Intervention Review

You have full text access to this OnlineOpen article

Housing improvements for health and associated socio-economic outcomes

  1. Hilary Thomson1,*,
  2. Sian Thomas1,
  3. Eva Sellstrom2,
  4. Mark Petticrew3

Editorial Group: Cochrane Public Health Group

Published Online: 28 FEB 2013

Assessed as up-to-date: 13 AUG 2012

DOI: 10.1002/14651858.CD008657.pub2

How to Cite

Thomson H, Thomas S, Sellstrom E, Petticrew M. Housing improvements for health and associated socio-economic outcomes. Cochrane Database of Systematic Reviews 2013, Issue 2. Art. No.: CD008657. DOI: 10.1002/14651858.CD008657.pub2.

Author Information

  1. 1

    Medical Research Council, Social and Public Health Sciences Unit, Glasgow, UK

  2. 2

    Mid Sweden University, Department of Health Sciences, Östersund, Sweden

  3. 3

    London School of Hygiene and Tropical Medicine, Department of Social & Environmental Health Research, Faculty of Public Health & Policy, London, UK

*Hilary Thomson, Social and Public Health Sciences Unit, Medical Research Council, 4 Lilybank Gardens, Glasgow, G12 8RZ, UK. hilary@sphsu.mrc.ac.uk.

Publication History

  1. Publication Status: Edited (no change to conclusions)
  2. Published Online: 28 FEB 2013

SEARCH

 

Abstract

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié

Background

The well established links between poor housing and poor health indicate that housing improvement may be an important mechanism through which public investment can lead to health improvement. Intervention studies which have assessed the health impacts of housing improvements are an important data resource to test assumptions about the potential for health improvement. Evaluations may not detect long term health impacts due to limited follow-up periods. Impacts on socio-economic determinants of health may be a valuable proxy indication of the potential for longer term health impacts.

Objectives

To assess the health and social impacts on residents following improvements to the physical fabric of housing.

Search methods

Twenty seven academic and grey literature bibliographic databases were searched for housing intervention studies from 1887 to July 2012 (ASSIA; Avery Index; CAB Abstracts; The Campbell Library; CINAHL; The Cochrane Library; COPAC; DH-DATA: Health Admin; EMBASE; Geobase; Global Health; IBSS; ICONDA; MEDLINE; MEDLINE In-Process & Other Non-Indexed Citations; NTIS; PAIS; PLANEX; PsycINFO; RIBA; SCIE; Sociological Abstracts; Social Science Citations Index; Science Citations Index expanded; SIGLE; SPECTR). Twelve Scandinavian grey literature and policy databases (Libris; SveMed+; Libris uppsök; DIVA; Artikelsök; NORART; DEFF; AKF; DSI; SBI; Statens Institut for Folkesundhed; Social.dk) and 23 relevant websites were searched. In addition, a request to topic experts was issued for details of relevant studies. Searches were not restricted by language or publication status.

Selection criteria

Studies which assessed change in any health outcome following housing improvement were included. This included experimental studies and uncontrolled studies. Cross-sectional studies were excluded as correlations are not able to shed light on changes in outcomes. Studies reporting only socio-economic outcomes or indirect measures of health, such as health service use, were excluded. All housing improvements which involved a physical improvement to the fabric of the house were included. Excluded interventions were improvements to mobile homes; modifications for mobility or medical reasons; air quality; lead removal; radon exposure reduction; allergen reduction or removal; and furniture or equipment. Where an improvement included one of these in addition to an included intervention the study was included in the review. Studies were not excluded on the basis of date, location, or language. 

Data collection and analysis

Studies were independently screened and critically appraised by two review authors. Study quality was assessed using the risk of bias tool and the Hamilton tool to accommodate non-experimental and uncontrolled studies. Health and socio-economic impact data were extracted by one review author and checked by a second review author. Studies were grouped according to broad intervention categories, date, and context before synthesis. Where possible, standardized effect estimates were calculated and statistically pooled. Where meta-analysis was not appropriate the data were tabulated and synthesized narratively following a cross-study examination of reported impacts and study characteristics. Qualitative data were summarized using a logic model to map reported impacts and links to health impacts; quantitative data were incorporated into the model.  

