Intervention Review

You have free access to this content

Antimicrobial therapy for chronic bacterial prostatitis

  1. Gianpaolo Perletti1,2,*,
  2. Emanuela Marras3,
  3. Florian ME Wagenlehner4,
  4. Vittorio Magri5

Editorial Group: Cochrane Prostatic Diseases and Urologic Cancers Group

Published Online: 12 AUG 2013

Assessed as up-to-date: 8 AUG 2012

DOI: 10.1002/14651858.CD009071.pub2


How to Cite

Perletti G, Marras E, Wagenlehner FME, Magri V. Antimicrobial therapy for chronic bacterial prostatitis. Cochrane Database of Systematic Reviews 2013, Issue 8. Art. No.: CD009071. DOI: 10.1002/14651858.CD009071.pub2.

Author Information

  1. 1

    Università degli Studi dell'Insubria, Laboratory of Toxicology and Pharmacology, Biomedical Research Division, Dept. of Theoretical and Applied Sciences, Busto A, Province of Varese, Italy

  2. 2

    Ghent University, Department of Basic Medical Sciences, Faculty of Medicine and Health Sciences, Ghent, Belgium

  3. 3

    Dept. of Theoretical and Applied Sciences, Università degli Studi dell'Insubria, Laboratory of Toxicology and Pharmacology, Biomedical Research Division, Busto A, Lombardy, Italy

  4. 4

    Justus Liebig University of Gießen, Klinik und Poliklinik für Urologie, Kinderurologie und Andrologie, Gießen, Hesse, Germany

  5. 5

    Istituti Clinici di Perfezionamento, Urology/Urological Sonography Secondary Care Clinic, Milano, Italy

*Gianpaolo Perletti, gianpaolo.perletti@uninsubria.it.

Publication History

  1. Publication Status: New
  2. Published Online: 12 AUG 2013

SEARCH

 

Abstract

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié

Background

Chronic bacterial prostatitis (CBP) is frequently diagnosed in men of fertile age, and is characterized by a disabling array of symptoms, including pain in the pelvic area (for example, perineum, testicles), voiding symptoms (increased frequency and urgency, also at night; pain or discomfort at micturition), and sexual dysfunction. Cure of CBP can be attempted by long-term therapy with antibacterial agents, but relapses are frequent. Few antibacterial agents are able to distribute to the prostatic tissue and achieve sufficient concentrations at the site of infection. These agents include fluoroquinolones, macrolides, tetracyclines and trimethoprim. After the introduction of fluoroquinolones into clinical practice, a number of studies have been performed to optimize the antimicrobial treatment of CBP, and to improve eradication rates and symptom relief.

Objectives

To assess and compare the efficacy and harm of antimicrobial treatments for chronic bacterial prostatitis.

Search methods

We searched the Cochrane Central Register of Controlled Trials (CENTRAL), MEDLINE (PubMed), EMBASE, other national or international databases and abstracts from conference proceedings on 8 August 2012.

Selection criteria

We included all randomized controlled comparisons of one antimicrobial agent versus placebo or one or more comparator antimicrobial agents, combined or not with non-antimicrobial drugs. We also included trials comparing different doses, treatment durations, dosing frequencies, or routes of administration of antimicrobial agents. We excluded studies in which patients were not diagnosed according to internationally recommended criteria, or were not subjected to lower urinary tract segmented tests.

Data collection and analysis

Study data were extracted independently by two review authors. Study outcomes were microbiological efficacy (pathogen eradication), clinical efficacy (symptom cure or improvement, or symptom scores) at test-of-cure visits or at follow-up, or both, and adverse effects of therapy. Secondary outcomes included microbiological recurrence rates.

Statistical analysis was performed using a fixed-effect model for microbiological outcomes and a random-effects model for clinical outcomes and adverse effects. The results were expressed as risk ratios for dichotomous outcomes (with 95% confidence intervals) or as standardized mean differences for continuous or non-dichotomous variables.

Main results

We identified 18 studies, enrolling a total of 2196 randomized patients. The oral fluoroquinolones ciprofloxacin, levofloxacin, lomefloxacin, ofloxacin and prulifloxacin were compared. There were no significant differences in clinical or microbiological efficacy or in the rate of adverse effects between these fluoroquinolones. In chlamydial prostatitis, (i) azithromycin showed improved eradication rates and clinical cure rates compared to ciprofloxacin, with no significant differences regarding adverse effects; (ii) azithromycin was equivalent to clarithromycin, both microbiologically and clinically; (iii) prulifloxacin appeared to improve clinical symptoms, but not eradication rates, compared to doxycycline. In ureaplasmal prostatitis, the comparisons ofloxacin versus minocycline and azithromycin versus doxycycline showed similar microbiological, clinical and toxicity profiles.

