Intervention Review

Irrigants for non-surgical root canal treatment in mature permanent teeth

  1. Zbys Fedorowicz1,
  2. Mona Nasser2,
  3. Patrick Sequeira-Byron3,*,
  4. Raphael Freitas de Souza4,
  5. Ben Carter5,
  6. Marc Heft6

Editorial Group: Cochrane Oral Health Group

Published Online: 12 SEP 2012

Assessed as up-to-date: 24 JUL 2012

DOI: 10.1002/14651858.CD008948.pub2


How to Cite

Fedorowicz Z, Nasser M, Sequeira-Byron P, de Souza RF, Carter B, Heft M. Irrigants for non-surgical root canal treatment in mature permanent teeth. Cochrane Database of Systematic Reviews 2012, Issue 9. Art. No.: CD008948. DOI: 10.1002/14651858.CD008948.pub2.

Author Information

  1. 1

    Head of Research College of Medicine, AMA International University of Bahrain, UKCC (Bahrain Branch), Awali, Bahrain

  2. 2

    University of Plymouth, Peninsula Dental School, Plymouth, UK

  3. 3

    School of Dental Medicine, Department of Preventive, Restorative and Pediatric Dentistry, Bern 10, Bern, Switzerland

  4. 4

    Ribeirão Preto Dental School, University of São Paulo, Department of Dental Materials and Prosthodontics, Ribeirão Preto, São Paulo (SP), Brazil

  5. 5

    Bangor University, North Wales Centre for Primary Care Research, Wrexham, UK

  6. 6

    University of Florida College of Dentistry, Department of Oral and Maxillofacial Surgery, Gainesville, USA

*Patrick Sequeira-Byron, Department of Preventive, Restorative and Pediatric Dentistry, School of Dental Medicine, Freiburgstrasse 7, Postfach 64, Bern 10, Bern, CH-3010, Switzerland. patrick.sequeira@zmk.unibe.ch.

Publication History

  1. Publication Status: New
  2. Published Online: 12 SEP 2012

SEARCH

 

Abstract

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié

Background

Root canal treatment is carried out on teeth in which irreversible pulpitis has led to necrosis of the dental pulp. As a treatment option it is an alternative to dental extraction. Mechanical preparation and irrigation with antiseptic or antibacterial solutions destroys bacteria and cleans the infected root canal. Irrigants should be effective in deactivating bacteria in the entire root canal space without causing any adverse tissue reactions. Sodium hypochlorite (NaOCl) and chlorhexidine are commonly used but there is uncertainty as to which solution, concentration or combination is the most effective.

Objectives

To assess the effects of irrigants used in the non-surgical root canal treatment of mature permanent teeth.

Search methods

We searched the Cochrane Oral Health Group's Trials Register (to 5 July 2012), the Cochrane Central Register of Controlled Trials (CENTRAL) (The Cochrane Library 2012, Issue 4), MEDLINE via Ovid (1950 to 5 July 2012), EMBASE via Ovid (1980 to 5 July 2012), LILACS via BIREME (1980 to 5 July 2012). There were no restrictions regarding language or date of publication.

Selection criteria

Randomised controlled trials in single or multi-rooted permanent teeth with pulpal or periapical pathology or both, which require root canal treatment. Irrigants either against each other or against inactive irrigant or placebo. Combinations of irrigants were allowed and if used in conjunction with EDTA (ethylenediaminetetra-acetic acid) or similar chelating agents.

Data collection and analysis

Two review authors independently assessed risk of bias of included trials and extracted data.

Main results

We included 11 trials involving 851 participants with 879 teeth which had undergone root canal treatment and involved the use of irrigants. Two trials were assessed as being at low risk of bias, with six unclear and three high. Four trials compared sodium hypochlorite versus chlorhexidine, however, no primary outcomes and only one secondary outcome, bacterial growth cultures, was reported for two of these trials (20% and 50% of teeth in the control group had positive bacterial culture). The meta-analysis indicated no strong evidence of a difference in the existence of bacterial growth between the interventions (risk ratio 0.73; 95% confidence interval 0.34 to 1.56; P = 0.41). 

The seven remaining trials each compared different interventions and only two of these trials included useable data on the primary outcomes of swelling and pain. One trial compared sodium hypochlorite 5.25% alone versus sodium hypochlorite 5.25% combined with hydrogen peroxide 3%, and versus normal saline and reported pain at 3 to 14 days after the procedure. There was no evidence of a difference in pain between the three groups. The other trial compared sodium hypochlorite 5% versus sodium hypochlorite with 'proteolytic enzyme', and there was no evidence of a difference in swelling between the groups. Two further trials reported bacterial growth, and three trials failed to report any data which could be used in the review. None of the included trials reported any data on adverse effects nor radiological changes in periapical radiolucency.

