Angiotensin-converting enzyme inhibitors and angiotensin receptor blockers for preserving residual kidney function in peritoneal dialysis patients

  • Review
  • Intervention

Authors


Abstract

Background

Angiotensin-converting enzyme inhibitors (ACEis) and angiotensin receptor blockers (ARBs) are widely used in peritoneal dialysis (PD) patients, yet controversy exists about their impact on residual kidney function.

Objectives

This review aimed to evaluate the benefits and harms of ACEis and ARBs for preserving residual kidney function in PD patients.

Search methods

The Cochrane Renal Group's specialised register, Cochrane Register of Controlled Trials (CENTRAL), MEDLINE, EMBASE (OvidSP interface), Chinese Biomedical Literature Database (CBM), China National Knowledge Infrastructure (CNKI) and other resources were searched by applying a prespecified comprehensive search strategy. Date of last search: 01 May 2014.

Selection criteria

Randomised controlled trials (RCTs) and quasi-RCTs comparing ACEis or ARBs with placebo, other antihypertensive drugs or each other in PD patients were included.

Data collection and analysis

Screening, selection, data extraction and quality assessments for each retrieved article were carried out by two authors using standardised forms. Authors were contacted when published data were incomplete. Statistical analyses were performed using the random effects model and results expressed as risk ratio (RR) with 95% confidence intervals (CI). Heterogeneity among studies was explored using the Cochran Q statistic and the I² test, subgroup analyses and random effects meta-regression.

Main results

Six open-label studies (257 patients) were identified. One study compared ACEi with other antihypertensive drugs, three compared ARBs with other antihypertensive drugs, and two studies compared an ARB with an ACEi. Long-term use (≥ 12 months) of an ARB showed significantly benefit of preserving residual kidney function in continuous ambulatory PD (CAPD) patients (MD 1.11 mL/min/1.73 m², 95% CI 0.38 to 1.83), although there was no significant benefit when an ARB were used short-term (≤ six months). One study showed that compared with other antihypertensive drugs, long-term use (12 months) of the ACEi ramipril showed a significant reduction in the decline of residual kidney function in patients on CAPD (MD -0.93 mL/min/1.73m², 95% CI -0.75 to -0.11), and delayed the progression to complete anuria (RR 0.64, 95% CI 0.41 to 0.99). There was no significant difference in serum potassium, urinary protein excretion, Kt/V, weekly creatinine clearance and blood pressure for ARBs versus other antihypertensive drugs. Compared with other antihypertensive drugs, ramipril showed no difference in mortality and cardiovascular events. Compared with an ACEi, ARBs did not show any difference in residual kidney function.

The selection bias assessment was low in four studies and unclear in two. Five studies were open-label; however the primary outcome (residual kidney function) was obtained objectively from laboratory tests, and were not likely to be influenced by the lack of blinding. Reporting bias was unclear in all six studies.

Authors' conclusions

Compared with other antihypertensive drugs, long-term use (≥ 12 months) of ACEis or ARBs showed additional benefits of preserving residual kidney function in CAPD patients. There was no significant difference on residual kidney function preservation between ARBs and ACEis. However, limited by the small number of RCTs enrolling small number of participants, there is currently insufficient evidence to support the use of an ACEi or an ARB as first line antihypertensive therapy in PD patients.

Résumé scientifique

Les inhibiteurs de l'enzyme de conversion de l'angiotensine et les antagonistes des récepteurs de l'angiotensine pour préserver la fonction rénale résiduelle chez les patients sous dialyse péritonéale

Contexte

Les inhibiteurs de l'enzyme de conversion de l'angiotensine (IEC) et les antagonistes des récepteurs de l'angiotensine (ARA) sont largement utilisés chez les patients sous dialyse péritonéale (DP), mais leur impact sur la fonction rénale résiduelle est controversée.

Objectifs

Cette revue visait à évaluer les bénéfices et les inconvénients des IEC et des ARA pour préserver la fonction rénale résiduelle chez les patients sous DP.

