Intervention Review

Pharmacological interventions for treating heart failure in patients with Chagas cardiomyopathy

  1. Ricardo Hidalgo1,
  2. Arturo J Martí-Carvajal1,*,
  3. Joey SW Kwong2,
  4. Daniel Simancas-Racines1,
  5. Susana Nicola1

Editorial Group: Cochrane Heart Group

Published Online: 14 NOV 2012

Assessed as up-to-date: 12 JUL 2012

DOI: 10.1002/14651858.CD009077.pub2

How to Cite

Hidalgo R, Martí-Carvajal AJ, Kwong JSW, Simancas-Racines D, Nicola S. Pharmacological interventions for treating heart failure in patients with Chagas cardiomyopathy. Cochrane Database of Systematic Reviews 2012, Issue 11. Art. No.: CD009077. DOI: 10.1002/14651858.CD009077.pub2.

Author Information

  1. 1

    Universidad Tecnológica Equinoccial, Facultad de Ciencias de la Salud Eugenio Espejo, Quito, Pichincha, Ecuador

  2. 2

    The Chinese University of Hong Kong, Division of Cardiology & Heart Education And Research Training (HEART) Centre, Department of Medicine and Therapeutics, Prince of Wales Hospital, & Institute of Vascular Medicine, Shatin, New Territories, Hong Kong

*Arturo J Martí-Carvajal, Facultad de Ciencias de la Salud Eugenio Espejo, Universidad Tecnológica Equinoccial, Av. Mariana de Jesús y Occidental 593, Quito, Pichincha, Ecuador. arturo.marti.carvajal@gmail.com.

Publication History

  1. Publication Status: New
  2. Published Online: 14 NOV 2012

SEARCH

 

Abstract

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié

Background

Chagas disease-related cardiomyopathy is a major cause of morbidity and mortality in Latin America. Despite the substantial burden to the healthcare system, there is uncertainty regarding the efficacy and safety of pharmacological interventions for treating heart failure in patients with Chagas disease.

Objectives

To assess the benefits and harms of current pharmacological interventions for treating heart failure in patients with Chagas cardiomyopathy.

Search methods

We searched the Cochrane Central Register of Controlled Trials (CENTRAL, The Cochrane Library) Issue 1, 2011, MEDLINE (Ovid), EMBASE (Ovid), LILACS and ISI Web of Science to April 2011. We checked the reference lists of included papers. No language restrictions were applied.

Selection criteria

We included randomized clinical trials assessing the effects of pharmacological interventions for treating heart failure in adult patients (≥18 years) with symptomatic heart failure (New York Heart Association class II to IV), irrespective of the left ventricular ejection fraction stage, reduced or preserved, with Chagas cardiomyopathy. No limits were applied with respect to the follow-up duration. Primary outcomes were all-cause mortality, cardiovascular mortality at 30 days, time to heart decompensation and disease-free period (at 30, 60 and 90 days), and adverse events.

Data collection and analysis

Two authors independently performed study selection, risk of bias assessment and data extraction. We estimated relative risks (RR) and the respective 95% confidence intervals (CIs) for dichotomous outcomes. We measured statistical heterogeneity using the I2 statistic. We used a fixed-effect model to synthesize the findings. We contacted authors for additional data.

Main results

We included two randomized clinical trials involving 69 participants. Both trials compared carvedilol against placebo, and had a high risk of bias. Carvedilol compared with placebo did not significantly affect all-cause mortality (2/34 (5.88%) versus 3/35 (5.87%); pooled RR 0.69, 95% CI 0.12 to 3.88, I2 = 0%). None of the trials reported on cardiovascular mortality, time to heart decompensation or disease-free period. Evidence on the adverse effects of carvedilol is inconclusive.

Authors' conclusions

This Cochrane review has found a lack of evidence on the effects of carvedilol for treating heart failure in patients with Chagas disease. The two included trials were underpowered and had a high risk of bias. There are no conclusive data to support the use of carvedilol for treating Chagas cardiomyopathy. Unless randomized clinical trials provide evidence of a treatment effect, and the trade off between potential benefits and harms is established, policy-makers, clinicians, and academics should be cautious when recommending and administering carvedilol for treating heart failure in patients with Chagas disease. The efficacy and safety of other pharmacological interventions for treating heart failure in patients with Chagas disease is unknown.

 

Plain language summary

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié

Pharmacological interventions for treating heart failure in patients with Chagas cardiomyopathy

Named in honor of the Brazilian physician Carlos Chagas, Chagas disease is caused by the Trypanosoma cruzi parasite which needs humans for the start of its life cycle. It is common in Latin and Central America and leads to Chagas cardiomyopathy (heart muscle disease), and is an important cause of heart failure. The number of people infected with Chagas disease has been estimated to be about 10 to 12 million worldwide, and around 20% to 30% of individuals infected with Trypanosoma cruzi will develop symptomatic heart disease at some point during their lives.

