This is not the most recent version of the article. View current version (5 JUN 2013)

Intervention Review

Antispasmodics for labour

  1. Anke C Rohwer1,*,
  2. Oswell Khondowe1,
  3. Taryn Young1,2

Editorial Group: Cochrane Pregnancy and Childbirth Group

Published Online: 15 AUG 2012

Assessed as up-to-date: 1 MAR 2012

DOI: 10.1002/14651858.CD009243.pub2

How to Cite

Rohwer AC, Khondowe O, Young T. Antispasmodics for labour. Cochrane Database of Systematic Reviews 2012, Issue 8. Art. No.: CD009243. DOI: 10.1002/14651858.CD009243.pub2.

Author Information

  1. 1

    Stellenbosch University, Centre for Evidence-based Health Care, Faculty of Medicine and Health Sciences, Tygerberg, South Africa

  2. 2

    South African Medical Research Council, South African Cochrane Centre, Tygerberg, South Africa

*Anke C Rohwer, Centre for Evidence-based Health Care, Faculty of Medicine and Health Sciences, Stellenbosch University, PO Box 19063, Tygerberg, 7505, South Africa. arohwer@sun.ac.za.

Publication History

  1. Publication Status: New
  2. Published Online: 15 AUG 2012

SEARCH

This is not the most recent version of the article. View current version (05 JUN 2013)

 

Abstract

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié

Background

Prolonged labour can lead to increased maternal and neonatal mortality and morbidity due to increased risks of maternal exhaustion, postpartum haemorrhage and sepsis, fetal distress and asphyxia and requires early detection and appropriate clinical response. The risks for complications of prolonged labour are much greater in poor resource settings. Active management of labour versus physiological, expectant management, has shown to decrease the occurrence of prolonged labour. Administering antispasmodics during labour could also lead to faster and more effective dilatation of the cervix. Interventions to shorten labour, such as antispasmodics, can be used as a preventative or a treatment strategy in order to decrease the incidence of prolonged labour. As the evidence to support this is still largely anecdotal around the world, there is a need to systematically review the available evidence to obtain a valid answer.

Objectives

To assess the effects of antispasmodics on labour in term pregnancies.

Search methods

We searched the Cochrane Pregnancy and Childbirth Group's Trials Register (2 September 2011), the ProQuest dissertation and thesis database, the dissertation database of the University of Stellenbosch (2 September 2011), Google Scholar (2 September 2011) and reference lists of articles. We also contacted pharmaceutical companies and experts in the field. We did not apply language restrictions.

Selection criteria

Randomised controlled trials comparing antispasmodics with placebo or no medication in women with term pregnancies.

Data collection and analysis

Two review authors independently screened abstracts and selected studies for inclusion, assessed risk of bias and extracted data. Data were checked for accuracy. We contacted trial authors when data were missing.

Main results

Nineteen trials (n = 2798) were included in the review. Fifteen trials (n = 2129) were included in the meta-analysis. Antispasmodics used included valethamate bromide, hyoscine butyl-bromide, drotaverine hydrochloride, rociverine and camylofin dihydrochloride. Most studies included antispasmodics as part of their package of active management of labour. Overall, the quality of studies was poor, as only four trials were assessed as low risk of bias. Eleven trials (n = 1507) reported on the duration of first stage of labour, which was significantly reduced by an average of 65.80 minutes when antispasmodics were administered (mean difference (MD) -65.80 minutes; 95% confidence Interval (CI) -92.32 to -39.28). Seven studies (n = 797) reported on the total duration of labour, which was significantly reduced by an average of 85.51 minutes (MD -85.51 minutes; 95% CI -121.81 to -49.20). Five studies (n = 632) had data for the outcome: rate of cervical dilatation. Administration of antispasmodics significantly increased the rate of cervical dilatation by an average of 0.55 cm/h (MD 0.55 cm/h; 95% CI 0.22 to 0.87). Antispasmodics did not affect the duration of second and third stage of labour. The rate of normal vertex deliveries was not affected either. Only one study explored pain relief following administration of antispasmodics and no conclusions can be drawn on this outcome. There was significant heterogeneity for most outcomes and therefore, we undertook random-effects meta-analysis. Subgroup analysis was undertaken to explore heterogeneity, but remained largely unexplained. Maternal and neonatal adverse events were reported inconsistently. The main maternal adverse event reported was tachycardia. No serious neonatal adverse events were reported.

Authors' conclusions

There is low quality evidence that antispasmodics reduce the duration of first stage of labour and increase the cervical dilatation rate. There is very low quality evidence that antispasmodics reduce the total duration of labour. There is moderate quality evidence that antispasmodics do not affect the rate of normal vertex deliveries. There is insufficient evidence to make any conclusions regarding the safety of these drugs for both mother and baby. Large, rigorous randomised controlled trials are needed to evaluate the effect of antispasmodics on prolonged labour and to evaluate their effect on labour in a context of expectant management of labour.

