Intervention Review

Dietary supplements for preventing postnatal depression

  1. Brendan J Miller1,*,
  2. Linda Murray2,
  3. Michael M Beckmann3,
  4. Terrence Kent4,
  5. Bonnie Macfarlane3

Editorial Group: Cochrane Pregnancy and Childbirth Group

Published Online: 24 OCT 2013

Assessed as up-to-date: 4 SEP 2013

DOI: 10.1002/14651858.CD009104.pub2

How to Cite

Miller BJ, Murray L, Beckmann MM, Kent T, Macfarlane B. Dietary supplements for preventing postnatal depression. Cochrane Database of Systematic Reviews 2013, Issue 10. Art. No.: CD009104. DOI: 10.1002/14651858.CD009104.pub2.

Author Information

  1. 1

    Flinders Medical Centre, Department of Obstetrics and Gynaecology, Bedford Park, South Australia, Australia

  2. 2

    University of Tasmania, School of Medicine, Hobart, Australia

  3. 3

    Mater Health Services, Brisbane, Queensland, Australia

  4. 4

    Raceview Surgery, Raceview, Queensland, Australia

*Brendan J Miller, Department of Obstetrics and Gynaecology, Flinders Medical Centre, Flinders Drive, Bedford Park, South Australia, 5042, Australia. brendan_miller@hotmail.com.

Publication History

  1. Publication Status: New
  2. Published Online: 24 OCT 2013

SEARCH

 

Abstract

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié

Background

Postnatal depression is a medical condition that affects many women and the development of their infants. There is a lack of evidence for treatment and prevention strategies that are safe for mothers and infants. Certain dietary deficiencies in a pregnant or postnatal woman's diet may cause postnatal depression. By correcting these deficiencies postnatal depression could be prevented in some women. Specific examples of dietary supplements aimed at preventing postnatal depression include: omega-3 fatty acids, iron, folate, s-adenosyl-L-methionine, cobalamin, pyridoxine, riboflavin, vitamin D and calcium.

Objectives

To assess the benefits of dietary supplements for preventing postnatal depression either in the antenatal period, postnatal period, or both.

Search methods

We searched the Cochrane Pregnancy and Childbirth Group's Trials Register (30 April 2013).

Selection criteria

Randomised controlled trials, involving women who were pregnant or who had given birth in the previous six weeks, who were not depressed or taking antidepressants at the commencement of the trials. The trials could use as intervention any dietary supplementation alone or in combination with another treatment compared with any other preventive treatment, or placebo, or standard clinical care.

Data collection and analysis

Two review authors independently assessed trials for inclusion and assessed the risk of bias for the two included studies. Two review authors extracted data and the data were checked for accuracy.

Main results

We included two randomised controlled trials.

One trial compared oral 100 microgram (µg) selenium yeast tablets with placebo, taken from the first trimester until birth. The trial randomised 179 women but outcome data were only provided for 85 women. Eighty-three women were randomised to each arm of the trial. Sixty-one women completed the selenium arm, 44 of whom completed an Edinburgh Postnatal Depression Scale (EPDS). In the placebo arm, 64 women completed the trial, 41 of whom completed an EPDS. This included study (n = 85) found selenium had an effect on EPDS scores but did not reach statistical significance (P = 0.07). There was a mean difference (MD) of -1.90 (95% confidence interval (CI) -3.92 to 0.12) of the self-reported EPDS completed by participants within eight weeks of delivery. There was a high risk of attrition bias due to a large proportion of women withdrawing from the study or not completing an EPDS. This included study did not report on any of the secondary outcomes of this review.

