Intervention Review

You have free access to this content

Progestogens or progestogen-releasing intrauterine systems for uterine fibroids

  1. Ussanee S Sangkomkamhang1,*,
  2. Pisake Lumbiganon2,
  3. Malinee Laopaiboon3,
  4. Ben Willem J Mol4

Editorial Group: Cochrane Gynaecology and Fertility Group

Published Online: 28 FEB 2013

Assessed as up-to-date: 17 AUG 2012

DOI: 10.1002/14651858.CD008994.pub2


How to Cite

Sangkomkamhang US, Lumbiganon P, Laopaiboon M, Mol BWJ. Progestogens or progestogen-releasing intrauterine systems for uterine fibroids. Cochrane Database of Systematic Reviews 2013, Issue 2. Art. No.: CD008994. DOI: 10.1002/14651858.CD008994.pub2.

Author Information

  1. 1

    Khon Kaen Hospital, Department of Obstetrics and Gynaecology, Khon Kaen, Thailand

  2. 2

    Khon Kaen University, Department of Obstetrics and Gynaecology, Faculty of Medicine, Khon Kaen, Thailand

  3. 3

    Khon Kaen University, Department of Biostatistics and Demography, Faculty of Public Health, Khon Kaen, Thailand

  4. 4

    Academic Medical Centre, University of Amsterdam, Obstetrics and Gynaecology, Amsterdam, Netherlands

*Ussanee S Sangkomkamhang, Department of Obstetrics and Gynaecology, Khon Kaen Hospital, Srichan Road, Maung, Khon Kaen, 40000, Thailand. swadpanich@hotmail.com.

Publication History

  1. Publication Status: New
  2. Published Online: 28 FEB 2013

SEARCH

 

Abstract

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé scientifique
  5. Résumé simplifié

Background

Uterine fibroids are the most common premenopausal benign uterine tumours. Fibroids can cause symptoms including heavy menstrual bleeding, pelvic pressure and pain. Progestogens can be administered by various routes. Intramuscular injection of depot medroxyprogesterone acetate (DMPA) has dual actions (stimulatory or inhibitory) on fibroid cell growth. Progestogen-releasing intrauterine systems (IUS) decrease menstrual blood loss associated with fibroids by inducing endometrial atrophy and reduction of uterine fibroid size. Currently, their effectiveness for the treatment of uterine fibroids has not been evaluated.

Objectives

To determine the effectiveness of progestogens or progestogen-releasing intrauterine systems in treating premenopausal women with uterine fibroids.

Search methods

We searched the Menstrual Disorders and Subfertility Group Specialised Register (inception to 17 August 2012), CENTRAL (inception to 17 August 2012) and Database of Abstracts of Reviews of Effects (DARE) in The Cochrane Library, MEDLINE (inception to 17 August 2012), Ovid EMBASE (1 January 2010 to 17 August 2012), Ovid PsycINFO (inception to 17 August 2012), CINAHL database, and trials registers for ongoing and registered trials.

Selection criteria

All identified published or unpublished randomised controlled trials (RCTs) assessing the effect of progestogens or progestogen-releasing intrauterine systems in treating premenopausal women with uterine fibroids.

Data collection and analysis

We assessed all potentially eligible studies identified as a result of the search strategy. Two review authors extracted data from each included study using an agreed form and assessed the risk of bias. We resolved discrepancies through discussion.

Main results

This review included three studies. However, data for progestogen-releasing intrauterine systems were available from only one study that compared 29 women with a levonorgestrel (LNG)-IUS versus 29 women with a combined oral contraceptive (COC) for treating uterine fibroids. There was a significant reduction of menstrual blood loss (MBL) in women receiving the LNG-IUS compared to the COC using the alkaline hematin test (mean difference (MD) 77.5%, 95% CI 71.3% to 83.67%, 58 women) and a pictorial assessment chart (PBAC) (MD 34.5%, 95% CI 14.9% to 54.1%, 58 women). The reduction in uterine fibroid size was significantly greater in the leuprorelin group at 16 weeks compared to the progestogen lynestrenol group (MD -15.93 mm, 95% CI -18.02 to -13.84 mm, 46 women). There was no RCT evaluating the effect of DMPA on uterine fibroids.

Authors' conclusions

Progestogen-releasing intrauterine systems appear to reduce menstrual blood loss in premenopausal women with uterine fibroids. Oral progestogens did not reduce fibroid size or fibroid- related symptoms. However, there was a methodological limitation and the one included study with data had a small sample size. This evidence is insufficient to support the use of progestogens or progestogen-releasing intrauterine systems in treating premenopausal women with uterine fibroids.

