Intervention Review

You have free access to this content

Non-surgical interventions for the management of chronic pelvic pain

  1. Ying C Cheong1,*,
  2. Grisham Smotra1,
  3. Amanda C de C Williams2

Editorial Group: Cochrane Menstrual Disorders and Subfertility Group

Published Online: 5 MAR 2014

Assessed as up-to-date: 5 FEB 2014

DOI: 10.1002/14651858.CD008797.pub2


How to Cite

Cheong YC, Smotra G, Williams ACDC. Non-surgical interventions for the management of chronic pelvic pain. Cochrane Database of Systematic Reviews 2014, Issue 3. Art. No.: CD008797. DOI: 10.1002/14651858.CD008797.pub2.

Author Information

  1. 1

    University of Southampton, Obstetrics and Gynaecology, Southampton, UK

  2. 2

    University College London, Research Department of Clinical, Educational & Health Psychology, London, UK

*Ying C Cheong, Obstetrics and Gynaecology, University of Southampton, Level F, Princess Anne Hospital, Coxford Road, Southampton, SO16 5YA, UK. yingcheong@hotmail.com. Y.Cheong@soton.ac.uk.

Publication History

  1. Publication Status: New
  2. Published Online: 5 MAR 2014

SEARCH

 

Abstract

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé scientifique
  5. Résumé simplifié
  6. 摘要
  7. 淺顯易懂的口語結論

Background

Chronic pelvic pain is a common and debilitating condition; its aetiology is multifactorial, involving social, psychological and biological factors. The management of chronic pelvic pain is challenging, as despite interventions involving surgery, many women remain in pain without a firm gynaecological diagnosis.

Objectives

To assess the effectiveness and safety of non-surgical interventions for women with chronic pelvic pain.

Search methods

We searched the Menstrual Disorders and Subfertility Group Specialised Register. We also searched (from inception to 5 February 2014) AMED, CENTRAL, MEDLINE, EMBASE, PsycINFO, CINAHL and LILACS. We handsearched sources such as citation lists, trial registers and conference proceedings.

Selection criteria

Randomised controlled trials (RCTs) on non-surgical management of chronic pelvic pain were eligible for inclusion. We included studies of women with a diagnosis of pelvic congestion syndrome or adhesions but excluded those with pain known to be caused by endometriosis, primary dysmenorrhoea (period pain), active chronic pelvic inflammatory disease or irritable bowel syndrome. We considered studies of any non-surgical intervention, including lifestyle, physical, medical and psychological treatments.

Data collection and analysis

Study selection, quality assessment and data extraction were performed independently by two review authors. Meta-analysis was performed using the Peto odds ratio (Peto OR) for dichotomous outcomes and the mean difference (MD) for continuous outcomes, with 95% confidence intervals (CIs). The primary outcome measure was pain relief, and secondary outcome measures were psychological outcomes, quality of life, requirement for analgesia and adverse effects. The quality of the evidence was assessed by using GRADE methods.

Main results

Twenty-one RCTs were identified that involved non-surgical management of chronic pelvic pain: 13 trials were included in the review, and eight were excluded. The studies included a total of 750 women—406 women in the intervention groups and 344 in the control groups. Included studies had high attrition rates, and investigators often did not blind adequately or did not clearly describe randomisation procedures.

Medical treatment versus placebo

Progestogen (medroxyprogesterone acetate (MPA)) was more effective than placebo at the end of treatment in terms of the number of women achieving a greater than 50% reduction in visual analogue scale (VAS) pain score immediately after treatment (Peto OR 3.00, 95% CI 1.70 to 5.31, two studies, n = 204, I2 = 22%, moderate-quality evidence). Evidence of benefit was maintained up to nine months after treatment (Peto OR 2.09, 95% CI 1.18 to 3.71, two studies, n = 204, I2 = 0%, moderate-quality evidence). Women treated with progestogen reported more adverse effects (e.g. weight gain, bloatedness) than those given placebo (high-quality evidence). The estimated effect of lofexidine on pain outcomes when compared with placebo was compatible with benefit and harm (Peto OR 0.42, 95% CI 0.11 to 1.61, one study, 39 women, low-quality evidence). Women in the lofexidine group reported more adverse effects (including drowsiness and dry mouth) than women given placebo (moderate-quality evidence).