The other trial compared docosahexanoic acid (DHA) and eicosapentaenoic acid (EPA) with placebo. The trial randomised 126 women at risk of postpartum depression to three arms: 42 were allocated to EPA, 42 to DHA, and 42 to placebo. Three women in the EPA arm, four in the DHA arm, and one woman in the placebo arm were lost to follow-up. Women who were found to have major depressive disorder, bipolar disorder, current substance abuse or dependence, suicidal ideation or schizophrenia at recruitment were excluded from the study. The women who discontinued the intervention (five in the EPA arm, four in the DHA arm and seven in the placebo arm) were included in the intention-to-treat analysis, while those who were lost to follow-up were not. Women received supplements or placebo from recruitment at a gestational age of 12 to 20 weeks until their final review visit six to eight weeks postpartum. The primary outcome measure was the Beck Depression Inventory (BDI) score at the fifth visit (six to eight weeks postpartum). No benefit was found for EPA-rich fish oil (MD 0.70, 95% CI -1.78 to 3.18) or DHA-rich fish oil supplementation (MD 0.90, 95% CI -1.33 to 3.13) in preventing postpartum depression. No difference was found in the effect on postnatal depression comparing EPA with DHA (MD -0.20, 95% CI -2.61 to 2.21). No benefit or significant effect was found in terms of the secondary outcomes of the presence of major depressive disorder at six to eight weeks postpartum, the number of women who commenced antidepressants, maternal estimated blood loss at delivery or admission of neonates to the neonatal intensive care unit.

Authors' conclusions

There is insufficient evidence to conclude that selenium, DHA or EPA prevent postnatal depression. There is currently no evidence to recommend any other dietary supplement for prevention of postnatal depression.

 

Plain language summary

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié

Dietary supplements for preventing postnatal depression

Postnatal depression is a common condition that affects women and may impact on their babies. Common symptoms of postnatal depression include fluctuations in mood, mood changes, suicidal ideation and preoccupation with infant well-being ranging from over-concern to frank delusions. There is currently not much evidence regarding interventions that might prevent or treat postnatal depression. A diet lacking in certain vitamins, minerals or other nutrients may cause postnatal depression in some women. Correcting this deficiency with dietary supplements might therefore prevent postnatal depression. Examples of possible dietary supplements aimed at preventing postnatal depression include omega-3 fatty acids, iron, folate, s-adenosyl-L-methionine, vitamin B12 (cobalamin), B6 (pyridoxine), B2 (riboflavin), vitamin D and calcium.

This review identified two randomised controlled studies. One study examined the effect of selenium supplements taken by women from the first trimester to birth in preventing postnatal depression. This study had a high risk of bias because of women withdrawing or not completing their self-scoring system for depression (Edinburgh Postnatal Depression Scale). It may also have been difficult to ensure that the women took their supplements because of concerns that exist about taking supplements during pregnancy. More high-quality studies would be required to confirm any benefit in preventing postnatal depression using selenium.

This review also identified one randomised controlled study that compared docosahexanoic and eicosapentaenoic acid to placebo in women at risk of postpartum depression. This study found that neither docosahexanoic acid nor eicosapentaenoic acid prevented postpartum depression.

Overall, there is not enough evidence at this stage to recommend selenium, docosahexanoic acid, eicosapentaenoic acid or any other dietary supplement for the prevention of postnatal depression. Unfortunately there were no other studies of other dietary supplements that met our selection criteria. Other dietary supplements need to be studied in trials where depressed women are excluded from entry to determine if supplements prevent postnatal depression.

 

Résumé

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié

Compléments alimentaires pour la prévention de la dépression post-natale

Contexte

La dépression postnatale est une affection médicale qui affecte de nombreuses femmes et le développement de leurs nourrissons. Il existe un manque de preuves pour les stratégies de traitement et de prévention, sans danger pour les mères et les nourrissons. Certaines carences alimentaires de la femme enceinte peuvent entraîner une dépression post-natale. La correction de ces déficiences pourrait éviter une dépression post-natale chez certaines femmes. Des exemples des compléments alimentaires visant à prévenir la dépression postnatale sont: Les acides gras oméga-3, le fer, l’acide folique, la s-adénosyl-L-méthionine, la cobalamine, la pyridoxine, la riboflavine, la vitamine D et le calcium.