Main results

Thirty-nine studies which reported quantitative or qualitative data, or both, were included in the review. Thirty-three quantitative studies were identified. This included five randomised controlled trials (RCTs) and 10 non-experimental studies of warmth improvements, 12 non-experimental studies of rehousing or retrofitting, three non-experimental studies of provision of basic improvements in low or mIddle Income countries (LMIC), and three non-experimental historical studies of rehousing from slums. Fourteen quantitative studies (42.4%) were assessed to be poor quality and were not included in the synthesis. Twelve studies reporting qualitative data were identified. These were studies of warmth improvements (n = 7) and rehousing (n = 5). Three qualitative studies were excluded from the synthesis due to lack of clarity of methods. Six of the included qualitative studies also reported quantitative data which was included in the review.

Very little quantitative synthesis was possible as the data were not amenable to meta-analysis. This was largely due to extreme heterogeneity both methodologically as well as because of variations in the intervention, samples, context, and outcome; these variations remained even following grouping of interventions and outcomes. In addition, few studies reported data that were amenable to calculation of standardized effect sizes. The data were synthesised narratively.

Data from studies of warmth and energy efficiency interventions suggested that improvements in general health, respiratory health, and mental health are possible. Studies which targeted those with inadequate warmth and existing chronic respiratory disease were most likely to report health improvement. Impacts following housing-led neighbourhood renewal were less clear; these interventions targeted areas rather than individual households in most need. Two poorer quality LMIC studies reported unclear or small health improvements. One better quality study of rehousing from slums (pre-1960) reported some improvement in mental health. There were few reports of adverse health impacts following housing improvement. A small number of studies gathered data on social and socio-economic impacts associated with housing improvement. Warmth improvements were associated with increased usable space, increased privacy, and improved social relationships; absences from work or school due to illness were also reduced.

Very few studies reported differential impacts relevant to equity issues, and what data were reported were not amenable to synthesis.

Authors' conclusions

Housing investment which improves thermal comfort in the home can lead to health improvements, especially where the improvements are targeted at those with inadequate warmth and those with chronic respiratory disease. The health impacts of programmes which deliver improvements across areas and do not target according to levels of individual need were less clear, but reported impacts at an area level may conceal health improvements for those with the greatest potential to benefit. Best available evidence indicates that housing which is an appropriate size for the householders and is affordable to heat is linked to improved health and may promote improved social relationships within and beyond the household. In addition, there is some suggestion that provision of adequate, affordable warmth may reduce absences from school or work.

While many of the interventions were targeted at low income groups, a near absence of reporting differential impacts prevented analysis of the potential for housing improvement to impact on social and economic inequalities.

 

Plain language summary

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié

Housing improvement as an investment to improve health

Poor housing is associated with poor health. This suggests that improving housing conditions might lead to improved health for residents. This review searched widely for studies from anywhere in the world which had investigated whether or not investment to improve housing conditions is linked with improvement in health. A huge amount of research on housing and health has been published but very few studies have investigated if improved housing conditions impact on residents' health. Neighbourhood renewal programmes often include housing improvements but a key aim of these programmes is to improve the area by attracting new residents, often those who are better off. In these programmes, improvements in health statistics may simply reflect a change in the population living in an area and the original population may not have benefited from the improved living conditions. This review only looked at studies where changes in health for the original population were being investigated rather than changes for the area.

We identified 39 studies which assessed changes in health following housing improvement. The studies covered a wide range of housing improvements. The housing improvements in high income countries, and conducted in the past 30 years, included refurbishment, rehousing, relocation, installation of central heating and insulation. Studies from the developing world included provision of latrines. Older studies (pre-1965) examined changes in health following rehousing from slums. Overall, it would appear that improvements to housing conditions can lead to improvements in health. Improved health is most likely when the housing improvements are targeted at those with poor health and inadequate housing conditions, in particular inadequate warmth. Area based housing improvement programmes, for example programmes of housing-led neighbourhood renewal, which improve housing regardless of individual need may not lead to clear improvements in housing conditions for all the houses in a neighbourhood. This may explain why health improvements following these programmes are not always obvious.

Improvements in warmth and affordable warmth may be an important reason for improved health. Improved health may also lead to reduced absences from school or work. Improvements in energy efficiency and provision of affordable warmth may allow householders to heat more rooms in the house and increase the amount of usable space in the home. Greater usable living space may lead to more use of the home, allow increased levels of privacy, and help with relationships within the home. An overview of the best available research evidence suggests that housing which promotes good health needs to be an appropriate size to meet household needs, and be affordable to maintain a comfortable indoor temperature.

