (qui consiste à rapprocher les bords de la plaies avec des points, du ruban adhésif, des agrafes ou de la colle) est généralement utilisée pour les plaies qui sont traitées rapidement (dans les 6 heures qui suivent la blessure) et qui sont exemptes de débris. Les plaies peuvent être contaminées par des saletés et des débris et dans ce cas, elles ne peuvent ne pas être refermées tout de suite, ce qui entraîne une fermeture retardée. Si cela arrive, la plaie est nettoyée, laissée pendant deux à trois jours, vérifiée pour voir si elle est toujours propre puis refermée. On pense que cela permet de réduire les risques d'infection. La fermeture primaire a l'avantage potentiel de cicatriser rapidement la plaie, mais elle peut entraîner un risque accru d'infection.

Nous souhaitions déterminer les effets sur la cicatrisation, ainsi que les effets indésirables, de la fermeture immédiate par rapport à la fermeture retardée. Nous avons effectué une recherche dans la littérature médicale pour trouver des essais contrôlés randomisés, mais aucune étude ne répondait à la question. Il n'existe actuellement aucune donnée permettant de suggérer quel est le meilleur moment pour refermer une plaie traumatique aigüe afin de promouvoir la meilleure cicatrisation.

Notes de traduction

Traduit par: French Cochrane Centre 15th April, 2013
Traduction financée par: Pour la France : Minist�re de la Sant�. Pour le Canada : Instituts de recherche en sant� du Canada, minist�re de la Sant� du Qu�bec, Fonds de recherche de Qu�bec-Sant� et Institut national d'excellence en sant� et en services sociaux.