Head-to-head comparisons of medical treatments

Head-to-head comparisons showed that women taking goserelin had greater improvement in pelvic pain score (MD 3, 95% CI 2.08 to 3.92, one study, n = 47, moderate-quality evidence) at one year than those taking progestogen. Women taking gabapentin had a lower VAS pain score than those taking amytriptyline (MD -1.50, 95% CI -2.06 to -0.94, n = 40, low-quality evidence). Study authors reported that no statistically significant difference was observed in the rate of adverse effects among women taking gabapentin compared with women given amytriptyline. The study comparing goserelin versus progestogen did not report on adverse effects.

Psychological treatment

Women who underwent reassurance ultrasound scans and received counselling were more likely to report improved pain than those treated with a standard 'wait and see' policy (Peto OR 6.77, 95% CI 2.83 to 16.19, n = 90, low-quality evidence). Significantly more women who had writing therapy as a disclosure reported improvement in pain than those in the non-disclosure group (Peto OR 4.47, 95% CI 1.41 to 14.13, n = 48, very low-quality evidence). No difference between groups in pain outcomes was noted when other psychological therapies were compared with standard care or placebo (quality of evidence ranged from very low to low). Studies did not report on adverse effects.

Complementary therapy

Distension of painful pelvic structures was more effective for pain when compared with counselling (MD 35.8, 95% CI 23.08 to 48.52 on a zero to 100 scale, one study, n = 48, moderate-quality evidence). No difference in pain levels was observed when magnetic therapy was compared with use of a control magnet (very low-quality evidence). Studies did not report on adverse effects.

The results of studies examining psychological and complementary therapies could not be combined to yield meaningful results.

Authors' conclusions

Evidence of moderate quality supports progestogen as an option for chronic pelvic pain, with efficacy reported during treatment. In practice, this option may be most acceptable among women unconcerned about progestogenic adverse effects (e.g. weight gain, bloatedness—the most common adverse effects). Although some evidence suggests possible benefit of goserelin when compared with progestogen, gabapentin as compared with amytriptyline, ultrasound versus 'wait and see' and writing therapy versus non-disclosure, the quality of evidence is generally low, and evidence is drawn from single studies.

Given the prevalence and healthcare costs associated with chronic pelvic pain in women, RCTs of other medical, lifestyle and psychological interventions are urgently required.

 

Plain language summary

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé scientifique
  5. Résumé simplifié
  6. 摘要
  7. 淺顯易懂的口語結論

Non-surgical interventions for the management of chronic pelvic pain

Review question

Cochrane authors considered the evidence for effectiveness and safety of non-surgical treatrments for managing chronic pelvic pain in women.

Background

Chronic pelvic pain in women is a common problem. Specific causes are often difficult to identify, even after investigation with ultrasound and inspection of the pelvis with key hole surgery. Treatment is frequently limited to relief of symptoms obtained with a concoction of medicines. Cochrane review authors examined the evidence about non-surgical interventions for the management of chronic pelvic pain.

Study characteristics

Twenty-one randomised controlled studies were identified, of which 13 were included. Eight studies were excluded. The studies included a total of 750 women—406 women in the intervention groups and 344 women in the control groups. The interventions assessed included medical treatment and psychological, cognitive, behavioural, complementary and physical therapies. The evidence is current to February 2014.

Key results

The review concludes that evidence shows improvement of pain in women given a high dose of progestogen (50 mg medroxyprogesterone acetate) immediately post-treatment and for up to nine months after treatment. However, progestogen was associated with adverse effects such as weight gain and bloating. Women who underwent reassurance ultrasound scans and who received counselling were more likely to report improved pain than those whose treatment involved a 'wait and see' policy. Some evidence of benefit was seen with writing disclosure therapy and with distension of painful pelvic structures. No good evidence of benefit was noted with other interventions when compared with standard care or placebo.

