Intervention Review

Whole-body vibration training for patients with neurodegenerative disease

  1. Mercè Sitjà Rabert1,*,
  2. David Rigau Comas2,
  3. Azahara Fort Vanmeerhaeghe3,
  4. Carme Santoyo Medina4,
  5. Marta Roqué i Figuls5,
  6. Daniel Romero-Rodríguez6,
  7. Xavier Bonfill Cosp7

Editorial Group: Cochrane Movement Disorders Group

Published Online: 15 FEB 2012

Assessed as up-to-date: 6 MAY 2011

DOI: 10.1002/14651858.CD009097.pub2


How to Cite

Sitjà Rabert M, Rigau Comas D, Fort Vanmeerhaeghe A, Santoyo Medina C, Roqué i Figuls M, Romero-Rodríguez D, Bonfill Cosp X. Whole-body vibration training for patients with neurodegenerative disease. Cochrane Database of Systematic Reviews 2012, Issue 2. Art. No.: CD009097. DOI: 10.1002/14651858.CD009097.pub2.

Author Information

  1. 1

    Blanquerna School of Health Science, Universitat Ramon Llull, Physiotherapy Department, Barcelona, Barcelona, Spain

  2. 2

    CIBER Epidemiología y Salud Pública (CIBERESP), Spain, Iberoamerican Cochrane Centre. Institute of Biomedical Research (IIB Sant Pau), Barcelona, Spain

  3. 3

    EUSES Sports Science, Universitat de Girona, Girona, Spain

  4. 4

    Blanquerna School of Health Science, Universitat Ramon Llull /Barcelona Day Hospital of the MS Foundation. CEMCat, Physiotherapy Department, Barcelona, Spain

  5. 5

    CIBER Epidemiología y Salud Pública (CIBERESP), Spain, Iberoamerican Cochrane Centre. Institute of Biomedical Research (IIB Sant Pau), Barcelona, Barcelona, Catalunya, Spain

  6. 6

    Universitat de Girona, EUSES Sports Science, Girona, Spain

  7. 7

    CIBER Epidemiología y Salud Pública (CIBERESP), Spain - Universitat Autònoma de Barcelona, Iberoamerican Cochrane Centre - Institute of Biomedical Research (IIB Sant Pau), Barcelona, Catalonia, Spain

*Mercè Sitjà Rabert, Physiotherapy Department, Blanquerna School of Health Science, Universitat Ramon Llull, C/Padilla, 226-232, Barcelona, Barcelona, 08026, Spain. MerceSR@blanquerna.url.edu.

Publication History

  1. Publication Status: New
  2. Published Online: 15 FEB 2012

SEARCH

 

Abstract

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié

Background

Whole-body vibration (WBV) may be a complementary training to standard physical rehabilitation programmes and appears to have potential benefits in the sensorimotor system performance of patients with neurodegenerative diseases.

Objectives

The aim of this review was to examine the efficacy of WBV to improve functional performance according to basic activities of daily living (ADL) in neurodegenerative diseases. Additionally, we wanted to assess the possible effect on signs and symptoms of the disease, body balance, gait, muscle performance, quality of life and adverse events.

Search methods

We searched the following electronic databases: the Cochrane Central Register of Controlled Trials (CENTRAL) (The Cochrane Library, 2011 Issue 4), MEDLINE (1964 to 6 May 2011; via PubMed), EMBASE (1980 to 6 May 2011; via Ovid), PeDro (1929 to May 2011; via website), CINAHL (to September 2011; via Ovid) and PsycINFO (1806 to 6 May 2011; via Ovid).

Selection criteria

We included randomised controlled trials comparing single or multiple sessions of WBV to a passive intervention, any other active physical therapy or WBV with different vibration parameters.

Data collection and analysis

Two review authors independently selected trials for inclusion, assessed trial quality and extracted data. Disagreement was resolved by discussion or, if necessary, referred to a third review author.

Main results

We included 10 trials, of which six focused on Parkinson's disease and four on multiple sclerosis. None of the studies reported data on the primary outcome (functional performance). In Parkinson's disease, after pooling two studies, a single session of WBV caused a significant improvement of gait measured using the Timed Up and Go test (TUG) in comparison to standing exercises (mean difference -3.09, 95% confidence interval -5.60 to -0.59; P = 0.02; I2 = 0%). Nevertheless, longer duration of WBV did not show significant results in comparison with physical therapy in body balance or signs and symptoms measured with the Unified Parkinson's Disease Rating Scale (UPDRS). In multiple sclerosis there was no evidence of a short-term or long-term effect of WBV on body balance, gait, muscle performance or quality of life.

Adverse events were reported in few trials. In those trials that reported them, the intervention appeared to be safe.

Authors' conclusions

There is insufficient evidence of the effect of WBV training on functional performance of neurodegenerative disease patients. Also, there is insufficient evidence regarding its beneficial effects on signs and symptoms of the disease, body balance, gait, muscle strength and quality of life compared to other active physical therapy or passive interventions in Parkinson's disease or multiple sclerosis. More studies assessing other functional tests and accurately assessing safety are needed before a definitive recommendation is established.

 

Plain language summary

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié

Whole-body vibration platform training in patients with neurodegenerative diseases

Rehabilitation is considered to be a key symptomatic and supportive treatment for neurodegenerative diseases. Exercise training using vibratory platform (whole body vibration) has been recently introduced as a complementary treatment to rehabilitation.This review identified ten trials performing whole body vibration (WBV) in neurodegenerative diseases: six in Parkinson's disease and four in multiple sclerosis. Diversity in treatments and outcomes measures makes difficult to quantitatively compare the effect of WBV intervention across studies and to assess its efficacy. There is insufficient evidence to determine the potential benefits of WBV training in functional performance according to activities of daily life, body balance, signs and symptoms of disease, muscle performance, and quality of life in patients with neurodegenerative diseases. Adverse events were poorly reported in the included studies, but this kind of training seems to be a safe intervention. These conclusions are based on a small number of studies with a limited methodological quality.