In the Americas in 2005 there were estimated to be 7,694,500 people infected by Trypanosoma cruzi and 1,772,365 suffering from Chagasic cardiopathy. Furthermore, infected people from endemic countries in Latin America are migrating throughout the world. As a result, what was thought to be an American health problem is rapidly becoming a world health problem. It has been estimated that 300,167 individuals with Trypanosoma cruzi infection live in the United States, with 30,000 to 45,000 cardiomyopathy cases and 63 to 315 congenital infections annually.

Standard treatment options for non-Chagas disease heart failure are used for treating Chagas disease-related heart failure. There is a need to assess the benefits and harms of pharmacological interventions for Chagas disease-related heart failure, due to fundamental differences in the affected populations. This Cochrane review identified two randomized clinical trials of these interventions, involving 69 participants. These trials evaluated the use of carvedilol against placebo in the treatment of heart failure in people with Chagas cardiomyopathy. We found no significant difference between carvedilol and placebo in reducing all-cause mortality. The safety profile of carvedilol for Chagas cardiomyopathy remains unclear. These results are based on trials at high risk of bias. The existing evidence from available clinical trials does not support the use of carvedilol in treating heart failure in patients with Chagas cardiomyopathy. Further investigation is warranted to investigate the exact applicability of conventional heart failure treatment agents in Chagas cardiomyopathy. Preventive approaches such as control of the Triatomine bug and ecological niche studies are key to reducing the incidence of Chagas disease.

 

Résumé

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié

Interventions pharmacologiques pour traiter l'insuffisance cardiaque chez les patients atteints de cardiomyopathie de Chagas

Contexte

La cardiomyopathie associée à la maladie de Chagas est une des principales causes de morbidité et de mortalité en Amérique Latine. Malgré le fardeau important pour le système de santé, des doutes subsistent quant à l'efficacité et l'innocuité des interventions pharmacologiques pour traiter l'insuffisance cardiaque chez les patients atteints de la maladie de Chagas.

Objectifs

Pour évaluer les bénéfices et les risques relatifs aux interventions pharmacologiques actuelles pour traiter l'insuffisance cardiaque chez les patients souffrant de cardiomyopathie de Chagas :

Stratégie de recherche documentaire

on a effectué des recherches dans le registre Cochrane des essais contrôlés (CENTRAL, The Cochrane Library) numéro 1, 2011, MEDLINE (Ovid), EMBASE (Ovid), LILACS et ISI Web of Science d'avril 2011. On a consulté les listes de références bibliographiques des articles inclus dans la revue. Aucune restriction de langue n'a été appliquée.

Critères de sélection

Par ailleurs, on a inclus les essais cliniques randomisés évaluant les effets des interventions pharmacologiques pour traiter l'insuffisance cardiaque chez les patients adultes (≥ 18 ans) présentant une insuffisance cardiaque symptomatique (classes II à IV de la New York Heart Association), sans tenir compte du stade de la fraction d'éjection ventriculaire gauche, réduit ou conservé, accompagnée d'une cardiomyopathie de Chagas. Aucune limite n'a été appliquée par rapport à la durée de suivi. Les principaux critères de jugement étaient les suivants : mortalité toutes causes confondues, mortalité cardiovasculaire à 30 jours, temps jusqu'à la décompensation cardiaque et période sans maladie (à 30, 60 et 90 jours), ainsi que les événements indésirables.

Recueil et analyse des données

Deux auteurs ont indépendamment sélectionné des études, évalué les risques de biais et extrait les données. On a évalué les risques relatifs (RR) et les intervalles de confiance (IC) à 95 % respectifs pour les critères dichotomiques. On a mesuré l'hétérogénéité statistique au moyen de la statistique I2. Par ailleurs, on a utilisé un modèle à effets fixes pour synthétiser les résultats. On a, également, contacté les auteurs pour obtenir des données supplémentaires.

Résultats Principaux

On a inclus deux essais cliniques randomisés incluant 69 participants. Ces deux essais portaient sur la comparaison entre le Carvédilol et le placebo et présentaient un risque élevé de biais. L'administration de Carvédilol par rapport au placebo n'a pas eu d'effet significatif sur la mortalité toutes causes confondues (2/34 (5,88 %) versus 3/35 (5,87 %) ; RR groupé de 0,69, IC à 95 % de 0,12 à 3,88, I2 = 0 %). Aucun des essais n'a signalé de donnée sur la mortalité cardiovasculaire, le temps jusqu'à la décompensation cardiaque ou la période sans maladie. Les preuves relatives aux effets indésirables du Carvédilol ne permettent pas d'aboutir à une conclusion.

