Diagnostic Test Accuracy Review

You have full text access to this OnlineOpen article

Rapid tests for the diagnosis of visceral leishmaniasis in patients with suspected disease

  1. Marleen Boelaert1,*,
  2. Kristien Verdonck1,
  3. Joris Menten1,
  4. Temmy Sunyoto1,
  5. Johan van Griensven1,
  6. Francois Chappuis2,
  7. Suman Rijal3

Editorial Group: Cochrane Infectious Diseases Group

Published Online: 20 JUN 2014

Assessed as up-to-date: 3 DEC 2013

DOI: 10.1002/14651858.CD009135.pub2


How to Cite

Boelaert M, Verdonck K, Menten J, Sunyoto T, van Griensven J, Chappuis F, Rijal S. Rapid tests for the diagnosis of visceral leishmaniasis in patients with suspected disease. Cochrane Database of Systematic Reviews 2014, Issue 6. Art. No.: CD009135. DOI: 10.1002/14651858.CD009135.pub2.

Author Information

  1. 1

    Institute of Tropical Medicine, Antwerp, Belgium

  2. 2

    Geneva University Hospitals, Division of International and Humanitarian Medicine, Geneva, Switzerland

  3. 3

    BP Koirala Institute of Health Sciences, Department of Internal Medicine, Sunsari, Nepal

*Marleen Boelaert, Institute of Tropical Medicine, Antwerp, Belgium. mboelaert@itg.be.

Publication History

  1. Publication Status: New
  2. Published Online: 20 JUN 2014

SEARCH

 

Abstract

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé scientifique
  5. Résumé simplifié

Background

The diagnosis of visceral leishmaniasis (VL) in patients with fever and a large spleen relies on showing Leishmania parasites in tissue samples and on serological tests. Parasitological techniques are invasive, require sophisticated laboratories, consume time, or lack accuracy. Recently, rapid diagnostic tests that are easy to perform have become available.

Objectives

To determine the diagnostic accuracy of rapid tests for diagnosing VL in patients with suspected disease presenting at health services in endemic areas.

Search methods

We searched MEDLINE, EMBASE, LILACS, CIDG SR, CENTRAL, SCI-expanded, Medion, Arif, CCT, and the WHO trials register on 3 December 2013, without applying language or date limits.

Selection criteria

This review includes original, phase III, diagnostic accuracy studies of rapid tests in patients clinically suspected to have VL. As reference standards, we accepted: (1) direct smear or culture of spleen aspirate; (2) composite reference standard based on one or more of the following: parasitology, serology, or response to treatment; and (3) latent class analysis.

Data collection and analysis

Two review authors independently extracted data and assessed quality of included studies using the QUADAS-2 tool. Discrepancies were resolved by a third author. We carried out a meta-analysis to estimate sensitivity and specificity of rapid tests, using a bivariate normal model with a complementary log-log link function. We analysed each index test separately. As possible sources of heterogeneity, we explored: geographical area, commercial brand of index test, type of reference standard, disease prevalence, study size, and risk of bias (QUADAS-2). We also undertook a sensitivity analysis to assess the influence of imperfect reference standards.

Main results

Twenty-four studies containing information about five index tests (rK39 immunochromatographic test (ICT), KAtex latex agglutination test in urine, FAST agglutination test, rK26 ICT, and rKE16 ICT) recruiting 4271 participants (2605 with VL) were included. We carried out a meta-analysis for the rK39 ICT (including 18 studies; 3622 participants) and the latex agglutination test (six studies; 1374 participants). The results showed considerable heterogeneity. For the rK39 ICT, the overall sensitivity was 91.9% (95% confidence interval (95% CI) 84.8 to 96.5) and the specificity 92.4% (95% CI 85.6 to 96.8). The sensitivity was lower in East Africa (85.3%; 95% CI 74.5 to 93.2) than in the Indian subcontinent (97.0%; 95% CI 90.0 to 99.5). For the latex agglutination test, overall sensitivity was 63.6% (95% CI 40.9 to 85.6) and specificity 92.9% (95% CI 76.7 to 99.2).

Authors' conclusions

The rK39 ICT shows high sensitivity and specificity for the diagnosis of visceral leishmaniasis in patients with febrile splenomegaly and no previous history of the disease, but the sensitivity is notably lower in east Africa than in the Indian subcontinent. Other rapid tests lack accuracy, validation, or both.