 

Plain language summary

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé scientifique
  5. Résumé simplifié

Progestogens or progestogen-releasing intrauterine systems for uterine fibroids

Uterine fibroids are common premenopausal benign uterine tumours. Treatment of uterine fibroids includes surgery, medical treatment, or both. Progestogens can be administered by various routes such as orally and by injection. Depot medroxyprogesterone acetate (DMPA is a synthetic progesterone hormone given by intramuscular injection that may inhibit uterine fibroid growth. The progestogen-releasing (levonorgestrel) intrauterine system (LNG-IUS) is a device placed inside the uterus that releases the hormone progesterone and can cause endometrial suppression. In this review, three randomised controlled studies were included. Two randomised controlled studies included 131 women and evaluated the beneficial and harmful effects of the LNG-IUS compared with hysterectomy or a low dose combined oral contraceptive (COC). However, the results were from only one study that compared 29 women with an LNG-IUS versus 29 women with COC for treating uterine fibroids. The LNG-IUS appeared to reduce menstrual blood loss and increase haemoglobin levels in premenopausal women with uterine fibroids. Reduction of fibroid size was not significant. In one study that included 56 women treated with preoperative oral progestogens (lynestrenol) compared with gonadotropin-releasing hormone (GnRH) agonist, the uterine fibroid size was not different. There was no randomised controlled study of DMPA to treat uterine fibroids. The included studies were of poor quality and had small numbers of participants. Indeed, the authors did not recommend the use of progestogens or progestogen-releasing intrauterine systems in treating premenopausal women with uterine fibroids. More high quality randomized controlled studies evaluating progestogens or progestogen-releasing intrauterine systems for treating uterine fibroids that have an adequate sample size are needed.

 

Résumé scientifique

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé scientifique
  5. Résumé simplifié

Progestatifs ou dispositifs intra-utérins libérant de la progestérone pour les fibromes utérins

Contexte

Les fibromes utérins sont les tumeurs utérines bénignes les plus fréquentes chez les femmes préménopausées. Les fibromes peuvent provoquer des symptômes incluant des saignements menstruels abondants, une pression et une douleur pelviennes. Les progestatifs peuvent être administrés par différentes voies. L'injection intramusculaire d'acétate de médroxyprogestérone-dépôt (AMPD) a une double action (stimulante ou inhibitrice) sur la croissance des cellules du fibrome. Les dispositifs intra-utérins libérant de la progestérone (DIU) réduisent les pertes de sang menstruel associées aux fibromes en induisant l'atrophie endométriale et la réduction de la taille du fibrome utérin. À l'heure actuelle, leur efficacité pour le traitement des fibromes utérins n'a pas été évaluée.

Objectifs

Déterminer l'efficacité des progestatifs ou des dispositifs intra-utérins libérant de la progestérone pour le traitement des femmes préménopausées présentant des fibromes utérins.

Stratégie de recherche documentaire

Nous avons effectué une recherche dans le registre spécialisé du groupe Cochrane sur les troubles menstruels et de la fertilité (de son origine jusqu'au 17 août 2012), CENTRAL (de son origine jusqu'au 17 août 2012) et la base de données « Database of Abstract of Reviews of Effectiveness » (DARE) dans The Cochrane Library, MEDLINE (de son origine jusqu'au 17 août 2012), Ovid EMBASE (du 1er janvier 2010 au 17 août 2012), Ovid PsycINFO (de son origine jusqu'au 17 août 2012), la base de données CINAHL, et les registres d'essais en cours et enregistrés.

Critères de sélection

Tous les essais contrôlés randomisés (ECR) publiés ou non publiés ayant été identifiés, évaluant l'effet des progestatifs ou des dispositifs intra-utérins libérant de la progestérone pour le traitement des femmes préménopausées présentant des fibromes utérins.

Recueil et analyse des données

Nous avons évalué toutes les études potentiellement éligibles, ayant été identifiées au moyen de la stratégie de recherche documentaire. Deux auteurs de la revue ont extrait les données de chaque étude incluse à l'aide du formulaire agréé et ont évalué le risque de biais. Les divergences ont été résolues par la discussion.