Authors' conclusions

Although root canal irrigants such as sodium hypochlorite and chlorhexidine appear to be effective at reducing bacterial cultures when compared to saline, most of the studies included in this review failed to adequately report these clinically important and potentially patient-relevant outcomes. There is currently insufficient reliable evidence showing the superiority of any one individual irrigant. The strength and reliability of the supporting evidence was variable and clinicians should be aware that changes in bacterial counts or pain in the early postoperative period may not be accurate indicators of long-term success. Future trials should report both clinician-relevant and patient-preferred outcomes at clearly defined perioperative, as well as long-term, time points.

 

Plain language summary

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié

Irrigating solutions for use in root canal treatment of teeth

Root canal treatment may be carried out as an alternative to dental extraction on a tooth in which the nerve has been injured or has died. Root canal treatment is carried out because the offending canal is infected or the pulp severely inflamed. The aim of root canal treatment is to eliminate bacteria from, and prevent their further entry to the root canal system. The technique involves cleaning and removal of any remaining bacteria and nerve canal contents. Elimination of any remaining infection improves the chance of success, and irrigation of the canal with certain types of solutions during the procedure can be helpful in achieving this. A range of antiseptic and antibacterial irrigating solutions are available. Sodium hypochlorite (NaOCl) in a variety of strengths has been used by dentists for many years, but concerns have been raised about its toxicity and the occasional report of pain when higher concentrations are used. Chlorhexidine, an antimicrobial, has also been used in a variety of concentrations as either a solution or gel. Combinations of antibiotic and a detergent (MTAD) have been recently developed and are being used increasingly.

This review evaluated 11 studies which included 851 participants with 879 front and back teeth which had undergone root canal treatment. Sodium hypochlorite in a range of strengths was the most commonly used irrigating solution, followed by chlorhexidine as a solution or a gel. The amount of pain experienced immediately after treatment and between appointments did not appear to differ either between some of the irrigants or between the different strengths of individual irrigants. Limited data suggested that higher strength concentrations of sodium hypochlorite solution and a final rinse with chlorhexidine may be more effective than other irrigants at destroying bacteria.

 

Résumé

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié

Solutions d'irrigation utilisées pour le traitement canalaire non chirurgical sur les dents permanentes matures

Contexte

Le traitement canalaire est réalisé sur les dents sur lesquelles une pulpite irréversible a conduit à la nécrose de la gencive de la dent. En tant qu'option thérapeutique, c'est une alternative à l'extraction dentaire. La préparation mécanique et l'irrigation avec une solution antiseptique ou antibactérienne détruit les bactéries et nettoie le canal radiculaire infecté. Les solutions d'irrigation doivent être efficaces pour désactiver les bactéries sur la totalité de l'espace canalaire sans causer de réactions indésirables au niveau des tissus. L'hypochlorite de sodium (NaOCI) et la chlorhexidine sont généralement utilisés mais il subsiste une incertitude quant à la solution, la concentration ou la combinaison la plus efficace.

Objectifs

Évaluer les effets des solutions d'irrigation utilisées dans le traitement canalaire non-chirurgical sur les dents permanentes matures.

Stratégie de recherche documentaire

Nous avons effectué une recherche dans le registre des essais du groupe Cochrane sur la santé bucco-dentaire (jusqu’au 05.07.12), le registre Cochrane des essais contrôlés (CENTRAL) (The Cochrane Library 2012, Numéro 4), MEDLINE via OVID (de 1950 au 5 juillet 2012), EMBASE via OVID (de 1980 au 5 juillet 2012) et LILACS via BIREME (de 1980 au 5 juillet 2012). Il n'y avait aucune restriction quant à la langue ou la date de publication.

Critères de sélection

Les essais contrôlés randomisés sur les dents permanentes mono- ou pluri-radiculées avec une pathologie gingivale ou périapicale, voire les deux, qui requièrent un traitement canalaire. Les solutions d'irrigation les unes par rapport aux autres ou par rapport à une solution d'irrigation inactive ou un placebo. Les combinaisons de solutions d'irrigation et si besoin celles utilisées conjointement à l'EDTA (acide éthylènediamine tétra-acétique) ou des agents chélateurs similaires.

Recueil et analyse des données

Deux auteurs ont, de manière indépendante, évalué les risques de biais des études incluses et extrait les données.

