Intervention Review

Brief school-based interventions and behavioural outcomes for substance-using adolescents

  1. Tara Carney1,*,
  2. Bronwyn J Myers1,2,
  3. Johann Louw3,
  4. Charles I Okwundu4,5

Editorial Group: Cochrane Drugs and Alcohol Group

Published Online: 4 FEB 2014

Assessed as up-to-date: 20 NOV 2012

DOI: 10.1002/14651858.CD008969.pub2


How to Cite

Carney T, Myers BJ, Louw J, Okwundu CI. Brief school-based interventions and behavioural outcomes for substance-using adolescents. Cochrane Database of Systematic Reviews 2014, Issue 2. Art. No.: CD008969. DOI: 10.1002/14651858.CD008969.pub2.

Author Information

  1. 1

    South African Medical Research Council, Alcohol and Drug Abuse Research Unit, Cape Town, Western Cape, South Africa

  2. 2

    University of Cape Town, Department of Psychiatry and Mental Health, Cape Town, South Africa

  3. 3

    University of Cape Town, Department of Psychology, Cape Town, Western Cape, South Africa

  4. 4

    Stellenbosch University, Centre for Evidence-based Health Care, Faculty of Medicine and Health Sciences, Tygerberg, South Africa

  5. 5

    South African Medical Research Council, South African Cochrane Centre, Tygerberg, Western Cape, South Africa

*Tara Carney, Alcohol and Drug Abuse Research Unit, South African Medical Research Council, Francie van Zyl Drive, Tygerberg, 7505, Parow, Cape Town, Western Cape, 7505, South Africa. tara.carney@mrc.ac.za.

Publication History

  1. Publication Status: New
  2. Published Online: 4 FEB 2014

SEARCH

 

Abstract

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé scientifique
  5. Résumé simplifié
  6. 摘要
  7. 淺顯易懂的口語結論

Background

Adolescent substance use is a major problem, in and of itself and because it acts as a risk factor for other problem behaviours. As substance use during adolescence can lead to adverse and often long-term health and social consequences, it is important to intervene early on in order to prevent progression to more severe problems. Brief interventions have been shown to reduce problematic substance use among adolescents and are especially useful for individuals who have moderately risky patterns of substance use. Such interventions can be conducted in school settings. This review set out to evaluate the effectiveness of brief school-based interventions for adolescent substance use.

Objectives

To evaluate the effectiveness of brief school-based interventions on reducing substance use and other behavioural outcomes among adolescents compared to another intervention or assessment-only conditions.

Search methods

We searched 10 electronic databases and six websites on evidence-based interventions, and the reference lists of included studies and reviews, from 1966 to March 2013. We also contacted authors and organisations to identify any additional studies.

Selection criteria

We included randomised controlled trials that evaluated the effects of brief school-based interventions for substance-using adolescents.

The primary outcomes were reduction or cessation of substance use. The secondary outcomes were engagement in criminal activity and engagement in delinquent or problem behaviours related to substance use.

Data collection and analysis

We used the standard methodological procedures outlined by The Cochrane Collaboration, including the GRADE approach for evaluating the quality of evidence.

Main results

Six studies involving 1139 participants were included in this review. Overall the quality of evidence was moderate in the information provision comparison, and low or very low in the assessment only comparison. Reasons for downgrading the quality included risk of bias of the included studies, imprecision and inconsistency. Our findings suggested that compared to information provision only, brief interventions (BIs) did not have a significant effect on any substance use (three studies, 732 participants, standardised mean difference (SMD) -0.06; 95% confidence interval (CI) -0.20 to 0.09) or delinquent-type behaviour outcomes among adolescents (two studies, 531 participants, SMD -0.26; 95% CI -0.54 to 0.02). When compared to assessment-only controls, BIs had some significant effects on substance use and delinquent-type or problem behaviours, but high levels of heterogeneity existed between studies and it was not always possible to pool the results. When the comparison was with assessment-only conditions, studies of individual interventions that measured BI effectiveness reported significantly reduced substance use in general and in two studies reduced frequency of alcohol use specifically. When the data were pooled, BIs reduced cannabis frequency (SMD -0.22; 95% CI -0.45 to -0.02) across three studies (n = 407). Cannabis quantity was also reduced by BIs in comparison to assessment only (SMD -60.27; 95% CI -66.59 to -53.95) in one study (n = 179). However, the evidence for studies that compared brief interventions to assessment-only conditions was generally of low quality. Brief interventions also had mixed effects on participants' delinquent or problem behaviours.

