Intervention Review

You have free access to this content

Granulocyte colony stimulating factor therapy for acute myocardial infarction

  1. Kasra Moazzami1,*,
  2. Aria Roohi2,
  3. Bobak Moazzami2

Editorial Group: Cochrane Heart Group

Published Online: 31 MAY 2013

Assessed as up-to-date: 7 JUN 2011

DOI: 10.1002/14651858.CD008844.pub2


How to Cite

Moazzami K, Roohi A, Moazzami B. Granulocyte colony stimulating factor therapy for acute myocardial infarction. Cochrane Database of Systematic Reviews 2013, Issue 5. Art. No.: CD008844. DOI: 10.1002/14651858.CD008844.pub2.

Author Information

  1. 1

    Massachusetts General Hospital, Harvard Medical School, Cardiovascular Research Center (CVRC), Charlestown, MA, USA

  2. 2

    Babol University of Medical Sciences, Student Research Committee, Babol, Iran

*Kasra Moazzami, Cardiovascular Research Center (CVRC), Massachusetts General Hospital, Harvard Medical School, 149 Street, Charlestown, MA, USA. moazzami.kasra@mgh.harvard.edu. kasra.moazzami@gmail.com.

Publication History

  1. Publication Status: Edited (no change to conclusions)
  2. Published Online: 31 MAY 2013

SEARCH

 

Abstract

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié

Background

Acute myocardial infarction (AMI) is the leading cause of death in developed countries, and current treatment modalities have failed to regenerate the dead myocardium resulting from the ischemic damage. Stem cells have the potential to regenerate the damaged myocardium. These cells can be mobilized from the bone marrow by factors such as granulocyte colony stimulating factor (G-CSF).

Objectives

To assess the effects of stem cell mobilization following granulocyte colony stimulating factor therapy in patients with acute myocardial infarction.

Search methods

We searched CENTRAL (The Cochrane Library Issue 4, 2010), MEDLINE (1950 to November week 3, 2010), EMBASE (1980 to 2010 week 48), BIOSIS Previews (1969 to 30 November 2010), ISI Science Citation Index Expanded (1970 to 4 December 2010) and ISI Conference Proceedings Citation Index - Science (1990 to 4 December 2010). We also checked reference lists of articles.

Selection criteria

We included randomized controlled trials including participants with a clinical diagnosis of AMI who were randomly allocated to the subcutaneous administration of G-CSF through a daily dose of 2.5, 5 or 10 microgram/kg for four to six days or placebo. No age or other restrictions were applied for the selection of patients.

Data collection and analysis

Two authors independently selected trials, assessed trials for eligibility and methodological quality, and extracted data regarding the clinical efficacy and adverse outcomes. Disagreements were resolved by the third author.

Main results

We included seven trials reported in 30 references in the review (354 participants). In all trials, G-CSF was compared with placebo preparations. Dosage of G-CSF varied among studies, ranging from 2.5 to 10 microgram/kg/day. Regarding overall risk of bias, data regarding the generation of randomization sequence and incomplete outcome data were at a low risk of bias; however, data regarding binding of personnel were not conclusive. The rate of mortality was not different between the two groups (RR 0.64, 95% CI 0.15 to 2.80, P = 0.55). Regarding safety, the limited amount of evidence is inadequate to reach any conclusions regarding the safety of G-CSF therapy. Moreover, the results did not show any beneficial effects of G-CSF in patients with AMI regarding left ventricular function parameters, including left ventricular ejection fraction (RR 3.41, 95% CI -0.61 to 7.44, P = 0.1), end systolic volume (RR -1.35, 95% CI -4.68 to 1.99, P = 0.43) and end diastolic volume (RR -4.08, 95% CI -8.28 to 0.12, P = 0.06). It should also be noted that the study was limited since the trials included lacked long enough follow up durations.

Authors' conclusions

Limited evidence from small trials suggested a lack of benefit of G-CSF therapy in patients with AMI. Since data of the risk of bias regarding blinding of personnel were not conclusive, larger RCTs with appropriate power calculations and longer follow up durations are required in order to address current uncertainties regarding the clinical efficacy and therapy-related adverse events of G-CSF treatment.

