Intervention Review

Adrenaline auto-injectors for the treatment of anaphylaxis with and without cardiovascular collapse in the community

  1. Aziz Sheikh1,*,
  2. F Estelle R Simons2,
  3. Victoria Barbour3,
  4. Allison Worth3

Editorial Group: Cochrane Anaesthesia Group

Published Online: 15 AUG 2012

Assessed as up-to-date: 20 JAN 2012

DOI: 10.1002/14651858.CD008935.pub2

How to Cite

Sheikh A, Simons FER, Barbour V, Worth A. Adrenaline auto-injectors for the treatment of anaphylaxis with and without cardiovascular collapse in the community. Cochrane Database of Systematic Reviews 2012, Issue 8. Art. No.: CD008935. DOI: 10.1002/14651858.CD008935.pub2.

Author Information

  1. 1

    The University of Edinburgh, Centre for Population Health Sciences, Edinburgh, UK

  2. 2

    Faculty of Medicine, University of Manitoba, Department of Pediatrics & Child Health; Department of Immunology, Winnipeg, Manitoba, Canada

  3. 3

    Centre for Population Health Sciences. The University of Edinburgh, Allergy and Respiratory Research Group, Edinburgh, UK

*Aziz Sheikh, Centre for Population Health Sciences, The University of Edinburgh, Medical School, Doorway 3, Teviot Place, Edinburgh, EH8 9AG, UK. Aziz.Sheikh@ed.ac.uk.

Publication History

  1. Publication Status: New
  2. Published Online: 15 AUG 2012

SEARCH

 

Abstract

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié

Background

Anaphylaxis is a serious hypersensitivity reaction that is rapid in onset and may cause death. Adrenaline (epinephrine) auto-injectors are recommended as the initial, potentially life-saving treatment of choice for anaphylaxis in the community, but they are not universally available and have limitations in their use.

Objectives

To assess the effectiveness of adrenaline (epinephrine) auto-injectors in relieving respiratory, cardiovascular, and other symptoms during episodes of anaphylaxis that occur in the community.

Search methods

We searched the Cochrane Central Register of Controlled Trials (CENTRAL) (The Cochrane Library 2012, Issue 1), MEDLINE (Ovid SP) (1950 to January 2012), EMBASE (Ovid SP) (1980 to January 2012 ), CINAHL (EBSCO host) (1982 to January 2012 ), AMED (EBSCO host) (1985 to January 2012 ), LILACS, (BIREME) (1980 to January 2012 ), ISI Web of Science (1950 to January 2012 ). We adapted our search terms for other databases. We also searched websites listing on-going trials: the World Health Organization International Clinical Trials Registry Platform, the UK Clinical Research Network Study Portfolio, and the meta Register of Controlled Trials; and contacted pharmaceutical companies who manufacture adrenaline auto-injectors in an attempt to locate unpublished material.

Selection criteria

Randomized and quasi-randomized controlled trials comparing auto-injector administration of adrenaline with any control including no intervention, placebo, or other adrenergic agonists were eligible for inclusion.

Data collection and analysis

Two authors independently assessed articles for inclusion.

Main results

None of the 1328 studies that were identified satisfied the inclusion criteria.

Authors' conclusions

Based on this review, we cannot make any new recommendations on the effectiveness of adrenaline auto-injectors for the treatment of anaphylaxis. Although randomized, double-blind, placebo-controlled clinical trials of high methodological quality are necessary to define the true extent of benefits from the administration of adrenaline in anaphylaxis via an auto-injector, such trials are unlikely to be performed in individuals experiencing anaphylaxis because of ethical concerns associated with randomization to placebo. There is, however, a need to consider trials in which, for example, auto-injectors of different doses of adrenaline and differing devices are compared in order to provide greater clarity on the dose and device of choice. Such trials would be practically challenging to conduct. In the absence of appropriate trials, we recommend that adrenaline administration by auto-injector should still be regarded as the most effective first-line treatment for the management of anaphylaxis in the community. In countries where auto-injectors are not commonly used, it may be possible to conduct trials to compare administration of adrenaline via auto-injector with adrenaline administered by syringe and ampoule, or comparing the effectiveness of two different types of auto-injector.

