Intervention Review

Beta2-adrenoceptor agonists for dysmenorrhoea

  1. Zbys Fedorowicz1,*,
  2. Mona Nasser2,
  3. Vanitha A Jagannath3,
  4. Jessica H Beaman4,
  5. Kiran Ejaz5,
  6. Esther J van Zuuren6

Editorial Group: Cochrane Menstrual Disorders and Subfertility Group

Published Online: 16 MAY 2012

Assessed as up-to-date: 22 AUG 2011

DOI: 10.1002/14651858.CD008585.pub2


How to Cite

Fedorowicz Z, Nasser M, Jagannath VA, Beaman JH, Ejaz K, van Zuuren EJ. Beta2-adrenoceptor agonists for dysmenorrhoea. Cochrane Database of Systematic Reviews 2012, Issue 5. Art. No.: CD008585. DOI: 10.1002/14651858.CD008585.pub2.

Author Information

  1. 1

    College of Medicine, AMA International University of Bahrain, UKCC (Bahrain Branch), Awali, Bahrain

  2. 2

    University of Plymouth, Peninsula Dental School, Plymouth, UK

  3. 3

    American Mission Hospital, Department of Paediatrics, Manama, Bahrain

  4. 4

    The University of Chicago, The Unversity of Chicago Pritzker School of Medicine, Chicago, Illinois, USA

  5. 5

    Aga Khan University Hospital, Emergency Medicine, Karachi, Pakistan

  6. 6

    Leiden University Medical Center, Department of Dermatology, Leiden, Netherlands

*Zbys Fedorowicz, UKCC (Bahrain Branch), College of Medicine, AMA International University of Bahrain, Box 25438, Awali, Bahrain. zbysfedo@batelco.com.bh. zbysfedorowicz@gmail.com.

Publication History

  1. Publication Status: New
  2. Published Online: 16 MAY 2012

SEARCH

 

Abstract

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié

Background

Dysmenorrhoea is a common gynaecological complaint that can affect as many as 50% of premenopausal women, 10% of whom suffer severely enough to be rendered incapacitated for one to three days during each menstrual cycle. Primary dysmenorrhoea is where women suffer from menstrual pain but lack any pathology in their pelvic anatomy. Beta2-adrenoceptor agonists have been used in the treatment of women with primary dysmenorrhoea but their effects are unclear.

Objectives

To determine the effectiveness and safety of beta2-adrenoceptor agonists in the treatment of primary dysmenorrhoea.

Search methods

We searched the Cochrane Menstrual Disorders and Subfertility Group Specialised Register; CENTRAL (The Cochrane Library 2011, Issue 8); MEDLINE; EMBASE; PsycINFO and the EBM Reviews databases. The last search was on 22 August 2011.

Selection criteria

Randomised controlled trials comparing beta2-adrenoceptor agonists with placebo or no treatment, each other or any other conventional treatment in women of reproductive age with primary dysmenorrhoea.

Data collection and analysis

Two review authors independently assessed trial quality and extracted the data.

Main results

Five trials involving 187 women with an age range of 15 to 40 years were included. Oral isoxsuprine was compared with placebo in two trials; terbutaline oral spray, ritodrine chloride and oral hydroxyphenyl-orciprenalin were compared with placebo in a further three trials. Clinical diversity in the studies in terms of the interventions being evaluated, assessments at different time points and the use of different assessment tools mitigated against pooling of outcome data across studies in order to provide a summary estimate of effect for any of the comparisons. Only one study, with unclear risk of bias, reported pain relief with a combination of isoxsuprine, acetaminophen and caffeine. None of the other studies reported any significant clinical difference in effectiveness between the intervention and placebo. Adverse effects were reported with all of these medications in up to a quarter of the total number of participants. They included nausea, vomiting, dizziness, quivering, tremor and palpitations.

Authors' conclusions

The evidence presented in this review was based on a few relatively small-sized studies that were categorised to have unclear to high risk of bias, which does not allow confident decision-making at present about the use of beta2-adrenoceptor agonists for dysmenorrhoea. The benefits as reported in one study should be balanced against the wide array of unacceptable side effects documented with this class of medication. We have emphasised the lack of precision and limitations in the reported data where appropriate.

 

Plain language summary

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié

Beta2-adrenoceptor agonists for primary dysmenorrhoea

As many as 50% of premenopausal women regularly suffer from menstrual pain. Many of these women may be incapacitated for one to three days during each menstrual cycle. Primary dysmenorrhoea (PD) is where women suffer from menstrual pain but lack any pathology in their pelvic anatomy. A wide range of treatments are available and some of these, such as beta2-adrenoceptor agonists, have been used to treat women with primary dysmenorrhoea but their effects are unclear. Five studies involving 187 females with an age range of 15 to 40 years were included in this review. Oral isoxsuprine was examined in two studies; terbutaline oral spray, ritodrine chloride and oral hydroxyphenyl-orciprenalin were compared with placebo in a further three studies. All of the studies were conducted over 30 years ago and none were of high quality. None of these medications, other than isoxsuprine combined with acetaminophen and caffeine, were reported to have any beneficial effect. Side effects with these medications were reported in up to a quarter of the participants and included nausea, vomiting, dizziness, quivering, tremor and palpitations. At present there is insufficient evidence to allow confident decision-making about the use of beta2-adrenoceptor agonists for dysmenorrhoea.

