Get access

Allogeneic stem cell transplantation versus conventional therapy for advanced primary cutaneous T-cell lymphoma

  • Review
  • Intervention

Authors

  • Max Schlaak,

    Corresponding author
    1. University Hospital of Cologne, Department of Dermatology and Venerology, Cologne, Germany
    • Max Schlaak, Department of Dermatology and Venerology, University Hospital of Cologne, Kerpener Str. 62, Cologne, 50924, Germany. max.schlaak@uk-koeln.de.

    Search for more papers by this author
    • authors have contributed equally (first author)

  • Juliane Pickenhain,

    1. University Hospital of Cologne, Department of Dermatology and Venerology, Cologne, Germany
    Search for more papers by this author
    • authors have contributed equally (first author)

  • Sebastian Theurich,

    1. University Hospital of Cologne, Department I of Internal Medicine, Stem Cell Transplantation Program, Cologne, Germany
    Search for more papers by this author
    • authors have contributed equally (first author)

  • Nicole Skoetz,

    1. University Hospital of Cologne, Cochrane Haematological Malignancies Group, Department I of Internal Medicine, Cologne, Germany
    Search for more papers by this author
  • Michael von Bergwelt-Baildon,

    1. University Hospital of Cologne, Department I of Internal Medicine, Stem Cell Transplantation Program, Cologne, Germany
    Search for more papers by this author
    • authors have contributed equally (last author)

  • Peter Kurschat

    1. University Hospital of Cologne, Department of Dermatology and Venerology, Cologne, Germany
    Search for more papers by this author
    • authors have contributed equally (last author)


Abstract

Background

Primary cutaneous T-cell lymphomas (CTCL) belong to the group of non-Hodgkin lymphomas and usually run an indolent course. However, some patients progress to advanced tumour or leukaemic stages. Up to now, no curative treatment has been established for those cases. In the last few years, several publications have reported durable responses in some patients following allogeneic stem cell transplantation (alloSCT).

Objectives

To compare the efficacy and safety of conventional therapies with allogeneic stem cell transplantation in patients with advanced primary cutaneous T-cell lymphomas.

Search methods

The search strategy included the Cochrane Central Register of Controlled Trials (CENTRAL), MEDLINE (1950 to May 2011), Internet-databases of ongoing trials (www.controlled-trials.com; www.clinicaltrials.gov), conference proceedings of the American Society of Clinical Oncology (ASCO, 2009 to present) and the American Society of Hematology (ASH, 2009 to present). We also contacted members of the European Organisation for Research and Treatment of Cancer (EORTC) Cutaneous Lymphoma Task Force to check for ongoing study activities. We handsearched citations from identified trials and relevant review articles. In addition, randomised controlled trials from the European Group for Blood and Marrow Transplantation (EBMT) and International Conference on Cutaneous T-cell Lymphoma, ASCO and ASH up to 2010 were handsearched.

Selection criteria

Genetically randomised controlled trials (RCT) comparing alloSCT plus conditioning therapy regardless of agents with conventional therapy as treatment for advanced CTCL were eligible to be included.

Data collection and analysis

From eligible studies data would have been extracted by two review authors and assessed for quality. Primary outcome measures were overall survival, secondary criteria were time to progression, response rate, treatment-related mortality, adverse events and quality of life.

Main results

We found 2077 citations but none were relevant genetically or non-genetically randomised controlled trials. All 41 studies that were thought to be potentially suitable were excluded after full text screening for being non-randomised, not including CTCL or being review articles.

Authors' conclusions

We planned to report evidence from genetically or non-genetically randomised controlled trials comparing conventional therapy and allogeneic stem cell transplantation. However, no randomised trials addressing this question were identified.
Nevertheless, prospective genetically randomised controlled trials need to be initiated to evaluate the precise role of alloSCT in advanced CTCL.

Résumé

Greffe allogénique de cellules souches versus thérapie conventionnelle pour lymphome cutané primaire à cellules T avancé.

Contexte

Les lymphomes cutanés primaires à cellules T (LCCT) appartiennent au groupe des lymphomes non hodgkiniens et suivent généralement un cours indolent. Cependant, certains patients progressent vers des stades tumoraux ou leucémiques avancés. Jusqu'à présent, aucun traitement curatif n'a été mis au point pour ces cas. Ces dernières années, plusieurs publications ont rendu compte de réponses durables chez certains patients après une greffe allogénique de cellules souches (GACS).