 

Plain language summary

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié

Antispasmodics for labour

A woman who is in active labour for too long (usually set at more than 12 hours) is at risk of becoming exhausted and developing complications such as infection and excessive bleeding. The unborn baby can also be harmed, showing distress and low oxygenation (asphyxia). It is common practice to intervene in the labouring process to avoid this by rupturing membranes (breaking the waters), giving medications to speed up contractions and providing ongoing support. Antispasmodics are drugs that are usually taken to relieve cramps. They work either by direct relaxation of muscle or by interfering with the message sent by the nerves to the muscle to contract. It is thought that these drugs may help with opening the womb (dilatation of the cervix), when given during labour as a preventative or a treatment strategy. This would shorten the time spent in labour. Evidence was sought to support this idea. Nineteen randomised controlled studies with a total of 2798 participants were included. The data were combined in an analysis to get an overall result. All types of antispasmodics were given at the beginning of established labour. They decreased the first stage of labour, the time from beginning of labour until the baby is about to be born, by 39 to 92 minutes, as well as the total duration of labour, from the beginning of labour until the delivery of the afterbirth, by 49 to 121 minutes. The drugs did not affect the number of women requiring emergency caesarean sections and did not have serious side effects for either mother or her baby. The most commonly reported adverse events for the mothers were fast heart rates and mouth dryness, but since both maternal and neonatal adverse events were poorly reported, more information is needed to make conclusions about the safety of these drugs during labour. The included studies were mostly of poor quality and good studies are needed to assess what happens when these drugs are given to women whose labour is already prolonged.

 

Résumé

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié

Les antispasmodiques pour le travail d'accouchement

Contexte

Le travail prolongé peut entraîner une augmentation de la mortalité et de la morbidité tant maternelles que néonatales en raison des risques accrus d'épuisement de la mère, d'hémorragie et de septicémie post-partum et de détresse et d'asphyxie fœtales ; il faut donc le détecter précocement et lui donner une réponse clinique appropriée. Les risques de complications du travail prolongé sont beaucoup plus importants dans un contexte de pauvreté. La prise en charge active du travail, en comparaison avec la prise en charge physiologique non interventionniste, s'est avérée diminuer l'incidence de l'accouchement prolongé. L'administration d'antispasmodiques pendant le travail pourrait aussi provoquer une dilatation plus rapide et plus efficace du col. Les interventions visant à raccourcir le travail, comme les antispasmodiques, peuvent être utilisés à titre préventif ou thérapeutique afin de diminuer l'incidence du travail prolongé. Les preuves à l'appui de ceci étant encore dans le monde entier essentiellement anecdotiques, il est nécessaire de passer systématiquement en revue les données disponibles afin d'obtenir une réponse valable.

Objectifs

Évaluer les effets des antispasmodiques sur le travail dans les grossesses à terme.

Stratégie de recherche documentaire

Nous avons effectué des recherches dans le registre d'essais cliniques du groupe Cochrane sur la grossesse et la naissance (2 septembre 2011), la base de données ProQuest de mémoires et de thèses, la base de données des mémoires de l'université de Stellenbosch (2 septembre 2011), Google Scholar (2 septembre 2011) et dans les références bibliographiques d'articles. Nous avons également contacté des compagnies pharmaceutiques et des experts du domaine. Nous n’avons imposé aucune restriction concernant la langue.

Critères de sélection

Des essais contrôlés randomisés comparant des antispasmodiques à un placebo ou à la non-prise de médicament chez des femmes enceintes à terme.

Recueil et analyse des données

Deux auteurs ont, de manière indépendante, passé au crible des résumés d'articles, sélectionné les études à inclure, évalué les risques de biais et extrait les données. L'exactitude des données a été vérifiée. Nous avons contacté les auteurs des essais lorsque des données manquaient.

