This is not the most recent version of the article. View current version (17 FEB 2015)

Intervention Review

Corticosteroids for parasitic eosinophilic meningitis

  1. Sikawat Thanaviratananich1,
  2. Sanguansak Thanaviratananich2,*,
  3. Chetta Ngamjarus3

Editorial Group: Cochrane Acute Respiratory Infections Group

Published Online: 17 OCT 2012

Assessed as up-to-date: 11 JUL 2012

DOI: 10.1002/14651858.CD009088.pub2


How to Cite

Thanaviratananich S, Thanaviratananich S, Ngamjarus C. Corticosteroids for parasitic eosinophilic meningitis. Cochrane Database of Systematic Reviews 2012, Issue 10. Art. No.: CD009088. DOI: 10.1002/14651858.CD009088.pub2.

Author Information

  1. 1

    St Louis University Hospital, Department of Neurology, St Louis, Missouri, USA

  2. 2

    Faculty of Medicine, Khon Kaen University, Department of Otorhinolaryngology, Khon Kaen, Thailand

  3. 3

    Faculty of Public Health, Khon Kaen University, Department of Biostatistics and Demography, Khon Kaen, Thailand

*Sanguansak Thanaviratananich, Department of Otorhinolaryngology, Faculty of Medicine, Khon Kaen University, 123 Friendship Road, Khon Kaen, 40002, Thailand. sthanaviratananich@gmail.com.

Publication History

  1. Publication Status: New
  2. Published Online: 17 OCT 2012

SEARCH

This is not the most recent version of the article. View current version (17 FEB 2015)

 

Abstract

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié

Background

Angiostrongylus cantonensis (A. cantonensis) is the major cause of infectious eosinophilic meningitis. Dead larvae of this parasite cause inflammation and exacerbate symptoms of meningitis. Corticosteroids are drugs used to reduce inflammation caused by this parasite.

Objectives

To examine the effects and adverse events of corticosteroids in patients with eosinophilic meningitis.

Search methods

We searched the Cochrane Central Register of Controlled Trials (CENTRAL) (The Cochrane Library 2012, Issue 6), MEDLINE (1950 to July Week 4, 2012), EMBASE (1974 to July 2012), Scopus (1960 to July 2012), Web of Science (1955 to July 2012), LILACS (1982 to July 2012), and CINAHL (1981 to July 2012).

Selection criteria

Randomised controlled trials (RCTs) of corticosteroids versus placebo for eosinophilic meningitis.

Data collection and analysis

Two review authors (SiT, SaT) independently collected and extracted study data. We graded the methodological quality of the RCTs. We identified and analyzed outcomes and adverse effects.

Main results

One study involving 110 participants (55 participants in each group) met our inclusion criteria. The corticosteroid (prednisolone) showed a benefit in shortening the median time to resolution of headaches (five days in the treatment group versus 13 days in the control group, P < 0.0001). Corticosteroids were also associated with smaller numbers of participants who still had headaches after a two-week course of treatment (9.1% versus 45.5%, P < 0.0001). There was a reduction in median time of analgesics use in participants receiving corticosteroids (10.5 versus 25.0, P = 0.038). There were no reported adverse effects from prednisolone in the treatment group.

Authors' conclusions

Corticosteroids significantly help relieve headache in patients with eosinophilic meningitis. However, there is only one RCT supporting this benefit and this trial did not clearly mention allocation concealment and stratification. Future well-designed RCTs may be necessary.

 

Plain language summary

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié

Corticosteroids for the treatment of parasitic eosinophilic meningitis

Eosinophilic meningitis is an inflammation of the membrane covering the brain which can be broadly categorised into infectious and non-infectious causes. Among infectious aetiologies, Angiostrongylus cantonensis, a rat lung worm, is the major cause of eosinophilic meningitis. It occurs principally in South-East Asia and throughout the Pacific basin. However, this parasite has spread progressively beyond the Pacific basin and is now found in regions of North America due to intercontinental dissemination of infected ship rats. Severe headache, which is self-limiting, is the main complaint. The headache is probably due to an immune response to the dead parasites. Other signs and symptoms include neck stiffness and pain, visual disturbances, nausea, vomiting, paraesthesia and hyperaesthesia.

Corticosteroids are drugs that reduce inflammation, which can occur in eosinophilic meningitis from dead larvae. Our review found only one randomised controlled trial that matched our criteria. This trial included 129 patients (63 in the treatment group, prednisolone 60 mg/day, divided into three doses for two weeks and 66 in the control group, placebo). However,19 patients were lost to follow-up. It showed that the median time of resolution of headaches was lower in the group treated with prednisolone (10.5 days versus 25 days) and the number of patients who still had headaches after 14 days was lower in the prednisolone group compared to the control (9.1% versus 45.5%).

There were statistically significant differences, which favoured the treatment group in other outcomes including the frequency of acetaminophen use (median of number of times used) amongst those who still had headaches after 14 days of prednisolone treatment; mean time until complete disappearance of headache; the number of patients who needed repeat lumbar puncture was smaller in the treatment group; and the frequency of acetaminophen use (median of number of times) was lower in the treatment group. There were no reported adverse effects from prednisolone in the treatment group. However the trial authors did not report on allocation concealment which is one of the important issues when considering selection bias.