 

Résumé

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié

L'amélioration de l'habitat dans un but de santé et ses conséquences socio-économiques

Contexte

Les liens bien établis entre de mauvaises conditions de logement et une mauvaise santé indiquent que l'amélioration de l'habitat pourrait constituer un mécanisme important par lequel l'investissement public conduirait à une amélioration de la santé. Les études d'interventions ayant évalué les effets des améliorations de l'habitat sur la santé sont une source importante de données pour tester des hypothèses sur le potentiel d'amélioration de la santé. Les évaluations sont susceptibles de ne pas détecter les impacts à long terme sur la santé en raison de l'insuffisance des périodes de suivi. Les impacts sur les déterminants socio-économiques de la santé pourraient constituer des indicateurs indirects précieux du potentiel d'impact à plus long terme sur la santé.

Objectifs

Évaluer les impacts sanitaires et sociaux sur les résidents générés par les améliorations apportées à la structure physique du logement.

Stratégie de recherche documentaire

Nous avons recherché dans vingt-sept bases de données bibliographiques universitaires et de littérature grise des études portant sur des interventions sur l'habitat depuis 1887 jusqu'à juillet 2012 (ASSIA, Avery Index, CAB Abstracts, The Campbell Library, CINAHL, The Cochrane Library, COPAC, DH-DATA: Health Admin, EMBASE, Geobase, Global Health, IBSS, ICONDA, MEDLINE, MEDLINE In-Process & Other Non-Indexed Citations, NTIS, PAIS, PLANEX, PsycINFO, RIBA, SCIE, Sociological Abstracts, Social Science Citations Index, Science Citations Index expanded, SIGLE, SPECTR). Douze bases de données scandinaves de littérature grise et de politique publique (Libris, SveMed+, Libris uppsök, DIVA, Artikelsök, NORART, DEFF, AKF, DSI, SBI, Statens Institut for Folkesundhed, Social.dk) et 23 sites internet pertinents ont été passés au crible. En outre, une demande a été formulée auprès d'experts du sujet pour obtenir des détails sur des études pertinentes. Les recherches n'étaient pas limitées par la langue ou le statut de publication.

Critères de sélection

Nous avons inclus des études ayant évalué les changements au niveau d'un critère de santé quelconque suite à une amélioration de l'habitat. Cela comprenait des études expérimentales et des études non contrôlées. Les études transversales ont été exclues, car les corrélations ne sont pas en mesure de faire la lumière sur des changements au niveau de critères de résultat. Les études rendant compte de critères socio-économiques ou de mesures indirectes de la santé, comme l'utilisation des services de santé, ont été exclues. Toute amélioration de l'habitat impliquant une amélioration physique de la structure de la maison a été incluse. Les interventions exclues étaient : les améliorations de maisons mobiles, les modifications pour des raisons médicales ou de mobilité, la qualité de l'air, l'élimination du plomb, la réduction de l'exposition au radon, la réduction ou la suppression des allergènes et le mobilier ou l'équipement. Lorsqu'une amélioration comprenait une de celles-ci en plus d'une intervention incluse, l'étude a été incluse dans la revue. Les études n'étaient pas exclues pour des raisons de date, le lieu ou de langue.

Recueil et analyse des données

Les études ont été examinées et évaluées, indépendamment et de manière critique, par deux auteurs de la revue. La qualité des études a été évaluée à l'aide de l'outil de risque de biais et de l'outil d'Hamilton afin de convenir aux études non expérimentales ou non contrôlées. Les données sur l'impact sanitaire et socio-économique ont été extraites par un auteur de la revue et vérifiées par un deuxième. Les études ont été regroupées aux fins de synthèse, par catégorie générale d'intervention, date et contexte. Lorsque cela était possible, des estimations d'effet standardisées ont été calculées et regroupées statistiquement. Les données qui ne se prêtaient pas à la méta-analyse ont été compilées et synthétisées narrativement après examen des impacts rapportés et des caractéristiques des différentes études. Les données qualitatives ont été résumées à l'aide d'un modèle logique pour mettre en évidence les liens entre les impacts rapportés et les répercussions sur la santé ; les données quantitatives ont été incorporées dans le modèle.