Objectifs

Comparer l'efficacité et l'innocuité des thérapies conventionnelles à la greffe allogénique de cellules souches chez les patients atteints de lymphomes cutanés primaires à cellules T en stade avancé.

Stratégie de recherche documentaire

La stratégie de recherche incluait le registre Cochrane des essais contrôlés (CENTRAL), MEDLINE (de 1950 à mai 2011), des bases de données d'essais en cours accessibles sur Internet (www.controlled-trials.com ; www.clinicaltrials.gov), des actes de conférence de l'American Society of Clinical Oncology (ASCO, de 2009 à aujourd'hui) et de l'American Society of Hematology (ASH, de 2009 à aujourd'hui). Nous avons également contacté des membres du Groupe de travail sur les lymphomes cutanés de l'Organisation européenne pour la recherche et le traitement du cancer (EORTC) pour trouver des études en cours. Nous avons recherché manuellement des références provenant d'essais identifiés et d'articles de revue pertinents. Nous avons de plus recherché manuellement jusqu'à 2010 parmi les essais contrôlés randomisés du Groupe européen pour la transplantation de sang et de moelle osseuse (EBMT), de la Conférence internationale sur les lymphomes cutanés à cellules T, de l'ASCO et de l'ASH.

Critères de sélection

Tout essai contrôlé randomisé génétiquement (ECR) comparant la thérapie par GACS plus conditionnement, quelques soient les agents, avec la thérapie conventionnelle dans le traitement du LCCT avancé, était éligible à l'inclusion.

Recueil et analyse des données

Les données devaient être extraites des études éligibles par deux auteurs pour que leur qualité soit évaluée. Le critère primaire de résultat était la survie globale et les critères secondaires étaient le délai avant progression, le taux de réponse, la mortalité liée au traitement, les effets indésirables et la qualité de vie.

Résultats Principaux

Nous avons trouvé 2 077 références mais aucune ne correspondait à un essai contrôlé randomisé, génétiquement ou non, pertinent. Toutes les 41 études que l'on croyait être potentiellement appropriées ont été exclues après examen du texte intégral parce qu'elles n'étaient pas randomisées, ne comprenaient pas de LCCT ou étaient des articles de revue.

Conclusions des auteurs

Nous avions prévu de faire rapport des preuves provenant d'essais contrôlés randomisés, génétiquement ou non génétiquement, comparant la thérapie conventionnelle et la greffe allogénique de cellules souches. Toutefois, aucun essai randomisé portant sur cette question n'a été identifié.
Néanmoins, des essais prospectifs contrôlés, randomisés génétiquement, devront être lancés afin d'évaluer le rôle précis de la GASC dans la LCCT de stade avancé.

Plain language summary

The role of allogeneic stem cell transplantation for patients with advanced stage primary cutaneous T-cell lymphoma

Primary cutaneous T-cell lymphomas (CTCL) are a subgroup of blood cancers called non-Hodgkin lymphomas. CTCL manifests primarily in the skin. It is characterised by an uncontrolled proliferation of T-lymphocytes, a special kind of white blood cells. Most people are older than 60 years of age. Compared to other malignant T-lymphocyte diseases they show a better prognosis with usually slow progression, but to date are still incurable. The most common subtype of CTCL is Mycosis fungoides (MF) which typically runs an indolent course in early stages. However, approximately 20% of people in early-stage of the disease will develop worsening of the disease and progression into tumour stage or the leukaemic variant which is called Sézary syndrome. Most of these people are then subjected to cytotoxic chemotherapies with one or more agents (mono- or polychemotherapies). Although initial response rates are high, remissions are often short lived and the prolongation of life time is questionable. Furthermore, there is considerable toxicity associated with this treatment in many cases. In the last few years, several publications reported durable responses following allogeneic stem cell transplantation (alloSCT), which is in contrast to autologous transplantation using stem cells not from the patient himself but from stem cell donors. Prior to transplantation, full-intensity or reduced-intensity conditioning (RIC) needs to be performed to induce reduction of tumour. RIC allows the avoidance of conventional regimes of high-dose therapy and appears to be equally effective but with significantly less toxicity. The use of reduced intensity conditioning offers the possibility to treat older individuals, which are the majority of patients.

