Intervention Review

You have full text access to this OnlineOpen article

Restorative justice conferencing for reducing recidivism in young offenders (aged 7 to 21)

  1. Nuala Livingstone1,*,
  2. Geraldine Macdonald1,
  3. Nicola Carr2

Editorial Group: Cochrane Developmental, Psychosocial and Learning Problems Group

Published Online: 28 FEB 2013

Assessed as up-to-date: 5 MAY 2012

DOI: 10.1002/14651858.CD008898.pub2

How to Cite

Livingstone N, Macdonald G, Carr N. Restorative justice conferencing for reducing recidivism in young offenders (aged 7 to 21). Cochrane Database of Systematic Reviews 2013, Issue 2. Art. No.: CD008898. DOI: 10.1002/14651858.CD008898.pub2.

Author Information

  1. 1

    School of Sociology, Social Policy and Social Work, Queen's University Belfast, Institute of Child Care Research, Belfast, Northern Ireland, UK

  2. 2

    Queen's University Belfast, School of Sociology, Social Policy & Social Work, Belfast, Northern Ireland, UK

*Nuala Livingstone, Institute of Child Care Research, School of Sociology, Social Policy and Social Work, Queen's University Belfast, 6 College Park, Belfast, Northern Ireland, BT7 1LP, UK. nuala.livingstone@qub.ac.uk.

Publication History

  1. Publication Status: New
  2. Published Online: 28 FEB 2013

SEARCH

 

Abstract

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié

Background

Restorative justice is "a process whereby parties with a stake in a specific offence resolve collectively how to deal with the aftermath of the offence and its implications for the future" (Marshall 2003). Despite the increasing use of restorative justice programmes as an alternative to court proceedings, no systematic review has been undertaken of the available evidence on the effectiveness of these programmes with young offenders. Recidivism in young offenders is a particularly worrying problem, as recent surveys have indicated the frequency of re-offences for young offenders has ranged from 40.2% in 2000 to 37.8% in 2007 (Ministry of Justice 2009)

Objectives

To evaluate the effects of restorative justice conferencing programmes for reducing recidivism in young offenders.

Search methods

We searched the following databases up to May 2012: CENTRAL, 2012 Issue 5, MEDLINE (1978 to current), Bibliography of Nordic Criminology (1999 to current), Index to Theses (1716 to current), PsycINFO (1887 to current), Social Sciences Citation Index (1970 to current), Sociological Abstracts (1952 to current), Social Care Online (1985 to current), Restorative Justice Online (1975 to current), Scopus (1823 to current), Science Direct (1823 to current), LILACS (1982 to current), ERIC (1966 to current), Restorative Justice Online (4 May 2012), WorldCat (9 May 2012), ClinicalTrials.gov (19 May 2012) and ICTRP (19 May 2012). ASSIA, National Criminal Justice Reference Service and Social Services Abstracts were searched up to May 2011. Relevant bibliographies, conference programmes and journals were also searched.

Selection criteria

Randomised controlled trials (RCTs) or quasi-RCTs of restorative justice conferencing versus management as usual, in young offenders.

Data collection and analysis

Two authors independently assessed the risk of bias of included trials and extracted the data. Where necessary, original investigators were contacted to obtain missing information.

Main results

Four trials including a total of 1447 young offenders were included in the review. Results failed to find a significant effect for restorative justice conferencing over normal court procedures for any of the main analyses, including number re-arrested (odds ratio (OR) 1.00, 95% confidence interval (CI) 0.59 to 1.71; P = 0.99), monthly rate of reoffending (standardised mean difference (SMD) -0.06, 95% CI -0.28 to 0.16; P = 0.61), young person’s remorse following conference (OR 1.73, 95% CI 0.97 to 3.10; P = 0.06), young person's recognition of wrongdoing following conference (OR 1.97, 95% CI 0.81 to 4.80; P = 0.14), young person's self-perception following conference (OR 0.95, 95% CI 0.55 to 1.63; P = 0.85), young person's satisfaction following conference (OR 0.42, 95% CI 0.04 to 4.07; P = 0.45) and victim's satisfaction following conference (OR 4.05, 95% CI 0.56 to 29.04; P = 0.16). A small number of sensitivity analyses did indicate significant effects, although all are to be interpreted with caution.