Conclusions des auteurs

Cette revue Cochrane a décelé un manque de preuves concernant les effets du Carvédilol pour traiter l'insuffisance cardiaque chez les personnes souffrant de la maladie de Chagas. Les deux essais inclus dans cette revue n'étaient pas assez convaincants et présentaient un risque élevé de biais. Il n'existe donc pas de données probantes permettant de soutenir l'idée selon laquelle l'utilisation de Carvédilol est efficace pour traiter la cardiomyopathie de Chagas. Sauf si des essais cliniques randomisés fournissent des preuves relatives à un effet de ce traitement, et que le rapport entre les bénéfices et les risques éventuels est établi, les responsables politiques, les cliniciens et les universitaires doivent être prudents lorsqu'ils recommandent et administrent Carvédilol pour traiter l'insuffisance cardiaque chez les patients atteints de la maladie de Chagas. Cependant, on ignore l'efficacité et l'innocuité des autres interventions pharmacologiques pour traiter l'insuffisance cardiaque chez les patients atteints de la maladie de Chagas.

 

Résumé simplifié

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié

Interventions pharmacologiques pour traiter l'insuffisance cardiaque chez les patients atteints de cardiomyopathie de Chagas

Interventions pharmacologiques pour traiter l'insuffisance cardiaque chez les patients atteints de cardiomyopathie de Chagas

Nommée en l'honneur du physicien brésilien, Carlos Chagas, la maladie de Chagas est provoquée par le parasite Trypanosoma cruzi qui nécessite l'Homme afin de pouvoir débuter son cycle de vie. Cette maladie est courante en Amérique Latine et Centrale et conduit au développement de la cardiomyopathie de Chagas (maladie musculo-cardiaque). De plus, il s'agit d'une cause importante d'insuffisance cardiaque. Le nombre de personnes infectées par la maladie de Chagas est estimé à environ 10 à 12 millions dans le monde et environ 20 % à 30 % des ces individus infectés par le Trypanosoma cruzi développeront une cardiopathie symptomatique à un moment donné au cours de leurs vies.

En 2005, en Amérique, on estimait à 7 694 500 le nombre de personnes infectées par le Trypanosoma cruzi et à 1 772 365 le nombre souffrant de cardiopathie chagasique. En outre, les personnes infectées qui sont issus des pays endémiques d'Amérique Latine migrent dans le monde entier. En conséquence, ce que l'on pensait être un problème sanitaire limité à l'Amérique est vite devenu un problème de santé mondial. Il a été estimé que sur 300 167 individus souffrant d'une infection par Trypanosoma cruzi qui vivent aux États-Unis, chaque année on dénombre 30 000 à 45 000 cas de cardiomyopathie et de 63 à 315 infections congénitales.

Les options de traitements classiques de l'insuffisance cardiaque non liée à la maladie de Chagas sont utilisées dans le traitement de l'insuffisance cardiaque liée à cette maladie. Il est donc nécessaire d'évaluer les bénéfices et les risques relatifs aux interventions pharmacologiques destinées au traitement de l'insuffisance cardiaque liée à la maladie de Chagas, en raison des différences fondamentales au sein des populations touchées. Cette revue Cochrane a permis d'identifier deux essais cliniques randomisés, incluant 69 participants, qui portaient sur ces interventions. L'objectif de ces essais était d'évaluer l'utilisation du Carvédilol par rapport au placebo dans le traitement de l'insuffisance cardiaque chez les personnes atteintes de cardiomyopathie de Chagas. Aucune différence significative n'a été observée entre la prise de Carvédilol et le placebo pour réduire la mortalité toutes causes confondues. Cependant, le profil d'innocuité du Carvédilol pour traiter la cardiomyopathie de Chagas reste incertain. Ces résultats s'appuient sur des essais à haut risque de biais. Les preuves existantes provenant d'essais cliniques disponibles ne soutiennent pas l'utilisation de Carvédilol dans le traitement de l'insuffisance cardiaque chez les patients atteints de cardiomyopathie de Chagas. D'autres études devront donc être menées afin de rechercher l'application précise des agents de traitement classiques de l'insuffisance cardiaque chez les personnes souffrant de cardiomyopathie de Chagas. Les approches préventives, telles que la lutte contre les triatomes et la réalisation d'études sur les niches écologiques, sont la clé pour réduire l'incidence de la maladie de Chagas.

Notes de traduction

Traduit par: French Cochrane Centre 11th October, 2013
Traduction financée par: Minist�re des Affaires sociales et de la Sant