Researchers in the Cochrane Collaboration conducted a review of the effect of allogeneic stem cell transplantation versus conventional therapy in patients with cutaneous T-cell lymphomas. After searching for all relevant studies, no studies could be identified.

From the published experience we can therefore only summarize case series and clinical evaluations, precluding the possibility of clearly assessing the possibilities and limitations of this treatment. Nevertheless, alloSCT was shown to induce durable successes with acceptable side effects. Therefore, allogeneic stem cell transplantation should be considered as a promising treatment option for patients with advanced CTCL.

Prospective genetically randomised controlled trials are needed to be initiated to evaluate the precise role of alloSCT in advanced cutaneous T-cell lymphomas.

Résumé simplifié

Greffe allogénique de cellules souches versus thérapie conventionnelle pour lymphome cutané primaire à cellules T avancé.

Le rôle de la greffe allogénique de cellules souches pour les patients atteints d'un lymphome cutané primaire à cellules T en stade avancé

Les lymphomes cutanés primaires à cellules T (LCCT) sont un sous-groupe de cancers du sang appelé lymphomes non hodgkiniens. Les LCCT se manifestent principalement dans la peau. Ils se caractérisent par une prolifération incontrôlée de lymphocytes T, un type particulier de globules blancs. La plupart des personnes sont âgées de plus de 60 ans. Comparés à d'autres maladies malignes des lymphocytes T, ils bénéficient d'un meilleur pronostic de par leur progression habituellement lente, mais à ce jour ils sont encore incurables. Le sous-type le plus commun de LCCT est le mycosis fongoïde (MF) qui suit généralement un cours indolent dans les stades précoces. Toutefois, environ 20 % des personnes en stade précoce de la maladie vont développer une aggravation qui va progresser vers un stade tumorale ou la variante leucémique appelée syndrome de Sézary. La plupart de ces personnes sont ensuite soumises à des chimiothérapies cytotoxiques avec un ou plusieurs agents (mono- ou polychimiothérapies). Bien que les taux de réponse initiaux soient élevés, les rémissions sont souvent de courte durée et la prolongation de la durée de vie est discutable. En outre, ce traitement est associé dans de nombreux cas à une toxicité considérable. Ces dernières années, plusieurs publications ont fait état de réponses durables à la suite d'une greffe allogénique de cellules souches (GACS) qui, à l'opposé de l'autogreffe de cellules souches, utilise des cellules souches qui ne sont pas du patient lui-même mais d'un donneur. Avant la greffe, un conditionnement à pleine intensité ou à intensité réduite (CIR) doit être effectué afin d'induire la réduction de la tumeur. Le CIR permet d'éviter les régimes conventionnels de traitement à haute dose et semble être tout aussi efficace, mais avec une toxicité nettement moindre. L'utilisation du conditionnement à intensité réduite offre la possibilité de traiter les personnes plus âgées qui constituent la majorité des patients.

Des chercheurs de la Cochrane Collaboration ont effectué une revue de l'effet de la greffe allogénique de cellules souches versus thérapie conventionnelle chez les patients atteints de lymphome cutané à cellules T. Après avoir recherché toutes les études pertinentes, ils n'ont pu en identifier aucune.

D'après les expériences publiées, nous ne pouvons donc que résumer des séries de cas et des évaluations cliniques, ce qui exclut la possibilité d'évaluer clairement les possibilités et les limites de ce traitement. Il a néanmoins été démontré que la GACS pouvait induire des succès durables avec des effets secondaires acceptables. Par conséquent, la greffe allogénique de cellules souches doit être considérée comme une option de traitement prometteuse pour les patients à un stade avancé de LCCT.

Des essais prospectifs contrôlés, randomisés génétiquement, doivent être lancés pour évaluer le rôle précis de la GACS dans les lymphomes cutanés à cellules T en stade avancé.

Notes de traduction

Pas de notes supplémentaires publiées.
This translation refers to an older version of the review that has been updated or amended.

Traduit par: French Cochrane Centre 10th April, 2012
Traduction financée par: Ministère du Travail, de l'Emploi et de la Santé Français

Get access to the full text of this article