Intervention Review

You have free access to this content

Percutaneous ethanol injection for liver metastases

  1. Robert P Riemsma1,*,
  2. Malgorzata M Bala2,
  3. Robert Wolff1,
  4. Jos Kleijnen1,3

Editorial Group: Cochrane Hepato-Biliary Group

Published Online: 31 MAY 2013

Assessed as up-to-date: 11 MAR 2013

DOI: 10.1002/14651858.CD008717.pub2


How to Cite

Riemsma RP, Bala MM, Wolff R, Kleijnen J. Percutaneous ethanol injection for liver metastases. Cochrane Database of Systematic Reviews 2013, Issue 5. Art. No.: CD008717. DOI: 10.1002/14651858.CD008717.pub2.

Author Information

  1. 1

    Kleijnen Systematic Reviews Ltd, York, UK

  2. 2

    Jagiellonian University Medical College, 2nd Department of Internal Medicine, Krakow, Poland

  3. 3

    School for Public Health and Primary Care (CAPHRI), Maastricht University, Maastricht, Netherlands

*Robert P Riemsma, Kleijnen Systematic Reviews Ltd, Unit 6, Escrick Business Park, Riccall Road, Escrick, York, YO19 6FD, UK. rob@systematic-reviews.com.

Publication History

  1. Publication Status: New
  2. Published Online: 31 MAY 2013

SEARCH

 

Abstract

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié

Background

Primary liver tumours and liver metastases from colorectal carcinoma are the two most common malignant tumours to affect the liver. The liver is second only to the lymph nodes as the most common site for metastatic disease. More than half of the patients with metastatic liver disease will die from metastatic complications. Percutaneous ethanol injection (PEI) causes dehydration and necrosis of tumour cells accompanied by small vessel thrombosis, leading to tumour ischaemia and destruction.

Objectives

To study the beneficial and harmful effects of percutaneous ethanol injection compared with no intervention, other ablation methods, or systemic treatments in patients with liver metastases.

Search methods

We searched the Cochrane Hepato-Biliary Group Controlled Trials Register, Cochrane Central Register of Controlled Trials (CENTRAL) in The Cochrane Library, MEDLINE, EMBASE, Science Citation Index Expanded, LILACS, and CINAHL up to December 2012.

Selection criteria

We included all randomised clinical trials assessing the beneficial and harmful effects of percutaneous ethanol injection versus no intervention, other ablation methods, or systemic treatments in patients with liver metastases.

Data collection and analysis

We extracted the relevant information on participant characteristics, interventions, study outcome measures, and data on the outcome measures for our review, as well as information on the design and methodology of the studies. Quality assessment of the trials fulfilling the inclusion criteria and data extraction from the trials retrieved for final evaluation were done by one author and checked by a second author.

Main results

One randomised clinical trial was included, comparing transcatheter arterial chemoembolisation (TACE) + percutaneous intratumour ethanol injection (PEI) versus TACE alone. Forty-eight patients with liver metastases were included; 25 received the intervention with PEI and 23 received TACE alone.

Mortality data were not reported. The trial reported the survival data after one, two, and three years. In the TACE + PEI group, 92%, 80%, and 64% of the patients survived after 1, 2, and 3 years respectively; in the TACE group, 78.3%, 65.2%, and 47.8% of the patients survived after 1, 2, and 3 years respectively. The hazard ratio was 0.57 (95% CI 0.19 to 1.67). The local recurrence was 16% in the TACE + PEI group and 39.1% in the TACE group, resulting in a relative risk (RR) of 0.41 (95% CI 0.15 to 1.07). Forty-five tumours (66.2%) out of 68 tumours in total shrunk by at least 25% in the TACE + PEI group versus 31 tumours (48.4%) out of 64 tumours in total in the TACE group (RR 2.08; 95% CI 1.03 to 4.2). The authors reported some adverse events, but with very few details.

Authors' conclusions

On the basis of one small randomised trial, it can be concluded that addition of PEI to TACE, as compared with TACE alone, in patients with liver metastases seems to bring no clear benefit in terms of survival and local recurrence. The size of the tumour necrosis was larger in the combined treatment group. No intervention-related mortality or major complications were reported. More trials are needed.