 

Plain language summary

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié

Granulocyte colony stimulating factor treatment following a heart attack

People who suffer a heart attack (due to a blockage in the artery supplying blood to the heart) are usually affected by the damage to a portion of their heart muscle. Current treatment options are unable to restore the damaged section of the heart. Recently, stem cells have been shown to be able to restore and replace the damaged tissue in patients with heart attack. These cells could be mobilized to the heart with agents such as granulocyte colony stimulating factor (G-CSF).

In this review, analysis of seven included studies with low risk of bias using G-CSF to improve the function of damaged heart of patient with heart attack failed to show any beneficial effects of this treatment. The rate of mortality was not different between the two groups (RR 0.64, 95% CI 0.15 to 2.80, P = 0.55). Also, left ventricular parameters including left ventricular ejection fraction (RR 3.41, 95% CI -0.61 to 7.44, P = 0.1), end systolic volume (RR -1.35, 95% CI -4.68 to 1.99, P = 0.43) and end diastolic volume (RR -4.08, 95% CI -8.28 to 0.12, P = 0.06) did not show significant changes between the treatment and the control groups. There was no evidence that the study was associated with serious adverse effects, however it should be noted that the study was limited since the trials included lacked long enough follow up durations. Additionally four studies had either high or unclear risk of bias for blinding. Therefore, based on the results of the current study, G-CSF treatment should not be administered for patients with heart attack.

 

Résumé

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié

Facteur de stimulation des colonies de granulocytes pour le traitement de l'infarctus aigu du myocarde

Contexte

L'infarctus aigu du myocarde (IAM) est la principale cause de mortalité dans les pays développés, et les modalités de traitement actuelles n'ont pas permis de régénérer le myocarde détruit par des lésions ischémiques. Les cellules souches ont le pouvoir de régénérer le myocarde endommagé. Ces cellules peuvent être mobilisées à partir de la moelle osseuse par des facteurs tels que le facteur de stimulation des colonies de granulocytes (G-CSF).

Objectifs

Évaluer les effets de la mobilisation des cellules souches suite à un traitement par le facteur de stimulation des colonies de granulocytes chez les patients victimes d’un infarctus aigu du myocarde.

Stratégie de recherche documentaire

Nous avons effectué une recherche dans les bases de données CENTRAL (The Cochrane Library numéro 4, 2010), MEDLINE (de 1950 à la 3ème semaine de novembre 2010), EMBASE (de 1980 à la 48ème semaine de 2010), BIOSIS Previews (de 1969 au 30 novembre 2010), ISI Science Citation Index Expanded (de 1970 au 4 décembre 2010) et ISI Conference Proceedings Citation Index - Science (de 1990 au 4 décembre 2010). Nous avons également vérifié les listes bibliographiques des articles.

Critères de sélection

Nous avons inclus les essais contrôlés randomisés comprenant des participants ayant un diagnostic clinique d'IAM qui étaient assignés de manière aléatoire à l'administration sous-cutanée de G-CSF à une dose quotidienne de 2,5, 5 ou 10 microgramme/kg pendant quatre à six jours ou à un placebo. Aucune restriction d'âge ni aucune autre restriction n'a été appliquée pour la sélection des patients.

Recueil et analyse des données

Deux auteurs ont sélectionné des essais, évalué l'éligibilité et la qualité méthodologique des essais, et extrait les données relatives à l'efficacité clinique et aux résultats indésirables de façon indépendante. Les désaccords ont été résolus par le troisième évaluateur.