 

Résumé

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié

L'entraînement par vibrations globales du corps pour les patients atteints de maladies neurodégénératives

Contexte

Les vibrations globales du corps (VGC) peuvent être un entraînement complémentaire des programmes de rééducation physique classiques et semblent présenter des bénéfices potentiels en termes de performances du système sensorimoteur des patients atteints de maladies neurodégénératives.

Objectifs

L'objectif de cette revue était d'examiner l'efficacité des VGC pour améliorer les performances fonctionnelles dans les activités de la vie quotidienne (AVQ) dans les maladies neurodégénératives. De plus, nous voulions évaluer l'effet possible sur les signes et symptômes de la maladie, l'équilibre corporel, la marche, les performances musculaires, la qualité de vie et les événements indésirables.

Stratégie de recherche documentaire

Nous avons effectué des recherches dans les bases de données électroniques suivantes : le registre Cochrane des essais contrôlés (CENTRAL) (The Cochrane Library, 2011 numéro 4), MEDLINE (de 1964 au 6 mai 2011 ; via PubMed), EMBASE (de 1980 au 6 mai 2011 ; via Ovid), PeDro (de 1929 à mai 2011 ; via le site web), CINAHL (jusqu'en septembre 2011 ; via Ovid) et PsycINFO (de 1806 au 6 mai 2011 ; via Ovid).

Critères de sélection

Nous avons inclus des essais contrôlés randomisés comparant des séances uniques ou multiples de VGC à une intervention passive, tout autre traitement physique actif ou des VGC avec des paramètres de vibration différents.

Recueil et analyse des données

Deux auteurs de la revue ont sélectionné les essais à inclure, évalué leur qualité et extrait les données de façon indépendante. Les désaccords ont été résolus par la discussion ou, au besoin, communiqués à un troisième auteur de la revue.

Résultats Principaux

Nous avons inclus 10 essais, dont six portaient sur la maladie de Parkinson et quatre sur la sclérose en plaques. Aucune des études n'a rapporté de données sur les résultats primaires (performances fonctionnelles). Dans la maladie de Parkinson, après avoir regroupé deux études, une séance unique de VGC a entraîné une amélioration significative de la marche mesurée au moyen du test de lever de chaise de Mathias chronométré (Timed Up and Go test (TUG)) comparé aux exercices en position debout (différence moyenne -3,09, intervalle de confiance à 95 % -5,60 à -0,59 ; P = 0,02 ; I2 = 0 %). Cependant, une durée de VGC plus longue n'a pas montré de résultats significatifs par rapport à un traitement physique en termes d'équilibre corporel ou de signes et symptômes mesurés à l'aide de l'échelle d'évaluation unifiée pour la maladie de Parkinson (EEUMP). Dans la sclérose en plaques, aucune preuve n'a été établie quant à un effet à court terme ou à long terme des VGC sur l'équilibre corporel, la marche, les performances musculaires ou la qualité de vie.

Des événements indésirables ont été signalés dans quelques essais. Dans les essais qui les signalaient, l'intervention a semblé être sûre.

Conclusions des auteurs

Il n'existe pas de preuves suffisantes de l'effet de l'entraînement par VGC sur les performances fonctionnelles des patients atteints de maladies neurodégénératives. Par ailleurs, il n'existe pas de preuves suffisantes concernant ses effets bénéfiques sur les signes et symptômes de la maladie, l'équilibre corporel, la marche, la force musculaire et la qualité de vie, comparé à d'autres interventions par traitement physique actif ou à des interventions passives dans la maladie de Parkinson ou la sclérose en plaques. Des études supplémentaires évaluant d'autres tests fonctionnels et évaluant l'innocuité avec exactitude doivent être réalisées avant d'établir une recommandation définitive.

 

Résumé simplifié

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié

L'entraînement par vibrations globales du corps pour les patients atteints de maladies neurodégénératives

L'entraînement par plate-forme à vibrations globales du corps chez les patients atteints de maladies neurodégénératives

La rééducation est considérée comme un traitement symptomatique et un traitement de soutien essentiel pour les maladies neurodégénératives. L'exercice physique au moyen d'une plate-forme vibratoire (vibrations globales du corps) a été introduit récemment comme traitement complémentaire de la rééducation. Cette revue a identifié dix essais utilisant des vibrations globales du corps (VGC) dans des maladies neurodégénératives : six dans la maladie de Parkinson et quatre dans la sclérose en plaques. La diversité des traitements et des mesures des critères de jugement rend difficile la comparaison quantitative de l'effet de l'intervention par VGC entre les études et l'évaluation de son efficacité. Il n'existe pas suffisamment de preuves pour déterminer les bénéfices potentiels de l'entraînement par VGC en termes de performances fonctionnelles selon les activités de la vie quotidienne, d'équilibre corporel, de signes et symptômes de la maladie, de performances musculaires et de qualité de vie, chez les patients atteints de maladies neurodégénératives. Les événements indésirables ont été mal rapportés dans les études incluses, mais ce type d'entraînement semble être une intervention sûre. Ces conclusions sont basées sur un faible nombre d'études dont la qualité méthodologique est limitée.

Notes de traduction

Traduit par: French Cochrane Centre 18th May, 2012
Traduction financée par: Ministère du Travail, de l'Emploi et de la Santé Français