Objectifs

Évaluer les bénéfices des compléments alimentaires pour la prévention de la dépression postnatale dans la période prénatale, soit dans la période postnatale, ou les deux.

Stratégie de recherche documentaire

Nous avons effectué des recherches dans le registre des essais cliniques du groupe Cochrane sur la grossesse et la naissance (30 avril 2013).

Critères de sélection

Les essais contrôlés randomisés, portant sur des femmes enceintes ou ayant accouché dans six semaines, qui n'étaient pas déprimées ou prenant des antidépresseurs au début des essais. Les essais pouvaient utiliser comme intervention un supplément alimentaire seul ou en association avec un autre traitement par rapport à tout autre traitement préventif, ou un placebo, ou aux soins cliniques standards.

Recueil et analyse des données

Deux auteurs de la revue ont indépendamment évalué les essais à inclure et évalué le risque de biais pour les deux études incluses. Deux auteurs de la revue ont extrait les données et leur exactitude a été vérifiée.

Résultats Principaux

Nous avons inclus deux essais contrôlés randomisés.

Un essai avait comparé des comprimés de 100 microgrammes par voie orale (µg) de levure de sélénium à un placebo, pris du premier trimestre jusqu' à la naissance. L'essai a randomisé 179 les femmes, mais les données de résultats ont été donnés à 85 femmes. Quatre-vingt-trois femmes ont été randomisées pour chaque groupe de l'essai. Soixante-et-une femmes du groupe de sélénium ont complété les donnés, 44 ont terminé l’échelle de dépression post natale d’Edimbourgh (EDPE). Dans le groupe placebo, 64 femmes ont complété l'essai et 41 d’entre elles ont un terminé l’échelle de dépression postnatale d’Edimbourg EDPE. Cette étude incluse (n =85 sélénium) n'avait pas un effet sur les scores EDPE mais ceci n'a pas atteint de signification statistique (P =0,07). Il y avait une différence moyenne (DM) de -1,90 (intervalle de confiance (IC) à 95%, entre -3.92 et 0,12) de la EDPSE déclarée par les participantes dans les huit semaines après l'accouchement. Il y avait un risque élevé de biais d'attrition en raison d'une grande proportion de femmes arrêtant prématurément l'étude ou n’ayant pas complété l’EDPE. Cette étude incluse n'a pas rendu compte des critères de résultats secondaires de cette revue.

L'autre essai comparait l'acide docosahexanoïque (ADH) et l'acide eicosapentaénoïque (EIP) à un placebo. L'essai a randomisé 126 femmes présentant un risque de dépression post-partum avec trois groupes: 42 ont été assignées à l' EIP, 42 à l’ADH, et 42 à un placebo. Trois femmes du groupe EIP, quatre du ADH, et une femme du groupe placebo ont été perdues de vue. Les femmes qui se sont avérées avoir un trouble dépressif majeur, des troubles bipolaires, de la dépendance ou de la consommation abusive de substances ou ayant eu des idées suicidaires ou une schizophrénie lors du recrutement ont été exclues de l'étude. Les femmes ayant arrêté l'intervention (cinq dans la branche EIP, quatre dans la branche ADH et sept dans le groupe placebo) ont été inclues dans l'analyse en intention de traiter mais pas celles qui ont été perdues de vue lors du suivi. Les femmes recevaient des suppléments ou un placebo de 12 à 20 semaines gestationnelles jusqu' à la visite finale de la revue, de six à huit semaines post-partum. Le critère de jugement principal était l'inventaire de dépression de Beck (IDB) à la cinquième visite (six à huit semaines post-partum). Aucun bénéfice n'a été observé pour l'huile de poisson, riche en EIP (DM 0,70, IC à 95%, de -1,78 à 3,18) ou de supplément d’huile de poisson riche en ADH (DM de 0,90, IC à 95%, de -1,33 à 3,13) dans la prévention de la dépression post-partum. Aucune différence n'était observée dans l'effet sur la dépression postnatale comparant l'EIPA à l’ADH (DM -0,20, IC à 95%, de -2,61 à 2,21). Aucun bénéfice ou effet significatif n'était observée en termes de critères de jugement secondaires de présence d’un trouble dépressif majeur au bout de six à huit semaines post-partum, du nombre de femmes qui commençaient des antidépresseurs, en perte de sang estimé de la mère à l'accouchement ou de nouveau-nés hospitalisés en unité néonatale de soins intensifs.