Authors' conclusions

The microbiological and clinical efficacy, as well as the adverse effect profile, of different oral fluoroquinolones are comparable. No conclusions can be drawn regarding the optimal treatment duration of fluoroquinolones in the treatment of CBP caused by traditional pathogens.

Alternative antimicrobial agents tested for the treatment of CBP caused by traditional pathogens are co-trimoxazole, beta-lactams and tetracyclines, but no conclusive evidence can be drawn regarding the role of non-fluoroquinolone antibiotics in the treatment of CBP caused by traditional pathogens.

In patients with CBP caused by obligate intracellular pathogens, macrolides showed higher microbiological and clinical cure rates compared to fluoroquinolones.

 

Plain language summary

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié

Interventions to treat chronic infection of the prostate gland (chronic bacterial prostatitis)

Chronic bacterial prostatitis (CBP) involves infection and inflammation of the prostate gland in men of all ages. It can cause problems urinating, including discomfort and pain, increased frequency and urge, or problems emptying the bladder. Bacteria infecting the prostate are the cause of CBP. These bacteria may be sexually transmitted. To cure CBP, antibiotics must be administered for extended periods of time (four weeks or longer), but a permanent cure is not always guaranteed. Other drugs may be combined with antibiotics to improve CBP symptoms. This review found that fluoroquinolones like ciprofloxacin, levofloxacin, lomefloxacin, ofloxacin or prulifloxacin have equivalent effects and equivalent success rates in CBP patients. If atypical bacteria like chlamydia are suspected to cause CBP, macrolide antibiotics such as azithromycin may achieve better results compared to the fluoroquinolone ciprofloxacin. It must be taken into account that some of the studies that have been performed are of poor quality or have been performed on small numbers of participants. More studies are needed, focusing on new agents or on optimized doses of currently prescribed antibiotics.

 

Résumé

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié

Traitement antimicrobien dans la prostatite bactérienne chronique

Contexte

Une prostatite bactérienne chronique (PBC) est fréquemment diagnostiquée chez les hommes en âge de procréer et se caractérise par un éventail de symptômes invalidants, notamment des douleurs dans la zone pelvienne (par exemple : périnée, testicules), des symptômes liés à la miction (fréquence et impériosité accrues, même la nuit ; douleurs ou gêne à la miction) et troubles de la fonction sexuelle. Pour soigner une PBC, un traitement à long terme composé d'agents antibactériens peut être administré, mais les rechutes sont fréquentes. Seuls quelques agents antibactériens peuvent se diffuser dans les tissus prostatiques et obtenir des concentrations suffisantes au niveau du site de l'infection. Ces agents sont les fluoroquinolones, les macrolides, les tétracyclines et le triméthoprime. Suite à l'introduction des fluoroquinolones dans la pratique clinique, plusieurs études ont été réalisées afin d'optimiser le traitement antimicrobien d'une PBC et d'améliorer les taux d'éradication et de soulagement des symptômes.

Objectifs

Évaluer et comparer l'efficacité et les dangers des traitements antimicrobiens contre la prostatite bactérienne chronique.

Stratégie de recherche documentaire

Le 8 août 2012, nous avons effectué des recherches dans le registre Cochrane des essais contrôlés (CENTRAL), MEDLINE (PubMed), EMBASE, mais aussi dans d'autres bases de données en ligne nationales ou internationales et dans des résumés d'actes de conférence.

Critères de sélection

Nous avons inclus toutes les essais contrôlés randomisés portant sur un agent antimicrobien comparé à un placebo ou à un ou plusieurs agents antimicrobiens témoins, combiné ou pas à des médicaments non antimicrobiens. Nous avons également inclus des essais comparant différentes doses, durées de traitement, fréquences posologiques ou voies d'administration d'agents antimicrobiens. Nous avons exclu les études dans lesquelles les patients n'étaient pas diagnostiqués conformément aux critères recommandés à l'échelle internationale ou ne faisaient pas l'objet de tests segmentés des voies urinaires inférieures.

Recueil et analyse des données

Deux auteurs de la revue ont indépendamment extrait les données des études. Les critères de jugement des études étaient l'efficacité microbiologique (éradication d'agents pathogéniques), l'efficacité clinique (guérison ou amélioration des symptômes ou scores des symptômes) lors de visites de contrôle de guérison et/ou de suivi, ainsi que les effets indésirables du traitement. Les critères de jugement secondaires étaient les taux de récidive microbiologique.