 

Plain language summary

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé scientifique
  5. Résumé simplifié

Rapid diagnostic tests for visceral leishmaniasis

Visceral leishmaniasis (or kala-azar) is caused by a parasite, results in fever, a large spleen and other health problems, occuring in India, Bangladesh and Nepal, east Africa, the Mediterranean region and Brazil. Without treatment people die, and proper treatment can result in cure, so diagnosis is important. Many of the tests that are used to determine if a person has visceral leishmaniasis are complicated, costly, painful and sometimes dangerous for the patients. Now rapid diagnostic tests that are safe and easy to perform are available.

This Cochrane review describes how accurate these rapid diagnostic tests are for diagnosing visceral leishmaniasis. We summarize those studies that evaluated the rapid tests in people who, according to their physicians, could have the disease. We only included studies in which the researchers had used established methods to distinguish the people with visceral leishmaniasis from those who did not have the disease.

We found 24 studies, which contained information about five different rapid tests. A total of 4271 people participated in these studies. One of the rapid tests (called the rK39 immunochromatographic test) gave correct, positive results in 92% of the people with visceral leishmaniasis and it gave correct, negative results in 92% of the people who did not have the disease. This test worked better in India and Nepal than in east Africa. In India and Nepal, it gave correct, positive results in 97% of the people with the disease. In east Africa, it gave correct, positive results in only 85% of the people with the disease.

A second rapid test (called latex agglutination test) gave correct, positive results in 64% of the people with the disease and it gave correct, negative results in 93% of the people without the disease. For the other rapid tests evaluated, there are too few studies to know how accurate they are.

 

Résumé scientifique

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé scientifique
  5. Résumé simplifié

Les tests rapides pour le diagnostic de la leishmaniose viscérale chez les patients suspectés d'être atteints de la maladie

Contexte

Le diagnostic de la leishmaniose viscérale (LV) chez des patients avec de la fièvre et une grosse rate repose sur la mise en évidence des parasites Leishmania dans des prélèvements tissulaires et sur des examens sérologiques.Les techniques parasitologiques sont invasives, nécessitent des laboratoires sophistiqués, prennent du temps ou manquent de précision.Récemment, des tests diagnostiques rapides, faciles à réaliser, sont devenus disponibles.

Objectifs

Déterminer la précision des tests rapides dans le diagnostic de la LV chez des patients suspectés d'être atteints de la maladie, se présentant dans des services de santé de zones d'endémie.

Stratégie de recherche documentaire

Nous avons effectué des recherches dans MEDLINE, EMBASE, LILACS, CIDG SR, CENTRAL, SCI-expanded, Medion, Arif, CCT et le registre des essais cliniques de l'OMS le 3 décembre 2013, sans appliquer de restriction de langue ni de limite de date.

Critères de sélection

Cette revue inclut des études originales, phase III, portant sur la précision diagnostique de tests rapides chez des patients suspectés cliniquement d'être atteints de LV.Comme étalon de référence, nous avons accepté : (1) l'analyse microscopique directe ou la culture de l'aspiration splénique; (2) un composé d'éléments de référence basé sur un ou plusieurs éléments suivants: la parasitologie, la sérologie ou la réponse au traitement; et (3) l'analyse de classes latentes.

Recueil et analyse des données

Deux auteurs de la revue ont extrait les données et évalué la qualité des études incluses à l'aide de l'outil QUADAS-2.Les divergences ont été résolues par un troisième auteur.Nous avons réalisé une méta-analyse pour estimer la sensibilité et la spécificité des tests rapides, à l'aide d'un modèle normal bivarié avec une fonction de lien log-log complémentaire.Nous avons analysé séparément chacun des tests évalués.Comme possibles sources d'hétérogénéité, nous avons exploré : la zone géographique, la marque commerciale du test, le type de l'étalon de référence, la prévalence de la maladie, la taille de l'étude et le risque de biais (QUADAS -2).Nous avons également entrepris une analyse de sensibilité pour évaluer l'influence des étalons de référence imparfaits.