Conclusions des auteurs

Il n'existe pas suffisamment de preuves pour conclure que le sélénium, l’ADH, ou l’EIP préviennent la dépression post-natale. A présent, il n'existe aucune preuve permettant de recommander d'autres compléments alimentaires pour la prévention de la dépression postnatale.

 

Résumé simplifié

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié

Compléments alimentaires pour la prévention de la dépression post-natale

Compléments alimentaires pour la prévention de la dépression post-natale

La dépression postnatale est une pathologie courante qui affecte les femmes et peut avoir un impact sur leurs bébés. Les symptômes courants de la dépression postnatale comprennent les fluctuations de l'humeur, les changements d'humeur, des idées et des préoccupations sur le bien-être de l’enfant, allant d’un investissement exagéré jusqu’à des idées délirantes à ce sujet. Il n'existe pas actuellement beaucoup de preuves concernant les interventions qui pourraient permettre de prévenir ou traiter la dépression postnatale. Un régime alimentaire pauvre en certaines vitamines et minéraux ou d'autres nutriments peut entraîner une dépression postnatale chez certaines femmes. La correction de ces carences avec compléments alimentaires pourrait donc prévenir la dépression postnatale. Exemples de possibles compléments alimentaires visant à prévenir la dépression postnatale sont des acides gras oméga-3, du fer, de l'acide folique, s-adénosyl-L-méthionine, de la vitamine B12 (cobalamine), B6 (pyridoxine), B2 (riboflavine), D et du calcium.

Cette revue a identifié deux études contrôlées randomisées. Une étude a examiné l'effet de suppléments de sélénium pris par les femmes à partir du premier trimestre et la naissance dans la prévention de la dépression post-natale. Cette étude présentait un risque élevé de biais en raison du nombre de femmes qui arrêtaient ou ne terminaient pas leur système d’auto rapport pour le traitement de la dépression (Echelle de dépression postnatale d’Edimbourg). Il pourrait avoir été difficile de s'assurer que les femmes prenaient leur suppléments en raison de doutes que subsistent quant à la prise de compléments alimentaires pendant la grossesse. D'autres études de qualité seraient nécessaires pour confirmer un éventuel bénéfice dans la prévention de la dépression post-natale à l'aide de sélénium.

Cette revue a également identifié une étude contrôlée randomisée qui comparaient l’acide docosahexanéoïque et l'acide eicosapentaénoïque à un placebo chez les femmes présentant un risque de dépression post-partum. Cette étude a trouvé que ni l’acide docosahexanéoïque ni l'acide eicosapentaénoïque prévenaient la dépression post-partum.

Dans l'ensemble, il n'existe pas suffisamment de preuves à ce stade pour recommander le sélénium, l’acide docosahexanéoïque, l'acide eicosapentaénoïque ou d'autres compléments alimentaires pour la prévention de la dépression postnatale. Malheureusement, il n'y avait pas d'autres études portant sur d'autres suppléments alimentaires qui remplissaient nos critères de sélection. D'autres compléments alimentaires doivent être étudiés dans les essais dans lesquels les femmes déprimées sont exclues d’emblée et déterminer si les compléments préviennent la dépression post-natale.

Notes de traduction

Traduit par: French Cochrane Centre 9th January, 2014
Traduction financée par: Financeurs pour le Canada : Instituts de Recherche en Sant� du Canada, Minist�re de la Sant� et des Services Sociaux du Qu�bec, Fonds de recherche du Qu�bec-Sant� et Institut National d'Excellence en Sant� et en Services Sociaux; pour la France : Minist�re en charge de la Sant