Intervention Review

Venom immunotherapy for preventing allergic reactions to insect stings

  1. Robert J Boyle1,*,
  2. Mariam Elremeli2,
  3. Juliet Hockenhull3,
  4. Mary Gemma Cherry3,
  5. Max K Bulsara4,
  6. Michael Daniels5,
  7. J.N.G. Oude Elberink6

Editorial Group: Cochrane Skin Group

Published Online: 17 OCT 2012

Assessed as up-to-date: 21 FEB 2012

DOI: 10.1002/14651858.CD008838.pub2

How to Cite

Boyle RJ, Elremeli M, Hockenhull J, Cherry MG, Bulsara MK, Daniels M, Oude Elberink J. Venom immunotherapy for preventing allergic reactions to insect stings. Cochrane Database of Systematic Reviews 2012, Issue 10. Art. No.: CD008838. DOI: 10.1002/14651858.CD008838.pub2.

Author Information

  1. 1

    Imperial College London, Department of Medicine, Section of Paediatrics, London, UK

  2. 2

    Imperial College London, Department of Paediatrics, Paediatric Allergy, London, UK

  3. 3

    University of Liverpool, Liverpool Reviews and Implementation Group, Liverpool, UK

  4. 4

    The University of Notre Dame, Institute of Health and Rehabilitation Research, Fremantle, WA, Australia

  5. 5

    The University of Nottingham, c/o Cochrane Skin Group, Nottingham, UK

  6. 6

    University Medical Center Groningen, University of Groningen, Department of Allergology, Groningen Research Institute for Asthma and COPD (GRIAC), Groningen, Netherlands

*Robert J Boyle, Department of Medicine, Section of Paediatrics, Imperial College London, Wright Fleming Building, Norfolk Place, London, W2 1PG, UK. r.boyle@nhs.net.

Publication History

  1. Publication Status: New
  2. Published Online: 17 OCT 2012

SEARCH

 

Abstract

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié

Background

Venom immunotherapy (VIT) is commonly used for preventing further allergic reactions to insect stings in people who have had a sting reaction. The efficacy and safety of this treatment has not previously been assessed by a high-quality systematic review.

Objectives

To assess the effects of immunotherapy using extracted insect venom for preventing further allergic reactions to insect stings in people who have had an allergic reaction to a sting.

Search methods

We searched the following databases up to February 2012: the Cochrane Skin Group Specialised Register, CENTRAL in The Cochrane Library, MEDLINE (from 1946), EMBASE (from 1974), PsycINFO (from 1806), AMED (from 1985), LILACS (from 1982), the Armed Forces Pest Management Board Literature Retrieval System, and OpenGrey. There were no language or publication status restrictions to our searches. We searched trials databases, abstracts from recent European and North American allergy meetings, and the references of identified review articles in order to identify further relevant trials.

Selection criteria

Randomised controlled trials of venom immunotherapy using standardised venom extract in insect sting allergy.

Data collection and analysis

Two authors independently undertook study selection, data extraction, and assessment of risk of bias. We identified adverse events from included controlled trials and from a separate analysis of observational studies identified as part of a National Institute for Health and Clinical Excellence Health Technology Assessment.

Main results

We identified 6 randomised controlled trials and 1 quasi-randomised controlled trial for inclusion in the review; the total number of participants was 392. The trials had some risk of bias because five of the trials did not blind outcome assessors to treatment allocation. The interventions included ant, bee, and wasp immunotherapy in children or adults with previous systemic or large local reactions to a sting, using sublingual (one trial) or subcutaneous (six trials) VIT. We found that VIT is effective for preventing systemic allergic reaction to an insect sting, which was our primary outcome measure. This applies whether the sting occurs accidentally or is given intentionally as part of a trial procedure.

In the trials, 3/113 (2.7%) participants treated with VIT had a subsequent systemic allergic reaction to a sting, compared with 37/93 (39.8%) untreated participants (risk ratio [RR] 0.10, 95% confidence interval [CI] 0.03 to 0.28). The efficacy of VIT was similar across studies; we were unable to identify a patient group or mode of treatment with different efficacy, although these analyses were limited by small numbers. We were unable to confirm whether VIT prevents fatal reactions to insect stings, because of the rarity of this outcome.

Venom immunotherapy was also effective for preventing large local reactions to a sting (5 studies; 112 follow-up stings; RR 0.41, 95% CI 0.24 to 0.69) and for improving quality of life (mean difference [MD] in favour of VIT 1.21 points on a 7-point scale, 95% CI 0.75 to 1.67).