Résultats Principaux

Nous avons inclus sept essais indiqués dans 30 références bibliographiques de la revue (354 participants). Dans tous les essais, le G-CSF était comparé à des préparations de placebo. La posologie du G-CSF variait selon les études, dans une plage de 2,5 à 10 microgramme/kg/jour. Quant au risque de biais global, les données relatives à la génération de la séquence de randomisation et les données de résultat incomplètes présentaient de faibles risques de biais. Cependant, les données relatives au secret de l'assignation du personnel n'étaient pas concluantes. Le taux de mortalité n'était pas différent entre les deux groupes (RR 0,64, IC à 95 % 0,15 à 2,80, P = 0,55). Quant à l'innocuité, la quantité de preuves est trop limitée pour tirer des conclusions sur l'innocuité du traitement par le G-CSF. Par ailleurs, les résultats n'ont pas révélé d'effets bénéfiques du G-CSF chez les patients victimes d'un IAM pour ce qui est des paramètres ventriculaires gauches comprenant la fraction d'éjection ventriculaire gauche (RR 3,41, IC à 95 % -0,61 à 7,44, P = 0,1), le volume télésystolique (RR -1,35, IC à 95 % -4,68 à 1,99, P = 0,43) et le volume télédiastolique (RR -4,08, IC à 95 % -8,28 à 0,12, P = 0,06). Il convient également de noter que l'étude était limitée puisque la durée de suivi des essais inclus n'était pas suffisamment longue.

Conclusions des auteurs

Les données limitées issues d'essais à petite échelle semblent indiquer une absence d'effet bénéfique du traitement par le G-CSF chez les patients victimes d'un IAM. Puisque les données sur le risque de biais lié à l'assignation du personnel n'étaient pas concluantes, des ECR à plus grande échelle avec des calculs de puissance appropriés et des durées de suivi plus longues sont nécessaires pour répondre aux incertitudes actuelles quant à l'efficacité clinique et aux événements indésirables liés au traitement du traitement par le G-CSF.

 

Résumé simplifié

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié

Facteur de stimulation des colonies de granulocytes pour le traitement de l'infarctus aigu du myocarde

Traitement par le facteur de stimulation des colonies de granulocytes suite à une crise cardiaque

Les personnes victimes d'une crise cardiaque (en raison d'une obstruction de l'artère assurant l'approvisionnement en sang jusqu'au cœur) sont généralement affectées par les lésions sur une partie de leur muscle cardiaque. Les options thérapeutiques actuelles sont incapables de restaurer la partie endommagée du cœur. Récemment, il a été démontré que les cellules souches étaient capables de restaurer et de remplacer le tissu endommagé chez les patients victimes d'une crise cardiaque. Ces cellules pourraient être mobilisées jusqu'au cœur par des agents tels que le facteur de stimulation des colonies de granulocytes (G-CSF).

Dans cette revue, l'analyse de sept études incluses à faible risque de biais utilisant le G-CSF pour améliorer la fonction du cœur endommagé de patients victimes d'une crise cardiaque n'a pas permis de démontrer un quelconque effet bénéfique de ce traitement. Le taux de mortalité n'était pas différent entre les deux groupes (RR 0,64, IC à 95 % 0,15 à 2,80, P = 0,55). Par ailleurs, les paramètres ventriculaires gauches comprenant la fraction d'éjection ventriculaire gauche (RR 3,41, IC à 95 % -0,61 à 7,44, P = 0,1), le volume télésystolique (RR -1,35, IC à 95 % -4,68 à 1,99, P = 0,43) et le volume télédiastolique (RR -4,08, IC à 95 % -8,28 à 0,12, P = 0,06) ne montraient pas de changements significatifs entres les groupes de traitement et témoins. Il n'y a aucune preuve que l'étude était associée à des effets indésirables graves, cependant il convient de noter que l'étude était limitée puisque la durée de suivi des essais inclus n'était pas suffisamment longue. Par ailleurs, quatre études présentaient un risque de biais élevé ou incertain pour l’assignation secrète. Par conséquent, d'après les résultats de l'étude actuelle, le traitement par le G-CSF ne doit pas être administré aux patients victimes d'une crise cardiaque.

Notes de traduction

Traduit par: French Cochrane Centre 14th June, 2013
Traduction financée par: Pour la France : Minist�re de la Sant�. Pour le Canada : Instituts de recherche en sant� du Canada, minist�re de la Sant� du Qu�bec, Fonds de recherche de Qu�bec-Sant� et Institut national d'excellence en sant� et en services sociaux.