The quality of the evidence was low or moderate for most comparisons, and in most cases evidence was derived from single small studies. Moreover, we were unable to draw meaningful conclusions on quality of life and physical and functional outcomes because of the large variation in outcome measures used by the included studies. Many interventions identified in this review involved only single studies with small sample sizes. Additional studies will be required in the future to replicate results obtained with the use of specific medical interventions.

 

Résumé scientifique

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé scientifique
  5. Résumé simplifié
  6. 摘要
  7. 淺顯易懂的口語結論

Interventions non-chirurgicales pour la prise en charge des douleurs pelviennes chroniques

Contexte

La douleur pelvienne chronique est un problème courant et invalidant; son étiologie est multifactorielle, comprenant des facteurs sociaux, psychologiques et biologiques. La prise en charge de la douleur pelvienne chronique est difficile, car malgré les interventions comprenant la chirurgie, de nombreuses femmes continuent de ressentir de la douleur sans diagnostic gynécologique définitif.

Objectifs

Évaluer l'efficacité et l'innocuité des interventions non-chirurgicales chez les femmes souffrant de douleur pelvienne chronique.

Stratégie de recherche documentaire

Nous avons effectué des recherches dans le registre spécialisé du groupe sur les troubles menstruels et l'hypofertilité. Nous avons également effectué des recherches dans AMED, CENTRAL, MEDLINE, EMBASE, PsycINFO, CINAHL et LILACS (depuis leur création jusqu'au 5 février 2014). Nous avons manuellement effectué une recherche des sources, telles que les listes de références bibliographiques, les registres d'essais et les actes de conférence.

Critères de sélection

Les essais contrôlés randomisés (ECR) sur la prise en charge non-chirurgicale des douleurs pelviennes chroniques étaient éligibles pour l'inclusion. Nous avons inclus les études portant sur des femmes présentant un diagnostic de syndrome de congestion pelvienne ou d'adhérence, mais exclus celles dont la douleur était due à l'endométriose, à la dysménorrhée primaire (douleur menstruelle), à une maladie pelvienne inflammatoire chronique active ou au syndrome du côlon irritable. Nous avons pris en compte les études de n'importe quelle intervention non-chirurgicale, y compris les traitements physiques, médicaux, psychologiques et portant sur le mode de vie.

Recueil et analyse des données

La sélection des études, l'évaluation de la qualité et l'extraction des données ont été réalisées indépendamment par deux auteurs de la revue. Une méta-analyse a été effectuée en utilisant le rapport des cotes de Peto (RC de Peto) pour les résultats dichotomiques et la différence moyenne (DM) pour les résultats continus, avec des intervalles de confiance (IC) à 95 %. Le critère de jugement principal était le soulagement de la douleur et les critères de jugement secondaires étaient les résultats psychologiques, la qualité de vie, le besoin d'analgésie et les effets indésirables. La qualité des preuves a été évaluée au moyen de l'échelle GRADE.

Résultats principaux

Vingt-et-un ECR ont été identifiés qui portaient sur la prise en charge non-chirurgicale des douleurs pelviennes chroniques : 13 essais ont été inclus dans la revue et huit ont été exclus. Les études incluaient un total de 750 femmes - 406 femmes dans les groupes d'intervention et 344 dans les groupes témoins. Les études incluses présentaient des taux d'attrition élevés, et souvent, les investigateurs utilisaient la mise en aveugle de manière inadéquate ou ne décrivaient pas clairement les procédures de randomisation.