Résultats Principaux

Dix-neuf essais (n = 2 798) ont été inclus dans cette revue. Quinze essais (n = 2 129) ont été inclus dans la méta-analyse. Les antispasmodiques utilisés étaient notamment le bromure de valethamate, l'hyoscine butyl-bromure, le chlorhydrate de drotavérine, la rociverine et le dichlorhydrate de camylofine. La plupart des études avaient inclus des antispasmodiques dans leur prise en charge active du travail. Dans l'ensemble, la qualité des études était médiocre, quatre essais seulement ayant été évalués à faible risque de biais. Onze essais (n = 1 507) avaient rendu compte de la durée de la première étape du travail, que l'administration d'antispasmodiques avait permis de réduire significativement de 65,80 minutes en moyenne (différence moyenne (DM) -65,80 minutes ; intervalle de confiance (IC) à 95 % -92,32 à -39,28). Sept études (n = 797) avaient rendu compte de la durée totale du travail, qui avait été significativement réduite de 85,51 minutes en moyenne (DM -85,51 minutes ; IC à 95 % -121,81 à -49,20). Cinq études (n = 632) présentaient des données sur le critère de résultat : vitesse de dilatation du col. L'administration d'antispasmodiques avait augmenté de façon significative la vitesse de dilatation du col d'en moyenne de 0,55 cm/h (DM 0,55 cm/h ; IC à 95 % 0,22 à 0,87). Les antispasmodiques n'avaient pas eu d'incidence sur les durées des deuxième et troisième étapes de l'accouchement. Le taux d'accouchements à présentation par la tête n'avait pas non plus été affecté. Une seule étude avait examiné le soulagement de la douleur suite à l'administration d'antispasmodiques mais aucune conclusion ne peut être tirée des résultats. Il y avait une hétérogénéité significative pour la plupart des critères de résultat et c'est pourquoi nous avons entrepris une méta-analyse à effets aléatoires. Une analyse en sous-groupes a été entreprise pour explorer l'hétérogénéité, mais celle-ci est restée en grande partie inexpliquée. Les événements indésirables maternels et néonataux n'avaient pas été systématiquement rapportés. Le principal événement indésirable maternel signalé était la tachycardie. Aucun effet indésirable néonatal grave n'avait été rapporté.

Conclusions des auteurs

Il existe des preuves de faible qualité que les antispasmodiques réduisent la durée de la première étape du travail et accroissent la vitesse de dilatation du col. Il y a des preuves de très faible qualité que les antispasmodiques réduisent la durée totale du travail. Il existe des preuves de qualité modérée que les antispasmodiques n'affectent pas le taux d'accouchements normaux avec présentation par la tête. Les éléments de preuve disponibles sont insuffisants pour tirer des conclusions quant à l'innocuité de ces médicaments pour la mère et le bébé. De vastes essais contrôlés randomisés rigoureux sont nécessaires pour évaluer l'effet des antispasmodiques sur le travail prolongé ainsi que pour évaluer leur effet sur le travail dans un contexte de prise en charge non interventionniste du travail.

 

Résumé simplifié

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié

Les antispasmodiques pour le travail d'accouchement

Les antispasmodiques pour le travail d'accouchement

Une femme qui est en travail actif pendant un temps trop long (généralement défini comme supérieur à 12 heures) risque l'épuisement et le développement de complications telles que des infections et des saignements excessifs. Cela peut aussi être nuisible au bébé à naître, qui risque d'entrer en détresse et manquer d'oxygène (asphyxie). Afin d'éviter cela, la pratique courante est d'intervenir dans le processus du travail en rompant les membranes (rupture des eaux), en administrant des médicaments pour accélérer les contractions et en pourvoyant une assistance continue. Les antispasmodiques sont des médicaments qui sont habituellement utilisés pour soulager les crampes. Ils travaillent soit par relaxation directe du muscle, soit en interférant avec le message de contraction envoyé par les nerfs au muscle. Administrés pendant le travail à titre préventif ou thérapeutique, on pense que ces médicaments pourraient aider à l'ouverture de l'utérus (dilatation du col). Cela permettrait de raccourcir la durée du travail. Nous avons cherché des données étayant cette idée. Dix-neuf études contrôlées randomisées ont été incluses, totalisant 2 798 participants. Les données ont été combinées dans une analyse pour obtenir un résultat global. Les différents antispasmodiques ont tous été administrés dès que le travail était établi. Ils ont raccourci la première étape du travail, le temps s'écoulant depuis le début du travail jusqu'à ce que le bébé soit sur ​​le point de naître, de 39 à 92 minutes, ainsi que la durée totale du travail, depuis le début du travail jusqu'à l'expulsion du placenta, de 49 à 121 minutes. Les médicaments n'avaient pas affecté le nombre de femmes nécessitant une césarienne en urgence et n'avaient pas eu d'effets secondaires importants pour la mère ou son bébé. Les événements indésirables les plus fréquents pour les mères étaient l'accélération du rythme cardiaque et la sécheresse buccale, mais vus les comptes-rendus défectueux des événements indésirables tant maternels que néonataux, il faudra plus d'informations pour pouvoir tirer des conclusions sur l'innocuité de ces médicaments pendant le travail. Les études incluses étaient pour la plupart de piètre qualité et il faudra des études de qualité pour évaluer ce qui se passe lorsque ces médicaments sont administrés à des femmes dont le travail se prolonge déjà.

Notes de traduction

Traduit par: French Cochrane Centre 13th September, 2012
Traduction financée par: Ministère du Travail, de l'Emploi et de la Santé Français