Résultats Principaux

Trente-neuf études ayant rendu compte de données quantitatives ou qualitatives, ou des deux, ont été incluses dans la revue. Trente-trois études quantitatives ont été identifiées. Cela comprenait cinq essais contrôlés randomisés (ECR) et 10 études non expérimentales sur les améliorations de chauffage, 12 études non expérimentales sur le relogement ou la réhabilitation, trois études non expérimentales sur la mise en place d'améliorations de base dans les pays à revenu faible ou intermédiaire (PFR-PRI), et trois études historiques non-expérimentales de relogement des bidonvilles. Quatorze études quantitatives (42,4%) ont été jugées de mauvaise qualité et n'ont pas été incluses dans la synthèse. Douze études ayant rendu compte de données qualitatives ont été identifiées. Il s'agissait d'études sur l'amélioration du chauffage (n = 7) et le relogement (n = 5). Trois études qualitatives avaient été exclues de la synthèse en raison du manque de clarté des méthodes. Six des études qualitatives incluses avaient également rapporté des données quantitatives qui ont été incluses dans la revue.

Il n'a été possible d'effectuer que très peu de synthèse quantitative, car les données ne se prêtaient pas à la méta-analyse. Ceci était largement dû à l'extrême hétérogénéité tant méthodologique qu'en raison de la variabilité des interventions, des effectifs, du contexte et des critères de résultat ; cette variabilité subsistait même après regroupement des interventions et des critères de résultat. En outre, peu d'études avaient rapporté des données se prêtant au calcul d'ampleurs d'effet normalisées. Les données ont été synthétisées narrativement.

Les données des études sur des interventions de chauffage et d'efficacité énergétique laissaient penser qu'il est possible d'améliorer la santé générale, la santé respiratoire et la santé mentale. Les études visant les personnes mal chauffées et atteintes d'affections respiratoires chroniques étaient plus enclines à faire état d'amélioration de la santé. L'impact de la rénovation de quartier portant sur l'habitat était moins claire ; ces interventions avaient ciblé des zones géographiques plutôt que les ménages les plus nécessiteux. Deux études de piètre qualité dans des PFR-PRI avaient rendu compte d'améliorations peu claires ou minimes de la santé. Une étude de meilleure qualité sur le relogement des habitants des bidonvilles (avant 1960) avait fait état d'une certaine amélioration de la santé mentale. Peu d'impacts négatifs sur la santé avaient été signalés suite à l'amélioration de l'habitat. Un petit nombre d'études avaient recueilli des données sur les impacts sociaux et socio-économiques de l'amélioration de l'habitat. Les améliorations du chauffage étaient associées à un accroissement de l'espace utilisable, à plus d'intimité et à de meilleures relations sociales ; l'absentéisme au travail ou à l'école pour cause de maladie avaient également diminué.

Très peu d'études avaient rendu compte d'impacts différentiels relevant de questions d'équité, et les données rapportées ne se prêtaient pas à la synthèse.

Conclusions des auteurs

L'investissement dans l'habitat au niveau du confort thermique peut mener à une amélioration de la santé, surtout lorsqu'il vise les personnes mal chauffées et celles présentant une affection respiratoire chronique. Les impacts sur la santé des programmes d'amélioration visant une zone géographique sans prendre en compte les besoins individuels étaient moins clairs, mais les impacts rapportés au niveau d'une zone géographique pourraient cacher des améliorations de la santé chez les personnes les plus susceptibles d'en bénéficier. Les meilleures données disponibles indiquent qu'un logement de taille appropriée pour le ménage et dont le coût de chauffage est abordable est lié à une meilleure santé et peut favoriser l'amélioration des relations sociales au sein du foyer et au-delà. Il y a en outre certaines indications qu'un chauffage suffisant et abordable pourrait réduire les absences à l'école ou au travail.

Alors qu'une grande partie des interventions avaient ciblé des groupes à faible revenu, la quasi-absence de compte-rendu d'impacts différentiels a empêché d'analyser l'impact potentiel de l'amélioration de l'habitat sur ​​les inégalités sociales et économiques.