Un traitement médical par rapport à un placebo

Le progestatif (acétate de médroxyprogestérone) était plus efficace que le placebo à la fin du traitement en termes de nombre de femmes atteignant une réduction du score de la douleur de plus de 50 % sur l'échelle visuelle analogique (EVA), immédiatement après le traitement (rapport des cotes de Peto de 3,00, IC à 95 % 1,70 à 5,31, deux études, n = 204, I 2 = 22%, preuves de qualité modérée). L'effet bénéfique persistait jusqu'à neuf mois après le traitement (rapport des cotes de Peto de 2,09, IC à 95 % 1,18 à 3,71, deux études, n = 204, I 2 = 0%, preuves de qualité modérée). Les femmes traitées avec un progestatif rapportaient plus d'effets indésirables (par exemple une prise de poids, des ballonnements) que les patients sous placebo (preuves de qualité élevée). L'effet estimé de la lofexidine pour les résultats de la douleur par rapport au placebo étaient compatibles avec les effets bénéfiques et nocifs (rapport des cotes de Peto de 0,42, IC à 95 % 0,11 à 1,61, une étude, 39 femmes, preuves de faible qualité). De femmes dans le groupe de la lofexidine rapportaient davantage d'effets indésirables (y compris une somnolence et une sensation de bouche sèche) que les femmes ayant reçu un placebo (preuves de qualité modérée).

Comparaisons en face à face des traitements médicaux

Les comparaisons en face à face ont montré que les femmes prenant de la goséréline avaient une plus grande amélioration du score de la douleur pelvienne (DM 3, IC à 95 % 2,08 à 3,92, une étude, n = 47, preuves de qualité modérée) à un an, comparées à celles prenant un progestatif. Les femmes prenant de la gabapentine présentaient un score d'EVA sur la douleur inférieur à celles prenant de l'amytriptyline (DM -1,50, IC à 95 % -2,06 à -0,94, n = 40, preuves de faible qualité). Les auteurs des études n'ont rapporté aucune différence statistiquement significative dans les taux d'effets indésirables chez les femmes prenant de la gabapentine par rapport aux femmes ayant reçu de l'amytriptyline. L'étude comparant la goséréline par rapport aux progestatifs n'a pas rendu compte des effets indésirables.

Traitement psychologique

Les femmes ayant passé une échographie de rassurance et ayant reçu des conseils étaient plus susceptibles de rapporter une amélioration de la douleur que celles traitées avec une politique « attentiste » standard (rapport des cotes de Peto de 6,77, IC à 95 % 2,83 à 16,19, n = 90, preuves de faible qualité). Beaucoup plus de femmes ayant reçu une thérapie de révélation par l'écriture rapportaient une amélioration de la douleur par rapport à celles du groupe de non- révélation (rapport des cotes de Peto de 4,47, IC à 95 % 1,41 à 14,13, n = 48, preuves de très faible qualité). Aucune différence entre les groupes pour les résultats de la douleur n'était observée lorsque d'autres thérapies psychologiques étaient comparées à des soins standards ou à un placebo (preuves de très faible à faible qualité). Les études n'avaient pas rendu compte des effets indésirables.

Thérapie complémentaire

La distension des structures pelviennes douloureuses était plus efficace au niveau de la douleur par rapport à des conseils (DM 35,8, IC à 95 % 23,08 à 48,52 sur une échelle de zéro à 100, une étude, n = 48, preuves de qualité modérée). Aucune différence dans les niveaux de douleur n'était observée lorsque la thérapie magnétique était observée par rapport à l'utilisation d'un contrôle par magnétoscopie (preuves de très faible qualité). Les études n'avaient pas rendu compte des effets indésirables.

Les résultats des études, examinant les thérapies psychologiques et complémentaires, n'ont pas pu être combinés pour produire des résultats significatifs.

Conclusions des auteurs

Des preuves de qualité modérée favorisent le progestatif comme une option pour les douleurs pelviennes chroniques, avec une efficacité rapportée au cours du traitement. Dans la pratique, cette option pourrait être plus acceptable chez les femmes indifférentes aux effets indésirables des progestogéniques (par exemple la prise de poids, les ballonnements - les effets indésirables les plus courants. Bien que certaines preuves suggèrent un effet bénéfique possible de la goséréline par rapport à un progestatif, de la gabapentine par rapport à l'amytriptyline, de l'échographie par rapport à la politique « attentiste » et de la thérapie par l'écriture par rapport à la non-révélation, la qualité des preuves est généralement faible et les preuves proviennent d'études uniques.