Stratégie de recherche documentaire

Le registre spécialisé du groupe Cochrane sur la néphrologie, le registre Cochrane des essais contrôlés (CENTRAL), MEDLINE, EMBASE (interface OvidSP), Chinese Biomedical Literature Database (CBM), China National Knowledge Infrastructure (CNKI) et d'autres ressources ont fait l'objet de recherches en appliquant une stratégie de recherche exhaustive prédéfinie. Date de la dernière recherche : le 1er mai 2014.

Critères de sélection

Ont été inclus les essais contrôlés randomisés (ECR) et quasi-ECR comparant un IEC ou un ARA à un placebo, à d'autres médicaments antihypertenseurs ou les uns par rapport aux autres chez des patients sous DP.

Recueil et analyse des données

Le criblage, la sélection, l'extraction des données et l'évaluation de la qualité de chaque article sélectionné ont été effectués par deux auteurs de la revue à l'aide de formulaires standardisés. Les auteurs ont été contactés lorsque les données publiées étaient incomplètes. Les analyses statistiques ont été réalisées en utilisant le modèle à effets aléatoires et les résultats ont été exprimés sous la forme de risque relatif (RR) avec des intervalles de confiance (IC) à 95 %. L'hétérogénéité entre les études a été explorée en utilisant la statistique Cochran Q et le test I², les analyses de sous-groupes et la méta-régression à effets aléatoires.

Résultats principaux

Six études ouvertes (257 patients) ont été identifiées. Une étude comparait un IEC à d'autres médicaments antihypertenseurs, trois comparaient un ARA à d'autres médicaments antihypertenseurs et deux études un ARA à un IEC. L'utilisation à long terme (≥ 12 mois) d'un ARA a montré qu'il y avait un avantage significatif dans la préservation d'une fonction rénale résiduelle de patients en DP continue ambulatoire (DPCA) (DM 1,11 ml/min/1,73m², IC à 95 % de 0,38 à 1,83), alors qu'il n'y avait pas de bénéfice significatif lorsqu'un ARA était utilisé à court terme (≤ six mois). Une étude a montré que, en comparaison avec d'autres médicaments antihypertenseurs, l'utilisation à long terme (12 mois) de l'IEC ramipril montrait une réduction significative dans le déclin de la fonction rénale résiduelle chez des patients sous DPCA (DM -0,93 ml/min/1,73m²,IC à 95 % de -0,75 à -0,11), et retardait la progression vers une anurie totale (RR 0,64, IC à 95 % de 0,41 à 0,99). Il n'y avait pas de différence significative dans le potassium sérique, l'excrétion de protéines dans les urines, le Kt/V, la clairance de la créatinine hebdomadaire et la pression artérielle entre les ARA et d'autres médicaments antihypertenseurs. Par rapport à d'autres médicaments antihypertenseurs, le ramipril n'a pas montré de différence dans la mortalité et les événements cardio-vasculaires. En comparaison avec un IEC, les ARA n'ont montré aucune différence dans la fonction rénale résiduelle.

Le biais de sélection a été évalué comme faible dans quatre études et incertain dans deux. Cinq études étaient ouvertes ; cependant, le critère de jugement principal (la fonction rénale résiduelle) a été obtenu objectivement par des examens de laboratoire et n'était pas susceptible d'être influencé par le manque de masquage. Le biais de notification était imprécis dans les six études.

Conclusions des auteurs

Par rapport à d'autres médicaments antihypertenseurs, l'utilisation à long terme (≥ 12 mois) des IEC ou des ARA a montré des bénéfices supplémentaires dans la préservation de la fonction rénale résiduelle chez les patients sous DPCA. Il n'y avait aucune différence significative entre les ARA et les IEC dans la préservation de la fonction rénale résiduelle. Toutefois, en raison du petit nombre d'ECR portant sur un petit nombre de participants, les preuves sont actuellement insuffisantes pour recommander l'utilisation d'un IEC ou d'un ARA comme traitement antihypertenseur de première intention chez les patients sous DP.