Résultats Principaux

Nous avons inclus 11 essais totalisant 851 participants avec 879 dents qui avaient subi un traitement canalaire et impliqué l'utilisation de solutions d'irrigation. Deux essais ont été évalués comme étant à faible risque de biais, six avec un risque peu clair et trois avec un risque élevé. Quatre essais comparaient l'hypochlorite de sodium et la chlorhexidine ; toutefois, aucun résultat primaire et seul un résultat secondaire, les cultures de croissance bactérienne, a été signalé pour deux de ces essais (20 % et 50 % dans le groupe témoin avaient une culture bactérienne positive). La méta-analyse ne fournissait aucune preuve solide concernant une différence dans l'existence d'une croissance bactérienne entre les interventions (rapport de risque 0,73 ; intervalle de confiance 0,34 à 1,56 ; P = 0,41).

Les sept essais restants comparaient chacun les différentes interventions et seulement deux incluaient des données utilisables sur les résultats primaires de gonflement et de douleur. Un essai comparait l'hypochlorite de sodium à 5,25 % seul à l'hypochlorite de sodium à 5,25 % combiné au peroxyde d'hydrogène à 3 % et à une solution saline classique, mentionnant des douleurs entre 3 et 14 jours après la procédure. Il n'y avait aucune donnée concernant une différence dans la douleur entre les trois groupes. L'autre essai comparait l'hypochlorite de sodium à 5 % à l'hypochlorite de sodium avec 'enzyme protéolytique', et il n'a été constaté aucune différence concernant le gonflement entre les groupes. Deux autres essais mentionnaient une croissance bactérienne, et trois essais n'ont pas pu proposer de données susceptibles d'être utilisées dans la revue. Aucun des essais inclus n'a mentionné de données sur les effets indésirables, ni de modifications radiologiques concernant la radiotransparence péripapicale.

Conclusions des auteurs

Bien que les solutions d'irrigation du canal radiculaire telles que l'hypochlorite de sodium et la chlorhexidine semblent être efficaces pour réduire les cultures bactériennes par rapport à une solution saline, la plupart des études incluses dans cette revue n'ont pas pu fournir des résultats importants sur le plan clinique et potentiellement pertinents pour le patient. Il n'existe pas actuellement des données suffisamment fiables permettant de démontrer la supériorité d'une solution d'irrigation individuelle. La force et la fiabilité des données étaient variables et les cliniciens devraient savoir que les modifications des numérations bactériennes ou de la douleur dans la période postopératoire précoce peuvent ne pas être des indicateurs précis de réussite à long terme. Des essais ultérieurs devraient mentionner à la fois les résultats pertinents sur le plan clinique et préférés par le patient à des moments péri-opératoires clairement définis, ainsi que sur le long terme.

 

Résumé simplifié

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié

Solutions d'irrigation utilisées pour le traitement canalaire non chirurgical sur les dents permanentes matures

Solutions d'irrigations utilisées pour le traitement canalaire des dents

Le traitement canalaire peut être effectué comme alternative à l'extraction dentaire sur une dent dont le nerf a été abîmé ou est mort. Le traitement canalaire est utilisé parce que le canal incriminé est infecté ou la gencive gravement enflammée. L'objectif du traitement canalaire est d'éliminer les bactéries et de prévenir leur entrée ultérieure dans le système du canal radiculaire. La technique comprend le nettoyage et l'élimination des bactéries restantes et du contenu du canal nerveux. La suppression de l'infection restante améliore les chances de réussite et l'irrigation du canal avec certains types de solutions pendant la procédure peut être utile. Une gamme de solutions d'irrigation antiseptiques et anti-bactériennes est disponible. L'hypochlorite de sodium (NaOCI) en diverses intensités est utilisé par les dentistes depuis de nombreuses années, mais il a été soulevé certaines questions quant à sa toxicité et au signalement de douleurs occasionnelles lorsque des concentrations plus élevées sont utilisées. La chlorhexidine, un antimicrobien, est également utilisée dans une multitude de concentrations, soit en solution, soit en gel. Les associations d'un antibiotique et d'un détergent (MTAD) ont récemment été développées et sont de plus en plus utilisées.

Cette revue a évalué 11 études qui totalisaient 851 participants avec 879 dents avant et arrière ayant subi un traitement canalaire. L'hypochlorite de sodium en diverses intensités était la solution d'irrigation la plus couramment utilisée, suivie par la chlorhexidine en solution ou en gel. L'intensité de douleur ressentie immédiatement après le traitement et entre les rendez-vous ne semblait pas différer entre certaines solutions d'irrigation utilisées ou entre les différentes intensités des solutions d'irrigation individuelles. Les données limitées laissent penser que les concentrations plus élevées d'hypochlorite de sodium et un rinçage final avec de la chlorhexidine peuvent être plus efficaces que les autres solutions d'irrigation pour détruire les bactéries.

Notes de traduction

Traduit par: French Cochrane Centre 30th October, 2012
Traduction financée par: Ministère du Travail, de l'Emploi et de la Santé Français