 

Plain language summary

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié

Percutaneous ethanol injection for liver metastases

Primary liver tumours and liver metastases from colorectal carcinoma are the two most common malignant tumours to affect the liver. The liver is second only to the lymph nodes as the most common site for metastatic disease. More than half of patients with metastatic liver disease will die from metastatic complications.

In percutaneous ethanol injection, pure alcohol is injected into liver cancers to kill the cancer cells. The alcohol is injected through the skin (percutaneously) into the tumour using a very thin needle with the help of ultrasound or computed tomography (CT) visual guidance. Alcohol induces tumour destruction by drawing water out of tumour cells (dehydrating them) and thereby altering (denaturing) the structure of the cellular proteins. It may take up to five or six sessions of injections to destroy the cancer.

One randomised trial was included, comparing transcatheter arterial chemoembolisation + percutaneous intratumour ethanol injection with transcatheter arterial chemoembolisation alone. Forty-eight patients with liver metastases were included; 25 received the intervention with percutaneous ethanol injection and 23 received transcatheter arterial chemoembolisation alone.

On the basis of one small randomised clinical trial, it can be concluded that addition of percutaneous intratumour ethanol injection to transcatheter arterial chemoembolisation in patients with liver metastases seems to bring no clear benefit in terms of survival and local recurrence compared with transcatheter arterial chemoembolisation alone. The size of the tumour necrosis was larger in the combined treatment group. No intervention-related mortality or major complications were reported.

More trials are needed before definite conclusions can be made.

 

Résumé

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié

Injection percutanée d'éthanol pour le traitement des métastases hépatiques

Contexte

Les tumeurs hépatiques primaires et les métastases hépatiques du cancer colorectal sont les deux tumeurs malignes les plus courantes qui touchent le foie. Le foie est tout juste derrière les ganglions lymphatiques au rang des sites les plus courants pour la maladie métastatique. Plus de la moitié des patients atteints de maladie métastatique hépatique décèderont de complications métastatiques. L'injection percutanée d'éthanol (IPE) provoque la déshydratation et la nécrose des cellules tumorales, qui s'accompagnent d'une thrombose des petits vaisseaux, ce qui conduit à l'ischémie et à la destruction de la tumeur.

Objectifs

Étudier les effets bénéfiques et nocifs de l'injection percutanée d'éthanol comparée à l'absence d'intervention, aux autres méthodes d'ablation ou aux traitements systémiques chez les patients souffrant de métastases hépatiques.

Stratégie de recherche documentaire

Nous avons effectué une recherche dans le registre des essais contrôlés du groupe Cochrane sur les affections hépato-biliaires, le registre Cochrane des essais contrôlés (CENTRAL) dans The Cochrane Library, MEDLINE, EMBASE, le Science Citation Index Expanded, LILACS, et CINAHL jusqu'en décembre 2012.

Critères de sélection

Nous avons inclus tous les essais cliniques randomisés évaluant les effets bénéfiques et nocifs de l'injection percutanée d'éthanol comparée à l'absence d'intervention, aux autres méthodes d'ablation ou aux traitements systémiques chez les patients souffrant de métastases hépatiques.

Recueil et analyse des données

Nous avons extrait les informations pertinentes sur les caractéristiques des participants, les interventions, les critères de jugement des études et des données sur les critères de jugement pour notre revue, ainsi que des informations sur la méthodologie et le plan des études. L'évaluation de la qualité des essais remplissant les critères d’inclusion et l'extraction des données des essais sélectionnés en vue de l'évaluation finale ont été effectuées par un auteur et contrôlées par un deuxième auteur.

Résultats Principaux

Un essai clinique randomisé a été inclus, comparant la chimio-embolisation artérielle transcathéter (CEAT) + injection percutanée intratumorale d'éthanol (IPE) à la CEAT seule. Quarante-huit patients souffrant de métastases hépatiques ont été inclus, 25 ayant reçu l'intervention avec l'injection avec IPE et 23 ayant reçu la CEAT seule.