 

Plain language summary

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié

Adrenaline auto-injectors for the treatment of anaphylaxis in the community

Anaphylaxis is a serious allergic reaction that is rapid in onset and may cause death. It is commonly triggered by a food, insect sting, medication, or natural rubber latex. The reaction typically occurs without warning and can be a frightening and life-threatening experience for those at risk and for their families and friends. Adrenaline (epinephrine) is widely advocated as the main treatment in people experiencing anaphylaxis and many people at risk of anaphylaxis are prescribed adrenaline auto-injectors (such as the Adrenaclick, Anapen, Epipen, Jext, and Twinject) so that they or their families can, if needed, administer adrenaline in the community. Potential problems with adrenaline auto-injector use include failure to carry the auto-injector at all times; failure to use it because the signs and symptoms of anaphylaxis are not recognized; a preference to use an oral antihistamine; or fear and panic in the emergency. In addition, in many countries adrenaline auto-injectors are either not available or they are not affordable. The evidence base regarding the effectiveness of adrenaline auto-injectors is unclear. We therefore conducted a systematic review of the literature, searching key databases for high quality published and unpublished material on the use of adrenaline auto-injectors during episodes of anaphylaxis in the community. We also contacted the relevant pharmaceutical companies to see if they had any such information on the topic. Our searches found many studies relating to anaphylaxis and adrenaline auto-injector use but no randomized controlled trials on this subject. We concluded that the use of adrenaline auto-injectors in anaphylaxis is based on the best available information at present. There is no evidence from randomized controlled trials for the effectiveness of adrenaline auto-injectors in the emergency treatment of anaphylaxis in the community. Such trials would ideally involve comparison of adrenaline with placebo; however, use of a placebo in anaphylaxis treatment would be unethical. We therefore recommend that auto-injectors remain the medication of first choice in the treatment of anaphylaxis in the community.

 

Résumé

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié

Auto-injecteurs d'adrénaline pour le traitement de l'anaphylaxie, avec et sans collapsus cardiovasculaire, se produisant hors contexte médical

Contexte

L'anaphylaxie est une grave réaction d'hypersensibilité qui se manifeste brutalement et peut entraîner la mort. Les auto-injecteurs d'adrénaline (épinéphrine) sont recommandés comme traitement de choix initial, pouvant sauver la vie, de l'anaphylaxie survenant hors contexte médical, mais ils ne sont pas commercialisés partout et leur utilisation comporte des limitations.

Objectifs

Évaluer l'efficacité des auto-injecteurs d'adrénaline (épinéphrine) pour le soulagement les symptômes respiratoires, cardio-vasculaires et autres au cours d'épisodes d'anaphylaxie se produisant hors contexte médical.

Stratégie de recherche documentaire

Nous avons effectué une recherche dans le registre Cochrane des essais contrôlés (CENTRAL) (The Cochrane Library 2012, numéro 1), MEDLINE (Ovid SP) (de 1950 à janvier 2012), EMBASE (Ovid SP) (de 1980 à janvier 2012 ), CINAHL (EBSCO host) (de 1982 à janvier 2012 ), AMED (EBSCO host) (de 1985 à janvier 2012 ), LILACS, (BIREME) (de 1980 à janvier 2012 ) et ISI Web of Science (de 1950 à janvier 2012 ). Nous avons adapté nos termes de recherche pour d'autres bases de données. Nous avons également cherché dans des sites répertoriant des essais en cours : le système d'enregistrement international des essais cliniques de l'Organisation mondiale de la santé, le UK Clinical Research Network Study Portfolio et le meta Register of Controlled Trials ; et nous avons contacté les compagnies pharmaceutiques qui fabriquent des auto-injecteurs d'adrénaline pour essayer de repérer des documents non publiés.

Critères de sélection

Était éligible pour inclusion tout essai contrôlé randomisé ou quasi-randomisé comparant l'administration d'adrénaline par auto-injecteur à toute espèce de contrôle, notamment l'absence d'intervention, le placebo ou d'autres agonistes adrénergiques.

Recueil et analyse des données

Deux auteurs ont indépendamment évalué les articles à inclure.

Résultats Principaux

Aucune des 1 328 études identifiées ne satisfaisait aux critères d'inclusion.