Plain language summary

Angiotensin-converting enzyme inhibitors and angiotensin-II receptor blockers for preserving residual kidney function in peritoneal dialysis patients

Residual kidney function plays a key role in the health and quality of life of patients on peritoneal dialysis (PD). Better preservation of residual kidney function is associated with decreased mortality, even at 1 mL/min of residual glomerular filtration rate (GFR), which is associated with a nearly 50% reduction in mortality rate. Two kinds of antihypertensive drugs, angiotensin-converting enzyme inhibitors (ACEis) and angiotensin-II receptor blockers (ARBs), are frequently prescribed for PD patients (primarily to control hypertension or heart failure), and could provide significant cardiovascular benefit for ESKD patients. Nowadays, while ACEis and ARBs use is advocated in PD patients, the supporting evidence is still unclear. However studies have focused on heart protection rather than residual kidney function. The aim of this review was to assess the benefits and harms of ACEis and ARBs therapy for preserving residual kidney function in PD patients. Six studies (257 patients) were included (three ARB studies, one ACEi study and ACEi versus ARB studies). Long-term use (12 months or more) of an ARB showed a significant benefit in preserving residual kidney function in continuous ambulatory PD (CAPD) patients compared with other antihypertensive drugs, although there was no significant benefit when an ARB were used for less than six months). One study showed that compared with other antihypertensive drugs, long-term use of the ACEi ramipril showed a significant reduction in the decline of residual kidney function in patients on CAPD as well as anuria rate. While dizziness and cough are the main adverse events when an ACEi is used, only one study comparing an ARB with an ACEi reported this outcome and no significant difference between the two groups were found. While the use of an ARB or an ACEi may both be useful in preserving residual kidney function, the small number of studies and small number of patients enrolled means there is currently insufficient evidence to support the use of an ACEi or an ARB as first line antihypertensive therapy in PD patients.

Résumé simplifié

Les inhibiteurs de l'enzyme de conversion de l'angiotensine et les antagonistes des récepteurs de l'angiotensine II pour préserver la fonction rénale résiduelle chez les patients sous dialyse péritonéale

La fonction rénale résiduelle joue un rôle essentiel dans la santé et la qualité de vie des patients sous dialyse péritonéale (DP). Une meilleure préservation de la fonction rénale résiduelle est associée à une diminution de la mortalité, même un débit de filtration glomérulaire (DFG) réduit à 1 ml/min est associé à une réduction de près de 50 % du taux de mortalité. Deux types de médicaments antihypertenseurs, les inhibiteurs de l'enzyme de conversion de l'angiotensine (IEC) et les antagonistes des récepteurs de l'angiotensine II (ARA) sont souvent prescrits chez les patients sous DP (principalement pour contrôler l'hypertension ou l'insuffisance cardiaque) et pourraient apporter des bénéfices cardiovasculaires significatifs pour les patients en insuffisance rénale terminale (IRT). Actuellement, bien que les IEC et les ARA soient préconisés chez les patients sous DP, les preuves pour étayer leur utilisation sont encore incertaines. Toutefois, les études se sont centrées sur la protection cardiaque plutôt que sur la fonction rénale résiduelle. L'objectif de cette revue était d'évaluer les avantages et les inconvénients du traitement par les IEC et les ARA pour préserver la fonction rénale résiduelle chez les patients sous DP. Six études (257 patients) ont été incluses (trois études concernaient un ARA, une un IEC et deux un IEC versus un ARA). L'utilisation à long terme (12 mois ou plus) d'un ARA a montré un bénéfice significatif pour préserver la fonction rénale résiduelle des patients en dialyse péritonéale continue ambulatoire (DPCA) par rapport à d'autres médicaments antihypertenseurs, bien qu'il n'y ait pas eu de bénéfice significatif lorsqu'un ARA était utilisé moins de six mois. Une étude a montré que, en comparaison avec d'autres médicaments antihypertenseurs, l'utilisation à long terme de l'IEC ramipril entrainait une réduction significative du déclin de la fonction rénale résiduelle chez les patients sous DPCA ainsi que du taux d'anurie. Bien que les étourdissements et la toux soient les principaux événements indésirables lorsqu'un IEC est utilisé, une seule étude comparant un ARA avec un IEC a rapporté des résultats les concernant et aucune différence significative entre les deux groupes n'a été trouvée. Bien que l'utilisation d'un ARA ou d'un IEC pourrait être utile pour préserver la fonction rénale résiduelle, le petit nombre d'études et le petit nombre de patients recrutés signifie qu'il n'y a actuellement pas suffisamment de données probantes pour recommander l'utilisation d'un IEC ou d'un ARA comme traitement antihypertenseur de première intention chez les patients sous DP.