 

Résumé

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié

Les corticostéroïdes pour le traitement de la méningite à éosinophiles parasitaires

Contexte

Angiostrongylus cantonensis (A. cantonensis) est la cause majeure des méningites à éosinophiles d'origine infectieuse. Les larves mortes de ce parasite entraînent une inflammation et exacerbent les symptômes de la méningite. Les corticostéroïdes sont des médicaments utilisés pour réduire l'inflammation causée par ce parasite.

Objectifs

Examiner les effets et les événements indésirables des corticostéroïdes chez les patients souffrant de méningite à éosinophiles.

Stratégie de recherche documentaire

Nous avons effectué une recherche dans le registre Cochrane des essais contrôlés (CENTRAL) (The Cochrane Library 2012, numéro 6), MEDLINE (de 1950 à la semaine 4 de juillet 2012), EMBASE (de 1974 à juillet 2012), Scopus (de 1960 à juillet 2012), Web of Science (de 1955 à juillet 2012), LILACS (de 1982 à juillet 2012) et CINAHL (de 1981 à juillet 2012).

Critères de sélection

Essais contrôlés randomisés (ECR) sur les corticostéroïdes comparés à un placebo pour le traitement de la méningite à éosinophiles.

Recueil et analyse des données

Deux auteurs de la revue (SiT, SaT) ont recueilli et extrait les données de l'étude de façon indépendante. Nous avons évalué la qualité méthodologique des ECR. Nous avons identifié et analysé les résultats et les effets indésirables.

Résultats Principaux

Une étude portant sur 110 participants (55 participants dans chaque groupe) répondait à nos critères d’inclusion. Le corticostéroïde (prednisolone) montrait un bénéfice en termes de raccourcissement du délai médian avant disparition des céphalées (cinq jours dans le groupe de traitement contre 13 jours dans le groupe témoin, P < 0,0001). Les corticostéroïdes étaient également associés à un nombre réduit de participants souffrant toujours de céphalées après deux semaines de traitement (9,1 % contre 45,5 %, P < 0,0001). Il y avait une réduction de la durée médiane d'utilisation d'analgésiques chez les participants recevant des corticostéroïdes (10,5 contre 25,0, P = 0,038). Il n'y avait aucun effet indésirable rapporté dû à la prednisolone dans le groupe de traitement.

Conclusions des auteurs

Les corticostéroïdes permettent de soulager significativement les céphalées chez les patients souffrant de méningite à éosinophiles. Cependant, il n'existe qu'un seul ECR indiquant ce bénéfice et cet essai ne mentionne pas clairement l'assignation secrète et la stratification. D'autres ECR correctement conçus pourraient s'avérer nécessaires.

 

Résumé simplifié

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié

Les corticostéroïdes pour le traitement de la méningite à éosinophiles parasitaires

Les corticostéroïdes pour le traitement de la méningite à éosinophiles parasitaires

La méningite à éosinophiles est une inflammation de la membrane recouvrant le cerveau. Elle se divise en deux grandes catégories : les méningites d'origine infectieuse et non infectieuse. Parmi les étiologies infectieuses, Angiostrongylus cantonensis, un ver pulmonaire de rat, est la cause majeure des méningites à éosinophiles. Elle touche principalement l'Asie du Sud-Est et l'ensemble du bassin du Pacifique. Cependant, ce parasite s'est progressivement propagé au-delà du bassin du Pacifique et on le trouve à présent dans les régions d'Amérique du Nord en raison de la dissémination intercontinentale des rats infectés qui sont transportés par bateau. Les céphalées sévères, qui se résorbent spontanément, constituent le symptôme principal. Les céphalées sont probablement dues à une réponse immunitaire aux parasites morts. Les autres signes et symptômes comprennent la douleur et la raideur du cou, les troubles visuels, les nausées, les vomissements, la paresthésie et l'hyperesthésie.

Les corticostéroïdes sont des médicaments qui réduisent l'inflammation due aux larves mortes qui peut apparaître en cas de méningite à éosinophiles. Notre revue n'a trouvé qu'un seul essai contrôlé randomisé répondant à nos critères. Cet essai portait sur 129 patients (63 dans le groupe de traitement, prednisolone à 60 mg/jour, répartis en trois doses pendant deux semaines, et 66 dans le groupe témoin, placebo). Cependant, 19 patients ont été perdus de vue. Il montrait que le délai médian avant disparition des céphalées était inférieur dans le groupe traité par prednisolone (10,5 jours contre 25 jours) et que le nombre de patients souffrant toujours de céphalées après 14 jours était inférieur dans le groupe recevant de la prednisolone que dans le groupe témoin (9,1 % contre 45,5 %).

Il y avait des différences statistiquement significatives en faveur du groupe de traitement pour d'autres résultats, notamment la fréquence d'utilisation d'acétaminophène (valeur médiane du nombre d'utilisations) chez les personnes souffrant toujours de céphalées après 14 jours de traitement par prednisolone, et le délai moyen avant disparition complète des céphalées. Le nombre de patients nécessitant des ponctions lombaires répétées était plus faible dans le groupe de traitement, et la fréquence d'utilisation d'acétaminophène (valeur médiane du nombre d'utilisations) était inférieure dans le groupe de traitement. Il n'y avait aucun effet indésirable rapporté dû à la prednisolone dans le groupe de traitement. Cependant, les auteurs de l'essai n'ont rapporté aucune donnée sur l'assignation secrète, qui est l'un des éléments essentiels concernant le biais de sélection.

Notes de traduction

Aucun.

Traduit par: French Cochrane Centre 2nd November, 2012
Traduction financée par: Minist�re des Affaires sociales et de la Sant