We found a significant risk of systemic adverse reaction to VIT treatment: 6 trials reported this outcome, in which 14 of 150 (9.3%) participants treated with VIT and 1 of 135 (0.7%) participants treated with placebo or no treatment suffered a systemic reaction to treatment (RR 8.16, 95% CI 1.53 to 43.46; 2 studies contributed to the effect estimate). Our analysis of 11 observational studies found systemic adverse reactions occurred in 131/921 (14.2%) participants treated with bee venom VIT and 8/289 (2.8%) treated with wasp venom VIT.

Authors' conclusions

We found venom immunotherapy using extracted insect venom to be an effective therapy for preventing further allergic reactions to insect stings, which can improve quality of life. The treatment carries a small but significant risk of systemic adverse reaction.

 

Plain language summary

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié

Immunotherapy for preventing allergic reactions to insect stings

At least 1 in 200 people have suffered a severe allergic reaction to a sting from a bee, wasp, or ant, and insect stings are the second most common cause of fatal allergic reactions in some countries. Treatment with insect venom, usually given by a course of injections (called venom immunotherapy), is thought to reduce the risk of allergic reactions to an insect sting. In this review, we evaluated the effectiveness of venom immunotherapy for preventing allergic reactions to insect stings.

From analysis of 7 studies, which included 392 participants, we found that this treatment reduces the chance of having a serious allergic reaction to an insect sting by 90%, a consistent finding between studies. Venom immunotherapy also significantly improves the quality of life of people who have had a serious allergic reaction to an insect sting by reducing anxiety and possible limitation of activities caused by fear of insects. However, almost 1 in 10 people treated with venom immunotherapy during the trials had an allergic reaction to their treatment. We were unable to find out whether venom immunotherapy prevents fatal allergic reactions to insect stings, because these are so rare. The decision whether to start venom immunotherapy depends on an accurate diagnosis, followed by careful assessment of a person's risk of having another allergic reaction to a sting, the degree to which the insect sting allergy affects their quality of life, and the risk of an allergic reaction to their treatment.

 

Résumé

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié

L'immunothérapie au venin pour la prévention des réactions allergiques aux piqûres d'insectes

Contexte

L'immunothérapie au venin (ITV) est couramment utilisée pour prévenir de nouvelles réactions allergiques aux piqûres d'insectes chez les personnes ayant eu une réaction à une piqûre. L'efficacité et l'innocuité de ce traitement n'ont pas encore été évaluées par une revue systématique de bonne qualité.

Objectifs

Évaluer les effets de l'immunothérapie utilisant du venin extrait d'insecte pour la prévention de nouvelles réactions allergiques aux piqûres d'insectes chez les personnes ayant eu une réaction allergique à une piqûre.

Stratégie de recherche documentaire

Nous avons effectué des recherches dans les bases de données suivantes jusqu'à février 2012 : le registre spécialisé du groupe Cochrane sur la peau, CENTRAL dans The Cochrane Library , MEDLINE (depuis 1946), EMBASE (depuis 1974), PsycINFO (depuis 1806), AMED (depuis 1985), LILACS (depuis 1982), l'Armed Forces Pest Management Board Literature Retrieval System et OpenGrey. Nos recherches n'étaient en rien restreintes par la langue ou le statut de publication. Nous avons cherché dans des bases de données d'essais, des résumés de récentes rencontres européennes et nord-américaines sur l'allergie et dans les références bibliographiques des articles de revue identifiés, dans le but d'identifier d'autres essais pertinents.

Critères de sélection

Des essais contrôlés randomisés sur l'immunothérapie à base d'extrait de venin standardisé contre l'allergie aux piqûres d'insecte.

Recueil et analyse des données

Deux auteurs ont, de manière indépendante, effectué la sélection des études, l'extraction des données et l'évaluation du risque de biais. Nous avons identifié les événements indésirables signalés dans les essais contrôlés inclus et dans une analyse distincte d'études observationnelles réalisée dans le cadre d'une évaluation de technologies de santé (Health Technology Assessment) du National Institute for Health and Clinical Excellence.

Résultats Principaux

Nous avons identifié six essais contrôlés randomisés et 1 essai contrôlé quasi-randomisé à inclure dans la revue, le nombre total de participants étant de 392. Les essais avaient un certain risque de biais parce que dans cinq des essais l'assignation du traitement n'avait pas été masquée aux évaluateurs de résultats. Les interventions comprenaient l'immunothérapie à la fourmi, à l'abeille et à la guêpe, par voie sublinguale (un essai) ou sous-cutanée (six essais), chez des enfants ou des adultes ayant précédemment fait des réactions systémiques ou de grosses réactions locales à une piqûre. Nous avons constaté que l'ITV est efficace pour la prévention de la réaction allergique systémique à une piqûre d'insecte, ce qui constituait notre principal critère de résultat. Cela s'applique que la piqûre soit survenue accidentellement ou qu'elle ait été administrée intentionnellement dans le cadre d'une procédure d'essai.

