Angiotensin-converting enzyme (ACE) inhibitors for proteinuria and microalbuminuria in people with sickle cell disease

  • Review
  • Intervention

Authors


Abstract

Background

Sickle cell disease is a group of disorders characterized by deformation of erythrocytes. Renal damage is a frequent complication in sickle cell disease as a result of long-standing anemia and disturbed circulation through the renal medullary capillaries. Due to the improvement in life expectancy of people with sickle cell disease, there has been a corresponding significant increase in the incidence of renal complications. Microalbuminuria and proteinuria are noted to be a strong predictor of subsequent renal failure. There is extensive experience and evidence with angiotensin-converting enzyme (ACE) inhibitors over many years in a variety of clinical situations for patients who do not have sickle cell disease, but their effect in patients with this disease is unknown. It is common practice to administer ACE inhibitors for sickle nephropathy due to their renoprotective properties; however, little is known about their effectiveness and safety in this setting.

Objectives

To determine the effectiveness of ACE inhibitor administration in people with sickle cell disease for decreasing intraglomerular pressure, microalbuminuria and proteinuria and to to assess the safety of ACE inhibitors as pertains to their adverse effects.

Search methods

The authors searched the Cochrane Cystic Fibrosis and Genetic Disorders Group's Hameoglobinopathies Trials Register comprising references identified from comprehensive electronic database searches and handsearches of relevant journals and abstract books of conference proceedings.

Date of the most recent search: 05 July 2012.

Selection criteria

Randomized or quasi-randomized controlled trials of ACE inhibitors designed to reduce microalbuminuria and proteinuria in people with sickle cell disease compared to either placebo or standard treatment regimen.

Data collection and analysis

Three authors independently applied the inclusion criteria in order to select studies for inclusion in the review. Two authors assessed the risk of bias of studies and extracted data and the third author verified these assessments.

Main results

Five studies were identified through the searches, only one met our inclusion criteria. The included study randomized 22 participants (7 males and 15 females) having proteinuria or microalbuminuria with sickle cell disease and treated the participants for six months (median length of follow-up of three months) with captopril or placebo. At six months, the study reported no significant difference in urinary albumin excretion between the captopril group and the placebo group, although the mean urinary albumin excretion in the captopril group was lower by a mean difference of -49.00 (95% confidence interval -124.10 to 26.10) compared to that of placebo. However, our analysis on the absolute change score showed significant changes between the two groups by a mean difference of -63.00 (95% confidence interval -93.78 to -32.22). At six months albumin excretion in the captopril group was noted to decrease from baseline by a mean of 45 ± 23 mg/day and the placebo group was noted to increase by 18 ± 45 mg/day. Serum creatinine and potassium levels were reported constant throughout the study. The potential for inducing hypotension should be highlighted; the study reported a decrease of 8 mmHg in systolic pressure and 5 mmHg in diastolic and mean blood pressure.

Authors' conclusions

There is not enough evidence to show that the administration of ACE inhibitors is associated with a reduction of microalbuminuria and proteinuria in people with sickle cell disease, although a potential for this was seen. More long-term studies involving multiple centers and larger cohorts using a randomized-controlled design are warranted, especially among the pediatric age group. Detailed reporting of each outcome measure is necessary to allow a clear cut interpretation in a systematic review. One of the difficulties encountered in this review was the lack of detailed data reported in the included study.

Résumé scientifique

Inhibiteurs de l'enzyme de conversion de l'angiotensine (ECA) contre la protéinurie et la microalbuminurie chez les personnes atteintes de drépanocytose

Contexte

La drépanocytose correspond à un groupe de troubles caractérisés par la déformation des érythrocytes. Les lésions rénales sont une complication fréquente de la drépanocytose en raison de l'anémie de longue durée et de la circulation perturbée dans les capillaires médullaires des reins. En raison de l'amélioration de l'espérance de vie des personnes atteintes de drépanocytose, on a observé une augmentation significative correspondante de l'incidence des complications rénales. Il est constaté que la microalbuminurie et la protéinurie sont de puissants indicateurs d'une insuffisance rénale ultérieure. Il existe depuis de nombreuses années une grande expérience et de nombreuses preuves concernant les inhibiteurs de l'enzyme de conversion de l'angiotensine (ECA) dans diverses situations cliniques pour les patients non-atteints de drépanocytose, mais leurs effets chez les patients atteints de cette maladie sont inconnus. Il est courant d'administrer des inhibiteurs de l'ECA contre la néphropathie drépanocytaire en raison de leurs propriétés néphroprotectrices ; toutefois, on sait peu de choses concernant leur efficacité et leur sécurité dans ce contexte.

Objectifs

Déterminer l'efficacité de l'administration d'inhibiteurs de l'ECA chez les personnes atteintes de drépanocytose pour diminuer la pression intraglomérulaire, la microalbuminurie et la protéinurie et évaluer la sécurité des inhibiteurs de l'ECA concernant leurs effets indésirables.

Stratégie de recherche documentaire

Les auteurs ont effectué des recherches dans le registre des essais sur les hémoglobinopathies du groupe Cochrane sur la mucoviscidose et autres maladies génétiques constitué de références identifiées lors de recherches exhaustives dans les bases de données électroniques et de recherches manuelles de revues pertinentes et de résumés d'actes de conférence.

Date des recherches les plus récentes : le 5 juillet 2012.