Compte tenu de la prévalence et des coûts médicaux associés aux douleurs pelviennes chroniques chez les femmes, des ECR portant sur d'autres interventions médicales, psychologiques et sur le mode de vie sont urgemment nécessaires.

 

Résumé simplifié

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé scientifique
  5. Résumé simplifié
  6. 摘要
  7. 淺顯易懂的口語結論

Interventions non-chirurgicales pour la prise en charge des douleurs pelviennes chroniques

Question de la revue

Les auteurs de la revue Cochrane ont examiné les preuves concernant l'efficacité et l'innocuité des traitements pour la prise en charge non-chirurgicale des douleurs pelviennes chroniques chez les femmes.

Contexte

La douleur pelvienne chronique est un problème courant chez les femmes. Les causes spécifiques sont souvent difficiles à identifier, même après un examen par échographie et une inspection du bassin par endoscopie. Le traitement est souvent limité au soulagement des symptômes obtenu grâce à une concoction de médicaments. Les auteurs de la revue Cochrane ont examiné les preuves des interventions non chirurgicales pour la prise en charge des douleurs pelviennes chroniques.

Les caractéristiques de l'étude

Vingt-et-une études contrôlées randomisées ont été identifiées, dont 13 ont été inclues. Huit études ont été exclues. Les études incluaient un total de 750 femmes - 406 femmes dans les groupes d'intervention et 344 femmes dans les groupes témoins. Les interventions évaluées incluaient un traitement médical et des thérapies psychologiques, cognitives, comportementales, complémentaires et physiques. Les preuves sont à jour en février 2014.

Résultats principaux

Cette revue conclut que les preuves montrent une amélioration de la douleur chez les femmes recevant une dose élevée de progestatif (50 mg d'acétate de médroxyprogestérone) immédiatement après le traitement et jusqu'à neuf mois après le traitement. Cependant, le progestatif était associé à des effets indésirables, tels que la prise de poids et des ballonnements. Les femmes ayant passé une échographie de rassurance et ayant reçu des conseils étaient plus susceptibles de rapporter une amélioration de la douleur que celles dont le traitement impliquait une politique attentiste. Certains bénéfices étaient observés avec la thérapie de révélation par écrit et avec la distension de structures pelviennes douloureuses. Aucune preuve solide de bénéfice n'a été notée dans d'autres interventions lorsque comparée aux soins standard ou à un placebo.

La qualité des preuves était faible ou modérée pour la plupart des comparaisons et, dans la plupart des cas, les preuves provenaient d'études uniques de petite taille. De plus, nous ne sommes pas en mesure d'apporter de conclusions significatives sur la qualité de vie et sur les résultats physiques et fonctionnels en raison de la grande variabilité des mesures de résultats utilisées dans les études incluses. De nombreuses interventions identifiées dans cette revue portaient seulement sur des études uniques avec des petits effectifs. Des études supplémentaires seront à l'avenir nécessaires afin de répliquer les résultats obtenus avec l'utilisation d'interventions médicales spécifiques.

Notes de traduction

Traduit par: French Cochrane Centre 22nd June, 2014
Traduction financée par: Financeurs pour le Canada : Instituts de Recherche en Santé du Canada, Ministère de la Santé et des Services Sociaux du Québec, Fonds de recherche du Québec-Santé et Institut National d'Excellence en Santé et en Services Sociaux; pour la France : Ministère en charge de la Santé

 

摘要

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé scientifique
  5. Résumé simplifié
  6. 摘要
  7. 淺顯易懂的口語結論

慢性骨盆腔疼痛管理的非外科性介入

背景

慢性骨盆腔疼痛 (chronic pelvic pain) 是一種常見但會令人衰弱的疾病,由多重因素造成,包括社會、心理和生理因素。慢性骨盆腔疼痛的管理極富挑戰性,因為很多無明確婦科診斷的女性患者,儘管接受包含外科手術的介入,仍然無法緩解疼痛。