Les données sur la mortalité n'étaient pas indiquées. L'essai indiquait les données de survie après un, deux et trois ans. Dans le groupe CEAT + IPE, 92 %, 80 % et 64 % des patients survivaient après 1, 2 et 3 ans respectivement ; dans le groupe CEAT, 78,3 %, 65,2 % et 47,8 % des patients survivaient après 1, 2 et 3 ans respectivement. Le hazard ratio était de 0,57 (IC à 95 % 0,19 à 1,67). La récidive locale était de 16 % dans le groupe CEAT + IPE et de 39,1 % dans le groupe CEAT, entraînant un risque relatif (RR) de 0,41 (IC à 95 % 0,15 à 1,07). Quarante-cinq tumeurs (66,2 %) sur 68 au total étaient réduites d'au moins 25 % dans le groupe CEAT + IPE contre 31 tumeurs (48,4 %) sur 64 au total dans le groupe CEAT (RR 2,08 ; IC à 95 % 1,03 à 4,2). Les auteurs mentionnaient quelques événements indésirables, mais avec très peu de détails.

Conclusions des auteurs

Sur la base d'un seul essai randomisé de petite taille, on peut conclure que l'addition d'une IPE à la CEAT, par rapport à la CEAT seule, chez les patients souffrant de métastases hépatiques semble n'apporter aucun avantage clair en termes de survie et de récidive locale. La taille de la nécrose tumorale était plus importante dans le groupe de traitement combiné. Aucune mortalité liée à l'intervention ni complications majeures n'ont été signalées. Des essais supplémentaires sont nécessaires.

 

Résumé simplifié

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié

Injection percutanée d'éthanol pour le traitement des métastases hépatiques

Injection percutanée d'éthanol pour le traitement des métastases hépatiques

Les tumeurs hépatiques primaires et les métastases hépatiques du cancer colorectal sont les deux tumeurs malignes les plus courantes qui touchent le foie. Le foie est tout juste derrière les ganglions lymphatiques au rang des sites les plus courants pour la maladie métastatique. Plus de la moitié des patients atteints de maladie métastatique hépatique décèderont de complications métastatiques.

Dans l'injection percutanée d'éthanol, de l'alcool pur est injecté dans les cancers du foie afin de détruire les cellules cancéreuses. L'alcool est injecté à travers la peau (par voie percutanée) dans la tumeur en utilisant une aiguille très fine à l'aide d'un guidage visuel par échographie ou par tomographie informatisée (TI). L'alcool induit une destruction de la tumeur en éjectant l'eau des cellules tumorales (en les déshydratant) et en modifiant (dénaturant) ainsi la structure des protéines cellulaires. Cinq ou six séances d'injections peuvent être nécessaires pour détruire le cancer.

Un essai randomisé a été inclus, comparant la chimio-embolisation artérielle transcathéter + injection percutanée intratumorale d'éthanol à la chimio-embolisation artérielle transcathéter seule. Quarante-huit patients souffrant de métastases hépatiques ont été inclus, 25 ayant reçu l'intervention avec l'injection percutanée d'éthanol et 23 ayant reçu la chimio-embolisation artérielle transcathéter seule.

Sur la base d'un seul essai clinique randomisé de petite taille, on peut conclure que l'addition d'une injection percutanée intratumorale d'éthanol à la chimio-embolisation artérielle transcathéter chez les patients souffrant de métastases hépatiques semble n'apporter aucun avantage clair en termes de survie et de récidive locale en comparaison avec la chimio-embolisation artérielle transcathéter seule. La taille de la nécrose tumorale était plus importante dans le groupe de traitement combiné. Aucune mortalité liée à l'intervention ni complications majeures n'ont été signalées.

D'autres essais seront nécessaires avant de pouvoir tirer des conclusions définitives.

Notes de traduction

Traduit par: French Cochrane Centre 3rd June, 2013
Traduction financée par: Pour la France : Minist�re de la Sant�. Pour le Canada : Instituts de recherche en sant� du Canada, minist�re de la Sant� du Qu�bec, Fonds de recherche de Qu�bec-Sant� et Institut national d'excellence en sant� et en services sociaux.