Critères de sélection

Les essais contrôlés randomisés et quasi-randomisés portant sur des inhibiteurs de l'ECA conçus pour réduire la microalbuminurie et la protéinurie chez les personnes atteintes de drépanocytose comparés à un placebo ou à un régime thérapeutique standard.

Recueil et analyse des données

Trois auteurs ont appliqué indépendamment les critères d'inclusion afin de sélectionner des études à inclure dans la revue. Deux auteurs ont évalué le risque de biais des études et extrait les données, le troisième auteur a vérifié ces évaluations.

Résultats principaux

Cinq études ont été identifiées par les recherches ; une seule a répondu à nos critères d'inclusion. L'étude incluse a randomisé 22 participants (7 hommes et 15 femmes) présentant une protéinurie ou une microalbuminurie associée à une drépanocytose et a traité les participants pendant six mois (durée médiane de suivi de trois mois) avec du captopril ou un placebo. A six mois, l'étude n'a rapporté aucune différence significative concernant l'excrétion d'albumine dans l'urine entre le groupe sous captopril et le groupe sous placebo, bien que l'excrétion moyenne d'albumine dans l'urine dans le groupe sous captopril ait été inférieure d'une différence moyenne de -49,00 (intervalle de confiance à 95 % -124,10 à 26,10) comparé à celle du groupe sous placebo. Cependant, notre analyse concernant le score de changement absolu a montré des changements significatifs entre les deux groupes, d'une différence moyenne de -63,00 (intervalle de confiance à 95 % -93,78 à -32,22). A six mois, il a été constaté que l'excrétion d'albumine dans le groupe sous captopril diminuait par rapport au taux d'origine d'une moyenne de 45 ± 23 mg/jour et augmentait dans le groupe sous placebo de 18 ± 45 mg/jour. Les taux de créatinine et de potassium sériques ont été rapportés comme constants tout au long de l'étude. Le risque d'induction d'une hypotension doit être souligné ; l'étude a rapporté une diminution de 8 mmHg de la pression systolique et de 5 mmHg de la pression artérielle diastolique et moyenne.

Conclusions des auteurs

Les preuves sont insuffisantes pour montrer que l'administration d'inhibiteurs de l'ECA est associée à une réduction de la microalbuminurie et de la protéinurie chez les personnes atteintes de drépanocytose, bien qu'on ait vu la possibilité d'un effet en ce sens. D'autres études à long terme impliquant plusieurs centres, portant sur des cohortes plus grandes et ayant un plan d'étude contrôlé randomisé doivent être réalisées, en particulier dans le groupe d'âge pédiatrique. Une notification détaillée de chaque critère de jugement est nécessaire pour permettre une interprétation claire dans une revue systématique. L'une des difficultés rencontrées dans cette revue a été le manque de données détaillées fournies dans l'étude incluse.

Plain language summary

Drugs that aim to prevent the loss of protein or albumin through urine in people with sickle cell disease

Sickle cell disease is a group of inherited disorders that often lead to kidney damage. High protein or albumin levels in urine is a strong predictor of subsequent kidney failure. It is common practice to give angiotensin-converting enzyme (ACE) inhibitors to reduce the level of protein or albumin in urine, thus protecting the kidneys from damage. However, little is known about how effective and safe these are in patients with sickle cell disease. This review included one study comparing captopril (an ACE inhibitor) to placebo. There were 22 participants in this study and the results were not convincing, with minor analysis changes leading to very different study conclusions. This study did not show that ACE inhibitors could reduce the level of protein or albumin in the urine. The level of creatinine and potassium in the blood were reported constant throughout the study. No serious adverse events were noted, although the potential for causing low blood pressure should be highlighted. More long-term studies involving multiple centers and larger numbers of participants are warranted.

Résumé simplifié

Médicaments qui visent à prévenir la perte de protéines ou d'albumine par le biais de l'urine chez les personnes atteintes de drépanocytose

La drépanocytose correspond à un groupe de troubles héréditaires qui conduisent souvent à des lésions rénales. Des taux élevés de protéines ou d'albumine dans l'urine sont un puissant indicateur de l'insuffisance rénale ultérieure. Il est courant d'administrer des inhibiteurs de l'enzyme de conversion de l'angiotensine (ECA) pour réduire le taux de protéines ou d'albumine dans l'urine, ce qui protège les reins d'une lésion. Cependant, on sait peu de choses concernant l'efficacité et la sécurité de ces inhibiteurs chez les patients atteints de drépanocytose. Cette revue a inclus une étude comparant le captopril (un inhibiteur de l'ECA) à un placebo. Cette étude a porté sur 22 participants et les résultats n'ont pas été convaincants, des changements mineurs dans les analyses ayant conduit à des conclusions d'étude très différentes. Cette étude n'a pas montré que les inhibiteurs de l'ECA pouvaient réduire le taux de protéines ou d'albumine dans l'urine. Le taux de créatinine et de potassium dans le sang ont été signalés comme constants tout au long de l'étude. Aucun événement indésirable grave n'a été constaté, bien qu'il convienne de souligner le risque de provocation d'une faible tension artérielle. D'autres études à long terme impliquant plusieurs centres et portant sur de plus grands nombres de participants doivent être réalisées.

Notes de traduction

Traduit par: French Cochrane Centre 22nd March, 2013
Traduction financée par: Instituts de Recherche en Sant� du Canada, Minist�re de la Sant� et des Services Sociaux du Qu�bec, Fonds de recherche du Qu�bec-Sant� et Institut National d'Excellence en Sant� et en Services Sociaux pour la France: Minist�re en charge de la Sant