Une analyse statistique a été réalisée en utilisant un modèle à effets fixes pour les critères de jugement microbiologiques et un modèle à effets aléatoires pour les critères de jugement cliniques et les effets indésirables. Les résultats étaient exprimés sous la forme de risques relatifs pour les résultats dichotomiques (avec des intervalles de confiance à 95 %) ou sous la forme de différences moyennes standardisées pour les variables continues ou non continues.

Résultats Principaux

Nous avons identifié 18 études totalisant 2 196 patients randomisés. Des fluoroquinolones administrées par voie orale (ciprofloxacine, lévofloxacine, loméfloxacine, ofloxacine et prulifloxacine) étaient comparées. Il n'y avait aucune différence significative au niveau de l'efficacité clinique ou microbiologique ou du taux d'effets indésirables entre ces fluoroquinolones. Dans le cas d'une prostatite à chlamydia, (i) l'azithromycine montrait une amélioration des taux d'éradication et des taux de guérison clinique par rapport à la ciprofloxacine, sans aucune différence significative concernant leurs effets indésirables ; (ii) l'azithromycine était équivalente à la clarithromycine, tant au niveau microbiologique qu'au niveau clinique ; (iii) la prulifloxacine semblait améliorer les symptômes cliniques, mais pas les taux d'éradication, par rapport à la doxycycline. Dans le cas d'une prostatite à uréaplasma, les comparaisons de l'ofloxacine à la minocycline et de l'azithromycine à la doxycycline montraient des profils de toxicité, cliniques et microbiologiques similaires.

Conclusions des auteurs

L'efficacité microbiologique et clinique, ainsi que le profil d'effets indésirables, des différentes fluoroquinolones administrées par voie orale, sont comparables. Aucune conclusion ne peut être tirée concernant la durée de traitement optimale par fluoroquinolones dans le traitement d'une PBC causée par des pathogènes traditionnels.

Les agents antimicrobiens alternatifs testés dans le traitement d'une PBC provoquée par des pathogènes traditionnels sont le co-trimoxazole, les bêta-lactames et les tétracyclines, mais aucune preuve probante ne peut être tirée concernant le rôle des antibiotiques non fluoroquinolones dans le traitement d'une PBC causée par des pathogènes traditionnels.

Chez les patients atteints d'une PBC provoquée par des pathogènes intracellulaires obligatoires, les macrolides montraient des taux de guérison clinique et microbiologique en hausse par rapport aux fluoroquinolones.

 

Résumé simplifié

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié

Traitement antimicrobien dans la prostatite bactérienne chronique

Interventions visant à traiter une infection chronique de la prostate (prostatite bactérienne chronique)

Une prostatite bactérienne chronique (PBC) est une infection et une inflammation de la prostate touchant les hommes de tous âges. Elle peut provoquer des problèmes urinaires, notamment une gêne et des douleurs, une augmentation de la fréquence et de l'impériosité ou des difficultés à vider la vessie. Des bactéries infectant la prostate sont à l'origine d'une PBC. Ces bactéries peuvent être sexuellement transmissibles. Pour soigner une PBC, des antibiotiques doivent être administrés pendant des périodes prolongées (au moins quatre semaines), mais sans garantir une guérison définitive. D'autres médicaments peuvent être combinés aux antibiotiques pour améliorer les symptômes d'une PBC. La présente revue a déterminé que les fluoroquinolones, comme la ciprofloxacine, la lévofloxacine, la loméfloxacine, l'ofloxacine ou la prulifloxacine, ont des effets et des taux de réussite équivalents chez les patients atteints d'une PBC. Si une bactérie atypique, comme la chlamydia, est soupçonnée de provoquer une PBC, les antibiotiques macrolides, comme l'azithromycine, permettent d'obtenir de meilleurs résultats par rapport à la ciprofloxacine (fluoroquinolone). Il faut tenir compte du fait que certaines des études ayant été réalisées sont de qualité médiocre ou ont été réalisées auprès d'un nombre réduit de participants. D'autres études seront nécessaires et devront examiner de nouveaux agents ou des doses optimisées des antibiotiques actuellement prescrits.

Notes de traduction

Traduit par: French Cochrane Centre 24th September, 2013
Traduction financée par: Pour la France : Minist�re de la Sant�. Pour le Canada : Instituts de recherche en sant� du Canada, minist�re de la Sant� du Qu�bec, Fonds de recherche de Qu�bec-Sant� et Institut national d'excellence en sant� et en services sociaux.