Conclusions des auteurs

Nous ne pouvons, sur la base de cette revue, formuler de nouvelles recommandations sur l'efficacité des auto-injecteurs d'adrénaline pour le traitement de l'anaphylaxie. Bien que des essais cliniques randomisés de bonne qualité méthodologique, contrôlés par placebo et en double-aveugle, soient nécessaires pour définir l'ampleur réelle des bénéfices liés à l'administration d'adrénaline par auto-injecteur en cas d'anaphylaxie, il est peu probable que de tels essais seront réalisés sur des personnes atteintes d'anaphylaxie, en raison de problèmes d'ordre éthique relatifs à la randomisation au groupe placebo. Il est cependant nécessaire d'envisager des essais dans lesquels seraient comparés, par exemple, des auto-injecteurs avec différentes doses d'adrénaline ou différents dispositifs afin que la dose et le dispositif puissent être choisis en toute clarté. De tels essais seraient, en pratique difficiles à réaliser. En l'absence d'essais appropriés, nous recommandons que l'administration d'adrénaline par auto-injecteur continue à être considérée comme le plus efficace traitement de première ligne pour la prise en charge de l'anaphylaxie hors contexte médical. Dans les pays où les auto-injecteurs ne sont pas couramment utilisés, il pourrait être possible d'effectuer des essais comparant l'administration d'adrénaline par auto-injecteur à son administration par seringue et ampoule, ou comparant l'efficacité de deux types différents d'auto-injecteurs.

 

Résumé simplifié

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié

Auto-injecteurs d'adrénaline pour le traitement de l'anaphylaxie, avec et sans collapsus cardiovasculaire, se produisant hors contexte médical

Auto-injecteurs d'adrénaline pour le traitement de l'anaphylaxie se produisant hors contexte médical

L'anaphylaxie est une réaction allergique grave qui se manifeste brutalement et peut entraîner la mort. Elle est le plus souvent déclenchée par un aliment, une piqûre d'insecte, un médicament ou du latex de caoutchouc naturel. La réaction se produit généralement sans signe d'avertissement et peut constituer une expérience effrayante tant pour la personne en danger que pour sa famille et ses amis, et qui peut même être mortelle. L'adrénaline (épinéphrine) est généralement préconisée comme principal traitement pour les personnes atteintes d'anaphylaxie et de nombreuses personnes présentant un risque d'anaphylaxie se voient prescrire des auto-injecteurs d'adrénaline (par ex. Adrenaclick, Anapen, Epipen, Jext et Twinject) afin qu'en cas de besoin, et en tout lieu, ils puissent s'administrer eux-mêmes de l'adrénaline ou s'en faire administrer par un proche. Les problèmes potentiels liés à l'auto-injecteur d'adrénaline comprennent notamment de ne pas l'avoir avec soi à tout moment, de ne pas l'utiliser en raison de la non reconnaissance des signes et des symptômes de l'anaphylaxie, de donner la préférence aux antihistaminiques oraux ou d'être saisi de crainte et de panique en situation d'urgence. En outre, dans de nombreux pays les auto-injecteurs d'adrénaline ne sont pas commercialisés ou sont inabordables. Les preuves factuelles concernant l'efficacité des auto-injecteurs d'adrénaline sont incertaines. Nous avons donc mené une revue systématique de la littérature et recherché dans les bases de données clés des documents de qualité, publiés ou non, sur l'utilisation des auto-injecteurs d'adrénaline lors d'épisodes d'anaphylaxie hors contexte médical. Nous avons également contacté les sociétés pharmaceutiques concernées pour voir si elles avaient de telles informations sur le sujet. Nos recherches ont mené à de nombreuses études relatives à l'anaphylaxie et à l'utilisation d'auto-injecteurs d'adrénaline, mais à aucun essai contrôlé randomisé sur ce sujet. Nous avons conclu que l'utilisation des auto-injecteurs d'adrénaline pour l'anaphylaxie est basée sur les meilleures informations disponibles à l'heure actuelle. Il n'y a pas de preuves issues d'essais contrôlés randomisés de l'efficacité des auto-injecteurs d'adrénaline dans le traitement d'urgence de l'anaphylaxie dans un contexte non médical. De tels essais devraient idéalement inclure une comparaison de l'adrénaline à un placebo, mais il ne serait pas éthique d'utiliser un placebo dans le traitement de l'anaphylaxie. Nous recommandons donc que les auto-injecteurs restent le médicament de premier choix pour le traitement de l'anaphylaxie hors contexte médical.

Notes de traduction

Traduit par: French Cochrane Centre 13th September, 2012
Traduction financée par: Ministère du Travail, de l'Emploi et de la Santé Français