目的

針對慢性骨盆腔疼痛女性患者,評估非外科性介入的療效和安全性。

搜尋策略

我們搜尋月經疾病及不孕症群組專業註冊 (Menstrual Disorders and Subfertility Group Specialised Register),也搜尋 (從頭開始搜尋至2014年2月5日為止) AMED、CENTRAL、MEDLINE、EMBASE、 PsycINFO、CINAHL和LILACS。我們以人工搜尋引用清單、試驗註冊和研討會記錄等來源。

選擇標準

我們納入針對慢性骨盆腔疼痛非外科性管理的隨機對照試驗(randomized controlled trial, RCT)。我們所納入的試驗,收錄診斷罹患骨盆腔充血症候群 (pelvic congestion syndrome) 或粘黏的女性患者,但排除已知由子宮內膜異位症 (endometriosis)、原發性經痛 (經期疼痛)、活動性慢性骨盆腔炎症或腸躁症,而引起骨盆腔疼痛的患者。我們考慮任何非外科性介入的試驗,包括生活型態、物理治療、內科治療和心理治療。

資料收集與分析

由2位文獻回顧作者獨立進行試驗篩選、品質評估和資料萃取的工作。在進行綜合分析時,以Peto勝算比 (Peto odds ratio, Peto OR) 計算二元性結果,以平均差 (mean difference, MD) 和95%信賴區間(confidence interval, CI),計算連續變項的結果。主要結果測量為疼痛緩解,次要結果測量為心理結果、生活品質、止痛劑的使用狀況,以及不良作用。本次文獻回顧採用GRADE方法評估證據品質。

主要結果

我們找到21篇與慢性骨盆腔疼痛非外科性管理有關的RCT,將其中13篇試驗納入文獻回顧,排除其餘8篇試驗。這些試驗共計收錄750名女性,其中介入組含406名女性,對照組含344名女性。所納入的試驗具有高損耗率 (attrition rate),試驗主持人通常並未進行適當的盲性處理,或未清楚描述隨機分配的程序。

內科治療相對於安慰劑

於治療結束時,孕激素(progestogen)(medroxyprogesterone acetate, MPA) 的療效優於安慰劑,孕激素組在治療後視覺類比量表 (VAS) 的疼痛分數降幅立即超過50%的人數,多於安慰劑組 (Peto OR為3.00,95% CI為1.70至5.31,2篇試驗,n = 204,I2 = 22%,證據品質中等)。證據顥示,治療後效益可持續達9個月(Peto OR為 2.09, 95% CI為 1.18 至 3.71, 2篇試驗, n = 204, I2 = 0%,中等證據品質)。相對於安慰劑組患者,接受孕激素治療的女性通報較多不良作用 (例如體重增加、腫脹)(證據品質高)。依據估計,lofexidine對疼痛結果的療效和傷害性影響,與安慰劑相似 (Peto OR為 0.42,95% CI為0.11至1.61,1篇試驗,39名女性,證據品質低)。相對於安慰劑組,lofexidine組的女性通報較多不良作用 (包括嗜睡和口乾)(證據品質中等)。

不同內科治療的直接比較

直接比較的結果顯示,接受1年治療後,goserelin治療組的骨盆腔疼痛分數改善幅度,高於接受孕激素治療組 (MD為3, 95% CI為2.08至3.92,1篇試驗,n = 47,證據品質中等)。服用gabapentin女性的VAS疼痛分數,低於使用amytriptyline的女性 (MD為-1.50,95% CI為-2.06至-0.94,n = 40,證據品質低)。試驗作者指出,gabapentin治療組與amytriptyline治療組的不良作用發生率,並無顯著差異。比較goserelin和孕激素的試驗,並未提及不良作用。

