Intervention Review

Histamine H2-receptor antagonists for urticaria

  1. Zbys Fedorowicz1,*,
  2. Esther J van Zuuren2,
  3. Nianfang Hu3

Editorial Group: Cochrane Skin Group

Published Online: 14 MAR 2012

Assessed as up-to-date: 7 OCT 2011

DOI: 10.1002/14651858.CD008596.pub2


How to Cite

Fedorowicz Z, van Zuuren EJ, Hu N. Histamine H2-receptor antagonists for urticaria. Cochrane Database of Systematic Reviews 2012, Issue 3. Art. No.: CD008596. DOI: 10.1002/14651858.CD008596.pub2.

Author Information

  1. 1

    The Cochrane Collaboration, Bahrain Branch, Awali, Bahrain

  2. 2

    Leiden University Medical Center, Department of Dermatology, Leiden, Netherlands

  3. 3

    West China Hospital, Sichuan University, Department of Dermatology, Chengdu, Sichuan, China

*Zbys Fedorowicz, Bahrain Branch, The Cochrane Collaboration, Box 25438, Awali, Bahrain. zbysfedorowicz@gmail.com.

Publication History

  1. Publication Status: Stable (no update expected for reasons given in 'What's new')
  2. Published Online: 14 MAR 2012

SEARCH

 

Abstract

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé scientifique
  5. Résumé simplifié

Background

Urticaria is a common skin disease characterised by itching weals or hives, which can occur almost anywhere on the body. There are a number of different subtypes and a range of available treatment options. There is lack of agreement on the efficacy of H2-receptor antagonists used in the treatment of urticaria.

Objectives

To assess the safety and effectiveness of H2-receptor antagonists in the treatment of urticaria.

Search methods

We searched the following databases up to 7 October 2011: the Cochrane Skin Group Specialised Register, CENTRAL in The Cochrane Library (2011, Issue 4), MEDLINE (from 2005), EMBASE (from 2007), and LILACS (from 1982). We also searched online trials registries for ongoing trials.

Selection criteria

Randomised controlled trials of H2-receptor antagonists in people with a clinical diagnosis of urticaria of any duration or of any subtype. Studies including H1-antihistamines for chronic urticaria are the topic of a separate Cochrane review; thus, they were not included in this review.

Data collection and analysis

Two reviewers independently assessed trial quality and extracted and analysed data.

Main results

Four studies of a relatively small size, involving 144 participants, were included in this review. A combination of ranitidine with diphenhydramine was more effective at improving the resolution of urticaria than diphenhydramine administered alone (risk ratio (RR) 1.59, 95% confidence interval (CI) 1.07 to 2.36). Although there was a similar improvement in itching, weal size, and intensity, cimetidine provided no statistically significant greater overall improvement in symptoms of urticaria when compared to diphenhydramine. However, a combination of these medications was more effective than diphenhydramine alone (RR 2.02, 95% CI 1.03 to 3.94). Adverse events were reported with several of the interventions, i.e. ranitidine and diphenhydramine, causing drowsiness and sedation, but there was no significant difference in the level of sedation from baseline with either famotidine or diphenhydramine.

Authors' conclusions

The very limited evidence provided by this review was based on a few old studies of a relatively small size, which we categorised as having high to unclear risk of bias. Thus, at present, the review does not allow confident decision-making about the use of H2-receptor antagonists for urticaria. Although some of these studies have reported a measure of relief of symptoms of urticaria and rather minimal clinical improvement in some of the participants, the evidence was weak and unreliable. We have emphasised the lack of precision and limitations in the reported data where appropriate in this review.

 

Plain language summary

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé scientifique
  5. Résumé simplifié

Histamine-blocking drugs for hives

Urticaria is a common skin disease characterised by itching weals or hives that can appear anywhere on the surface of the skin. Weals may be pinpoint in size or several inches in diameter. Most sufferers experience hives continuously or intermittently for less than six weeks, but they may last longer (when they are then called 'chronic'). Urticaria can also be accompanied by angioedema (swelling of a deeper layer of the skin). There are several varieties of urticaria, but the most common forms are acute urticaria and chronic urticaria. Common causes of acute urticaria are infections and adverse reactions to medications and foods, whereas in chronic urticaria the cause is often unknown. Intense itching is common, and it can lead to disturbed sleep and even depression, having a serious impact on a person's quality of life. As the face and other exposed body parts can be affected, hives and angioedema can prove embarrassing for the individual.

There are a range of treatment options for urticaria, of which the most well-known are the H1-antihistamines. This review evaluated the efficacy and safety of a similar category, the H2-antihistamines, and included 4 low-quality studies, which examined 144 participants. No firm conclusions could be drawn, but the combination of ranitidine with diphenhydramine appeared to be slightly more effective in reducing the symptoms of urticaria than diphenhydramine alone. In one study, cimetidine appeared to be as effective as diphenhydramine. However, the combination of both drugs was more effective than diphenhydramine alone. Drowsiness and sedation were reported with diphenhydramine, but there was no significant difference in the level of sedation with either famotidine or diphenhydramine. The studies were rather old and considered very few outcomes that were of importance to people with urticaria. Therefore, there is currently insufficient evidence to indicate whether this type of medication is effective or not.

 

Résumé scientifique

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé scientifique
  5. Résumé simplifié

Antagonistes des récepteurs H2 de l'histamine pour l'urticaire

Contexte

L'urticaire est une maladie de peau commune caractérisée par des plaques irritantes qui peuvent survenir n'importe où sur le corps. Il existe un certain nombre de sous-types différents, et toute une gamme d'options de traitement disponibles. Il n'y a pas de consensus sur l'efficacité des antagonistes des récepteurs H2 utilisés dans le traitement de l'urticaire.