Résultats principaux

Vingt-quatre études ont été incluses, elles contenaient des informations sur cinq tests évalués (test immunochromatographique (TIC) rK39, test KAtex d'agglutination au latex dans l'urine, test d'agglutination FAST, TIC rK26 et TIC rKE16) et avaient recruté 4 271 participant (2 605 avec une LV). Nous avons réalisé une méta-analyse pour le TIC rK39 (incluant 18 études ; 3 622 participants) et le test d'agglutination au latex (six études ; 1 374 participants).Les résultats ont montré une hétérogénéité considérable.Pour le TIC rK39, la sensibilité globale était de 91,9 % (intervalle de confiance à 95 % (IC à 95 %) de 84,8 à 96,5) et la spécificité de 92,4 % (IC à 95 % de 85,6 à 96,8).La sensibilité était plus faible dans les pays d'Afrique de l'Est (85,3 %; IC à 95 % de 74,5 à 93.2) que dans le sous-continent indien (97,0 % ; IC à 95 % de 90,0 à 99,5).Pour le test d'agglutination au latex, la sensibilité globale était de 63,6 % (IC à 95 % de 40,9 à 85,6) et la spécificité de 92,9 % (IC à 95 % de 76,7 à 99,2).

Conclusions des auteurs

Le TIC rK39 montre une sensibilité et une spécificité élevées pour le diagnostic de la leishmaniose viscérale chez les patients présentant une splénomégalie fébrile et sans antécédents de la maladie, mais la sensibilité est notablement plus faible en Afrique de l'Est que dans le sous-continent indien.D'autres tests rapides manquent de précision, de validation ou des deux.

 

Résumé simplifié

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé scientifique
  5. Résumé simplifié

Les tests de diagnostic rapide pour la leishmaniose viscérale

La leishmaniose viscérale (ou kala-azar) est causée par un parasite, et il en résulte de la fièvre, une grosse rate et d'autres problèmes de santé. Elle est présente en Inde, au Bangladesh et au Népal, en Afrique de l'Est, dans le bassin méditerranéen et au Brésil.Sans traitement, les personnes infectées en meurent, tandis qu'un traitement adéquat peut entraîner la guérison, de sorte que le diagnostic est important.De nombreux examens utilisés pour déterminer si une personne est atteinte de leishmaniose viscérale sont compliqués, coûteux, douloureux et parfois dangereux pour les patients.Aujourd'hui, des tests diagnostiques rapides sûrs et faciles à réaliser sont disponibles.

Cette revue Cochrane décrit quelle est l'efficacité de ces tests diagnostiques rapides pour diagnostiquer la leishmaniose viscérale.Nous résumons les études qui ont évalué les tests rapide chez des personnes qui, selon leurs médecins, pouvaient avoir la maladie.Nous avons uniquement inclus les études dans lesquelles les chercheurs avaient utilisé des méthodes établies pour distinguer les personnes atteintes de leishmaniose viscérale de celles qui n'avaient pas la maladie.

Nous avons trouvé 24 études, qui contenaient des informations sur cinq différents tests rapides.Un total de 4 271 patients ont été recrutés dans ces études.L'un des tests rapides (dit test immunochromatographique rK39) donnait des résultats positifs corrects chez 92 % des personnes atteintes de leishmaniose viscérale et des résultats négatifs corrects chez 92 % des personnes n'ayant pas eu la maladie.Ce test a mieux fonctionné en Inde et au Népal qu'en Afrique de l'Est.En Inde et au Népal, il donnait des résultats positifs corrects pour 97 % des personnes atteintes de la maladie.En Afrique de l'Est, il donnait des résultats positifs corrects pour seulement 85 % des personnes atteintes de la maladie.

Un deuxième test rapide (dit test d'agglutination au latex) a donné des résultats positifs corrects chez 64% des personnes atteintes de la maladie et des résultats négatifs corrects chez 93 % des personnes sans la maladie.Pour les autres tests rapides évalués, il existe trop peu d'études pour savoir quelle est leur efficacité diagnostique.

Notes de traduction

Traduit par: French Cochrane Centre 9th November, 2014
Traduction financée par: Financeurs pour le Canada : Instituts de Recherche en Santé du Canada, Ministère de la Santé et des Services Sociaux du Québec, Fonds de recherche du Québec-Santé et Institut National d'Excellence en Santé et en Services Sociaux; pour la France : Ministère en charge de la Santé