Résultats principaux

Cette revue a inclus trois études. Cependant, les données relatives aux dispositifs intra-utérins libérant de la progestérone ne provenaient que d'une seule étude qui a comparé 29 femmes prenant du lévonorgestrel par le biais d'un DIU-LNG à 29 femmes prenant un contraceptif oral combiné (COC) pour le traitement des fibromes utérins. Il existait une réduction significative des pertes de sang menstruel (MBL) chez les femmes recevant le DIU-LNG comparé au COC en utilisant le test de l'hématine alcaline (différence moyenne (DM) 77,5 %, IC à 95 % 71,3 % à 83,67 %, 58 femmes) et un tableau d'évaluation graphique (PBAC) (DM 34,5 %, IC à 95 % 14,9 % à 54,1 %, 58 femmes). La réduction de la taille du fibrome utérin était significativement supérieure dans le groupe sous leuproréline au bout de 16 semaines comparativement au groupe sous progestérone lynestrénol (DM -15,93 mm, IC à 95 % -18,02 à -13,84 mm, 46 femmes). Nous n'avons identifié aucun ECR évaluant l'effet de l'AMPD sur les fibromes utérins.

Conclusions des auteurs

Les dispositifs intra-utérins libérant de la progestérone semblent réduire les pertes de sang menstruel chez les femmes préménopausées présentant des fibromes utérins. Les progestatifs oraux n'ont pas réduit la taille des fibromes ou les symptômes liés aux fibromes. Toutefois, il existait une limite méthodologique et l'unique étude incluse avec des données avait une petite taille d'échantillon. Ces preuves sont insuffisantes pour soutenir l'utilisation de progestatifs ou de dispositifs intra-utérins libérant de la progestérone pour le traitement des femmes préménopausées présentant des fibromes utérins.

 

Résumé simplifié

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé scientifique
  5. Résumé simplifié

Progestatifs ou dispositifs intra-utérins libérant de la progestérone pour les fibromes utérins

Les fibromes utérins sont les tumeurs utérines bénignes fréquentes chez les femmes préménopausées. Le traitement des fibromes utérins inclut la chirurgie, le traitement médical, ou les deux. Les progestatifs peuvent être administrés par différentes voies comme la voie orale et par injection. L'acétate de médroxyprogestérone-dépôt (AMPD) est une hormone progestérone synthétique administrée par injection intramusculaire qui est susceptible d'inhiber la croissance du fibrome utérin. Le dispositif intra-utérin libérant de la progestérone (lévonorgestrel) (DIU-LNG) est un dispositif placé à l'intérieur de l'utérus qui libère l'hormone progestérone et peut provoquer la suppression de l'endomètre. Dans cette revue, nous avons inclus trois études contrôlées randomisées. Deux études contrôlées randomisées ont inclus 131 femmes et évalué les effets bénéfiques et nocifs du DIU-LNG comparé à l'hystérectomie ou à un contraceptif oral combiné (COC) à faible dose. Cependant, les résultats ne provenaient que d'une seule étude qui a comparé 29 femmes portant un DIU-LNG à 29 femmes prenant un COC pour le traitement des fibromes utérins. Le DIU-LNG semblait réduire les pertes de sang menstruel et augmenter les taux d'hémoglobine chez les femmes préménopausées présentant des fibromes utérins. La réduction de la taille du fibrome n'était pas significative. Dans une étude qui a inclus 56 femmes traitées par des progestatifs oraux préopératoires (lynestrénol) comparés à l'agoniste de la gonadolibérine (GnRH), la taille du fibrome utérin n'était pas différente. Il n'y avait aucune étude contrôlée randomisée portant sur l'AMPD pour le traitement des fibromes utérins. Les études incluses étaient de mauvaise qualité et comprenaient de faibles effectifs. En effet, les auteurs n'ont pas recommandé l'utilisation de progestatifs ou de dispositifs intra-utérins libérant de la progestérone pour le traitement des femmes préménopausées présentant des fibromes utérins. Il est nécessaire de réaliser d'autres études contrôlées randomisées de grande qualité évaluant les progestatifs ou les dispositifs intra-utérins libérant de la progestérone pour le traitement des fibromes utérins, ayant une taille d'échantillon suffisante.

Notes de traduction

Traduit par: French Cochrane Centre 1st March, 2013
Traduction financée par: Pour la France : Ministère de la Santé. Pour le Canada : Instituts de recherche en santé du Canada, ministère de la Santé du Québec, Fonds de recherche de Québec-Santé et Institut national d'excellence en santé et en services sociaux.