Objectifs

Évaluer l'innocuité et l'efficacité des antagonistes des récepteurs H2 dans le traitement de l'urticaire.

Stratégie de recherche documentaire

Nous avons cherché dans les bases de données suivantes jusqu'au 7 octobre 2011 : le registre spécialisé du groupe Cochrane sur la peau, CENTRAL dans The Cochrane Library (2011, numéro 4), MEDLINE (à partir de 2005), EMBASE (à partir de 2007) et LILACS (à partir de 1982). Nous avons également cherché des essais en cours dans les registres d'essais en ligne.

Critères de sélection

Des essais contrôlés randomisés d'antagonistes des récepteurs H2 chez des personnes ayant un diagnostic clinique d'urticaire, quels qu'en soient la durée et le sous-type. Les études portant sur les anti-H1 pour l'urticaire chronique font l'objet d'une revue Cochrane distincte ; elles n'ont donc pas été incluses dans cette revue.

Recueil et analyse des données

Deux auteurs ont, de manière indépendante, évalué la qualité des essais et extrait et analysé les données.

Résultats principaux

Quatre études de relativement petite taille, impliquant au total 144 participants, ont été incluses dans cette revue. Une combinaison de ranitidine et de diphenhydramine s'est avérée plus efficace à améliorer la résolution de l'urticaire que la diphenhydramine administrée seule (risque relatif (RR) 1,59 ; intervalle de confiance (IC) à 95 % 1,07 à 2,36). Bien qu'améliorant de manière similaire les démangeaisons, la taille des papules et l'intensité, la cimétidine n'améliorait pas globalement mieux les symptômes, de manière statistiquement significative, que la diphénhydramine. Toutefois, une combinaison de ces médicaments était plus efficace que la diphénhydramine seule (RR 2,02 ; IC à 95 % 1,03 à 3,94). Des événements indésirables avaient été rapportés pour plusieurs des interventions, c.-à-d. la ranitidine et la diphénhydramine, causant somnolence et sédation ; il n'y avait cependant pas de différence significative dans le niveau de sédation par rapport au départ entre la famotidine et la diphénhydramine.

Conclusions des auteurs

Les données probantes très limitées présentées dans cette revue sont basées sur quelques études anciennes de relativement petite taille auxquelles nous avons attribué un risque de biais élevé ou incertain. Présentement, la revue ne permet donc pas de prendre en toute confiance une décision sur l'utilisation, pour l'urticaire, d'antagonistes des récepteurs H2. Bien que certaines de ces études aient rendu compte d'une mesure de soulagement des symptômes de l'urticaire et d'une amélioration clinique assez minime chez certains participants, les preuves étaient faibles et peu fiables. Là où il le fallait, nous avons insisté dans cette revue sur le manque de précision et les limites des données rapportées.

 

Résumé simplifié

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé scientifique
  5. Résumé simplifié

Médicaments bloqueurs de l'histamine pour l'urticaire

L'urticaire est une maladie de peau commune caractérisée par des plaques irritantes qui peuvent apparaître à n'importe quel endroit sur la peau. Les plaques peuvent être de taille minuscule ou de plusieurs centimètres de diamètre. Dans la plupart des cas, la victime souffre d'urticaire de manière continue ou intermittente pendant moins de six semaines, mais cela peut durer plus longtemps (on le qualifie alors de 'chronique'). L'urticaire peut également être accompagnée d'un œdème de Quincke (gonflement d'une couche plus profonde de la peau). Il existe plusieurs variétés d'urticaire, mais les formes les plus courantes sont l'urticaire aiguë et l'urticaire chronique. Les causes les plus courantes de l'urticaire aiguë sont les infections et les réactions indésirables aux médicaments et aux aliments, tandis que la cause de l'urticaire chronique reste souvent inconnue. Les démangeaisons violentes sont chose courante, pouvant conduire à des troubles du sommeil et même à la dépression, et avoir ainsi un impact sérieux sur la qualité de vie de la personne. Le visage et d'autres parties exposées du corps pouvant être affectés, l'urticaire et l'œdème de Quincke peuvent mettre la personne dans l'embarras.

Il existe toute une gamme de possibilités de traitement pour l'urticaire, les plus connus étant les antihistaminiques H1. Cette revue a évalué l'efficacité et l'innocuité d'une catégorie similaire, les antihistaminiques H2, et inclus 4 études de faible qualité portant sur 144 participants. Aucune conclusion définitive n'a pu être tirée, mais la combinaison de la ranitidine à la diphénhydramine a semblé être légèrement plus efficace dans la réduction des symptômes de l'urticaire que la seule diphénhydramine. Dans une étude, la cimétidine apparaissait aussi efficace que la diphénhydramine. La combinaison des deux médicaments était toutefois plus efficace que la seule diphénhydramine. Des réactions de somnolence et de sédation ont été signalées avec la diphenhydramine, mais il n'y avait pas de différence significative dans le niveau de sédation entre la famotidine et la diphénhydramine. Les études étaient plutôt anciennes et n'avaient pris en compte que très peu de critères de jugement importants pour les personnes souffrant d'urticaire. Il n'y a donc pas actuellement suffisamment de données pour établir si ce type de médicament est efficace ou non.

Notes de traduction

Traduit par: French Cochrane Centre 18th May, 2012
Traduction financée par: Ministère du Travail, de l'Emploi et de la Santé Français