 

Résumé simplifié

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié

L'amélioration de l'habitat dans un but de santé et ses conséquences socio-économiques

L'amélioration du logement en tant qu'investissement en faveur de la santé

L'habitat de mauvaise qualité est associé à une mauvaise santé. Cela suggère que l'amélioration des conditions de logement pourrait conduire à une amélioration de la santé des résidents. Cette revue a effectué une large recherche d'études ayant cherché à savoir, où que ce soit dans le monde, si les investissements visant à améliorer les conditions de logement étaient ou non associés à une amélioration de la santé. Un énorme quantité de recherche sur le logement et la santé a déjà été publiée, mais très peu d'études ont cherché à savoir si l'amélioration des conditions de logement avait un impact sur la santé des résidents. Les programmes de rénovation de quartiers incluent souvent l'amélioration de l'habitat, mais un objectif clé de ces programmes est d'améliorer le secteur en attirant de nouveaux habitants, souvent des personnes mieux loties. Dans ces programmes, l'amélioration des statistiques sur la santé pourrait simplement refléter un changement de la population vivant dans une zone et la population d'origine pourrait ne pas avoir bénéficié de l'amélioration des conditions de vie. Cette revue ne s'est intéressée qu'aux études ayant examiné les changements au niveau de la santé se rapportant à la population d'origine plutôt qu'à la zone géographique.

Nous avons identifié 39 études qui avaient évalué les changements en matière de santé suite à une amélioration de l'habitat. Les études avaient couvert un large éventail d'améliorations de l'habitat. Les améliorations de l'habitat dans les pays à revenu élevé, menées au cours des 30 dernières années, incluaient la rénovation, le relogement, le déménagement ainsi que l'installation du chauffage central et de l'isolation. Les études menées dans les pays en développement incluaient la fourniture de latrines. Des études plus anciennes (avant 1965) avaient examiné les changements relatifs à la santé suite au relogement d'habitants de bidonvilles. Dans l'ensemble, il semblerait que l'amélioration des conditions de logement puisse conduire à des améliorations en matière de santé et celles-ci sont plus probables quand les améliorations de l'habitat sont destinées aux personnes en mauvaise santé et ayant de mauvaises conditions de logement, en particulier mal chauffées. Les programmes d'amélioration de l'habitat axés sur un secteur géographique, comme des programmes de rénovation de quartier portant sur l'habitat, qui améliorent l'habitat indépendamment des besoins individuels risquent de ne pas conduire à une claire amélioration des conditions de logement dans toutes les maisons d'un quartier. Cela peut expliquer pourquoi l'amélioration de la santé suite à ces programmes n'est pas toujours évidente.

L'amélioration du chauffage et un chauffage abordable pourraient constituer une raison importante de l'amélioration de la santé. L'amélioration de la santé pourrait également conduire à un moindre absentéisme à l'école ou au travail. L'amélioration de l'efficacité énergétique et la fourniture de chauffage à prix abordable pourraient permettre aux ménages de chauffer plus de chambres dans la maison et d'accroitre l'espace utilisable dans la maison. Un plus grand espace d'habitat utilisable pourrait conduire à une plus grande utilisation de la maison, permettre plus de vie privée, et aider aux relations au sein de la maison. Un coup d'œil sur les meilleurs résultats de recherche disponibles suggère que pour qu'un logement favorise la bonne santé il doit être d'une taille correspondant aux besoins du ménage, et tel que le maintien d'une température intérieure confortable soit d'un coût abordable.

Notes de traduction

Un protocole précédent pour cette revue avait été examiné par des experts et approuvé par The Campbell Collaboration : Thomson H, Petticrew M. Évaluation des effets sanitaires et sociaux de l'amélioration de l'habitat sur les résidents : un protocole pour un revue systématique des études d'interventions. Protocole approuvé par l'International Campbell Collaboration (www.campbellcollaboration.org/doc-pdf/housingimpprot.pdf), 2004. Le protocole modifié pour la présente revue, co-publié avec The Campbell Collaboration, a été publié dans The Cochrane Library en septembre 2010. Une version de cette revue apparaît dans le numéro 2, 2013, de la Campbell Library.

Traduit par: French Cochrane Centre 1st March, 2013
Traduction financée par: Pour la France : Ministère de la Santé. Pour le Canada : Instituts de recherche en santé du Canada, ministère de la Santé du Québec, Fonds de recherche de Québec-Santé et Institut national d'excellence en santé et en services sociaux.