Intervention Review

Interventions for treating persistent and intractable hiccups in adults

  1. Emilia N Moretto1,*,
  2. Bee Wee2,
  3. Philip J Wiffen3,
  4. Andrew G Murchison4

Editorial Group: Cochrane Pain, Palliative and Supportive Care Group

Published Online: 31 JAN 2013

Assessed as up-to-date: 10 DEC 2012

DOI: 10.1002/14651858.CD008768.pub2


How to Cite

Moretto EN, Wee B, Wiffen PJ, Murchison AG. Interventions for treating persistent and intractable hiccups in adults. Cochrane Database of Systematic Reviews 2013, Issue 1. Art. No.: CD008768. DOI: 10.1002/14651858.CD008768.pub2.

Author Information

  1. 1

    Sir Michael Sobell House, Palliative Medicine, Oxford, UK

  2. 2

    Churchill Hospital, Nuffield Department of Medicine and Sir Michael Sobell House, Oxford, UK

  3. 3

    University of Oxford, Pain Research and Nuffield Department of Clinical Neurosciences, Oxford, Oxfordshire, UK

  4. 4

    University of Oxford, Medical Sciences Division, Oxford, UK

*Emilia N Moretto, Palliative Medicine, Sir Michael Sobell House, Churchill Hospital, Oxford, OX3 7LJ, UK. emilia_moretto@yahoo.com.

Publication History

  1. Publication Status: New
  2. Published Online: 31 JAN 2013

SEARCH

 

Abstract

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié

Background

Persistent and intractable hiccups (typically defined as lasting for more than 48 hours and one month respectively) can be of serious detriment to a patient's quality of life, although they are relatively uncommon. A wide range of pharmacological and non-pharmacological interventions have been used for the treatment of persistent and intractable hiccups. However, there is little evidence as to which interventions are effective or harmful.

Objectives

The objective of this review was to evaluate the effectiveness of pharmacological and non-pharmacological interventions used in the treatment of persistent and intractable hiccups of any aetiology in adults.

Search methods

Studies were identified from the following databases: CENTRAL, CDSR, DARE, MEDLINE, EMBASE, CINAHL, PsychINFO and SIGLE (last search March 2012). The search strategy for all the databases searched was based on the MEDLINE search strategy presented in Appendix 1. No additional handsearching of journals was undertaken. Investigators who are known to be carrying out research in this area were contacted for unpublished data or knowledge of the grey literature.

Selection criteria

Studies eligible for inclusion in this review were randomised controlled trials (RCTs) or controlled clinical trials (CCTs). Inclusion criteria: adults (over 18 years old) diagnosed with persistent or intractable hiccups (hiccups lasting more than 48 hours), treated with any pharmacological or non-pharmacological intervention. Exclusion criteria: less than ten participants; no assessment of change in hiccup frequency or intensity in outcome measures.

Data collection and analysis

Two independent review authors assessed each abstract and title for relevance. Disagreement on eligibility was resolved by discussion. Where no abstract was available the full paper was obtained and assessed. We obtained full copies of the studies which met the inclusion criteria for further assessment. Two review authors independently collected data from each appropriate study and entered them into the software Review Manager 5. Two independent review authors assessed the risk of bias using the RevMan 5 'Risk of bias' table following guidance from the Cochrane Handbook of Systematic Reviews of Interventions (Higgins 2009).

Main results

A total of four studies (305 participants) met the inclusion criteria. All of these studies sought to determine the effectiveness of different acupuncture techniques in the treatment of persistent and intractable hiccups. All four studies had a high risk of bias, did not compare the intervention with placebo, and failed to report side effects or adverse events for either the treatment or control groups. Due to methodological differences we were unable to perform a meta-analysis of the results. No studies investigating pharmacological interventions for persistent and intractable hiccups met the inclusion criteria.

Authors' conclusions

There is insufficient evidence to guide the treatment of persistent or intractable hiccups with either pharmacological or non-pharmacological interventions.

The paucity of high quality studies indicate a need for randomised placebo-controlled trials of both pharmacological and non-pharmacological treatments. As the symptom is relatively rare, trials would need to be multi-centred and possibly multi-national.

 

Plain language summary

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié

Interventions for treating persistent and intractable hiccups in adults.

Hiccups involve repeated, involuntary contractions of the muscles used for breathing. They usually stop of their own accord; rarely, however, they may last for more than 48 hours. When they do persist, hiccups can cause a patient considerable upset, interfere with sleeping and eating, and can lead to other complications. Many different drugs and non-drug measures have been suggested to stop long-lasting hiccups. This review aimed to find out whether there is good evidence that any of these work. We searched for good quality studies that involved adult patients (18 or older) who had experienced hiccups for 48 hours or more. Our conclusion is that there is insufficient evidence to recommend a particular treatment for hiccups. There is a need for randomised controlled studies to identify which treatments might be effective or harmful in treating persistent hiccups.