Authors' conclusions

There was limited quality evidence that brief school-based interventions were more effective in reducing substance use than the assessment-only condition, but were similar to information provision. There is some evidence for the effectiveness of BI in reducing adolescent substance use, particularly cannabis, when compared to assessment only. However, it is premature to make definitive statements about the effectiveness of brief school-based interventions for reducing adolescent substance use. Further high quality studies examining the relative effectiveness of BIs for substance use and other problem behaviours need to be conducted, particularly in low- and middle-income countries.

 

Plain language summary

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé scientifique
  5. Résumé simplifié
  6. 摘要
  7. 淺顯易懂的口語結論

Can brief interventions delivered in schools reduce substance use among adolescents?

Adolescents worldwide are known to use both legal and illegal substances to different degrees, which can lead to other problems. Brief interventions are short programmes that aim to help reduce or stop substance use, in this case among adolescents. We conducted a Cochrane systematic review to look at the effectiveness of school-based brief interventions for substance use and substance-related problem behaviours among adolescents. The studies compared brief intervention programmes with two major kinds of comparison or control groups, 1) an information provision group and 2) an assessment-only group where participants received no intervention. Results of the review were mixed as we found studies that showed that brief intervention had no effects on substance use as well as studies where the brief intervention significantly reduced substance use and other problem behaviours. The pattern of results indicated that participants who received a brief intervention generally did better in reducing their substance use than participants who received no intervention at all. However, participants who received a brief intervention did no better in reducing their substance use than participants who received information only interventions. Across these intervention programmes, the evidence of benefit we found for a general reduction in substance use (especially cannabis, and less so for alcohol) was of limited quality. In view of the risk of bias, variation in study findings and imprecision, we are unable to make definitive statements about the effectiveness of these interventions.

 

Résumé scientifique

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé scientifique
  5. Résumé simplifié
  6. 摘要
  7. 淺顯易懂的口語結論

Interventions brèves en milieu scolaire et résultats comportementaux chez les adolescents usagers de substances psychoactives

Contexte

L'usage de substances psychoactives chez les adolescents est un problème majeur, en soi et parce qu'il agit comme un facteur de risque pour d'autres comportements à problèmes. Sachant que la consommation de substances à l'adolescence peut avoir des conséquences sanitaires et sociales négatives, souvent à long terme, il est important d'intervenir précocement afin de prévenir la progression vers des problèmes plus graves. Il a été montré que les interventions brèves réduisent l'abus de substances psychoactives chez les adolescents et sont particulièrement utiles pour les personnes dont le profil de consommation de substances est à risque modéré. De telles interventions peuvent être menées en milieu scolaire. Cette revue s'est attachée à évaluer l'efficacité des interventions brèves en milieu scolaire sur l'usage de substances psychoactives chez les adolescents.

Objectifs

Évaluer l'efficacité des interventions brèves en milieu scolaire sur la réduction de la consommation de substances psychoactives et sur d'autres critères comportementaux chez les adolescents par rapport à une autre intervention ou à l'évaluation seule.

Stratégie de recherche documentaire

Nous avons effectué des recherches dans 10 bases de données électroniques et six sites internet d'interventions fondées sur des preuves, ainsi que dans les références bibliographiques des études et revues incluses, de 1966 à mars 2013. Nous avons également contacté des auteurs et des organisations pour identifier des études supplémentaires.

Critères de sélection

Nous avons inclus dans cette revue les essais contrôlés randomisés évaluant les effets des interventions brèves en milieu scolaire pour les adolescents usagers de substances psychoactives.

Les critères de jugement principaux étaient la réduction ou l'arrêt de la consommation. Les critères de jugement secondaires étaient l'implication dans des activités criminelles et l'adoption de comportements délictueux ou problématiques liés à la consommation de substances.

Recueil et analyse des données

Nous avons utilisé les procédures méthodologiques standard définies par la Collaboration Cochrane, y compris l'approche GRADE pour évaluer la qualité des preuves.