Authors' conclusions

There is currently a lack of high quality evidence regarding the effectiveness of restorative justice conferencing for young offenders. Caution is urged in interpreting the results of this review considering the small number of included studies, subsequent low power and high risk of bias. The effects may potentially be more evident for victims than offenders. The need for further research in this area is highlighted.

 

Plain language summary

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié

Restorative justice conferencing for reducing recidivism in young offenders

The number of young people who commit offences remains an area of concern in many countries, particular considering the high rate of those who then go on to reoffend. An increasingly popular technique used with young offenders, as an alternative to normal court proceedings, is to conduct a Restorative Justice Conference. This conference involves a meeting between the offender, the victim or victims, the supporters of both and a conference coordinator. The conference gives all individuals involved a chance to share their experience and to decide together how best to repair the harm caused by the offence. It is believed that providing an opportunity for the offender to make amends for what they have done, along with the victim's forgiveness, increases the satisfaction of all those involved and reduces the likelihood of reoffending. The purpose of this review was to look at whether young people who are part of a restorative justice conference are less likely to reoffend than those who go through normal court proceedings. Four randomised controlled trials were included in this review. Findings indicate that there was no difference between those who are part of restorative justice conferences and those in normal court proceedings in terms of the rate of reoffending after the intervention. There was also no difference between these two groups in terms of a change in their self-esteem or their satisfaction with the process. Results may indicate that victims who are part of a restorative conference are more satisfied than those who are part of court proceedings. The quality of the included studies was low. More high quality research using a design where participants are randomly allocated to an intervention or control group is needed.

 

Résumé

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié

Médiation pénale en justice réparatrice en vue de réduire la récidive chez les jeunes délinquants (âgés de 7 à 21 ans)

Contexte

La justice réparatrice est « un processus par lequel les parties intéressées par un délit spécifique parviennent ensemble à trouver une solution pour aborder et régler les conséquences du délit et ses répercussions futures » (Marshall 2003). Malgré le recours croissant à des programmes de justice réparatrice comme alternative aux procédures judiciaires, aucune revue systématique des preuves disponibles sur l'efficacité de ces programmes pour les jeunes délinquants n'a été entreprise. La récidive chez les jeunes délinquants est un problème particulièrement inquiétant, car de récentes études ont indiqué que la fréquence des récidives chez les jeunes délinquants allait de 40,2 % en 2000 à 37,8 % en 2007 (Ministry of Justice 2009).

Objectifs

Évaluer les effets des programmes de médiation pénale en justice réparatrice pour réduire la récidive chez les jeunes délinquants.

Stratégie de recherche documentaire

Nous avons effectué des recherches dans les bases de données suivantes jusqu'au mois de mai 2012 : CENTRAL, 2012 numéro 5, MEDLINE (de 1978 à aujourd'hui), Bibliography of Nordic Criminology (de 1999 à aujourd'hui), Index to Theses (de 1716 à aujourd'hui), PsycINFO (de 1887 à aujourd'hui), Social Sciences Citation Index (de 1970 à aujourd'hui), Sociological Abstracts (de 1952 à aujourd'hui), Social Care Online (de 1985 à aujourd'hui), Restorative Justice Online (de 1975 à aujourd'hui), Scopus (de 1823 à aujourd'hui), Science Direct (de 1823 à aujourd'hui), LILACS (de 1982 à aujourd'hui), ERIC (de 1966 à aujourd'hui), Restorative Justice Online (4 mai 2012), WorldCat (9 mai 2012), ClinicalTrials.gov (19 mai 2012) et ICTRP (19 mai 2012). Les ASSIA, National Criminal Justice Reference Service and Social Services Abstracts ont été consultés jusqu'au mois de mai 2011. Nous avons également effectué une recherche dans les bibliographies, les programmes de conférences et les revues pertinentes.

Critères de sélection

Les essais contrôlés randomisés (ECR) ou quasi-randomisés portant sur la médiation pénale en justice réparatrice contre la prise en charge habituelle, chez les jeunes délinquants.

Recueil et analyse des données

Deux auteurs ont, de manière indépendante, évalué les risques de biais des essais inclus et extrait les données. Lorsque cela était nécessaire, nous avons contacté les chercheurs d'origine afin d’obtenir des informations manquantes.