Notes de traduction

Traduit par: French Cochrane Centre 9th October, 2014
Traduction financée par: Financeurs pour le Canada : Instituts de Recherche en Santé du Canada, Ministère de la Santé et des Services Sociaux du Québec, Fonds de recherche du Québec-Santé et Institut National d'Excellence en Santé et en Services Sociaux; pour la France : Ministère en charge de la Santé

Резюме на простом языке

Ингибиторы ангиотензин-превращающего фермента и блокаторы рецепторов ангиотензина-II для сохранения остаточной функции почек у больных, находящихся на перитонеальном диализе

Остаточная функция почек играет ключевую роль в здоровье и качестве жизни пациентов, находящихся на перитонеальном диализе (ПД). Лучшее сохранение остаточной функции почек связано со снижением смертности, даже при скорости остаточной клубочковой фильтрации (СКФ) 1 мл/мин, что связано с почти 50%-ным снижением смертности. Два вида антигипертензивных препаратов, ингибиторы ангиотензин-превращающего фермента (ИАПФ) и блокаторы рецепторов ангиотензина-II (БРА), часто назначают пациентам, находящимся на ПД (в первую очередь для контроля гипертонии или сердечной недостаточности), и могут обеспечить существенную сердечно-сосудистую пользу для пациентов в терминальной стадии болезни почек (ТСБП). На сегодняшний день, в то время как ИАПФ и БРА применяются у пациентов, находящихся на ПД, подтверждающие доказательства до сих пор неясны. Однако, исследования были посвящены вопросу защиты сердца, а не остаточной функции почек. Цель этого обзора заключалась в оценке пользы и вреда от терапии ИАПФ и БРА для сохранения остаточной функции почек у пациентов, находящихся на ПД. Шесть исследований (257 пациентов) были включены (три исследования БРА, одно исследование ИАПФ и исследование ИАПФ в сравнении с БРА). Длительное использование (12 месяцев и более) БРА показало значительное преимущество в сохранении остаточной функции почек при непрерывном амбулаторном ПД (НАПД) пациентов по сравнению с другими антигипертензивными средствами, хотя не было значительного преимущества, когда БРА применялись менее шести месяцев). Одно исследование показало, что по сравнению с другими антигипертензивными средствами, длительное применение ИАПФ рамиприла показало значительное снижение в уменьшении остаточной функции почек у пациентов при непрерывном амбулаторном ПД, а также частоты развития анурии. В то время, как головокружение и кашель являются основными нежелательными явлениями при использовании ИАПФ, только одно исследование, сравнивающее БРА с ИАПФ, сообщило об этом результате и существенного различия между двумя группами не было обнаружено. В то время как применение БРА или ИАПФ может быть полезным для сохранения остаточной функции почек, небольшое число исследований и небольшое число включенных пациентов означает, что в настоящее время недостаточно доказательств в поддержку использования ИАПФ или БРА в качестве антигипертензивной терапии первой линии у пациентов, находящихся на ПД.

Заметки по переводу

Перевод: Титаренко Альбина Фаритовна. Редактирование: Зиганшина Лилия Евгеньевна. Координация проекта по переводу на русский язык: Казанский федеральный университет. По вопросам, связанным с этим переводом, пожалуйста, свяжитесь с нами по адресу: lezign@gmail.com