Intervention Review

You have free access to this content

Antiretroviral therapy for prevention of HIV transmission in HIV-discordant couples

  1. Andrew Anglemyer1,
  2. George W Rutherford1,*,
  3. Tara Horvath1,
  4. Rachel C Baggaley2,
  5. Matthias Egger3,
  6. Nandi Siegfried4,5

Editorial Group: Cochrane HIV/AIDS Group

Published Online: 30 APR 2013

Assessed as up-to-date: 26 FEB 2013

DOI: 10.1002/14651858.CD009153.pub3


How to Cite

Anglemyer A, Rutherford GW, Horvath T, Baggaley RC, Egger M, Siegfried N. Antiretroviral therapy for prevention of HIV transmission in HIV-discordant couples. Cochrane Database of Systematic Reviews 2013, Issue 4. Art. No.: CD009153. DOI: 10.1002/14651858.CD009153.pub3.

Author Information

  1. 1

    University of California, San Francisco, Global Health Sciences, San Francisco, California, USA

  2. 2

    World Health Organization, Department of HIV/AIDS, Geneva, Switzerland

  3. 3

    Institute of Social and Preventive Medicine, Institute of Social Medicine, Bern, Switzerland

  4. 4

    University of Cape Town, Department of Psychiatry and Mental Health, Faculty of Health Sciences, Cape Town, South Africa

  5. 5

    University of California, San Francisco, Department of Epidemiology and Biostatistics, San Francisco, California, USA

*George W Rutherford, Global Health Sciences, University of California, San Francisco, San Francisco, California, 94105, USA. GRutherford@psg.ucsf.edu.

Publication History

  1. Publication Status: New search for studies and content updated (no change to conclusions)
  2. Published Online: 30 APR 2013

SEARCH

 

Abstract

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié

Background

Antiretroviral drugs have been shown to reduce risk of mother-to-child transmission of human immunodeficiency virus (HIV) and are also widely used for post-exposure prophylaxis for parenteral and sexual exposures. Sexual transmission may be lower in couples in which one partner is infected with HIV and the other is not and the infected partner is on antiretroviral therapy (ART).

Objectives

To determine if ART use in an HIV-infected member of an HIV-discordant couple is associated with lower risk of HIV transmission to the uninfected partner compared to untreated discordant couples.

Search methods

We used standard Cochrane methods to search electronic databases and conference proceedings with relevant search terms without limits to language.

Selection criteria

Randomised controlled trials (RCT), cohort studies and case-control studies of HIV-discordant couples in which the HIV-infected member of the couple was being treated or not treated with ART

Data collection and analysis

Abstracts of all trials identified by electronic or bibliographic scanning were examined independently by two authors. We initially identified 3,833 references and examined 87 in detail for study eligibility. Data were abstracted independently using a standardised abstraction form.

Main results

One RCT and nine observational studies were included in the review. These ten studies identified 2,112 episodes of HIV transmission, 1,016 among treated couples and 1,096 among untreated couples. The rate ratio for the single randomised controlled trial was 0.04 [95% CI 0.00, 0.27]. All index partners in this study had CD4 cell counts at baseline of 350-550 cells/µL. Similarly, the summary rate ratio for the nine observational studies was 0.58 [95% CI 0.35, 0.96], with substantial heterogeneity (I2=64%). After excluding two studies with inadequate person-time data, we estimated a summary rate ratio of 0.36 [95% CI 0.17, 0.75] with substantial heterogeneity (I2=62%). We also performed subgroup analyses among the observational studies to see if the effect of ART on prevention of HIV differed by the index partner's CD4 cell count. Among couples in which the infected partner had ≥350 CD4 cells/µL, we estimated a rate ratio of 0.12 [95% CI 0.01, 1.99]. In this subgroup, there were 247 transmissions in untreated couples and 30 in treated couples.

Authors' conclusions

ART is a potent intervention for prevention of HIV in discordant couples in which the index partner has ≤550 CD4 cells/µL. A recent multicentre RCT confirms the suspected benefit seen in earlier observational studies and reported in more recent ones. Questions remain about durability of protection, the balance of benefits and adverse events associated with earlier therapy, long-term adherence and transmission of ART-resistant strains to partners. Resource limitations and implementation challenges must also be addressed.

Counselling, support, and follow up, as well as mutual disclosure, may have a role in supporting adherence, so programmes should be designed with these components. In addition to ART provision, the operational aspects of delivering such programmes must be considered.

 

Plain language summary

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié

Antiretroviral therapy for prevention of HIV transmission in HIV-discordant couples

Antiretroviral drugs can prevent transmission of HIV from an infected sexual partner to an uninfected one, by suppressing viral replication. We found one randomised controlled trial and nine observational studies that examined this question. Overall we found that in couples in which the infected partner was being treated with antiretroviral drugs the uninfected partners had, at worst, more than 40% lower risk of being infected than in couples where the infected partner was not receiving treatment. Since the World Health Organization (WHO) already recommends antiretroviral treatment for all persons with ≤350 CD4 cells/µL, we also examined studies that had studied couples in which the infected partners had CD4 counts higher than this level. We found that there is strong evidence from the randomised controlled trial that in this group HIV was less likely to be transmitted to uninfected partners from treated infected partners than from untreated infected partners.