Résultats principaux

Six études portant sur 1 139 participants ont été incluses dans cette revue. Dans l'ensemble, la qualité des preuves était modérée dans la comparaison aux interventions d'information, et faible ou très faible dans la comparaison à l'évaluation seule. Parmi les raisons pour lesquelles nous avons évalué la qualité à la baisse, le risque de biais des études incluses, l'imprécision et le manque de cohérence. Nos résultats suggéraient que, par rapport à la seule provision d'information, les interventions brèves (IB) n'ont pas eu d'effet significatif sur la consommation de substances (trois études, 732 participants, différence moyenne standardisée (DMS) -0,06 ; intervalle de confiance (IC) à 95 % de -0,20 à 0,09) ou sur les critères de jugement concernant les comportements délictueux chez les adolescents (deux études, 531 participants, DMS -0,26 ; IC à 95 % -0,54 à 0,02). En comparaison avec les groupes témoins assignés à l'évaluation seule, les IB présentaient des effets significatifs sur la consommation de substances et sur les comportements délictueux ou problématiques, mais le niveau d'hétérogénéité des études était élevé et il n'a pas toujours été possible de regrouper les résultats. En comparaison avec l'évaluation seule, les études sur les interventions individuelles qui mesuraient l'efficacité des IB rapportaient une réduction significative de l'usage de substances psychoactives en général, et deux études une réduction de la fréquence de consommation d'alcool plus spécifiquement. En combinant les données, les IB ont réduit la fréquence de consommation de cannabis (DMS -0,22 ; IC à 95 % -0,45 à -0,02) dans trois études (n = 407). Les quantités de cannabis consommées ont également été réduites par les IB par rapport à l'évaluation seule (DMS -60,27 ; IC à 95 % -66,59 à -53,95) dans une étude (n = 179). Cependant, les preuves dans les études comparant les interventions brèves à l'évaluation seule étaient généralement de faible qualité. Les interventions brèves ont également eu des effets mitigés sur les comportements délictueux ou problématiques des participants.

Conclusions des auteurs

Il y avait des preuves de qualité limitée indiquant que les interventions brèves en milieu scolaire avaient été plus efficaces que l'évaluation seule pour réduire la consommation de substances psychoactives, mais d'une efficacité similaire par rapport à la provision d'information. Il existe certaines preuves de l'efficacité des IB dans la réduction de l'usage de substances psychoactives chez les adolescents, en particulier de cannabis, par rapport à l'évaluation seule. Cependant, il est prématuré de formuler des conclusions définitives concernant l'efficacité des interventions brèves menées en milieu scolaire pour réduire la consommation de substances psychoactives chez les adolescents. D'autres études de haute qualité examinant l'efficacité relative des IB sur l'usage de substances et les autres comportements à problèmes doivent être réalisées, en particulier dans les pays à revenu faible et intermédiaire.

 

Résumé simplifié

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé scientifique
  5. Résumé simplifié
  6. 摘要
  7. 淺顯易懂的口語結論

Les interventions brèves réalisées dans les écoles peuvent-elles réduire la consommation de substances psychoactives chez les adolescents ?

Les adolescents dans le monde entier sont connus pour utiliser des substances psychoactives licites et illicites à des degrés divers, ce qui peut conduire à d'autres problèmes. Les interventions brèves sont des programmes de courte durée dont l'objectif est d'aider à réduire ou à arrêter la consommation de substances psychoactives, dans le cas présent chez les adolescents. Nous avons réalisé une revue systématique Cochrane pour examiner l'efficacité des interventions brèves menées en milieu scolaire sur la consommation de substances psychoactives et les comportements problématiques liés à leur usage chez les adolescents. Les études ont comparé des programmes d'intervention brève à deux principaux types de groupes de contrôle ou groupes témoins, 1) un groupe d'information et 2) un groupe d'évaluation seule sans intervention. Les résultats de la revue sont mitigés, car nous avons trouvé des études montrant qu'une intervention brève n'avait eu aucun effet sur la consommation de substances psychoactives ainsi que des études où l'intervention brève avait réduit significativement l'usage et les autres comportements à problèmes. Le profil de résultats indiquait que les participants ayant reçu une intervention brève ont en général eu plus de facilités à réduire leur consommation de substances que les participants n'ayant bénéficié d'aucune intervention. Toutefois, les participants ayant reçu une intervention brève n'ont pas montré plus de facilités pour réduire leur consommation de substances que les participants ayant bénéficié d'une intervention uniquement d'information. Entre tous ces programmes d'intervention, les preuves que nous avons trouvées du bénéfice pour une réduction générale de la consommation de substances (en particulier de cannabis, et dans une moindre mesure d'alcool) étaient de qualité limitée. Au vu du risque de biais, de la variation dans les résultats des études et de l'imprécision, nous ne sommes pas en mesure de formuler des conclusions définitives concernant l'efficacité de ces interventions.

Notes de traduction

Traduit par: French Cochrane Centre 15th June, 2014
Traduction financée par: Financeurs pour le Canada : Instituts de Recherche en Santé du Canada, Ministère de la Santé et des Services Sociaux du Québec, Fonds de recherche du Québec-Santé et Institut National d'Excellence en Santé et en Services Sociaux; pour la France : Ministère en charge de la Santé

 

摘要

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé scientifique
  5. Résumé simplifié
  6. 摘要
  7. 淺顯易懂的口語結論

針對物質使用青少年的短期學校介入措施和行為結果

背景

由於是其他問題行為的風險因子,青少年物質使用 (substance use) 本身就是個重要問題。青春期使用物質,可能造成不良且通常長期的健康和社會後果,早期介入非常重要,以免變成更嚴重的問題。已證實短期介入措施可降低青少年的物質使用問題,對具物質使用中等風險型態的青少年特別有效。此類介入措施可在學校環境內進行。本篇文獻回顧旨在評估短期學校介入措施,對青少年物質使用的療效。