心理治療

相較於接受標準「繼續觀察」(wait and see) 策略的女性,再次接受超音波掃描確認,以及接受諮商的女性,疼痛的改善情況較佳 (Peto OR為6.77,95% CI為2.83至16.19,n = 90,證據品質低)。相較於未公開組,以書面公開接受治療組中,顯然有較多女性通報疼痛狀況改善 (Peto OR為 4.47,95% CI為1.41至14.13,n = 48,證據品質極低)。若以其他心理治療與標準照護或安慰劑相較,則疼痛結果並未出現組間差異 (證據品質範圍介於極低和低之間)。這些試驗並未提及不良作用。

輔助療法

擴張疼痛的骨盆構造以改善疼痛的效果優於諮商 (MD為35.8,95% CI為23.08至48.52,量表分數介於0至100分之間,1篇試驗,n = 48,證據品質中等)。磁療法(magnetic therapy) 組與對照磁石組的疼痛程度,並無組間差異 (證據品質極低)。這些試驗並未提及不良作用。

無法綜合分析心理治療和輔助療法的試驗結果,並得到有意義的結果。

作者結論

證據品質中等的試驗顯示, 以孕激素治療慢性骨盆腔疼痛,在治療期間就可以發揮療效。在實務上,對不在意孕激素副作用 (例如最常見的體重增加、腫脹等不良作用) 的女性而言,孕激素是接受度最高的治療選擇。儘管部分證據顯示goserelin的療效可能優於孕激素,但比較gabapentin與amytriptyline、超音波與「繼續觀察」治療、公開與不公開治療的試驗,證據品質通常偏低,而且來自單一試驗。

基於女性慢性骨盆腔疼痛的盛行率及所產生的健康照護成本,我們迫切需要進行其他內科、生活品質和心理介入的RCT。

 

淺顯易懂的口語結論

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé scientifique
  5. Résumé simplifié
  6. 摘要
  7. 淺顯易懂的口語結論

慢性骨盆腔疼痛管理的非外科性介入

問題回顧

考科藍作者針對慢性骨盆腔疼痛的女性患者,考慮非外科治療的相關療效及安全性證據。

背景

慢性骨盆腔疼痛是女性常見的問題,通常很難確認特定病因,即使利用超音波檢查,或以微創手術探查骨盆腔,仍然不容易確定病因。治療通常局限於混合各種藥物以緩解症狀。考科藍文獻回顧作者檢驗關於慢性骨盆腔疼痛非外科性介入管理的證據。

試驗特色

我們找到21篇隨機對照試驗,納入其中13篇試驗,排除其餘8篇試驗。這些試驗共計收錄750名女性,其中介入組含406名女性,對照組含344名女性。接受評估的介入包括內科治療,以及心理、認知、行為、輔助和物理治療。截至2014年2月為止,這些證據依然流通。

重要結果

本篇文獻回顧的結論指出,證據顯示使用高劑量孕激素 (50 mg medroxyprogesterone acetate)的女性,在接受治療後疼痛立即改善,且療效可持續至治療後9個月。不過孕激素會引起某些副作用,例如體重增加和腫脹。相較於接受「繼續觀察」策略治療的女性,再度接受超音波掃描確認的女性,以及接受諮商的女性,疼痛狀況比較可能改善。部分證據顯示,以書面公開治療和擴張疼痛的骨盆構造也具有療效。相較於標準療法或安慰劑,其他介入並無完善的療效證據。

大部分比較試驗的證據品質偏低或中等,而且在大多數的證據都衍生自1篇小型試驗。此外,我們無法針對生活品質和生理及功能性結果,提出有意義的結論,因為所納入的試驗對結果的測量,歧異甚大。本篇文獻回顧所納入的許多介入,只有1篇研究試驗,而且所收錄的樣本數很小。未來需要進行其他試驗,複製使用特定醫學介入所得到的結果。

譯註


翻譯者:臺北醫學大學實證醫學研究中心
本翻譯計畫由衛生福利部補助經費,臺北醫學大學實證醫學研究中心、台灣實證醫學學會及東亞考科藍聯盟(EACA)統籌執行。