 

Résumé

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié

La thérapie antirétrovirale pour prévenir la transmission du VIH chez les couples sérodiscordants

Contexte

Il a été montré que les traitements antirétroviraux réduisent le risque de transmission du virus de l'immunodéficience humaine (VIH) de la mère à l'enfant ; ils sont aussi largement utilisés pour la prophylaxie post-exposition parentérale et sexuelle. La transmission sexuelle peut être plus faible chez les couples dont l'un des partenaires est infecté par le VIH et l'autre pas, lorsque le partenaire infecté est sous traitement antirétroviral (TAR).

Objectifs

Déterminer si l'utilisation de TAR par le membre infecté par le VIH d'un couple sérodiscordant est associée à un plus faible risque de transmission du VIH au partenaire non infecté, par rapport aux couples sérodiscordants non traités.

Stratégie de recherche documentaire

Nous avons utilisé les méthodes Cochrane standard pour rechercher dans les bases de données électroniques et les résumés de conférences avec des termes de recherche appropriés, sans limites de langue.

Critères de sélection

Des essais contrôlés randomisés, des études de cohorte et des études cas-témoins portant sur des couples sérodiscordants dans lesquels le partenaire porteur du VIH était traité ou non traité par TAR

Recueil et analyse des données

Les résumés de tous les essais identifiés par recherche électronique ou bibliographique ont été examinés de manière indépendante par deux auteurs. Nous avons d'abord identifié 3833 références et avons examiné en détail l'éligibilité de 87 études. Les données ont été extraites indépendamment au moyen d'une fiche d'extraction standardisé.

Résultats Principaux

Un essai contrôlé randomisé et neuf études observationnelles ont été inclus dans la revue. Ces dix études ont identifié 2112 cas de transmission du VIH, 1016 au sein de couples traités et 392 au sein de couples non traités. Le rapport des taux (rate ratio) pour le seul essai randomisé était de 0,04 [IC 95% 0,00 à 0,27]. Dans cette étude, tous les partenaires index avaient au départ une numération lymphocytaire CD4 de 350 à 550 cellules/µL. De même, le rapport des taux (rate ratio) global pour les neuf études observationnelles était de 0,58 [IC 95% 0,35 à 0,96], avec une hétérogénéité substantielle (I2 = 64%). Après exclusion de deux études ayant des données en termes personnes-temps inadéquates, nous avons estimé un rapport des taux (rate ratio) global de 0,36 [IC 95% 0,17 à 0,75] avec une hétérogénéité substantielle (I2=62%). Nous avons également effectué des analyses par sous-groupes parmi les études observationnelles pour voir si l'effet du TAR sur la prévention du VIH était fonction de la numération lymphocytaire CD4 du partenaire index. Parmi les couples dont le partenaire infecté avait ≥ 350 cellules CD4/µL, nous avons estimé un rapport des taux (rate ratio) de 0,12 [IC 95% 0,01 à 1,99]. Dans ce sous-groupe, 247 transmissions se sont produites dans les couples non traités et 30 dans les couples traités.

Conclusions des auteurs

Le TAR est une intervention ayant un effet important dans la prévention du VIH dans les couples sérodiscordants où le partenaire index a ≤ 550 cellules CD4/µL. Une récente étude multicentrique contrôlée et randomisée confirme le bénéfice présumé, déjà constaté dans des études observationnelles antérieures et signalé dans des études plus récentes. Des questions demeurent concernant la durabilité de la protection, l'équilibre entre bénéfices et événements indésirables associés à une thérapie plus précoce, l'observance prolongée du traitement et la transmission aux partenaires de souches résistantes au TAR. Les questions de ressources et de difficultés de mise en œuvre doivent également être abordées.

Les conseils, le soutien et le suivi, ainsi que la divulgation mutuelle, peuvent encourager à l'observance du traitement ; la conception des programmes doit donc prendre en compte ces éléments. En plus de la fourniture du TAR, les aspects opérationnels de la mise en œuvre de tels programmes doivent être pris en compte.

 

Résumé simplifié

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié

La thérapie antirétrovirale pour prévenir la transmission du VIH chez les couples sérodiscordants

La thérapie antirétrovirale pour prévenir la transmission du VIH chez les couples sérodiscordants

Les médicaments antirétroviraux peuvent prévenir la transmission du VIH d'un partenaire sexuel infecté à un partenaire non infecté, par suppression de la réplication virale. Nous avons trouvé un essai contrôlé randomisé et neuf études observationnelles étudiant cette question. Globalement, nous avons constaté que dans les couples où le partenaire infecté était traité avec des médicaments antirétroviraux les partenaires non infectés avaient, dans le pire des cas, un risque plus de 40% inférieur d'être infectés que dans les couples où le partenaire infecté ne recevait pas de traitement. L'Organisation mondiale de la Santé (OMS) recommandant déjà un traitement antirétroviral pour toute personne avec ≤ 350 cellules CD4/µL, nous avons également examiné des études qui s'étaient intéressées à des partenaires ayant une numération lymphocytaire CD4 supérieure à ce niveau. Nous avons constaté qu'il existe des preuves solides que dans ce groupe les partenaires non infectés étaient moins susceptibles de se voir transmettre le VIH par des partenaires infectés traités que par des partenaires infectés non traités.

Notes de traduction

Traduit par: French Cochrane Centre 1st December, 2011
Traduction financée par: Ministère du Travail, de l'Emploi et de la Santé Français