目的

相較於其他介入措施或僅進行評估,評估短期學校介入措施,對降低青少年物質使用和其他行為結果的療效。

搜尋策略

我們搜尋10個電子資料庫和6個實證介入措施 (evidence-based intervention) 相關網站,以及所納入試驗和文獻回顧的參考文獻清單 (自1966年至2013年3月)。我們也聯絡作者和機構,找尋任何其他試驗。

選擇標準

我們納入隨機對照試驗,評估短期學校介入使用物質的青少年的療效。

主要結果為降低或戒除物質使用。次要結果為因物質使用而從事犯罪活動,以及出現違法或問題行為。

資料收集與分析

我們採用考科藍合作組織 (Cochrane Collaboration) 摘述的標準方法學程序,包括GRADE法,來評估證據品質。

主要結果

本次文獻回顧納入6篇試驗,包含1139名受試者。關於資訊提供比較的整體證據品質為中等;但僅進行評估的比較,整體證據品質則偏低或極低。導致證據品質下降的原因包括納入試驗的偏差風險、不明確和不一致。文獻回顧的結果顯示,若與僅提供資訊組相較,則短期介入 (brief intervention, BI) 措施對青少年的任何物質使用 (3篇試驗,732名受試者,標準化平均差 [SMD] 為 -0.06;95%信賴區間 [CI] 為 -0.20至0.09) 或違法行為 (2篇試驗,531名受試者,SMD為 -0.26;95% CI為 -0.54至0.02),並無顯著影響。若與僅進行評估的對照組相較,則BI對物質使用和違法或問題行為,具有部分顯著影響,但各試驗之間的異質性相當高,也未必總能匯集試驗結果。測量BI療效的個別介入試驗顯示,相較於僅進行評估組,BI可普遍顯著降低物質使用,且有2篇試驗明確指出BI可降低飲用酒精的頻率。將資料匯集之後發現,有3篇試驗 (n = 407) 皆指出BI可降低抽大麻的頻率 (SMD為 -0.22;95% CI為 -0.45至 -0.02)。有1篇試驗 (n = 179) 指出,相較於僅進行評估組,BI亦可減少抽大麻菸的量 (SMD為 -60.27;95% CI為 -66.59至 -53.95)。不過比較短期介入措施和僅進行評估的試驗,證據品質普遍偏低。短期介入措施對受試者的違法或問題行為影響,亦未得到一致的結果。

作者結論

短期介入措施的效果優於僅進行評估的證據有限,但其效果與僅提供資訊相似。有部分證據顯示,相較於僅進行評估,BI可有效降低青少年的物質使用,尤其是大麻。無論如何,要確切說明短期學校介入措施對降低青少年物質使用的療效,目前仍言之過早。必須進行更高品質的試驗,檢視BI對物質使用和其他問題行為的相對療效,尤其是低、中收入的國家。

 

淺顯易懂的口語結論

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé scientifique
  5. Résumé simplifié
  6. 摘要
  7. 淺顯易懂的口語結論

在學校進行短期介入措施,是否可降低青少年的物質使用?

已知全球的青少年或多或少都會使用合法和非法物質,並可能因此導致其他問題。短期介入措施是一種短期方案,旨在協助降低或中止青少年的物質使用。我們進行考科藍系統性文獻回顧,觀察學校短期介入措施對青少年的物質使用和物質相關問題行為的影響。試驗採取的治療為短期介入方案,有2種主要的比較或對照組,即1) 資訊提供組和 2) 僅進行評估組,這些比較或對照組的受試者,均未接受任何介入措施。文獻回顧所得的結果並不一致,我們發現部分試驗指出,短期介入措施對物質使用並無影響,部分試驗則證實短期介入措施可顯著降低物質使用和其他問題行為。這些結果的型態顯示,短期介入措施對降低物質使用的效果,通常確實優於完全未進行任何介入措施。不過,接受短期介入措施的受試者,其物質使用的降低幅度,並未優於僅接受資訊介入的受試者。縱觀所有介入方案,我們發現支持BI可普遍降低物質使用行為 (尤其是大麻,酒精次之) 的試驗,證據品質有限。有鑑於偏差風險、試驗結果的變異和不明確,我們無法對這些介入的療效作出定論。

譯註


翻譯者:臺北醫學大學實證醫學研究中心
本翻譯計畫由衛生福利部補助經費,臺北醫學大學實證醫學研究中心、台灣實證醫學學會及東亞考科藍聯盟(EACA)統籌執行。