Résultats Principaux

Quatre essais, totalisant 1 447 jeunes délinquants, ont été inclus dans la revue. Les résultats n'ont pas établi d'effet significatif de la médiation pénale en justice réparatrice par rapport aux procédures judiciaires normales dans aucune des principales analyses, incluant le nombre de nouvelles arrestations (rapport des cotes (RC) 1,00, intervalle de confiance (IC) 95 % 0,59 à 1,71 ; P = 0,99), le taux mensuel de récidive (différence moyenne standardisée (DMS) -0,06, IC à 95 % -0,28 à 0,16 ; P = 0,61), les remords des jeunes gens à l'issue de la médiation pénale (RC 1,73, IC à 95 % 0,97 à 3,10 ; P = 0,06), la reconnaissance par les jeunes gens de leurs délits à l'issue de la médiation pénale (RC 1,97, IC à 95 % 0,81 à 4,80 ; P = 0,14), la perception de soi des jeunes gens à l'issue de la médiation pénale (RC 0,95, IC à 95 % 0,55 à 1,63 ; P = 0,85), la satisfaction des jeunes gens à l'issue de la médiation pénale (RC 0,42, IC à 95 % 0,04 à 4,07 ; P = 0,45) et la satisfaction de la victime à l'issue de la médiation pénale (RC 4,05, IC à 95 % 0,56 à 29,04 ; P = 0,16). Un petit nombre d'analyses de sensibilité a néanmoins indiqué des effets significatifs, même s'ils doivent tous être interprétés avec prudence.

Conclusions des auteurs

On manque actuellement de données de grande qualité concernant l'efficacité de la médiation pénale en justice réparatrice chez les jeunes délinquants. Il convient donc de faire preuve de prudence lors de l’interprétation des résultats de cette revue compte tenu du petit nombre d'études incluses, de la faible puissance et du risque élevé de biais consécutifs. Il est possible que les effets ressortent potentiellement plus chez les victimes que chez les délinquants. Le besoin de recherches supplémentaires dans ce domaine est ainsi mis en évidence.

 

Résumé simplifié

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié

Médiation pénale en justice réparatrice en vue de réduire la récidive chez les jeunes délinquants (âgés de 7 à 21 ans)

Médiation pénale en justice réparatrice en vue de réduire la récidive chez les jeunes délinquants

Le nombre de jeunes gens qui commettent des délits reste un sujet d'inquiétude dans de nombreux pays, en particulier si l'on considère le taux élevé de ceux qui récidivent par la suite. Une technique de plus en plus appréciée, utilisée avec les jeunes délinquants comme alternative aux procédures judiciaires normales, consiste à organiser une médiation pénale en justice réparatrice. Cette médiation pénale implique une confrontation entre le délinquant, la victime ou les victimes, les soutiens des deux parties et un coordinateur de réunion. La médiation pénale donne à tous les individus impliqués la possibilité de partager leur expérience et de décider ensemble de la meilleure manière de réparer les dommages causés par le délit. On considère que le fait d'offrir l'opportunité au délinquant de s'amender pour les torts qu'il a causés, associé au pardon de la victime, augmente la satisfaction de tous les individus concernés et réduit la probabilité de récidive. L'objectif de cette revue était de déterminer si les jeunes gens qui participent à une médiation pénale en justice réparatrice sont moins susceptibles de récidiver que ceux qui font l'objet de procédures judiciaires normales. Quatre essais contrôlés randomisés ont été inclus dans cette revue. Les résultats indiquent qu'il n'y avait aucune différence entre ceux qui participent aux médiations pénales en justice réparatrice et ceux qui font l'objet de procédures judiciaires normales en ce qui concerne le taux de récidive après l'intervention. De même, il n'y avait aucune différence entre ces deux groupes en ce qui concerne la possibilité qui leur était offerte d'apprécier l'estime de soi ou leur satisfaction vis-à-vis du processus. Il est possible que les résultats indiquent que les victimes qui participent à une médiation pénale en justice réparatrice sont davantage satisfaites que celles qui sont impliquées dans des procédures judiciaires. La qualité des études incluses était faible. Il est nécessaire d'effectuer d'autres recherches de grande qualité basées sur une conception dans laquelle les participants sont assignés de manière aléatoire à une intervention ou à un groupe témoin.

Notes de traduction

Traduit par: French Cochrane Centre 1st March, 2013
Traduction financée par: Pour la France : Ministère de la Santé. Pour le Canada : Instituts de recherche en santé du Canada, ministère de la Santé du Québec, Fonds de recherche de Québec-Santé et Institut national d'excellence en santé et en services sociaux.