 

Résumé

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié

Agonistes des récepteurs béta2 adrénergiques dans le traitement des dysménorrhées

Contexte

La dysménorrhée est une gêne gynécologique courante qui peut affecter environ la moitié des femmes préménopausées. 10 % d'entre elles souffrent de manière telle que cette douleur les met dans l'incapacité de faire quoi que ce soit durant 1 à 3 jours, lors de chaque cycle menstruel. La dysménorrhée primaire (DP) se caractérise par des douleurs durant les règles malgré l'absence de pathologie au niveau de l'anatomie pelvienne. Les agonistes des récepteurs béta2 adrénergiques ont été utilisés comme traitement chez des femmes souffrant de dysménorrhées primaires, mais il subsiste des doutes quant aux effets de ce traitement.

Objectifs

Déterminer l'efficacité et l'innocuité des agonistes des récepteurs béta2 adrénergiques dans le traitement de dysménorrhée primaire.

Stratégie de recherche documentaire

Nous avons effectué des recherches dans le registre spécialisé du groupe Cochrane sur les troubles menstruels et de la fertilité ; CENTRAL (The Cochrane Library 2011, revue 8) ; MEDLINE ; EMBASE ; PsycINFO ainsi que les bases de données des revues EBM. La dernière recherche effectuée date du 22 août 2011.

Critères de sélection

Les essais randomisés contrôlés comparant les agonistes des récepteurs béta2 adrénergiques à un placebo ou à l'absence de traitement, à d'autres agonistes, ou à tout autre traitement conventionnel chez les femmes en âge de procréer et souffrant de dysménorrhée primaire.

Recueil et analyse des données

Deux auteurs ont indépendamment évalué la qualité des essais et extrait les données.

Résultats Principaux

Cinq études incluant 187 femmes âgées de 15 à 40 ans ont été incluses dans cette revue. La prise par voie orale d'isoxsuprine a été examinée dans deux études ; un spray buccal de terbutaline, du chlorure de ritodrine et l'administration orale d'hydroxyphényl-orciprénaline ont été comparés à des placebos dans 3 études complémentaires. La diversité clinique des études en termes d'évaluations des interventions, d'évaluations à différents moments et d'utilisation de différents outils d'évaluation, a empêché la synthèse des données de résultats parmi les études qui devaient fournir, pour chacune des comparaisons, une estimation globale sur les effets. Seule une étude, avec des risques de biais imprécis, a rapporté un soulagement grâce à la combinaison d'isoxsuprine, de paracétamol et de caféine. Aucune autre étude n'a rapporté de différence d'efficacité clinique significative entre l'intervention et le placebo. Des effets indésirables, liés à tous ces médicaments, ont été rapportés chez près d'un quart des participantes. Ils se caractérisent par des nausées, des vomissements, des vertiges, des tremblements, des frissons et des palpitations.

Conclusions des auteurs

La preuve présentée dans cette revue était basée sur quelques études de taille relativement petite, catégorisées comme ayant un risque de biais incertain voire élevé, ce qui ne permet pas de prise de décision sûre à ce jour en ce qui concerne l'utilisation d'agonistes des récepteurs béta2 adrénergiques dans le traitement des dysménorrhées. Les bénéfices, comme rapporté dans une étude, devraient être comparés à l'éventail d'effets indésirables inacceptables documentés pour cette catégorie de médicament. Lorsque cela était approprié, nous avons insisté dans cette revue sur le manque de précision et les limites des données rapportées.

 

Résumé simplifié

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié

Agonistes des récepteurs béta2 adrénergiques dans le traitement des dysménorrhées

Agonistes des récepteurs béta2 adrénergiques dans le traitement des dysménorrhées primaires

Environ la moitié des femmes préménopausées souffrent régulièrement de douleurs pendant leurs règles. Pour beaucoup d'entre elles, cette douleur peut constituer un véritable handicap durant 1 à 3 jours lors de chaque cycle menstruel. La dysménorrhée primaire (DP) se caractérise par des douleurs durant les règles malgré l'absence de pathologie au niveau de l'anatomie pelvienne. Une large gamme de traitements est aujourd'hui disponible et certains d'entre eux, tels que les agonistes des récepteurs béta2 adrénergiques, ont été utilisés pour traiter des dysménorrhées primaires chez certaines femmes, mais des doutes subsistent quant à leurs effets. Cinq études incluant 187 femmes âgées de 15 à 40 ans ont été incluses dans cette revue. La prise par voie orale d'isoxsuprine a été examinée dans deux études ; un spray buccal de terbutaline, du chlorure de ritodrine et l'administration orale d'hydroxyphényl-orciprénaline ont été comparés à des placebos dans 3 études complémentaires. Toutes ces études ont été menées il y a 30 ans et aucune d'entre elles n'étaient de grande qualité. Aucun médicament autre que l'isoxsuprine combinée à du paracétamol et de la caféine, n'a eu d'effet bénéfique rapporté. Les effets secondaires de ces médicaments ont été reportés chez près d'un quart des participantes et se caractérisaient par des nausées, des vomissements, des vertiges, des tremblements, des palpitations et des frissons. À ce jour, il n'existe pas de preuves suffisantes pour permettre une prise de décision sûre quant à l'utilisation d'agonistes des récepteurs béta2 adrénergiques dans le traitement des dysménorrhées.

Notes de traduction

Traduit par: French Cochrane Centre 8th June, 2012
Traduction financée par: Ministère du Travail, de l'Emploi et de la Santé Français