 

Résumé

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié

Interventions dans le traitement d'un hoquet persistant et d'un hoquet réfractaire chez l'adulte

Contexte

Un hoquet persistant et un hoquet réfractaire (dont la durée dépasse généralement 48 heures et un mois, respectivement) peuvent considérablement altérer la qualité de vie d'un patient, bien qu'ils soient relativement rares. Un large éventail d'interventions pharmacologiques et non pharmacologiques a été utilisé pour le traitement d'un hoquet persistant et d'un hoquet réfractaire. Toutefois, il existe peu de preuves permettant d'identifier les interventions efficaces ou dangereuses.

Objectifs

L'objectif de la présente revue était d'évaluer l'efficacité d'interventions pharmacologiques et non pharmacologiques utilisées dans le traitement d'un hoquet persistant et d'un hoquet réfractaire, quelle que soit leur étiologie, chez l'adulte.

Stratégie de recherche documentaire

Des études ont été identifiées dans les bases de données suivantes : CENTRAL, CDSR, DARE, MEDLINE, EMBASE, CINAHL, PsychINFO et SIGLE (dernières recherches réalisées en mars 2012). La stratégie de recherche appliquée à l'ensemble des bases de données se basait sur celle de MEDLINE présentée dans l'Annexe 1. Aucune recherche manuelle supplémentaire de journaux n'a été entreprise. Les investigateurs connus pour effectuer des recherches dans ce domaine ont été contactés afin d'obtenir des données non publiées ou pour leurs connaissances de la littérature grise.

Critères de sélection

Les études éligibles pour l'inclusion dans cette revue étaient des essais contrôlés randomisés (ECR) ou des essais cliniques contrôlés (ECC). Les critères d'inclusion étaient les suivants : adultes (âgés de plus de 18 ans), chez lesquels un hoquet persistant et un hoquet réfractaire (d'une durée supérieure à 48 heures) étaient diagnostiqués, traités par une intervention pharmacologique ou non pharmacologique. Les critères d'exclusion étaient les suivants : moins de dix participants ; aucune évaluation d'une modification de la fréquence ou de l'intensité du hoquet dans les critères de jugement.

Recueil et analyse des données

Deux auteurs indépendants de la revue ont évalué la pertinence de chaque résumé et titre. Des discussions ont permis de résoudre tout désaccord sur l'éligibilité. Si aucun résumé n'était disponible, l'article complet était fourni et évalué. Nous avons obtenu des copies intégrales des études répondant aux critères d'inclusion afin d'approfondir leur évaluation. Deux auteurs de la revue ont indépendamment collecté les données de chaque étude adéquate et les ont saisies dans le logiciel Review Manager 5. Deux auteurs indépendants de la revue ont évalué les risques de biais à l'aide du tableau « Risques de biais » de RevMan 5 et en suivant les directives du Manuel Cochrane des revues systématiques des interventions (Higgins 2009).

Résultats Principaux

Un total de quatre études (305 participants) répondait aux critères d'inclusion. Toutes cherchaient à déterminer l'efficacité de différentes techniques d'acupuncture dans le traitement d'un hoquet persistant et d'un hoquet réfractaire. Elles présentaient toutes des risques de biais élevés, ne comparaient pas l'intervention à un placebo et ne rendaient pas compte d'effets secondaires ou d'événements indésirables du traitement ou dans les groupes témoins. En raison des différences méthodologiques, nous n'avons pu procéder à une méta-analyse des résultats. Aucune étude examinant des interventions pharmacologiques contre un hoquet persistant et un hoquet réfractaire ne répondait aux critères d'inclusion.

Conclusions des auteurs

Il existe des preuves insuffisantes pour orienter le traitement d'un hoquet persistant et d'un hoquet réfractaire avec des interventions pharmacologiques ou non pharmacologiques.

Le manque d'études de haute qualité signifie que des essais randomisés contrôlés par placebo doivent être réalisés sur les traitements pharmacologiques et non pharmacologiques. Étant donné que ce symptôme est relativement rare, les essais devront être multicentriques, voire multinationaux.

 

Résumé simplifié

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié

Interventions dans le traitement d'un hoquet persistant et d'un hoquet réfractaire chez l'adulte

Interventions dans le traitement d'un hoquet persistant et d'un hoquet réfractaire chez l'adulte.

Le hoquet implique des contractions répétées et involontaires des muscles respiratoires. Il s'arrête généralement de façon spontanée ; cependant, rares sont les cas dépassant un délai de 48 heures. S'il persiste, le hoquet peut considérablement perturber le patient, interférer avec son sommeil et son alimentation, mais aussi provoquer d'autres complications. Plusieurs mesures médicamenteuses et non médicamenteuses différentes ont été suggérées pour faire cesser un hoquet prolongé. L'objectif de la présente revue était d'identifier l'existence de preuves probantes concernant leur efficacité. Nous avons recherché des études de bonne qualité impliquant des patients adultes (âgés de plus de 18 ans) dont le hoquet avait duré 48 heures, voire plus. Nous sommes arrivés à la conclusion qu'il existe des preuves insuffisantes pour recommander un traitement particulier contre le hoquet. Des études contrôlées randomisées sont nécessaires pour identifier les traitements pouvant être efficaces ou dangereux dans le cas d'un hoquet persistant.

Notes de traduction

Traduit par: French Cochrane Centre 5th February, 2013
Traduction financée par: Minist�re du Travail, de l'Emploi et de la Sant� Fran�ais