Dans les essais, 3 participants sur 113 (2,7 %) traités à l'ITV avaient eu ​​ultérieurement une réaction allergique systémique à une piqûre, contre 37 participants non traités sur 93 (39,8 %) (risque relatif [RR] 0,10 ; intervalle de confiance [IC] à 95% 0,03 à 0,28). L'efficacité de l'ITV était similaire dans toutes les études ; nous n'avons pas pu identifier un groupe de patients ou un mode de traitement à l'efficacité différente, mais ces analyses étaient limitées par leurs petits effectifs. Nous n'avons pas été en mesure de confirmer si l'ITV prévient les réactions fatales aux piqûres d'insectes, en raison de la rareté de ce type d'évènement.

L'immunothérapie au venin était également efficace pour la prévention des grosses réactions locales à une piqûre (5 études ; 112 suivis de piqûres ; RR 0,41 ; IC à 95% 0,24 à 0,69) et pour l'amélioration de la qualité de vie (différence moyenne [DM] en faveur de l'ITV 1,21 points sur une échelle de 7 points, IC à 95% 0,75 à 1,67).

Nous avons constaté un risque important de réaction systémique indésirable au traitement d'ITV : 6 essais avaient rendu compte de ce critère de résultat, dans lesquels 14 des 150 (9,3 %) participants traités à l'ITV et 1 des 135 (0,7 %) participants ayant reçu le placebo ou aucun traitement avaient souffert d'une réaction systémique au traitement (RR 8,16 ; IC à 95% 1,53 à 43,46 ; 2 études ont contribué à l'estimation de l'effet). Notre analyse de 11 études observationnelles a mis en évidence que des réactions systémiques indésirables s'étaient produites chez 131 des 921 (14,2 %) participants traités à l'immunothérapie au venin d'abeille et chez 8 des 289 (2,8 %) traités avec du venin de guêpe.

Conclusions des auteurs

Nous avons constaté que l'immunothérapie au venin extrait d'insecte est une thérapie efficace pour la prévention de nouvelles réactions allergiques aux piqûres d'insectes, ce qui peut améliorer la qualité de vie. Le traitement comporte un risque faible mais significatif de réaction systémique indésirable.

 

Résumé simplifié

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié

L'immunothérapie au venin pour la prévention des réactions allergiques aux piqûres d'insectes

L'immunothérapie pour la prévention des réactions allergiques aux piqûres d'insectes

Au moins 1 personne sur 200 a souffert d'une grave réaction allergique à une piqûre d'abeille, de guêpe ou de fourmi, et les piqûres d'insectes sont, dans certains pays, la deuxième cause la plus fréquente de réactions allergiques mortelles. Le traitement au venin d'insecte, le plus souvent sous la forme d'une série d'injections (appelée immunothérapie au venin), est supposé réduire le risque de réactions allergiques à une piqûre d'insecte. Dans cette revue, nous avons évalué l'efficacité de l'immunothérapie au venin pour la prévention des réactions allergiques aux piqûres d'insectes.

L'analyse de 7 études totalisant 392 participants nous a permis de constater que ce traitement réduit de 90 % le risque d'avoir une réaction allergique grave à une piqûre d'insecte, un résultat que l'on retrouve dans toutes les études. L'immunothérapie au venin améliore aussi considérablement la qualité de vie des personnes ayant eu une réaction allergique grave à une piqûre d'insecte par le fait qu'elle réduit l'anxiété et les éventuelles limitations d'activité engendrées par la peur des insectes. Cependant, près d'1 personne sur 10 traitées par immunothérapie au venin dans le cadre des essais avait fait une réaction allergique au traitement. Nous n'avons pas réussi à déterminer si l'immunothérapie au venin prévient les réactions allergiques mortelles aux piqûres d'insectes, car celles-ci sont très rares. La décision de commencer une immunothérapie au venin est tributaire d'un diagnostic précis suivi de l'évaluation minutieuse des risques de la personne d'avoir une autre réaction allergique à une piqûre, de la mesure dans laquelle l'allergie à la piqûre d'insecte affecte la qualité de vie et du risque de réaction allergique au traitement.

Notes de traduction

Traduit par: French Cochrane Centre 2nd November, 2012
Traduction financée par: Minist�re des Affaires sociales et de la Sant